Marine Le Pen reprend l’offensive sur l’insécurité avant un congrès délicat - LaMinuteInfo

Marine Le Pen reprend l’offensive sur l’insécurité avant un congrès délicat

Marine Le Pen, discrète depuis son échec à la présidentielle, a repris l’offensive cette semaine contre le gouvernement sur l’insécurité et l’immigration, thèmes fondamentaux de son parti, à deux mois d’un congrès délicat.

“La multiplication des agressions de policiers les font se sentir comme une nouvelle cible de la criminalité”, a déploré jeudi la présidente du Front national, interrogée par l’AFP.

La veille, la dirigeante frontiste avait revêtu un gilet pare-balles pour suivre une tournée de nuit de la brigade anticriminalité (BAC) du 10e arrondissement de Paris et dénoncer “un manque de moyens humains et matériels” dans la police.

Les auteurs des violences contre les forces de l’ordre, comme à Champigny-sur-Marne, “ne sont pas traités avec la sévérité qu’on pourrait attendre”, estime la présidente du FN. Celle-ci prône des peines planchers pour les agresseurs et une présomption de légitime défense pour les policiers.

La criminalité est “la conséquence de l’immigration”, qui “va s’accélérer avec le projet de loi du gouvernement” sur l’asile et l’immigration, affirme-t-elle, à rebours des critiques que ce texte suscite parmi les associations d’aide aux étrangers, qui craignent davantage de contrôles des migrants.

Marine Le Pen, qui s’était montrée discrète depuis son échec à la présidentielle en mai, suscitant des interrogations y compris au sein du parti sur sa capacité à diriger le mouvement, a aussi tenu mercredi une conférence de presse sur le thème de l’insécurité, ironisant sur l’installation de téléphones dans les prisons.

“Et pourquoi pas un room service tant qu’on y est?”, a-t-elle lancé sur le même sujet à ses militants dimanche dans l’Orne, huitième étape sur douze de sa tournée de refondation du parti.

– “Resserrer les rangs” –

La députée du Pas-de-Calais, dont la candidature à la présidentielle a particulièrement séduit les zones rurales, a opportunément lancé une pétition contre la limitation à 80 km/h de la vitesse sur les routes secondaires – qui a recueilli jeudi 32.000 signatures, avec une vidéo qui a généré 1,2 million de vues -, contre la “persécution” des automobilistes” par un gouvernement qui “ne fait rien pour lutter contre les délinquants” ou “les terroristes”.

Marine Le Pen veut être perçue comme la “seule” voix d’opposition à Emmmanuel Macron, avant que le président des Républicains Laurent Wauquiez, dont le parti avance des propositions parfois proches de celles du FN, ne fasse sa rentrée sur France 2 le 25 janvier.

“Entre nous et Macron, il n’y aura rien”, martèle-t-elle.

Ces thèmes traditionnels du FN, très fédérateurs dans le parti, sont aussi “une manière pour Marine Le Pen de montrer qu’elle est la boss et de resserrer les rangs” des militants, à deux mois du congrès des 10 et 11 mars à Lille, explique le politologue Sylvain Crépon.

Son retour sur les scènes médiatique et politique lui permet de retrouver “la motivation” car “son image a été écornée après le débat de l’entre-deux-tours, et il faut maintenant rebondir”, ajoute-t-il.

Les militants reconduiront certes Mme Le Pen à la tête du parti, où elle est seule candidate. Mais ils voteront aussi sur un changement de nom du FN et de ses instances, qui fait débat et l’expose à une forme de désaveu s’ils votaient “non”.

Mme Le Pen considère qu’il faut changer d’appellation pour changer le Front national. Mais son père Jean-Marie, cofondateur du parti, estime que l’abandon du nom, qui date de la création du parti en 1972, serait une “véritable trahison” des militants et des électeurs.

Sébastien Chenu, porte-parole du FN “espère” que le FN sera rebaptisé tandis que le député apparenté FN du Gard Gilbert Collard a changé d’avis et juge que “ça ne servira strictement à rien”.

Pour l’ancienne eurodéputée, il s’agit aussi de fédérer les militants en vue de la prochaine échéance électorale des européennes en 2019, qui suscite des questions en interne. Certains cadres poussent Marine Le Pen à conduire la liste, qui sera nationale, tandis que d’autres avancent qu’elle pourrait être menée par quelqu’un d’extérieur au FN.

AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *