Connect with us

Afrique

La Côte d’Ivoire abrite la première plateforme d’information sur la VIH en Afrique francophone

Publié

le

La plateforme d’information dénommée « Situation Room » permettra  aux autorités sanitaires de la Côte d’Ivoire d’avoir accès à de meilleures cartes visuelles et données plus complètes sur le VIH. Ce nouvel outil de données, crée par l’ONUSIDA en partenariat avec le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, a été réalisé grâce au financement du Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) dans le cadre du Plan d’Urgence Présidentiel de Lutte contre le SIDA (PEPFAR). Il s’agit de la première plateforme d’information sur le VIH en Afrique francophone.

La plateforme a été lancée par le Directeur Exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé et la Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Docteur Raymonde Goudou-Coffie le lundi 26 mars 2018 à Abidjan en présence de la Directrice-pays du CDC, Docteur G. Laïssa Ouedraogo.

La Situation Room n’est pas une salle réelle ou limitée à un seul endroit. C’est une plateforme interactive de logiciels qui collecte des informations issues de diverses sources et présente les informations dans des formats faciles à comprendre. Elle opère également sur différents types de dispositifs afin que les personnes responsables de la réponse au VIH en Côte d’Ivoire, partout dans le pays, puissent s’en servir pour cibler et évaluer leurs activités.

Cette plateforme se mettra à jour à chaque fois qu’une source de données originale est mise à jour. En outre, les résultats de l’Enquête d’Evaluation de l’Impact du VIH au Sein de la Population de Côte d’Ivoire (CIPHIA), qui vise à dresser un tableau détaillé de l’épidémie actuelle du VIH en Côte d’Ivoire, seront éventuellement utilisés par la plateforme.

« Les données sont essentielles pour faire les bonnes choses, aux bons endroits et de la bonne manière », a déclaré le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, Mme Katherine Brucker. « La Côte d’Ivoire a la possibilité d’atteindre les objectifs 90-90-90, cependant l’atteinte de ces objectifs nécessitera une prise de décisions axées sur les données, la responsabilité mutuelle et la transparence », a ajouté Mme Brucker.

En 2014, l’ONUSIDA a établi les objectifs 90-90-90 mondiaux, selon lesquels d’ici à 2020, 90% de toutes les personnes vivant avec le VIH connaîtront leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes qui savent qu’ils ont le VIH recevront un traitement antirétroviral et 90% de toutes les personnes recevant un traitement antirétroviral atteindront la suppression virale. Une personne atteint la suppression virale lorsque la quantité de VIH dans son corps est suffisamment faible pour réduire le risque de transmission du VIH à d’autres personnes.

Ces objectifs sont essentiels à l’effort mondial pour mettre fin au SIDA comme menace pour la santé publique d’ici à 2030. Le VIH est le virus qui cause le SIDA, et selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le VIH/SIDA a été la première cause de mortalité parmi les Ivoiriens en 2012. 

La Directrice-pays de CDC, Docteur G. Laïssa Ouedraogo, a expliqué que la plateforme d’information est une nouvelle façon d’aider les programmes de lutte contre le VIH à maximiser leur impact. Elle a ensuite félicité l’ONUSIDA et le gouvernement ivoirien d’avoir créé cet outil.

Les Etats-Unis demeurent un partenaire clé pour la Côte d’Ivoire sur de nombreux défis en matière de santé, car une main-d’œuvre en bonne santé contribue à une économie forte et stable. Ce soutien consiste à prévenir et traiter le VIH et la tuberculose, lutter contre le paludisme et les maladies tropicales négligées, et à améliorer la capacité des laboratoires et de santé publique en Côte Ivoire.

Les Etats-Unis fournissent 150 milliard de francs CFA ($300 million de dollars) à la Côte d’Ivoire chaque dans le cadre de assistance bilatérale qui répond à quatre priorités: la bonne gouvernance, la croissance économique et inclusive, l’amélioration du système de santé et la réforme du secteur de sécurité.  

Distribué par APO Group pour Embassy of the United States of America in Abidjan, Côte d’Ivoire.

Source: APO

Afrique

Bobi Wine attaque le président ougandais sur les réseaux sociaux

AFP

Published

on

By

La pop star ougandaise et député MP Bobi Wine a fait une déclaration écrite à la presse quelques jours après son retour dans le pays, critiquant les “exécutions extrajudiciaires” et appelant à “ordonner à ceux qui torturent et mutilent nos citoyens”.

Il accuse également le président Yoweri Museveni d’avoir “tapoté des troupes sur le dos” pour “l’avoir torturé” ainsi que d’autres “à mort”. Il ajoute plus tard “J’espère que vous pourrez vous racheter”.

L’armée ougandaise a rejeté les allégations selon lesquelles le député aurait été torturé pendant sa détention.

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a été inculpé pour trahison aux côtés de 32 autres politiciens à la suite de violences lors d’une élection partielle en août. Ils nient les accusations.

Avant d’être arrêté, Bobi Wine a tweeté une photo macabre de son chauffeur Yasin Kawuma, qui selon lui aurait été abattu par la police en pensant qu’il était le député.

Certains voient la popularité de Bobi Wine comme un signe d’un fossé générationnel entre la jeune population ougandaise et le président Museveni, au pouvoir depuis 1986.

La déclaration de Bobi Wine, qu’il a partagée sur son compte twitter, appelle à embrasser ce qu’il appelle le “pouvoir du peuple”:

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. ”

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. “

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: deux civils abattus à Buea

Published

on

Au moins deux personnes ont été abattues ce lundi à Buea, capitale de la région du Sud-Ouest du Cameroun, a-t-on appris des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité camerounaises en patrouille dans cette zone auraient tiré sur les deux hommes autour de la rue de campagne Soppo, à Buea, selon des sources.

Un habitant de la rue 2 à Buea a déclaré qu’un camion militaire qui passait devant a tiré des coups de feu au milieu de la ville fantôme et que la population a plus tard découvert deux cadavres gisant dans les rues.

Un des civils tués a été identifié comme étant Emmanuel Ndam, les habitants étant encore sous le choc après l’incident. Buea reste dans son opération habituelle de ville fantôme, la plupart des entreprises étaient fermées lundi. Les rues étaient complètement désertes.

Dans un développement similaire, des sources affirment que le poste de gendarmerie de Bonjongo à Limbé, a été attaqué tard dans la nuit. Un élève gendarme a été blessé et les assaillants ont emporté  des armes.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: un «commandant» des forces séparatistes tué à Kumba

Published

on

Une tête forte du groupe des séparatistes d’Ambazonie a été tué vendredi par les forces de sécurité camerounaises à Kumba, ont indiqué des sources sécuritaire.

Le «commando» a été tué lors d’un raid militaire sur leur base vendredi.

Avec l’aide de sources d’information provenant de la population locale, les soldats ont lancé un assaut qui a conduit à de lourds échanges de tirs à Kossala, Kumba.

Plusieurs soldats de l’armée camerounaise auraient été blessés au cours de l’opération tandis que les combattants séparatistes ont pu s’enfuir avec le corps de leur «commandant» qui a ensuite été enterré dans un endroit secret.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement