Sexualité: les zones érogènes potentielles de la femme - LaMinuteInfo

Sexualité: les zones érogènes potentielles de la femme

Dispersées sur tout le corps, les zones érogènes potentielles sont propres à chacune, c’est-à-dire que chaque femme est susceptible ou non d’être menée à l’excitation par leur stimulation.

Ces zones érogènes ont davantage une dimension érotique qu’une capacité orgasmique mais jouent un rôle essentiel lors des préliminaires. Ainsi, une caresse ou un souffle dans le cou, une morsure sur le lobe de l’oreille, un massage des pieds ou un orteil sucé peuvent facilement vous faire tourner la tête et vous mettre en condition.

Découvrez votre corps avec votre partenaire pour trouver vos points sensibles ou faites confiance à votre signe astrologique pour déterminer ce qui est bon pour vous.

Si elles peuvent conduire à elles seules une femme à l’orgasme, les zones érogènes primaires ne sont pas uniques au pays de l’excitation et du plaisir. Le corps féminin renferme un grand nombre de parcelles sensibles qui, combinées aux zones primaires, peuvent démultiplier le plaisir sexuel et l’intensité de la jouissance.

Par contre, il est rare qu’elles déclenchent à elles seules l’orgasme. On compte parmi elles le pubis, les fesses, les grandes et petites lèvres, l’entrée du vagin et de l’anus et les mamelons.

Les seins sont des parties du corps très érogènes et les tétons sont connus pour être extrêmement sensibles. Provoqués, caressés, sucés, ils conduisent de nombreuses femmes à l’excitation.

Si l’excitation nait chez chacune de façon différente (stimulations, ambiances, paroles érotiques…), il y a des zones qui sont primordiales pour mener l’excitation jusqu’à l’orgasme.

On parle alors des zones érogènes primaires que sont le clitoris et le vagin. Le premier, extrêmement innervé et sensible, n’est voué qu’au plaisir et sa simple stimulation, par caresses et mouvements circulaires, peut mener seule à la jouissance. Le second est plus ou moins sensible selon les femmes.

On considère qu’il est initiateur d’orgasme à l’atteinte du point G (point où afflue le sang, à 4 ou 6 cm de l’entrée côté ventre) et par la contraction des muscles autour du sexe de l’homme durant la pénétration.

Il peut également être exploré à l’aide des doigts ou de la langue sur les côtés, tout près de l’entrée, où passent les deux branches du clitoris. La stimulation de l’anus, par caresses et très légères pénétrations, a chez certaines femmes un pouvoir d’excitation très puissant.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *