Connect with us

Europe

La fillette aux chaussettes rouges, symbole des féminicides au Mexique

Publié

le

Durant des mois, elle est restée “la fillette aux chaussettes rouges”. A 4 ans, elle avait été sauvagement tuée et aucun proche n’était venu réclamer son corps. Grâce à l’obstination de militants, Lupita a finalement pu être identifiée.

Dans ce cimetière de la banlieue de Mexico, Véronica dépose des fleurs sur la petite tombe et lance un “coucou petite”, comme si elle l’avait toujours connue.

Véronica Villalvazo, une militante de 47 ans, a appris la mort de Lupita dans les pages des faits divers qu’elle consulte tous les jours pour réunir des informations sur les féminicides au Mexique, pays qui recense 7,5 affaires de ce type quotidiennes, selon les chiffres de l’ONU et du gouvernement.

Le corps de la fillette a été retrouvé en mars, couvert d’hématomes et portant des traces de sévices sexuels, dans l’Etat de Mexico, jouxtant la capitale. Ce n’est qu’en décembre que la mère et le beau-père ont été arrêtés et accusés de féminicide.

Ce cas est emblématique de la vague de meurtres de femmes qui sont en hausse depuis 2016 dans ce pays, selon l’ONU.

En 2016, on comptait au Mexique 2.746 féminicides –meurtre d’une femme motivé par le fait qu’elle est une femme–, contre 2.324 en 2015. Les chiffres officiels de 2017 ne sont pas encore disponibles mais María Salguero, autre militante, en a comptabilisé de son côté 1.966.

Véronica Villalvazo a tout fait pour que Lupita retrouve son identité et cesse d’être un numéro de plus sur une liste.

“On savait seulement (qu’elle portait) un haut vert clair et des petites chaussettes rouges”, raconte cette femme à l’AFP.

Durant tout le temps où elle n’a pas été identifiée, elle est devenue pour les Mexicains “la fillette aux chaussettes rouges”.

La militante demande alors aux autorités de l’Etat de Mexico une photo de la petite fille. Silence complet. Une source finit par lui donner un cliché. C’était le premier pas pour retrouver son identité et les responsables.

– ‘Ca n’intéresse pas’ –

“Le silence des autorités (…) veut dire +nous, on s’en fiche, on ne va rien faire+”, explique l’activiste à l’AFP.

“Au Mexique, il ne se passe rien, tu peux assassiner une femme, une petite fille, la violer, la mordre, la torturer, la kidnapper et il ne t’arrivera absolument rien car ils (les autorités) n’enquêtent pas, ça ne les intéresse pas”, ajoute-t-elle.

Les autorités de l’Etat de Mexico, qui ont enterré la fillette dans un cimetière sous une pierre tombale où il est écrit “petit ange”, n’étaient pas disponibles pour répondre à l’AFP.

Durant des mois, personne n’a su qui était “la fille aux chaussettes rouges”. Jusqu’à ce qu’en novembre dernier, des tantes, c’est-à-dire des soeurs de la mère, contactent la militante.

Elles avaient vu l’affaire et pensaient qu’il s’agissait de Lupita, qu’elles n’avaient pas vue depuis des mois.

“La petite ne méritait pas ça. Elle avait beaucoup d?endroits où être bien”, déclare à l’AFP Marina Concepción Medina, 39 ans.

Durant sa courte vie, la fillette n’avait connu que des abus et des abandons. Faute d’avoir été reconnue, elle n’avait pas de nom de famille et a été trimballée de maison en maison.

A plusieurs reprises, Marina et sa soeur Luz Maria, 33 ans, ont demandé en vain la garde de Lupita en voyant les marques et les traces de coups sur son corps.

Ce mercredi, lors d’une conférence de presse, Villalvazo a présenté avec les familles les images de celle qui a cessé d’être “la fillette aux chaussettes rouges” pour devenir Lupita.

Bien que le pays soit doté d’une loi pour prévenir et mettre fin à la violence contre les femmes, impunité et violence continuent d’être très présentes.

Plus de 90% des crimes au Mexique restent impunis.

“Les institutions de l’Etat n’ont pas été capables d’inverser la tendance {…] de pourcentages élevés concernant les violences contre les femmes, qui n’ont pas été examinées à fond”, déclare à l’AFP Pablo Navarrete, coordinateur des affaires juridiques de l?Institut national des femmes.

Source: AFP

Europe

Angleterre: le gouvernement rouvre l’enquête sur le meurtre d’Emmett Till

Ange Poireau

Published

on

Le gouvernement fédéral a rouvert son enquête sur l’assassinat d’Emmett Till, l’adolescent noir dont le meurtre brutal au Mississippi a choqué le monde et contribué à inspirer le mouvement des droits civiques il y a plus de 60 ans.

Le ministère de la Justice a déclaré au Congrès dans un rapport en mars qu’il réétudie le meurtre de Till à Money au Mississippi, en 1955 après avoir reçu de “nouvelles informations”. L’affaire a été classée en 2007 avec des autorités disant que les suspects étaient morts; un grand jury d’État n’a déposé aucune nouvelle accusation.

Deborah Watts, une cousine de Till, a déclaré qu’elle ignorait que l’affaire avait été rouverte selon l’Associated Press.

Le rapport fédéral, envoyé chaque année aux législateurs en vertu d’une loi qui porte le nom de Till, n’indique pas quelles pourraient être les nouvelles informations.

Mais il a été publié fin mars suite à la publication l’an dernier de “The Blood of Emmett Till”, un livre qui dit qu’un personnage clé dans l’affaire a menti sur les événements précédant le meurtre des jeunes de 14 ans de Chicago.

Le livre, écrit par Timothy B. Tyson, cite une femme blanche, Carolyn Donham, qui a reconnu lors d’une interview en 2008 qu’elle n’était pas véridique quand elle a témoigné que Till l’a attrapée, sifflée et fait des avances sexuelles dans un magasin en 1955.

Deux hommes blancs – le mari de Donham, Roy Bryant, et son demi-frère, J.W. Milam – ont été accusés de meurtre mais ont été acquittés dans l’assassinat de Till, qui avait séjourné chez des parents dans le nord du Mississippi à l’époque. Les hommes ont plus tard avoué le crime dans un entretien au magazine, mais n’ont pas été retentés. Les deux sont maintenant morts.

Donham, qui a 84 ans ce mois-ci, vit à Raleigh, en Caroline du Nord. Un homme qui est venu à la porte de sa résidence a refusé de commenter le fait que le FBI ait rouvert l’enquête.

On ne veut pas te parler,” dit l’homme avant de rentrer à l’intérieur.

Paula Johnson, codirectrice d’un groupe universitaire qui examine les meurtres non résolus de droits civils, a déclaré qu’elle ne pouvait penser à rien d’autre que le livre de Tyson qui aurait pu inciter le ministère de la Justice à rouvrir l’enquête Till.

Nous sommes heureux que ce soit le cas pour que finalement quelqu’un puisse être tenu responsable de son meurtre“, a déclaré Johnson, qui dirige l’initiative Cold Case Justice à l’Université de Syracuse.

Le ministère de la Justice a refusé de commenter l’état de l’enquête.

Watts, le cousin de Till et co-fondateur de la Fondation Emmett Till Legacy, a déclaré qu’il était «merveilleux» que le meurtre ait un autre regard, mais ne voulait pas donné de détails.

Aucun d’entre nous ne veut faire quoi que ce soit qui compromet toute enquête ou entrave, mais nous sommes également très intéressés par la justice faite“, a-t-elle dit.

Enlevé de la maison où il séjournait, Till a été battu, et son corps mutilé a été retrouvé plombé dans du coton dans la rivière Tallahatchie. Les images de son corps mutilé dans le cercueil ont témoigné de la profondeur de la haine raciale dans le Grand Sud et ont contribué à donner une impulsion aux campagnes ultérieures sur les droits civiques.

Des proches de Till ont poussé le procureur général Jeff Sessions à rouvrir l’affaire l’année dernière après la publication du livre.

Donham, alors connu sous le nom de Carolyn Bryant et âgé de 21 ans à l’époque, a témoigné en 1955 en tant que témoin de la défense prospective dans le procès de Bryant et Milam. Avec des jurés hors de la salle d’audience, elle a dit qu’un «nègre» qu’elle ne connaissait pas l’a prise par le bras.

“Qu’a-t-il dit quand il s’est emparé de votre main?”, A demandé l’avocat de la défense Sidney Carlton, selon une transcription du procès publiée par le FBI il y a une dizaine d’années.

“Il a dit, ‘Que penses-tu d’un rendez-vous, chérie?'”, Témoigne-t-elle. Bryant a dit qu’elle s’est éloignée, et quelques instants plus tard, le jeune homme “m’a attrapée à la caisse,” l’attrapant autour de la taille avec les deux mains et l’attirant vers lui.

“Il a dit, ‘Quel est le problème bébé, tu ne peux pas le prendre?'”, a-t-elle témoigné. Bryant a également dit qu’il lui a dit “vous n’avez pas besoin d’avoir peur de moi”, affirmant qu’il a utilisé une obscénité et a mentionné quelque chose qu’il avait fait “avec des femmes blanches avant”.

Un juge a jugé le témoignage irrecevable. Un jury tout blanc a libéré son mari et l’autre homme même sans elle. Les témoignages ont indiqué qu’une femme aurait pu être dans une voiture avec Bryant et Milam quand ils ont enlevé Till, mais personne d’autre n’a jamais été accusé.

Dans le livre, l’auteur Tyson a écrit que Donham lui a dit son témoignage à propos de son accostage n’était pas vrai.

“Rien de ce garçon n’a jamais pu justifier ce qui lui est arrivé”, affirme le livre.

Le sénateur Doug Jones, D-Alabama, a présenté une loi cette semaine qui permettrait au gouvernement de divulguer des informations sur les assassinats de droits civiques non résolus.

Dans une interview, Jones a déclaré que le meurtre de Till ou toute autre affaire ne serait probablement pas couvert par cette législation si les autorités enquêtaient activement.

Il faudrait laisser le jugement de certains des organismes d’application de la loi qui sont impliqués ou de la commission qui serait créée” pour examiner les documents à publier, a indiqué M. Jones.

Lire la suite

Europe

Dix morts et des dizaines de blessés dans un déraillement de train en Turquie

Ange Poireau

Published

on

Dix personnes ont été tuées et 73 autres blessées dimanche dans le déraillement d’un train, bondé de passagers, dans le nord-ouest de la Turquie, a annoncé le ministère de la Santé.

Le train, avec plus de 360 ​​personnes à bord, se rendait dans la région d’Edirne, aux frontières grecque et bulgare, à la station Halkali d’Istanbul lorsque six de ses wagons ont déraillé dans la région de Tekirdag.

Plus de 100 ambulances ont été envoyées sur les lieux, a déclaré TRT Haber, citant le sous-secrétaire du ministère de la Santé Eyup Gumus.

L’armée turque a déclaré dans un communiqué qu’elle avait envoyé des hélicoptères sur les lieux.

Des images de télévision ont montré plusieurs wagons de train couchés sur leurs flancs, et des blessés qui ont été emmenés sur des civières.

Il y a un grand nombre de blessés et nous avons des morts“, a déclaré le gouverneur de Tekirdag Mehmet Ceylan à la chaîne NTV. “L’accident s’est produit à cause de conditions météorologiques défavorables“, a-t-il ajouté.

Des informations ont indiqué que la zone environnante était boueuse à cause des pluies récentes et que le sol sous les rails s’est peut-être affaissé, provoquant le déraillement du train.

Le train a déraillé à l’extérieur du village de Sarilar dans le district de Corlu de Tekirdag, selon des reportages.

Le président Recep Tayyip Erdogan a été informé de l’accident et a exprimé ses condoléances à ceux qui ont perdu la vie, a rapporté l’agence de presse officielle Anadolu.

Au cours des dernières années, les autorités turques d’Erdogan ont cherché à moderniser le réseau ferroviaire autrefois délabré de la Turquie, en construisant plusieurs lignes interurbaines à grande vitesse.

Les passagers turcs préfèrent en général prendre l’avion ou le bus pour les déplacements interurbains, mais cela change avec les nouvelles lignes de trains à grande vitesse.

Le train impliqué dans l’accident semblait être l’un des trains de voyageurs les plus lents qui circulaient sur un chemin de fer à voie unique.

Le réseau ferroviaire turc a été frappé par plusieurs accidents mortels ces dernières années.

En janvier 2008, neuf personnes ont été tuées lorsqu’un train a déraillé dans la région de Kutahya au sud d’Istanbul à cause de rails défectueux.

Et lors de la pire catastrophe ferroviaire récente en Turquie, 41 personnes ont été tuées et 80 autres blessées en juillet 2004 lorsqu’un train à grande vitesse a déraillé dans la province de Sakarya, au nord-ouest du pays.

Lire la suite

Europe

Le port de la burqa dans les lieux publics désormais interdit aux Pays-Bas

Ange Poireau

Published

on

© AFP 2018 / NICOLAS ASFOURI

Le voile intégral a déjà été interdit dans plusieurs pays européens, notamment au Danemark, en France, en Belgique, en Lettonie, en Bulgarie et dans le canton suisse du Tessin.

La Chambre haute du Sénat des Pays-Bas, a adopté une loi interdisant le port du voile intégral islamique, la burqa, dans les espaces publics.

Le projet de loi a été adopté par la chambre basse en 2016, après que les législateurs ont omis d’introduire une interdiction plus générale sur les voiles couvrant le visage.

Avant que le projet de loi, initié par le ministre néerlandais de l’Intérieur, Ronald Plasterk, ne soit adopté, il avait suscité de longs débats aux Pays-Bas. Auparavant, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a déclaré que l’initiative n’a été introduite qu’à des fins de sécurité.

Cependant, beaucoup s’inquiètent qu’il cible la minorité religieuse du pays.

Outre les Pays-Bas, plusieurs voisins de l’Allemagne ont également barré le voile au cours des dernières années.

La Belgique a interdit les vêtements couvrant le visage en 2011. La même année, la France a interdit le port de niqabs dans les lieux publics.

Lire la suite

Facebook

Lettre d’information




cinéma