Connect with us

Europe

Le gouvernement britannique remporte un vote majeur sur le Brexit

AFP

Publié

le

La Première ministre britannique Theresa May a évité mardi une dangereuse défaite lors de l’examen de son projet de loi sur le Brexit, après le rejet d’un amendement qui aurait donné au Parlement un droit de veto sur le résultat des négociations avec Bruxelles.

Les députés ont rejeté par 324 voix contre 298 cet amendement qui aurait octroyé au Parlement le pouvoir de renvoyer le gouvernement à la table de négociations si l’accord obtenu avec Bruxelles ne lui convenait pas.

Ce vote a été obtenu à l’issue d’ultimes discussions entre le gouvernement conservateur et les députés tories pro-UE, qui ont donné lieu à des scènes spectaculaires au Parlement, les ministres négociant d’arrache-pied avec les parlementaires au beau milieu de la chambre des Communes.

Etant donnée sa courte majorité, et face à des récalcitrants à la ligne qu’elle a tracée, Theresa May craignait une défaite qui aurait eu de lourdes conséquences sur sa marge de manoeuvre – voire sa survie à la tête de l’exécutif.

Le projet de loi, intitulé “Loi (de retrait) de l’Union européenne”, doit mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit britannique, et organiser la transposition de certaines règlementations européennes.

Les députés, qui avaient adopté une première version en janvier, se prononcent jusqu’à mercredi sur une série d’amendements introduits lors de l’examen du texte à la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique, allant à l’encontre du projet gouvernemental.

Soucieuse d’éviter un camouflet, Theresa May s’est personnellement impliquée dans les tractations de dernière minute en recevant des députés conservateurs pro-UE dans son bureau au Parlement. Lundi soir, elle avait également convoqué l’ensemble des députés de son parti pour les rappeler à l’ordre.

“Nous devons montrer clairement que nous sommes unis, en tant que parti, dans notre détermination à mettre en place la décision prise par le peuple britannique” qui avait voté à 52% pour sortir de l’Union européenne en juin 2016, avait-elle dit.

Une mise en demeure qui avait conduit le secrétaire d’Etat à la Justice, Phillip Lee, pro-UE, à annoncer sa démission mardi matin afin de voter librement, a-t-il expliqué.

– Tensions, négociations –

Reste désormais à savoir quelles concessions le gouvernement a-t-il accordées aux députés pro-UE pour empêcher leur rébellion. Selon Robert Buckland, conseiller juridique de l’exécutif, les préoccupations soulevées par ces derniers, portant sur le rôle du Parlement en cas d’absence d’accord avec Bruxelles, seront intégrées à un amendement qui sera soumis à un vote des Lords, lundi prochain.

Mais à ce stade, ces concessions sont si “obscures que les conservateurs pro-Brexit et pro-UE pensent tous qu’ils ont gagné…”, a souligné sur Twitter une journaliste de la revue The Spectator, Katy Balls.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le ministère du Brexit a indiqué qu’un accord avait été trouvé pour la recherche d’un “compromis”, tout en précisant qu’il ne devrait pas “lier la main” du gouvernement dans les négociations avec Bruxelles.

L’opposition travailliste a elle fustigé la méthode gouvernementale. “Devant la perspective d’une défaite humiliante, Theresa May a été forcée (…) d’offrir de soi-disant concessions”, a réagi le député Keir Starmer, le “Monsieur Brexit” du Labour.

“Nous verrons les détails de ces concessions et demanderons des comptes aux ministres”, a-t-il prévenu.

Dans la journée, le débat au Parlement a donné lieu à des échanges acrimonieux entre parlementaires tories, dans une énième illustration des divisions qui agitent le parti conservateur.

Les positions des pro-UE? Une opération visant à “renverser la décision” des Britanniques de quitter le bloc européen, a lancé le pro-Brexit Bill Cash. Ce à quoi l’europhile Anna Soubry a répliqué en accusant les eurosceptiques de vouloir rechercher à tout prix un “Brexit dur”.

Dénonçant un climat nauséabond, elle a affirmé qu'”au moins un député sur ces bancs ne votera pas (…) selon sa conscience en raison de menaces”.

Sur un autre sujet qui pose problème, la possibilité de maintenir le Royaume-Uni dans l’union douanière, l’exécutif semble avoir trouvé un arrangement avec sa majorité, avec un amendement de compromis qui sera mis au vote mercredi.

Europe

Comcast remporte l’enchère sur Sky pour 30 milliards de livres sterling face à Fox

Reuters

Published

on

By

Le groupe de médias américain Comcast a remporté samedi l’enchère pour l’acquisition de l’opérateur britannique de télévision par satellite Sky pour lequel il a accepté de débourser environ 30 milliards de livres sterling (33,4 milliards d’euros).

Comcast était en compétition avec le groupe Twenty-First Century Fox de Rupert Murdoch pour cette acquisition qui s’est décidée suivant une procédure inhabituelle.

Le câblo-opérateur américain a proposé 17,28 livres sterling par action pour prendre le contrôle de Sky tandis que Fox offrait 15,67 livres par action, a indiqué le comité chargé de gérer les offres des deux repreneurs.

Cette acquisition constitue un revers pour Murdoch dont le groupe contrôle 39% de Sky. Le magnat tentait de prendre les rênes de l’opérateur britannique depuis décembre 2016.

Cela constitue également un revers pour le géant américain du divertissement Disney qui souhaitait acquérir pour 71 milliards de dollars (60 milliards d’euros) la majeure partie des avoirs cinématographiques et télévisuels de Fox, y compris Sky, si celle-ci était tombée dans le giron de Murdoch.

L’offre finale de Comcast était nettement supérieure à son entrée dans les enchères à 14,75 dollars par action et par rapport à la valeur du titre, à 15,85 livres, vendredi.

Cette attribution met fin à une bataille transatlantique qui faisait rage depuis le mois de février pour prendre le contrôle de Sky. Comcast avait lancé à cette date une offre d’acquisition de 31 milliards de dollars sur Sky face à celles de Fox et Disney.

La prise de contrôle de Sky va faire de Comcast le plus grand opérateur mondial de télévision à péage avec quelque 52 millions d’abonnés.

“C’est un grand jour pour Comcast”, a commenté Brian Roberts, patron de l’opérateur américain qui cherche à élargir ses activités à l’étranger au moment où sa croissance se ralentit sur le marché intérieur.

“Cette acquisition va nous permettre d’accroître rapidement, efficacement et de manière significative la base de notre clientèle et de nous développer internationalement”, a-t-il ajouté.

Comcast, qui possède la chaîne NBC et les studios Universal, a appelé les actionnaires de Sky à accepter son offre, souhaitant boucler la reprise avant la fin octobre.

 

Lire la suite

Europe

L’affaire Maassen relancée, le SPD remet en cause le compromis

AFP

Published

on

By

La dirigeante du Parti social-démocrate allemand, Andrea Nahles, a demandé vendredi à Angela Merkel de renégocier le compromis trouvé avec les conservateurs sur le sort de Hans-Georg Maassen, ancien chef du renseignement intérieur mis en cause pour ses propos sur les violences de Chemnitz.

Réagissant à cette demande, le porte-parole de l’Union chrétienne-sociale (CSU), la très droitière alliée bavaroise de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel, a jugé possibles de nouvelles discussions “si un consensus est possible”. “Nous y réfléchissons”, a-t-il dit.

Maassen, qui a douté de l’existence de “chasse aux migrants” en marge de manifestations d’extrême droite à Chemnitz, dans l’ex-Allemagne de l’Est, a été relevé mardi de ses fonctions à la tête de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) et muté au ministère de l’Intérieur, à un poste mieux rémunéré.

“Les réactions très majoritairement négatives de citoyens montrent que nous avons commis une erreur”, écrit la présidente du SPD à la chancelière et à Horst Seehofer, ministre de l’Intérieur et dirigeant de la CSU.

“Nous avons perdu la confiance au lieu de la rétablir. Cela devrait nous donner toutes les raisons de suspendre et de reconsidérer cet accord”, ajoute-t-elle.

Selon un sondage mené par l’institut Infratest Dimap pour ARD DeutschlandTrend et publié vendredi, le bloc conservateur CDU-CSU recueillerait 28% des voix si des élections étaient organisées aujourd’hui, devant le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), crédité de 18% des suffrages. Le SPD recueillerait 17% des voix.

D’après un sondage INSA, près de la moitié des Allemands sont favorables à des élections législatives anticipées.

Lors du scrutin de septembre dernier, le bloc CDU-CSU a obtenu 32,9% des voix, devant le SPD, 20,5%. L’AfD a fait son entrée au Bundestag avec 12,6% des suffrages.

Lire la suite

Europe

Election invalidée pour fraude dans la région de Vladivostok

Reuters

Published

on

By

La commission électorale de la région de Primorski, où se trouve la ville de Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, a invalidé jeudi le résultat d’un scrutin régional en raison de soupçons de fraude au bénéfice du candidat du Kremlin.

La présidente de la Commission électorale nationale russe s’était elle-même prononcée mercredi en faveur de la tenue d’un nouveau scrutin.

Le candidat au poste de gouverneur de la région de Primorski soutenu par le président Vladimir Poutine, Andreï Tarassenko, a été proclamé vainqueur de l’élection organisée dimanche dernier alors qu’il était devancé de plus de deux points par son adversaire communiste, Andreï Ichtchenko, après dépouillement de près de 99% des bulletins de vote.

Des manifestations de protestation étaient organisées depuis lundi à Vladivostok.

Le nouveau scrutin aura lieu d’ici trois mois.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement