Connect with us

Le patron de l’Organisation mondiale de la santé a annoncé avoir annulé dimanche la nomination du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS, tentant de mettre fin à la polémique.

“Au cours des derniers jours, j’ai réfléchi à la nomination de son excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS (…) en Afrique. En conséquence, j’ai décidé d’annuler cette nomination”, a écrit dans un communiqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères.

Le choix du président Mugabe annoncé cette semaine par le directeur général de l’OMS avait provoqué une levée de boucliers d’ONG dénonçant l’effondrement du système de santé zimbabwéen sous le régime Mugabe, mais aussi de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada.

M. Tedros, qui a pris la direction de l’agence en juillet et est le premier Africain a occuper ce poste, a ajouté dans son communiqué avoir “écouté attentivement” les critiques et parlé au gouvernement zimbabwéen.

“Nous avons conclu que cette décision servait au mieux les intérêts de l’Organisation mondiale de la santé”, a-t-il expliqué.

Au Zimbabwe, le ministre de l’Education supérieure, Jonathan Moyo, a réagi en disant que l’OMS risquait “de perdre tout son respect et sa bonne volonté” dans un tweet transmis avant la décision de dimanche.

M. Tedros avait annoncé en Uruguay la nomination du président Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l’OMS en félicitant le Zimbabwe, “un pays qui place la couverture universelle de santé et la promotion de la santé au centre de sa politique consistant à assurer la santé à tous”.

ONG, experts et militants ont cependant dénoncé le choix de l’OMS, critiquant l’effondrement du système de santé du Zimbabwe pendant les 37 années au pouvoir de M. Mugabe, un régime autoritaire et répressif. La plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d’équipements, les infirmières et les médecins sont régulièrement laissés sans salaires.

– Multiples pressions –

Le patron de l’OMS a subi de multiples pressions pour reconsidérer le choix de M. Mugabe, notamment venant des personnes les plus compétentes en matière de santé publique dans le monde.

Le directeur du Global Health Institute de l’Université américaine de Harvard, Ashish K. Jha, a souligné que M. Tedros avait pour mission de restaurer la crédibilité de l’OMS et que l’affaire Mugabe n’allait pas dans le bon sens.

“L’OMS a subi une crise existentielle avec sa manière désastreuse de réagir à la crise de la maladie d’Ebola (en Afrique de l’Ouest). L’élection du Dr Tedros est une chance de remettre les pendules à l’heure”, a-t-il écrit dans un courriel à l’AFP avant l’annonce de dimanche.

“La nomination de Mugabe, venant à la fin des cent premier jours de (M. Tedros à la tête de l’OMS), a été une erreur,” a-t-il ajouté. “L’annuler serait vraiment un signal fort indiquant que la direction écoute et est désireuse de répondre aux opinions du public mondial”, a-t-il ajouté.

L’ancienne ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Power, a lancé dans un tweet : “Tedros va sûrement annuler la nomination terrible de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté, mais le mal est fait”.

“L’unique personne pour laquelle Mugabe, 93 ans, s’est soucié de la santé pendant ses 37 ans de règne est lui-même”, a-t-elle écrit.

De nombreux critiques ont insisté sur le fait que le président Mugabe, dont la santé est fragile, se rendait lui-même à l’étranger pour y recevoir des soins médicaux.

Richard Horton, qui dirige le grand journal médical britannique The Lancet, a lancé : “DG de l’OMS veut dire directeur général de l’OMS, et non pas dictateur général. Tedros, mon ami, annulez votre décision, consultez vos collègues et repensez” à votre décision.

afp

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non classé

Crise à LR : Valérie Pécresse dénonce le “rétrécissement” de la droite

Published

on

By

Valérie Pécresse ne mâche pas ses mots contre la direction du parti LR et Laurent Wauquiez en particulier.

Si Laurent Wauquiez pensait calmer ses opposants au sein des Républicains, cela semble bien raté pour le moment. Au lendemain de l’éviction de Virginie Calmels, sa numéro 2, pour manque de solidarité avec la direction, le président de LR affronte encore des critiques ce lundi matin. Lors d’une conférence de presse consacrée à l’Europe, Valérie Pécresse, a ainsi dénoncé l’évolution du parti depuis son élection :

“Je me suis inquiétée il y a six mois du rétrécissement de notre famille politique, c’est un danger, une menace pour la droite française, et ce danger, cette menace, existe depuis six mois”, a-t-elle déclaré.

Face à la “montée des populismes”, “nous c’est sur les idées que vous nous trouverez pour élargir la droite et rassembler les deux droites”, a-t-elle affirmé, faisant valoir son propre mouvement, « Libres ! ».

Des critiques anciennes
Valérie Pécresse a toujours critiqué Laurent Wauquiez. Dès son élection, elle avait déclaré vouloir rester au sein de LR tout en refusant de donner un “blanc-seing” au nouveau président.

“Je fais le choix, avec tous ceux qui partagent ma sensibilité politique, de rester dedans mais d’être différent”, avait-elle déclaré à l’époque.

“Consternée” après l’affaire des propos enregistrés

Après l’affaire des propos enregistrés devant des étudiants lyonnais à l’EM de Lyon, elle avait aussi fait part de sa consternation face à l’attitude de Laurent Wauquiez, qui n’a toujours pas réagi face à cette nouvelle salve de critiques contre lui.

Dimanche soir, le président du parti les républicains a annoncé avoir limogé Virginie Calmels, sa numéro 2, avec laquelle il était en conflit ouvert sur la stratégie du parti. L’ancien ministre, Jean Leonetti, a été nommé à la place de l’ancienne dirigeante d’Endemol.

Lire la suite

Non classé

Entretien téléphonique entre le Président de la République, Emmanuel Macron, et Fayez Sarraj, Premier ministre de Libye

Published

on

Le Président de la République s’est entretenu par téléphone, ce dimanche 17 juin, avec le Premier ministre de Libye, M. Fayez Sarraj.

Après la conférence internationale sur la Libye réunie à Paris le 29 mai dernier sous l’égide des Nations unies, les deux dirigeants ont fait le point sur la situation sécuritaire et politique en Libye.

Le Président de la République a réaffirmé son soutien aux autorités libyennes et notamment aux efforts du Premier ministre Sarraj pour organiser des élections en Libye d’ici à la fin de l’année, dans le cadre collectif défini à Paris et acté par l’ONU début juin.

Les deux dirigeants ont également échangé sur le contrôle des flux migratoires entre la Libye et l’Europe. Ils ont décidé dès à present, dans la continuité de la visite du Président du Conseil des ministres italien vendredi 15 juin à Paris, de renforcer encore leur coopération pour mieux maîtriser les flux migratoires et lutter plus efficacement contre les filières criminelles de traite des êtres humains.

 

Lire la suite

Non classé

Coupe du monde 2018: l’Egyptien Salah “presque” assuré “à 100%” de jouer

Published

on

Un cliché polémique avec Ramzan Kadyrov, l’homme fort de la Tchétchénie, la pression de tout un peuple fou de foot qui pèse sur sa clavicule convalescente et un anniversaire vendredi le jour du match contre l’Uruguay au Mondial-2018: Mohamed Salah, star de l’Egypte, vit une semaine insensée.

Jouera, jouera pas ? Les fans de foot autour de la planète, et ceux des Pharaons particulièrement, vivent dans l’angoisse depuis que le 26 mai. Ce soir là, le crack de Liverpool a été blessé dans un contact en forme de prise de judo avec Sergio Ramos en finale de la Ligue des champions.

“Je peux presque vous assurer à 100% qu’il jouera”, a lâché jeudi le sélectionneur de l’Egypte Hector Cuper à la veille de l’entrée en lice de son équipe en Coupe du monde contre l’Uruguay à Ekaterinbourg.

“Salah va bien et récupère très vite. Nous devons encore voir comment l’entraînement va se dérouler aujourd’hui (…) nous sommes tous très optimistes pour sa présence sur le terrain”, a ajouté le sélectionneur argentin.

S’il joue, gare aux chocs: l’Uruguay évolue avec Luis Suarez, buteur-déménageur des surfaces qui avait mordu à l’épaule un adversaire italien au Mondial-2014. Et Diego Godin, défenseur central de la Celeste, est considéré comme un des joueurs les plus solide et rugueux du football international…

Mais comment penser jouer sans lui ? “A chaque fois que l’Egypte attaque, Salah représente peut-être 60-70% de cette qualité de jeu, de la transition défense-attaque. La référence, c’est toujours Salah, c’est toujours le couloir droit. La qualité de Salah, et c’est pour ça que l’équipe joue tout pour lui, c’est qu’il règle les problèmes de l’Egypte grâce à son efficacité”, expose à l’AFP Paulo Duarte, sélectionneur du Burkina Faso, victime d’un but de Salah lors de la demi-finale de la CAN-2017.

“Si l’Egypte perd cette force offensive, c’est sûr qu’elle ne va pratiquement que défendre parce qu’elle n’a pas les moyens de jouer haut. Salah c’est sa force. Avec lui c’est une chose, sans lui c’est autre chose”, conclut Duarte.

– “Notre fils” –

Le jour du match, Salah fêtera ses 26 ans, point d’orgue d’une drôle de semaine pour l’ancien joueur de Rome depuis que son équipe a pris ses quartiers à Grozny. Un cliché de lui, main dans la main avec l’homme fort de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, a fait le tour de la planète suscitant bien des polémiques.

Le dirigeant de cette république russe du Caucase était lui-même parti chercher le crack des Reds à l’hôtel en voiture pour le faire venir sur le terrain. Et saluer un public de quelque 8.000 spectateurs.

“L’homme qui a tiré Salah de son sommeil est accusé de +tortures et meurtres extrajudiciaires+”, a souligné le quotidien britannique The Sun. Mais qu’est venue faire l’Egypte à Grozny, une ville qui n’accueillera aucun match du Mondial ? Officiellement, l’équipe a voulu rester dans l’ombre, loin du public, des caméras et des médias pour ne pas perturber la quiétude de Pharaons qui ne s’étaient plus qualifiés depuis 28 ans.

La Tchétchénie est historiquement très majoritairement musulmane. Le fait que le début du Mondial coïncide avec la fin du ramadan a considérablement joué dans le choix de cette ville très conservatrice par la sélection égyptienne.

S’il joue, dans quel état sera Salah ? Avant le départ pour Ekaterinbourg mercredi, le buteur est apparu pour la première fois à l’entraînement avec ses coéquipiers. Il a ensuite repris son traitement avec le kinésithérapeute de Liverpool Ruben Pons, resté à ses côtés.

L’équipe égyptienne ne veut prendre aucun risque pour le meilleur joueur africain de l’année 2017 et d’Angleterre pour la saison 2018. Le directeur de la sélection, Ehab Lahita, parle de lui comme “notre fils”, assurant que Liverpool n’exerce pas de pression pour que le joueur soit ménagé.

Toute option reste possible, y compris la présence de Salah sur le banc des remplaçants ou son entrée en deuxième mi-temps, selon Ahmed Hossam, alias “Mido”, ancien joueur de Tottenham, s’exprimant sur la chaîne égyptienne On Sport.

– Quelle alternative ? –

Si Salah manque finalement à l’appel, la question se pose de savoir qui Cuper choisira pour le remplacer.

“Contrairement à Liverpool, où dans une certaine mesure il joue librement, Salah est engagé sur le côté droit avec la sélection nationale. Shikabala (Mohamed Abdel Razek) doit être l’alternative”, a indiqué à l’AFP Mostafa Younis, ancienne star du football égyptien.

“En cas d’absence de Salah, l’entraîneur pourrait se tourner vers Amr Warda ou Ramadan Sobhi parce qu’ils penchent vers les zones défensives”, estime Mohamed Abou al-Ela, ancien milieu de terrain international et du club de Zamalek.

“Cuper aime ce genre de joueurs, d’autant plus que le match contre l’Uruguay nécessite un grand travail défensif”, explique Abou al-Ela.

“Je veux que les meilleurs joueurs jouent”, lâche pour sa part le gardien uruguayen Fernando Muslera. “Quand je joue, je veux affronter les meilleurs pour montrer que l’Uruguay est meilleur, pour cela je lui souhaite de se rétablir”, a également commenté Suarez.

Lire la suite