Connect with us

Europe

Polémique à Hong Kong autour d'une gare, possible cheval de Troie de Pékin

Publié

le

Un nouveau terminal ferroviaire sur le front de mer à Hong Kong assurera bientôt une liaison à grande vitesse avec le continent. Mais il provoque une levée de boucliers chez certains qui y voient un empiètement de la Chine au coeur même de l’ex-colonie britannique.

La nouvelle gare de West Kowloon, en plein centre de la métropole, comprendra une zone spéciale sous l’autorité de Pékin. Pour la première fois depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, les lois chinoises s’appliqueront à un bout du territoire hongkongais.

Des policiers chinois y effectueront les formalité d’immigration, des douaniers ou encore les services de sécurité du continent y seront déployés, en parallèle des contrôles des services hongkongais.

Les autorités chinoises comme hongkongaises expliquent que cet arrangement facilitera la vie des voyageurs. La nouvelle liaison mettra dès l’automne la nouvelle gare à une cinquantaine de minutes de Canton et un quart d’heure de Shenzhen, dans le sud de la Chine.

Mais aux yeux de ses adversaires, ce projet est un nouveau coup porté au statut semi-autonome dont bénéficie Hong Kong en vertu du principe “Un pays, deux systèmes”.

Hong Kong jouit de libertés inconnues sur le continent, comme la liberté d’expression et l’indépendance de la justice. L’Etat de droit est la clé de voûte de sa culture et de sa réussite en tant que centre d’affaires international.

Une série d’incidents, comme la disparition de cinq libraires hongkongais dont certaines publications déplaisaient à Pékin, et la disqualification de six députés rebelles, font toutefois craindre que la Chine ne soit en train de les éroder.

La gestion de la nouvelle gare, au coeur de cette problématique, ne fait que redoubler les peurs. Des Hongkongais se demandent comment ils devront se comporter dans la zone spéciale, s’ils pourront surfer sur des sites interdits en Chine comme Facebook ou Twitter, ou si y porter des vêtements barrés de slogans politiques leur vaudront une arrestation.

– ‘nervosité des juristes’ –

Le projet, adopté fin décembre par Pékin, doit encore recevoir le feu vert du Parlement hongkongais, lequel est contrôlé par le camp pro-chinois.

L’Association du barreau de Hong Kong s’est dite “horrifiée” tandis que des juristes de premier plan ont remis en cause sa légalité.

“La nervosité de la communauté juridique est nourrie par les coups continus et répétés portés à l’Etat de droit tel que nous le connaissons”, déclare à l’AFP l’avocat Randy Shek.

La mini-Constitution de Hong Kong stipule clairement que les lois chinoises ne s’appliquent pas au territoire, à part dans certains domaines bien précis comme celui de la défense.

L’avocat Johannes Chan accuse Pékin d’avoir outrepassé ses pouvoirs. “De fait, on est dans l’absence d’Etat de droit”.

La disparition en 2015 de cinq libraires, dont l’un s’était volatilisé dans un entrepôt de Hong Kong, avait nourri la suspicion que des agents de sécurité chinois opéraient illégalement sur le territoire.

En 2016, suite à une “interprétation” par Pékin de la loi fondamentale hongkongaise, des députés démocrates et indépendantistes fraîchement élus avaient été disqualifiés pour avoir manifesté leur hostilité à la Chine en prêtant serment.

– respect de l’Etat de droit –

Et le placement en détention l’année dernière d’étudiants qui avaient pris la tête de l’immense mouvement prodémocratie de 2014 n’a rien fait pour apaiser les inquiétudes.

Les autorités chinoises et hongkongaises assurent que le système hongkongais n’est pas menacé.

La dirigeante de l’exécutif hongkongais Carrie Lam a aussi accusé les députés d’opposition d’être des “élitistes” au motif qu’ils jugent que la loi hongkongaise prévaut sur la loi chinoise.

“Ils ne veulent pas accepter la réalité, le fait que la Chine est l’Etat souverain de Hong Kong”, dit à l’AFP Junius Ho, député pro-Pékin et avocat.

D’autres juristes se mobilisent pour défendre le statut de la ville.

L’avocat britannique Philip Dykes, candidat à la prochaine présidence du Conseil du barreau de Hong Kong, explique que celui-ci a “le devoir de faire respecter l’Etat de droit et de protester” contre toute menace.

Randy Shek, également candidat à un fauteuil au sein de ce Conseil, se défend de faire de la politique. Mais le “barreau doit protester contre tout signe d’attaque de ce principe très fondamental qui a fait de Hong Kong ce qu’elle est”, dit-il. “Les signaux d’alarme sont partout”.

Source: AFP

Europe

Belgique : une voiture fonce dans une course cycliste, 19 blessés

Published

on

By

Photo d’illustration – Tim de Waele/Getty Images

19 coureurs cyclistes ont été blessés ce dimanche après-midi alors qu’ils disputaient une course à Wasmes (Colfontaine, Belgique). Selon les premiers témoignages, une voiture aurait percuté des coureurs.

19 coureurs cyclistes ont été blessés à des degrés divers lors d’une course cycliste organisée ce dimanche après-midi à Wasmes, située à une petite vingtaine kilomètres de la frontière française.

Les compétiteurs couraient dans le cadre du championnat provincial hors-FCWB. Ils étaient à 3 km e l’arrivée quand une mère de famille a fait demi-tour avec sa voiture devant eux.

“Cet accident s’est produit par pure coïncidence”, indique le bourgmestre de Colfontaine Luciano D’Antonio à la RTBF.

3 enfants à bord du véhicule
“Le rue de la Louise est en forte pente et les coureurs y roulaient à une vitesse comprises entre 70 et 80 km/h”, indique le bourgmestre. “C’est alors qu’une mère de famille, qui était au volant de sa voiture avec ses trois enfants à bord, a fait demi-tour pour une raison inconnue.

Un premier coureur a percuté le véhicule, avant ses poursuivants. Trois coureurs, originaires respectivement de Flandre, des Pays-Bas et d’Allemagne, souffrent de fractures ouvertes. Quatre coureurs ont subi une commotion. Les autres souffrent de blessures légères.

La 3ème course annulée
Neuf véhicules médicalisés ont été dépêchés sur place et les blessés ont été répartis dans les hôpitaux de la région.

La troisième course du jour a été annulée par l’organisateur, et le parquet de Mons a été avisé des faits.

Lire la suite

Europe

Pays-Bas : une camionnette fauche des festivaliers, un mort et trois blessés

Published

on

By

Quatre piétons ont été fauchés par une camionnette à un festival de musique aux Pays-Bas tôt lundi matin.

Une camionnette a foncé sur des piétons au festival Pinkpop, dans le sud des Pays-Bas, dans la nuit de dimanche à lundi. Une personne est morte, trois autres ont été grièvement blessées, rapportent les secours.

Le conducteur en fuite
On connait peu de détails sur l’événement pour le moment. Le conducteur de la camionnette, qui a pris la fuite, est activement recherché. Dans un communiqué, la police précise qu’il s’agit d’une Fiat Doblo.

Un acte volontaire ?
Les autorités tentent de déterminer si son acte était volontaire ou non, s’il s’agit d’un accident ou d’un acte terroriste. Des prélèvements techniques sont effectués par la police sur la chaussée.

Un festival très populaire
L’incident a eu lieu vers 04h du matin, près du camping jouxtant le festival où de grands noms de la musique se sont produits, comme Pearl Jam, les Foo Fighters et Bruno Mars. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux concerts depuis vendredi.

Lire la suite

Europe

Un taxi heurte des passants à Moscou : 7 blessés, le conducteur interpellé

AFP

Published

on

By

Un taxi a blessé samedi sept personnes dans le centre de Moscou, à deux pas de la place Rouge, le chauffeur, qui a été interpellé, ayant apparemment perdu le contrôle de son véhicule selon les autorités russes, dont le pays accueille la Coupe du Monde.

“Aujourd’hui, près de la rue Ilinka, au numéro 5/2, un chauffeur de taxi est monté sur le trottoir et a heurté les passants”, a indiqué le ministère russe de l’Intérieur dans un communiqué.

Après avoir annoncé d’abord huit blessés, le ministère a ensuite actualisé le bilan, indiquant que sept personnes seulement avaient été blessées. Parmi elles se trouve deux citoyens mexicains “légèrement blessés” selon l’ambassade du Mexique en Russie.

“Il s’agit d’un banal accident de la route, qui n’a pas causé de blessures graves”, a déclaré une source au sein des services médicaux cités par l’agence Interfax.

“La cause préliminaire de l’accident est la perte du contrôle du véhicule. Le chauffeur a été interpellé et amené au poste de police”, a indiqué le ministère russe des Affaires intérieures, précisant que ces informations “continuent à être vérifiées”.

L’acte “n’a pas été prémédité, d’après ce qu’a dit le conducteur”, a déclaré le Centre de surveillance du trafic routier à Moscou, sur Twitter.

Le chauffeur est de nationalité kirghize et a 28 ans, selon une photo de son permis de conduire publiée par le centre sur le réseau social.

D’autres photos de la même source montrait le taxi, une Honda Solaris de couleur jaune, sur le trottoir, le pare-choc tombé à terre.

Une vue aérienne montrait la scène d’accident, avec une demi-dizaine de voitures de police déployées et deux ambulances aux brancards vides.

La rue Ilinka, qui débouche sur la place Rouge et qui est très fréquentée, a été temporairement fermée avant d’être à nouveau ouverte à la circulation vers 17H00 GMT, a annoncé le centre sur Twitter.

La Russie accueille depuis jeudi et jusqu’au 15 juillet la Coupe du Monde de football dans 11 villes, dont Moscou. Des centaines de milliers de supporters venant du monde entier sont attendus en Russie.

La Russie reste l’un des premiers pays au monde pour la mortalité sur les routes, notamment en raison de l’alcoolisme, du mauvais état des infrastructures routières et du non respect des règles de la circulation.

En 2017, plus de 19.000 personnes sont mortes sur les routes russes.

Lire la suite

Facebook

Lettre d’information




cinéma