Connect with us

Afrique

Tunisie : un expert des Nations Unies pour évaluer la liberté de religion ou de conviction

Publié

le

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction effectuera une visite officielle en Tunisie du 9 au 19 avril pour examiner les politiques et pratiques du pays visant à promouvoir et protéger la liberté de religion ou de conviction.

“J’espère connaitre de près la situation des droits de l'homme en Tunisie, y compris les bonnes pratiques et les défis auxquels le pays est confronté en matière de liberté de religion ou de conviction”, a déclaré le Rapporteur spécial M. Ahmed Shaheed.

La Tunisie a réalisé beaucoup d’acquis depuis la révolution de 2011. Elle a conduit des réformes institutionnelles majeures dans un délai relativement court et elle est souvent considérée comme le pays le plus progressiste de la région.

“Alors que la Tunisie a certainement fait des progrès significatifs au niveau des droits des femmes, il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à l'égalité de genre dans le pays” a déclaré le Rapporteur Spécial.  Son commentaire fait suite à une déclaration conjointe avec le Groupe de travail sur la question de la discrimination à l'égard des femmes le 26 septembre 2017, se félicitant l'abolition de l'interdiction faite aux femmes musulmanes d'épouser des hommes qui ne sont pas de même conviction.

Depuis 2014, la Tunisie a connu un certain nombre d'attentats terroristes.  Le traitement des menaces sécuritaires par le gouvernement sera également examiné par le Rapporteur spécial. “C'est un défi pour n'importe quel pays de trouver un équilibre dans son approche des questions de sécurité tout en respectant les libertés fondamentales”, a déclaré M. Shaheed.

“Les politiques qui renforcent la capacité des forces de sécurité à combattre le terrorisme en limitant les droits fondamentaux, tels que les droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique, ont souvent des conséquences désastreuses sur la liberté de religion ou de conviction”, a -t-il souligné.

Le Rapporteur spécial se rendra à Tunis et à Djerba, où il rencontrera des représentants du Gouvernement, des représentants d'organisations confessionnelles, des ONG, la société civile et le l’équipe des Nations Unies. Un certain nombre de questions seront examinées, y compris la diversité religieuse ainsi que la tolérance et les droits des femmes. L'expert examinera également la situation des droits de l'homme pour les personnes les plus vulnérables, telles que les minorités religieuses et les migrants.

M. Shaheed partagera ses conclusions préliminaires lors d'une conférence de presse le jeudi 19 avril à 11 heures, heure locale, à l'hôtel Belvédère Fourati (10 Avenue des États-Unis), dans la salle de conférence « Kairouan », à Tunis. L'accès à la conférence de presse est strictement réservé aux journalistes.

Les conclusions et recommandations du Rapporteur Spécial seront présentées lors d'une prochaine session du Conseil des droits de l'homme.

Distribué par APO Group pour Office of the UN High Commissioner for Human Rights (OHCHR).

Source: APO

RD Congo

RD Congo Épidémie d’Ebola: l’attaque de Beni interrompt le travail de sensibilisation

Published

on

Les activités de prévention du virus Ebola ont été suspendues dans la ville de Beni, en République démocratique du Congo, après une attaque meurtrière des rebelles.

Les centres de traitement resteront ouverts mais les vaccinations et la recherche des personnes qui ont été en contact avec des patients suspects d’Ebola ont cessé pour le moment.

Une centaine de personnes sont mortes tuées par l’épidémie actuelle dans l’est du pays, selon le ministère de la Santé.

Elle a commencé en juillet et est la dixième à frapper le pays depuis 1976.

L’attaque des rebelles à Beni a débuté samedi après-midi et a duré plusieurs heures. Dix-huit personnes sont mortes, dont 14 civils, a indiqué l’armée.

Selon des sources locales, les Forces démocratiques alliées, un groupe militant islamiste ougandais actif dans la région depuis les années 1990, étaient derrière l’attaque, mais cela n’a pas été confirmé.

Des représentants d’organismes d’aide travaillant sur la riposte à Ebola se réunissent pour évaluer l’augmentation des mesures de sécurité à Beni, rapporte la Bbc.

Certains habitants de Beni sont descendus dans les rues pour protester contre les problèmes de sécurité.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait averti en août que l’insécurité dans la région pourrait affecter la réponse à Ebola.

À l’époque, Peter Salama, de l’OMS, l’a décrit comme un scénario “redouté”.

Ceci est la deuxième épidémie d’Ebola dans le pays cette année. L’épidémie précédente, dans l’ouest du pays, a tué 33 personnes, selon le gouvernement.

Lire la suite

Madagascar

Le gouvernement de Madagascar annonce l’ouverture de son appel d’offres lors d’Africa Oil Week

Published

on

OMNIS, en partenariat avec Africa Oil Week (www.Africa-OilWeek.com), TGS et BGP, a annoncé qu’une série d’octrois de licences à Madagascar sera lancée au cours d’Africa Oil Week du 5 au 9 novembre 2018.

Cet appel d’offres continue de souligner l’importance d’Africa Oil Week au niveau du secteur et le fait que le Sommet permette d’engager de nouvelles opportunités commerciales pour les compagnies d’exploration en Afrique. Paul Sinclair, Directeur de Conférence ajoute : « L’appel d’offre de Madagascar apporte un niveau d’engouement jamais expérimenté auparavant lors d’Africa Oil Week. En plus des 15 ministres confirmés qui guideront leur délégation à l’événement, nous avons désormais un partenariat avec le gouvernement de Madagascar, TGS et BGP permettant d’accueillir ce qui est clairement l’un des appels d’offres les plus exaltants du continent depuis celui de la Côte d’Ivoire en 2017. »

L’exploration à Madagascar a commencé au début du 20e siècle par la découverte de bassins sédimentaires riches en pétrole dans l’ouest du pays bien que cette région frontalière reste relativement sous-exploitée. L’Île partage une frontière maritime avec le Mozambique, région pétrolière où de larges quantités de gaz naturel furent découvertes. Les études élaborées en partenariat avec TGS et BGP ont conduit à l’élaboration de données inédites suggérant un potentiel significatif pour de nouvelles découvertes terrestres et maritimes.

« Notre but étant d’intensifier les activités d’exploration maritimes, nous sommes ravis d’annoncer que OMNIS invitera les investissements des partis intéressés lors de cet appel d’offres qui débute en novembre 2018. Nous travaillons en collaboration avec TGS et BGP pour créer un environnement attractif pour l’exploration offshore et nous sommes confiants que cela marquera le renouvellement des investissements pour le secteur pétrolier en amont à Madagascar. » commente Voahangy Nirina Radarson, Manager Général d’OMNIS.

L’appel d’offres de Madagascar confirme qu’Africa Oil Week 2018 est, une fois encore, l’événement le plus exaltant à ce jour. Aux côtés de la démonstration de la République d’Ouganda et l’appel d’offres de la République du Congo, Africa Oil Week 2018 est bien parti pour être la plus grande plate-forme de nouvelles entreprises dans le secteur pétrolier et gazier africain.

 

Lire la suite

Nigeria

Des pirates nigérians enlèvent 12 membres d’équipage d’un cargo suisse

Published

on

Les pirates ont enlevé 12 membres d’équipage d’un cargo suisse dans les eaux nigérianes.

Massoel Shipping a déclaré que son navire, le MV Glarus, transportait du blé de Lagos à Port Harcourt lorsqu’il a été attaqué samedi.

“Le gang de pirates a arraisonné le Glaris au moyen de longues échelles et a coupé le fil de fer sur le pont”, a déclaré la compagnie à l’AFP.

Les assaillants ont frappé à 45 milles marins de l’île Bonny, dans le delta du Niger, prenant 12 des 19 membres de l’équipage.

Un porte-parole de Massoel, basé à Genève, a déclaré que les pirates avaient “détruit une grande partie du matériel de communication du navire”.

Sept des membres de l’équipage viennent des Philippines, avec un ressortissant de Slovénie, d’Ukraine, de Roumanie, de Croatie et de Bosnie, rapporte l’agence Reuters, citant l’agence maritime du Nigeria.

Le porte-parole de M. Massoel a déclaré que les familles des membres d’équipage sont étroitement informées de la situation.

Les spécialistes sont en route pour assurer la “libération rapide et sûre” des otages, a indiqué la compagnie maritime.

Le ministère suisse des Affaires étrangères a déclaré que M. Massoel avait confirmé qu’aucune des personnes enlevées ne provenait du pays même, selon Reuters.

Les enlèvements pour obtenir une rançon sont fréquents au Nigéria, les étrangers et les Nigérians très connus étant fréquemment visés.

Selon un rapport publié en 2017 par la société de surveillance Oceans Beyond Piracy, les prises d’otages au large des côtes du Nigéria ont légèrement augmenté.

Plus de personnes ont été détenues pendant plus longtemps, l’organisation avertissant d’une “augmentation significative du niveau de violence”.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement