Le maire de Caracas, figure de l'opposition, se réfugie en Colombie - LaMinuteInfo

Le maire de Caracas, figure de l'opposition, se réfugie en Colombie

Le maire de Caracas Antonio Ledezma, figure de l?opposition vénézuélienne qui se trouvait en résidence surveillée pour conspiration présumée contre le gouvernement de Nicolas Maduro, s’est réfugié vendredi en Colombie, dont il a demandé “l’aide”.

“Ma voix se joint au choeur des Vénézuéliens qui ont demandé de l’aide à la Colombie”, a déclaré M. Ledezma aux journalistes à Cucuta, ville frontalière avec le Venezuela, avant de se rendre à Bogota où il a atterri à la mi-journée.

Les services migratoires colombiens avaient annoncé l’arrivée de l’opposant dans la matinée.

Assigné à résidence, le maire de la capitale vénézuélienne, un avocat de 62 ans, “est entré dans le territoire colombien par voie terrestre, sur le pont international Simon Bolivar, depuis la commune de Villa del Rosario”, avaient-ils précisé.

Interrogé sur le sujet à Washington, le vice-président colombien Oscar Naranjo a assuré que la présence de l’opposant vénézuélien “en Colombie serait transitoire, avant qu’il aille en Espagne”.

Antonio Ledezma a affirmé aux journalistes avoir parlé par téléphone au président colombien Juan Manuel Santos, dont le gouvernement est l’un des plus critiques envers ce qu’il considère comme une “dictature” du président Maduro.

Plusieurs magistrats vénézuéliens destitués et menacés de poursuites ont trouvé refuge ces derniers mois en Colombie, notamment l’ex-procureure générale Luisa Ortega.

M. Ledezma a dit avoir quitté son pays après avoir appris l’existence d’un “plan” du gouvernement à son encontre, dont il n’a pas donné de détails.

“Moi je ne veux pas être l’otage d’une tyrannie, que l’on m’utilise pour faire plier l’opposition”, a-t-il déclaré.

Il a aussi raconté sa fuite: “Cela a été une traversée digne d’un film, en passant par plus de 29 postes entre ceux de la Garde nationale et de la police du gouvernement”.

A Caracas, plusieurs patrouilles des services secrets se trouvaient vendredi face à la maison de M. Ledezma et dans son quartier, dans l’est de la capitale.

“Je sais que sa vie était en danger en raison de sa posture ferme et cohérente face à la volonté de relancer le faux dialogue” entre gouvernement et opposition, qui doit reprendre en décembre en République dominicaine, a affirmé sur Twitter Maria Corina Machado, autre figure de l’opposition.

Le secrétaire de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a réagi aussi sur Twitter à la nouvelle en envoyant son “salut à Antonio Ledezma, référent moral du Venezuela, désormais libre pour mener la lutte depuis l’exil afin d’instaurer un système démocratique dans son pays”.

Figure emblématique de l’opposition vénézuélienne comme Leopoldo Lopez, lui aussi en résidence surveillée, Antonio Ledezma avait été arrêté et incarcéré en février 2015 après avoir été accusé de complot contre le président et d’association de malfaiteurs. Le parquet réclame 16 ans de prison à son encontre.

En avril de la même année, cet homme aux fines lunettes, front dégarni et cheveux blancs, avait été assigné à résidence pour raison de santé, après une intervention chirurgicale.

M. Ledezma est un vétéran de la politique formé au sein du parti Action démocratique (social-démocrate), formation politique la plus puissante du pays jusqu’à l’arrivée de Hugo Chavez au pouvoir en 1999.

Marié et père de trois enfants, il a été député (1984-1992), gouverneur (1992-1993), sénateur (1994-1996) et maire d’un district de la capitale (1996-2000).

Élu maire de la capitale en 2009 puis réélu en 2013, il avait été brutalement interpellé en 2015 dans ses bureaux par plusieurs dizaines d’agents des services secrets armés, portant cagoules et gilets pare-balles.

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *