Connect with us

Paris (AFP) – Un carré blond, une spectaculaire robe noire, des films populaires, puis un retour réussi à la télévision. Mireille Darc, actrice emblématique des années 1960-70, réalisatrice, est décédée dans la nuit de dimanche à lundi à Paris, à 79 ans, son ami Alain Delon à son chevet.

“Mireille Darc est partie cette nuit, chez elle à Paris. Elle a été très entourée jusqu’au bout par ses proches dont son époux et aussi Alain Delon, présent jusqu’à la fin”, a indiqué son agent à l’AFP.

Elle avait formé avec l’acteur un couple très en vue pendant une quinzaine d’années, après leur rencontre sur le tournage de “Jeff” (1968). Les deux acteurs s’étaient retrouvés sur les planches en 2007 pour jouer “Sur la route de Madison” au théâtre Marigny.

“Elle s’est endormie (…) après une année de bataille et de souffrance, elle a tellement aimé la vie, elle a vécu d’amour, “cette eau fraîche qui coule dans mes veines” disait-elle”, a déclaré son mari, l’architecte Pascal Desprez, dans un message lu sur RTL par Marc-Olivier Fogiel.

Mireille Darc, surnommée “La grande sauterelle” après la sortie du film éponyme en 1966, avait tourné dans une cinquantaine de longs métrages pour le cinéma, dont près d’une quinzaine avec Georges Lautner.

Née le 15 mai 1938, Mireille Aigroz – qui choisit son pseudonyme en référence à Jeanne d’Arc – affiche une ambition à toute épreuve lorsqu’elle débarque à Paris de Toulon en 1959, avec pour bagage un diplôme d’art dramatique du Conservatoire.

Entre baby-sitting et mannequinat, la jeune provinciale – “maigre, brune et plate” selon ses propres mots – accepte toutes les propositions, au théâtre comme à la télévision.

Silhouette élancée, casque blond platine coupé au carré, la jeune comédienne conquiert rapidement le grand public, avec son allure de vamp garçonne au grand coeur et désinvolte.

En 1963, elle a déjà une dizaine de films à son actif quand elle tourne pour la première fois avec Georges Lautner, qui en fait une vedette avec “Des pissenlits par la racine”, puis “Les Barbouzes” un an plus tard.

En 1972, la comédie “Le grand blond avec une chaussure noire”, d’Yves Robert avec Pierre Richard, la montre dans une robe noire signée Guy Laroche, dénudant largement son dos. Son image de sex-symbol s’installe durablement, l’actrice est volontiers comparée à Brigitte Bardot et même à Marilyn Monroe.

– Liberté et chic français –

Elle essaie de changer de registre, avec “Les Seins de glace” de Lautner en 1974, ou “L’homme pressé” d’Edouard Molinaro en 1977. Mais son image de vamp un peu niaise lui colle à la peau.

Avec Delon, elle joue dans plusieurs films dont “L’homme pressé”, “Mort d’un pourri”, ou “Borsalino”.

Au début des années 1980 le couple se sépare. Mireille Darc connaît une traversée du désert professionnelle et de gros ennuis de santé.

Atteinte depuis l’enfance d’un souffle au coeur, elle subit en 1980 une opération à coeur ouvert, avec implantation d’une valve cardiaque, et sera de nouveau opérée en 2013.

Fin 2016, elle restera hospitalisée trois mois, pour deux hémorragies cérébrales consécutives.

Délaissée par le cinéma, Mireille Darc était revenue sur le devant de la scène dans les années 1990 par la télévision, renouant avec la popularité dans des rôles de femme décidée et indépendante dans plusieurs séries comme “Les coeurs brûlés” ou “Les yeux d’Hélène”.

A la même époque, elle se lance dans la réalisation de documentaires, sur les greffes d’organes, le cancer, la prostitution ou, plus récemment, en 2015, les femmes SDF.

Le dernier portait sur l’excision. Il doit être prochainement diffusé sur France 2.

Dès l’annonce du décès de l’actrice, les réactions ont afflué.

Brigitte Bardot a confié à l’AFP pleurer sa “petite soeur de cinéma qui avait gardé son âme d’enfant”, une femme qui “donnait plus qu’elle ne recevait” et une “délicieuse actrice”.

“Longue/mince/belle/frangée de blond/l’oeil rieur elle a incarné la liberté de la femme dans toute sa splendeur. Le chic français”, a tweeté Gilles Jacob, l’ancien président du Festival de Cannes.

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a salué “une grande figure du cinéma français”, “une femme de courage et d’engagement”.

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma

Rebel Wilson de retour devant les tribunaux australiens pour appel en diffamation

Ange Poireau

Published

on

Rebel Wilson (c) Getty images

Rebel Wilson a demandé à la plus haute cour d’Australie d’augmenter le paiement de l’actrice comique d’une affaire de diffamation contre un éditeur de magazine.

La femme de 38 ans, mieux connue pour ses rôles dans les films “Pitch Perfect” et “Bridesmaids”, a reçu en septembre un record australien de 4,6 millions de dollars australiens (3,5 millions de dollars) en dommages.

Un jury de la Cour suprême de l’État de Victoria a conclu que l’éditeur allemand Bauer Media l’avait diffamée dans une série d’articles en 2015, affirmant qu’elle avait menti sur son âge, l’origine de son prénom et son éducation à Sydney.

Mais trois juges à la Cour d’appel le mois dernier ont confirmé un appel de Bauer et réduit le paiement de Wilson à 600 000 dollars australiens (454 000 dollars).

La cour d’appel a statué que le juge John Dixon n’aurait pas dû indemniser Wilson pour ses rôles au cinéma, y ​​compris «Trolls» et «Kung Fu Panda 3», qu’elle a perdus en raison des dommages que les articles ont causés à sa réputation.

Elle a également été condamnée à payer 80% des frais légaux de Bauer pour son appel.

Wilson a déposé une demande à la Haute Cour mercredi soir pour rétablir la décision de Dixon. Le registre de la Haute Cour a rendu publics les documents judiciaires jeudi.

La Cour d’appel a infirmé la conclusion de Dixon selon laquelle la carrière de Wilson avait été «ascendante» avant les articles, affirmant plutôt que le juge avait donné «une image de la trajectoire de carrière du demandeur qui surestimait son succès et ignorait son hoquet».

Selon les documents de la cour, les avocats de Wilson diront que Dixon avait raison, et qu’il avait également raison de conclure que les articles avaient provoqué une «grande tempête médiatique internationale» affectant la carrière et la réputation de Wilson.

L’avocat soutient également que la Cour d’appel a eu tort de conclure que Wilson devait prouver une perte économique en démontrant qu’un projet avait été annulé.

Un seul juge de la Haute Cour entendra la demande de Wilson à une date encore à déterminer.

Le juge rejetterait alors son appel ou statuerait que l’assemblée plénière de sept juges l’entendrait.

Lire la suite

Cinéma

L’actrice française Catherine Deneuve remporte un prestigieux prix japonais

Ange Poireau

Published

on

Catherine Deneuve s'est excusée auprès des victimes de viols et de harcèlements après la tribune pour la "liberté d'importuner" qui a fait polémique.VALERY HACHE AFP

L’actrice française Catherine Deneuve a reçu l’un des prix artistiques les plus lucratifs du monde mercredi.

La star des classiques tels que “Les Parapluies de Cherbourg” et “Belle de Jour”, qui a fait son nom dans les années 1960 en jouant des beautés séduisantes, est l’une des trois personnalités françaises honorées par le Praemium Imperiale de cette année.

Deneuve, 74 ans, a déclenché une réaction féministe mondiale plus tôt cette année en défendant le droit des hommes à “frapper” sur les femmes à la suite du scandale Harvey Weinstein.

Elle a par la suite tenté de ramer sur une lettre ouverte attaquant le mouvement #MeToo qu’elle a cosigné dans le quotidien français Le Monde, insistant sur le fait qu’il n’y avait “rien de bon à propos du harcèlement“.

Chaque année, cinq artistes internationaux reçoivent le prix Praemium Imperiale d’une valeur de 15 millions de yens (117 000 euros, 137 000 dollars).

L’architecte français Christian de Portzamparc, 74 ans, lauréat d’un Pritzker, a également été honoré cette année avec l’artiste surréaliste franco-belge Pierre Alechinsky, âgé de 90 ans, dont l’une des peintures est actuellement exposée au bureau du président français Emmanuel Macron.

L’artiste japonais Fujiko Nakaya, 85 ans, célèbre pour ses sculptures de brouillard qui ont brouillé les galeries à travers le monde, et le chef italien Ricardo Muti, 77 ans, recevront également des prix du prince Masahito, le frère cadet de l’empereur Akihito.

Un prix parallèle pour les jeunes artistes a été décerné à la Shakespeare Schools Foundation britannique, qui organise le plus grand festival de théâtre pour la jeunesse au monde.

Près de 150 artistes ont reçu le prix au fil des années, y compris le regretté directeur suédois Ingmar Bergman et le compositeur américain Leonard Bernstein.

Lire la suite

Cinéma

Palmarès du 71e Festival de Cannes

Published

on

Palmarès du 71e Festival de Cannes dévoilé ce samedi soir.

– Palme d’or: “Une affaire de famille” du Japonais Hirokazu Kore-Eda

– Grand Prix: “BlacKkKlansman” de l’Américain Spike Lee

– Prix du jury: “Capharnaüm” de la Libanaise Nadine Labaki

– Palme d’or spéciale: le réalisateur Franco-Suisse Jean-Luc Godard, qui était en compétition avec “Le livre d’image”

– Prix de la mise en scène: le Polonais Pawel Pawlikowski pour “Cold War”

– Prix du scénario ex aequo: la réalisatrice italienne Alice Rohrwacher pour “Lazzaro Felice” et les Iraniens Jafar Panahi et Nader Saeivar pour “Trois visages”

– Prix d’interprétation féminine: la Kazhake Samal Esljamova pour son rôle dans “Ayka”

– Prix d’interprétation masculine: l’Italien Marcello Fonte pour son rôle dans “Dogman”

– Camera d’or: “Girl”, du Belge Lukas Dhont

– Palme d’or du court métrage: “All these Creatures” de l’Australien Charles Williams

– Mention spéciale du court métrage: “Yan Bian Shao Nian” du Chinois Wei Shujun

Lire la suite