Connect with us

L’ambassadeur des Etats Unis au Cameroun devrait quitter Yaoundé cette nuit (mercredi) l’Anecdote qui annonce l’information à la une de son édition à paraitre demain.

Le journal d’Amougou Belinga  a titré « Incident diplomatique: l’Ambassadeur des Etats Unis a quitté le Cameroun cette nuit ».

Peter Henry Barlerin  avait indiqué que Washington est préoccupé par l’avenir politique du Cameroun.

Dans un communiqué publié vendredi, la représentation américaine à Yaoundé a appelé le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, à penser à son héritage et à travailler sur la trace qu’il veut laisser dans l’histoire en suivant les exemples de Nelson Mandela et de George Washington.

A lire aussi: Le Cameroun pourrait expulser l’ambassadeur des Etats-Unis de Yaoundé

Alors qu’il est encore l’un des rares chefs d’Etat en Afrique avec une telle longévité au pouvoir, 36 ans, le président camerounais Paul Biya est de plus en plus contesté dans son pays. Une situation qui tend à se propager à l’extérieur. Ce vendredi 18 mai 2018, les Etats-Unis ont appelé le numéro 1 camerounais à penser à son avenir.

L’administration Trump n’y est pas allée de main morte. Dans un communiqué rendu public par l’ambassade des USA à Yaoundé, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin, a invité Paul Biya âgé de 85 ans depuis février dernier, à «penser à son héritage et à faire comme Nelson Mandela et George Washington».

A lire aussi: Calixthe Beyala: «nous n’avons pas besoin des Etats-Unis pour régler la crise anglophone»

Le chef de la représentation américaine qui intervient ainsi 24 heures après avoir été reçu en audience par le président camerounais au palais de l’Unité à qui il avait retransmis les félicitations de Donald Trump, le président américain, pour la fête de l’Indépendance du Cameroun (commémorée ce dimanche 20 mai), a fait ressortir l’histoire respectivement de l’ancien président sud-africain et de l’ancien président américain qui avaient tous les deux, faciliter la transition politique dans leurs pays, pour demander au chef d’Etat camerounais de «réfléchir à son héritage et à comment il souhaite que l’on se souvienne de lui dans les livres d’histoire», suscitant dans la foulée, la colère de Yaoundé.

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Georges Bekokon

    24 mai 2018 at 10 h 06 min

    Concernant le départ de l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, c’est un canular pur et simple. Informez-nous, s’il vous plait, et ne nous intoxiquez pas.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cameroun

Cameroun: deux civils abattus à Buea

Published

on

Au moins deux personnes ont été abattues ce lundi à Buea, capitale de la région du Sud-Ouest du Cameroun, a-t-on appris des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité camerounaises en patrouille dans cette zone auraient tiré sur les deux hommes autour de la rue de campagne Soppo, à Buea, selon des sources.

Un habitant de la rue 2 à Buea a déclaré qu’un camion militaire qui passait devant a tiré des coups de feu au milieu de la ville fantôme et que la population a plus tard découvert deux cadavres gisant dans les rues.

Un des civils tués a été identifié comme étant Emmanuel Ndam, les habitants étant encore sous le choc après l’incident. Buea reste dans son opération habituelle de ville fantôme, la plupart des entreprises étaient fermées lundi. Les rues étaient complètement désertes.

Dans un développement similaire, des sources affirment que le poste de gendarmerie de Bonjongo à Limbé, a été attaqué tard dans la nuit. Un élève gendarme a été blessé et les assaillants ont emporté  des armes.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: un «commandant» des forces séparatistes tué à Kumba

Published

on

Une tête forte du groupe des séparatistes d’Ambazonie a été tué vendredi par les forces de sécurité camerounaises à Kumba, ont indiqué des sources sécuritaire.

Le «commando» a été tué lors d’un raid militaire sur leur base vendredi.

Avec l’aide de sources d’information provenant de la population locale, les soldats ont lancé un assaut qui a conduit à de lourds échanges de tirs à Kossala, Kumba.

Plusieurs soldats de l’armée camerounaise auraient été blessés au cours de l’opération tandis que les combattants séparatistes ont pu s’enfuir avec le corps de leur «commandant» qui a ensuite été enterré dans un endroit secret.

Lire la suite

Cameroun

Au Cameroun, Elecam veut tenir «le pari d’un scrutin réussi»

Published

on

Elections Cameroon (ELECAM), l’organe chargé de la gestion et de l’organisation du processus électoral et référendaire, « tiendra le pari d’un scrutin réussi » à l’occasion de l’élection présidentielle du 7 octobre prochain a déclaré, dimanche à Douala, le président du conseil électoral Enow Abrams Egbé. Malgré l’insécurité dans les régions anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest avec des milliers de déplacés dus aux revendications sécessionnistes, « l’élection présidentielle se tiendra sans anicroche», a assuré Enow Abrams Egbe.

Il a ajouté :«à deux semaines du scrutin, le niveau de préparatifs rapporté par la direction générale et à l’issue de nos descentes est d’autant plus rassurante qu’il ne serait pas superflue d’affirmer aujourd’hui avec force qu’Elections Cameroon tiendra  n’en point douter le pari d’un scrutin réussi ».

Dans l’optique d’assurer le bon déroulement des élections, ELECAM va « veiller au respect du droit fondamental de vote et dans le même temps, renforcer le dialogue démocratique tout en consolidant la coloration entre ELECAM et les autres acteurs du processus électoral », a-t-il souligné.

Pour preuve, a-t-il indiqué, les bureaux de vote au nombre de 25.000  sont maintenus « dans l’ensemble du territoire national » où les 6,5 millions de personnes qui constituent le fichier électoral devraient remplir leur devoir civique.

Comme ELECAM, le gouvernement a déjà rassuré sur le déroulement du scrutin dans « la paix et la sérénité », indépendamment de la crise sociopolitique qui secoue le Nord-ouest et le Sud-ouest et des attaques de la secte terroriste Boko-haram dans la région de l’Extrême-nord où l’on continue d’enregistrer des attentats suicides.

Pour ce scrutin présidentiel, neuf candidats sont en lice parmi lesquels le président sortant Paul Biya au pouvoir depuis 36 ans. Il est présenté par des observateurs comme le favori à sa propre succession.

Lire la suite