Connect with us

Afrique

France – République centrafricaine – Niger – Guinée : Quai d'Orsay – Déclarations de la porte-parole

Publié

le

Au point de presse de ce jour, la porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :

[…]

2 – République centrafricaine – Attaque contre la MINUSCA (3 avril 2018)

La France condamne l'attaque perpétrée le 3 avril contre la MINUSCA dans la localité de Tagbara (près de Bambari), qui a fait un mort et onze blessés parmi les casques bleus mauritaniens.

Nous présentons nos condoléances à la famille du casque bleu décédé et aux autorités mauritaniennes, ainsi que nos vœux de rétablissement aux blessés.

La France réitère son plein soutien à l'action menée par la MINUSCA, qui évolue dans un contexte difficile et paie un lourd tribut dans l'accomplissement de sa mission. Elle rappelle que les attaques contre les casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre et appelle à ce que les responsables soient traduits en justice.

La France exprime en outre sa forte préoccupation à la suite de la découverte par la MINUSCA des corps de 21 civils dans la même localité et appelle à faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame.

Ces violences contre les casques bleus et les civils confirment la nécessité de progresser rapidement dans la mise en œuvre de la feuille de route conjointe pour la paix et la réconciliation adoptée le 17 juillet 2017 à Libreville, en vue d'aboutir au désarmement effectif des groupes armés.

[…]

4 – Niger

Q – Depuis quelques jours, le Niger traverse de vives tensions sociales qui ont franchi un cran supplémentaire avec l'arrestation la semaine dernière de plusieurs figures de la société civile, des défenseurs des droits de l'homme ainsi que la fermeture d'une chaîne de télévision privée et la confiscation de la carte de presse d'une journaliste qui couvrait une manifestation. Quelle est votre réaction à la situation socio-politique ainsi créée ?

R – Nous constatons que des procédures judiciaires ont été engagées.

Le soutien à l'Etat de droit est l'un des axes importants de notre dialogue politique et du cadre bilatéral de coopération franco-nigérien, signé entre nos deux gouvernements en février 2017.

[…]

6 – Guinée

Q – Le président Alpha Condé a rencontré lundi le chef de l'opposition. Est-ce pour vous l'amorce d'une décrispation politique en Guinée?

R – La rencontre qui s'est déroulée le 2 avril entre le président Alpha Condé et M. Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée et chef de file de l'opposition, est un pas important pour trouver une issue rapide au différend issu des élections locales du 4 février.

La France soutient sans réserve les appels au dialogue et à la concertation, ainsi que la mission qui a été confiée au comité de suivi du dialogue politique pour élaborer des propositions.

[…]

Distribué par APO Group pour Ministère des Affaires Etrangères de la République Française.

Source: APO

Afrique

Bobi Wine attaque le président ougandais sur les réseaux sociaux

AFP

Published

on

By

La pop star ougandaise et député MP Bobi Wine a fait une déclaration écrite à la presse quelques jours après son retour dans le pays, critiquant les “exécutions extrajudiciaires” et appelant à “ordonner à ceux qui torturent et mutilent nos citoyens”.

Il accuse également le président Yoweri Museveni d’avoir “tapoté des troupes sur le dos” pour “l’avoir torturé” ainsi que d’autres “à mort”. Il ajoute plus tard “J’espère que vous pourrez vous racheter”.

L’armée ougandaise a rejeté les allégations selon lesquelles le député aurait été torturé pendant sa détention.

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a été inculpé pour trahison aux côtés de 32 autres politiciens à la suite de violences lors d’une élection partielle en août. Ils nient les accusations.

Avant d’être arrêté, Bobi Wine a tweeté une photo macabre de son chauffeur Yasin Kawuma, qui selon lui aurait été abattu par la police en pensant qu’il était le député.

Certains voient la popularité de Bobi Wine comme un signe d’un fossé générationnel entre la jeune population ougandaise et le président Museveni, au pouvoir depuis 1986.

La déclaration de Bobi Wine, qu’il a partagée sur son compte twitter, appelle à embrasser ce qu’il appelle le “pouvoir du peuple”:

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. ”

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. “

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: deux civils abattus à Buea

Published

on

Au moins deux personnes ont été abattues ce lundi à Buea, capitale de la région du Sud-Ouest du Cameroun, a-t-on appris des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité camerounaises en patrouille dans cette zone auraient tiré sur les deux hommes autour de la rue de campagne Soppo, à Buea, selon des sources.

Un habitant de la rue 2 à Buea a déclaré qu’un camion militaire qui passait devant a tiré des coups de feu au milieu de la ville fantôme et que la population a plus tard découvert deux cadavres gisant dans les rues.

Un des civils tués a été identifié comme étant Emmanuel Ndam, les habitants étant encore sous le choc après l’incident. Buea reste dans son opération habituelle de ville fantôme, la plupart des entreprises étaient fermées lundi. Les rues étaient complètement désertes.

Dans un développement similaire, des sources affirment que le poste de gendarmerie de Bonjongo à Limbé, a été attaqué tard dans la nuit. Un élève gendarme a été blessé et les assaillants ont emporté  des armes.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: un «commandant» des forces séparatistes tué à Kumba

Published

on

Une tête forte du groupe des séparatistes d’Ambazonie a été tué vendredi par les forces de sécurité camerounaises à Kumba, ont indiqué des sources sécuritaire.

Le «commando» a été tué lors d’un raid militaire sur leur base vendredi.

Avec l’aide de sources d’information provenant de la population locale, les soldats ont lancé un assaut qui a conduit à de lourds échanges de tirs à Kossala, Kumba.

Plusieurs soldats de l’armée camerounaise auraient été blessés au cours de l’opération tandis que les combattants séparatistes ont pu s’enfuir avec le corps de leur «commandant» qui a ensuite été enterré dans un endroit secret.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement