Etats-Unis: Miss Senior America, une vitrine de la vieillesse “positive” - LaMinuteInfo

Etats-Unis: Miss Senior America, une vitrine de la vieillesse “positive”

 

Miss Senior America, une vitrine de la vieillesse “positive” / (c) AFP

Elles sont psychiatre, chef d’entreprise ou ex-employée de la CIA, au minimum sexagénaires et prêtes à monter sur scène pour tenter leur chance au concours “Miss Senior America”, qui se veut la vitrine des “côtés positifs” de la vieillesse.

“C’est l’âge de l’élégance. C’est un commencement, pas une fin”, affirme dans un grand sourire Carolyn Slade Harden, une ancienne chanteuse de 73 ans qui a remporté jeudi dans un hôtel d’Atlantic City – une ville balnéaire du New Jersey connue pour ses retraités et ses casinos – l’édition 2017 de ce concours.

Resplendissante dans sa robe de soie, forte de ses origines locales, d’un sourire immense et d’une peau quasi-parfaite, Carolyn Slade Harden, qui était déjà Miss New Jersey, l’a facilement emporté, deux ans après la mort de son mari avec lequel elle avait vécu plus de 50 ans.

Car avec toutes ces femmes âgées parfois nonagénaires, le club des “Miss Senior America”, un concours fondé en 1971, a plus que sa part d’histoires de cancers, divorces ou compagnons perdus.

Pas de bikinis 

Mais quelles que soient les épreuves, elles ont en commun de penser qu’il n’est jamais trop tard pour entamer quelques pas de danse, chanter, ou enfiler une robe à paillettes.

Le concours vise à “promouvoir les aspects positifs du vieillissement”, alors que la part du troisième âge ne cesse d’augmenter aux Etats-Unis: il y avait 47,8 millions d’Américains âgés de 65 ans et plus en 2015, soit 15% de la population, un chiffre qui devrait passer à 98,2 millions en 2060 (25%).

Pas de bikinis à Atlantic City, mais le physique n’est pas absent de la compétition: les concurrentes, venues de tous les Etats américains, arborent des robes de princesses à paillettes, coiffures laquées et visages savamment maquillés.

“C’est notre maman”, s’écrie un homme alors que Miss Floride se présente au micro. “Je n’ai jamais vu autant de strass de ma vie”, souffle un autre.

Les concurrentes sont classées via quatre épreuves: un entretien, un condensé en 35 secondes de leur “philosophie de la vie” – “être celle qui a fait sourire quelqu’un aujourd’hui”, dit l’une -, leur robe et leur “talent”.

Miss Tennessee a ainsi montré qu’elle dansait encore comme une ballerine, enchaînant pirouettes et arabesques, tandis que Miss Massachusetts, en jupe de French cancan, chantait “Jumbo Italiano” et Miss Virginie ressemblait à Julie Andrews dans “La mélodie du bonheur”.

Des numéros dynamisés par des groupes de danseuses, seniors elles aussi: certaines dansaient le swing en chapeau rose, d’autres rappaient en perruques blondes et collants noirs.

“J’adore! J’adore”, a lancé un homme du fond de la salle.

“Hollywood ne pense qu’à la jeunesse”, déplore Frances Curtis Johnson, 68 ans, qui participait en tant que lauréate de la région de la capitale fédérale Washington. “Ils devraient regarder la beauté qu’il y a à vieillir. Vivre c’est vieillir, nous devons accepter ça et l’utiliser”, a souligné cette femme qui veut continuer à travailler comme secrétaire de direction jusqu’à 70 ans au moins.

‘Cendrillon’ 

Si certaines concurrentes sont des habituées des concours de beauté, d’autres goûtent pour la première fois à l’expérience. Comme Miss Oregon, Diane Hennacy Powell, 61 ans, une neuro-psychiatre toujours en activité, spécialiste des syndromes post-traumatiques.

“Les gens trouvent que je ressemble à Cendrillon”, dit-elle en riant. “Je n’ai jamais pensé que j’étais belle, mais on peut tout avoir!”

Pour la reine du jour Carolyn Slade Harden, il n’y a pas de formule miracle pour être resplendissante passé 70 ans.

“Prier, manger sainement”, dit cette chef d’entreprise qui fait aussi du sport tous les matins.

Mère de deux enfants, trois fois grand-mère et une fois arrière-grand-mère, elle chantait en studio dans les années 60, connaissait Dionne Warwick, et dirigeait une chorale où chantait Whitney Houston enfant.

Le terme “concours de beauté” fait peur à beaucoup de gens, mais “c’est beaucoup plus que ça”, “c’est la beauté intérieure”, dit-elle.

Forte de sa victoire, Slade Harden espère maintenant faire connaître le concours et aider les personnes âgées à travers les Etats-Unis. Ses enfants la soutiennent à une condition, dit-elle: “que je ne porte pas ma couronne au supermarché”.

AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *