La France et la Suède ont les taux de fécondité les plus élevés d’Europe - LaMinuteInfo

La France et la Suède ont les taux de fécondité les plus élevés d’Europe

La France et la Suède ont les taux de fécondité les plus élevés d’Europe, mais les naissances à travers l’UE sont moins que nécessaires pour reconstituer la population naturellement, a annoncé mercredi l’agence de statistiques Eurostat.

L’Espagne et l’Italie ont les taux de natalité les plus faibles, les pays du sud de l’Europe ayant le plus souffert des problèmes économiques de ces dernières années, généralement plus faibles que ceux du nord.

Dans les 28 pays de l’Union européenne, 5,148 millions de bébés sont nés en 2016, la dernière année pour laquelle des chiffres étaient disponibles, contre 5,103 millions en 2015, a annoncé Eurostat.

Dans l’ensemble, l’indice synthétique de fécondité était de 1,60 naissance par femme, bien inférieur aux 2,1 naissances vivantes par femme qui, selon Eurostat, sont «considérées comme le niveau de remplacement dans les pays développés».

La France est en tête avec un taux de fécondité de 1,92 naissance par femme, suivie de la Suède (1,85), de l’Irlande (1,81) et du Danemark et du Royaume-Uni (tous les deux sur 1,79).

L’Espagne et l’Italie étaient les plus faibles avec 1,34 naissance par femme, suivis par le Portugal (1,36), Chypre et Malte (1,37 chacun), la Grèce (1,38) et la Pologne (1,39).

L’Allemagne, où le taux est de 1,59 naissance par femme, a enregistré un nombre record de bébés en 2016 à 792 131, dopé par une augmentation des naissances par des femmes non allemandes suite à un grand nombre d’arrivées de migrants.

L’autorité fédérale des statistiques, Destatis, qui a publié les chiffres mercredi, a déclaré que tandis que les femmes allemandes avaient environ 3,0 pour cent de plus de bébés, les naissances non-allemandes ont augmenté de 25 pour cent.

 Taux de natalité en baisse

Les femmes de l’UE ont eu leur premier enfant en moyenne à 29 ans, avec le plus jeune en Bulgarie (26 ans) et le plus âgé en Italie (31 ans), selon Eurostat.

Les proportions les plus élevées de naissances chez les mères adolescentes ont été enregistrées en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie.

La Finlande a ouvert la voie à de grandes familles dont une mère sur dix a eu son quatrième enfant ou un enfant subséquent.

Les Européens ont eu moins d’enfants pendant des décennies, et un léger rebond depuis qu’ils ont atteint un niveau de 5,0 millions en 2002 a largement stagné depuis 2014.

Eurostat a déclaré dans un communiqué l’année dernière que le niveau de reconstitution 2.1 était le “nombre moyen de naissances vivantes par femme nécessaire pour maintenir la taille de la population constante en l’absence de migration”.

La migration est une patate chaude politique dans l’Union européenne, les partis de droite gagnant des élections en Italie et en Allemagne récemment grâce aux plates-formes anti-immigration.

La question a été sensible depuis la crise migratoire de 2015 au cours de laquelle plus d’un million de réfugiés et de migrants sont venus en Europe, dont beaucoup ont fui la guerre en Syrie.

3 Comments

  1. bilboq

    28 mars 2018 at 18 h 51 min

    Si c’est comme en Allemagne, l’augmentation du taux de natalité est provoqué par la ponte prolifique des lapines migrantes. L’invasion se poursuit insidieusement.

  2. Anti antifa

    29 mars 2018 at 8 h 21 min

    Vous parlez de naissance d’enfants non-européens. Comme la France ce pays de couilles molles applaudit sa propre disparition.

  3. Anti antifa

    29 mars 2018 at 8 h 22 min

    Vous parlez de naissances d’enfants non-européens. Comme la France ce pays de couilles molles applaudit sa propre disparition.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *