Connect with us

Wilhelmina Morgan Callaghan s’est unie à son chien il y a huit ans. L’occasion pour l’animal et la maîtresse de fêter une nouvelle fois leur amour !

A l’instar de bon nombre de femmes, Wilhelmina Morgan Callaghan, 43 ans, ne veut plus entendre parler des hommes après avoir été déçue par la gent masculine. Après quelques recherches sur internet, Wilhelmina Morgan Callaghan s’est rendue compte qu’il était tout à fait possible d’épouser son animal de compagnie en faisant une déclaration sur internet. Elle a sauté le pas il y a huit ans sous le regard bienveillant d’une amie de la jeune mariée. Un anniversaire qu’ils ont célébré. A noter que le mariage entre un humain et un animal n’est pas reconnu officiellement au Royaume-Uni. Malgré tout, un certificat a été envoyé à Wilhelmina Morgan Callaghan pour marquer le coup.

Au Mirror, Wilhelmina Morgan Callaghan a fait savoir qu’Henry, son Yorkshire Terrier l’avait toujours aidée dans les moments difficiles comme lorsqu’elle a perdu son emploi. Elle ajoute que son animal est toujours disponible pour lui faire des câlins et ne la trahira jamais contrairement à ses anciens partenaires.  Henryavait été adopté par sa maîtresse en 2008. Elle possède 10 autres chiens. “Contrairement à d’autres mariages qui échouent, je sais que je suis avec Henry pour la vie. Les gens peuvent penser que je suis folle, mais Henry est parfait pour moi”. Voilà qui est dit !

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

#MeToo: trois ans requis contre un Français jugé pour viols en Suède

AFP

Published

on

By

Le parquet suédois a requis lundi un minimum de trois ans de prison ferme à l’encontre de Jean-Claude Arnault, un Français jugé pour deux viols, à l’occasion de l’un des premiers grands procès depuis l’émergence du mouvement #MeToo.

J’ai demandé son placement en détention provisoire dans l’attente du verdict car il y a un risque qu’il parte à l’étranger“, a annoncé la procureure Christina Voigt, à l’issue de l’audience à Stockholm.

Le jugement a été mis en délibéré et le tribunal doit se prononcer sur la détention provisoire demandée par le parquet.

Publiés en novembre 2017 dans le quotidien de référence Dagens Nyheter, les témoignages de 18 femmes accusant le Français de viol ou d’agression sexuelle ont fait imploser l’Académie suédoise qui décerne depuis 1901 le prix Nobel de littérature.

M. Arnault, marié à une académicienne, entretenait des liens étroits avec cette institution.

Décrédibilisée, privée du quorum nécessaire pour fonctionner, l’Académie suédoise a reporté d’un an l’annonce du Nobel 2018, une première depuis 70 ans.

Plusieurs plaintes visant le Français ont été classées faute de preuves ou frappées par la prescription, mais le parquet a estimé disposer de suffisamment d’éléments à charge dans un dossier remontant à 2011.

Le 5 octobre de cette année-là, dans un appartement stockholmois, Jean-Claude Arnault contraint à des relations sexuelles la victime qui se trouve dans un état “de peur intense”, selon l’acte de mise en accusation consulté par l’AFP.

Les faits se seraient répétés dans la nuit du 2 au 3 décembre, dans le même appartement, tandis que la victime dormait.

Jean-Claude Arnault, 72 ans, a clamé son innocence au cours de ce procès tenu à huis clos.

Plusieurs victimes présumées de Jean-Claude Arnault reprochent à l’Académie suédoise ses liens étroits avec le Français, qui recevait de généreux subsides pour le fonctionnement de son club privé Forum, couru des élites intellectuelles et artistiques.

Ses accusatrices affirment que l’académie connaissait son comportement mais que l’influente institution faisait régner une “culture du silence” dans les cercles culturels de la capitale.

A la suite de ces révélations, plusieurs académiciens se sont mis en retrait, une enquête interne a mis au jour les conflits d’intérêt et les faits d’agression ou de harcèlement subies par des académiciennes ou leur entourage.

Lire la suite

Faits divers

Indonésie: arrestation de seize personnes après la mort d’un supporter battu à coup de barres en fer et de planches en bois par des fans d’une équipe adverse.

AFP

Published

on

By

Seize personnes ont été arrêtées après la mort d’un supporter, battu à coups de barres de fer et de planches en bois par des fans d’une équipe adverse à Bandung (île de Java), a annoncé lundi la police locale, cité par Ouest-France.

L’incident mortel s’était déroulé dimanche avant un match entre le Persib Bandung et Persija Jakarta, deux grands rivaux dans le championnat d’Indonésie de football.

Haringga Sirla, un supporter de Persija Jakarta âgé de 23 ans, avait succombé à ses blessures devant le principal stade de la ville Bandung, situé à 150 kilomètres au sud-est de Jakarta.

C’est le septième supporter d’un des deux clubs tué depuis 2012, selon un spécialiste de football Akmal Marhali, ajoutant que Haringga Sirla étant le 70e fan de foot tué dans des violences liées au football depuis 1994.

En juillet, des supporters indonésiens ont lancé des pierres et des bouteilles sur l’équipe de Malaisie après sa victoire en demi-finale de la Coupe d’Asie des nations des moins de 19 ans face à l’équipe locale.

Lire la suite

Faits divers

France : un conducteur écrase un piéton et blesse un adolescent à Rhône

Ange Poireau

Published

on

Un homme a été interpellé et placé en garde à vue à Villeurbanne après avoir percuté mortellement un piéton et blessé un adolescent.

Le mise en cause était au volant du Range Rover et sous l’emprise de l’alcool au moment de son interpellation. Il avait fait la fête toute la nuit avec ses amis, rapporte Le progrès.

Selon le journal,  son alcoolémie au moment de l’accident était de 1,30g/l, soit plus du double autorisé. En revanche, il n’avait pas consommé de stupéfiants. Entendu par les policiers, il a reconnu le refus d’obtempérer, la conduite à vive allure, les outrages aux forces de l’ordre, les dégradations mais a déclaré ne pas avoir eu conscience qu’il renversait deux personnes.

L’autoentrepreneur dans le secteur du nettoyage, domicilié à  la Duchère, est accusé d’homicide volontaire, délit de fuite, rébellion, dégradation de biens privés et publics.

Ce n’est son premier délit. En 2016, il avait été obligé de porter un bracelet électronique pour une vingtaine de faits à savoir : délits routiers, cambriolages, filouterie, port d’armes, etc

Lire la suite