Connect with us

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi que sa femme Melania “va très bien” après une opération de rein réussie et quittera l’hôpital dans quelques jours.

La première dame, Melania Trump, a été opérée lundi matin pour ce que les assistants appelaient une affection rénale «bénigne».

«Notre grande première dame va très bien et quittera l’hôpital dans 2 ou 3 jours», a tweeté Trump. “Merci pour tant d’amour et de soutien!”

L’ancien modèle né en Slovénie a subi une procédure d’embolisation, a déclaré sa directrice des communications, Stephanie Grisham.

L’embolisation est le plus souvent utilisée pour couper l’écoulement du sang vers une tumeur ou une croissance.

Il est commun de rester une nuit après la procédure pour traiter la douleur.

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats Unis

Ouragan Florence: Trump rend hommage aux secouristes, promet l’aide fédérale

AFP

Published

on

By

Le président américain Donald Trump a salué mercredi le travail des secours et promis une aide fédérale aux régions du sud-est des Etats-Unis ravagées par l’ouragan Florence, où la décrue se fait attendre.

M. Trump a atterri sur la base des Marines de Cherry Point, en Caroline du Nord, à une trentaine de kilomètres de la côte où l’ouragan a touché terre vendredi dernier. Le président avait troqué son traditionnel costume-cravate pour un pantalon beige, une chemise blanche au col déboutonné et un blouson noir.

Le magnat de l’immobilier a profité de sa visite pour demander des nouvelles de la région du lac Norman, près de Charlotte, où il possède un parcours de golf. “J’adore cette région, je ne peux pas vous dire pourquoi, mais j’adore cette région”, a-t-il dit à un responsable local qui lui disait que la zone n’avait pas été touchée.

La Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Virginie ont été frappées par Florence, qui a dévasté de nombreuses zones et provoqué des inondations historiques.

L’ouragan a fait près de 40 morts, dont plusieurs enfants, et causé des dommages qui pourraient atteindre des milliards de dollars.

“Les inondations sont historiques, difficiles à croire”, a assuré Donald Trump en rencontrant les responsables des opérations de secours sur la base.

Florence “est l’un des ouragans les plus puissants et dévastateurs ayant frappé le pays”, a-t-il rappelé, saluant le travail de plus de 20.000 personnels fédéraux et militaires ainsi que les volontaires qui ont participé aux opérations de secours.

Le président devait ensuite se rendre en Caroline du Sud. Il avait déjà visité l’année dernière le Texas après le passage de l’ouragan Harvey et Porto Rico, dévasté par l’ouragan Maria. Donald Trump a récemment contesté le bilan de près de 3.000 morts dans l’île des Caraïbes.

“Nous n’oublierons jamais vos morts, nous serons toujours à vos côtés”, a affirmé le président en s’adressant aux familles de victimes.

Dans les deux Etats des Carolines, les rivières ont débordé et pour certaines n’avaient pas encore atteint leur pic de crue.

 Un “désastre monumental”

“On a pris un gros coup, les gens sont encore sonnés”, a expliqué mercredi au président le gouverneur de Caroline du Nord, Roy Cooper, alors que plus de 10.000 personnes sont toujours hébergées dans des centres d?accueil.

“Des agriculteurs ont perdu une quantité importante de cultures, beaucoup d’entreprises sont fermées”, a-t-il souligné.

“On se prépare tous pour que beaucoup d’argent soit envoyé dans la région”, a pour sa part assuré M. Trump. “Vous allez en avoir besoin, nous en avons et on va vous en fournir”.

M. Cooper avait évoqué lundi un “désastre monumental” pour son Etat, qui a été le plus touché par les intempéries. L’Etat avait déjà été frappé par l’ouragan Matthew en 2016 qui avait fait des dégâts importants.

Alors que le soleil était revenu sur le sud-est du pays, les autorités ont souligné que le danger n’était pas encore écarté.

“Malheureusement, les inondations dans certaines zones vont se poursuivre pendant plusieurs jours”, a prévenu le service météorologique américain sur Twitter.

Le département des transports de Caroline du Nord a indiqué mercredi que plus de mille routes restaient fermées à cause des inondations.

“Les eaux continuent à monter, 2.200 personnes ont été secourues”, a ajouté l’organisme.

La légende américaine du basket-ball, Michael Jordan, a de son côté annoncé qu’il ferait un don de deux millions de dollars pour les opérations de secours. L’ancienne vedette des Chicago Bulls a grandi dans la ville de Wilmington, en Caroline du Nord, touchée de plein fouet par l’ouragan, avant d’étudier à l?Université de Caroline du Nord.

Lire la suite

Etats Unis

Washington veut un traité avec l’Iran sur le nucléaire et les missiles

Reuters

Published

on

By

Les Etats-Unis cherchent à négocier avec l’Iran un traité qui couvrirait à la fois le programme nucléaire et le programme balistique de Téhéran, a déclaré mercredi le représentant spécial américain pour l’Iran, Brian Hook.

Lors d’une intervention devant le groupe de réflexion Houston Institute, Brian Hook a évoqué “le nouvel accord que nous espérons être capables de signer avec l’Iran (…) et qui doit être un traité”.

Un traité doit être ratifié par le Sénat des Etats-Unis.

L’accord international de juillet 2015 sur le nucléaire iranien, dont Washington s’est retiré en mai dernier, n’avait pas force de traité aux Etats-Unis car le président de l’époque, le démocrate Barack Obama, n’avait pas demandé sa ratification par le Sénat.

Pour Brian Hook, les dirigeants iraniens ne semblent guère intéressés par un dialogue avec les Etats-Unis, malgré les demandes du président Donald Trump et du secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

“Cela ne change rien à nos plans. Nous avons mis en place un régime de sanctions et d’autres mesures, plus rigoureuses, sont à venir”, a-t-il dit.

Lire la suite

Etats Unis

Facebook accusé de discrimination dans l’emploi et le genre

Ange Poireau

Published

on

Conduite de van, toiture, travail de police – tous les emplois pour les hommes. Au moins, c’est ce que semblait suggérer un groupe d’offres d’emploi placées sur Facebook.

L’American Civil Liberties Union (ACLU) a déposé mardi une plainte auprès de la Commission américaine pour l’égalité d’emploi (EEOC), affirmant que le système de publicité de Facebook permet aux employeurs de cibler les offres d’emploi basées sur le genre.

Plus précisément, la plainte fait référence à trois femmes dans les États de l’Ohio, de la Pennsylvanie et de l’Illinois, à qui on n’a pas montré de publicité pour ce qui était traditionnellement considéré comme une profession dominée par les hommes.

La plainte met en lumière 10 employeurs différents qui ont publié des annonces d’emploi sur Facebook – pour des rôles tels que mécanicien, couvreur et ingénieur de sécurité – mais ont utilisé le système de ciblage du réseau social pour contrôler les annonces. Dans un exemple, ce ciblage signifiait qu’un emploi était promu «hommes» âgés de 25 à 35 ans et vivait «ou étaient récemment près de Philadelphie (Pennsylvanie)».

Une enquête distincte menée par ProPublica a permis de découvrir ce qu’il était dit qu’il s’agissait d’autres exemples montrant un schéma similaire.

Au début de l’année, le site de journalisme d’investigation a publié un outil que les lecteurs pourraient utiliser pour collecter des données sur les publicités Facebook qu’ils avaient vues et envoyer ces informations directement à ProPublica pour analyse.

En utilisant cette méthode, le site a déclaré avoir découvert que les hommes étaient ciblés spécifiquement dans des dizaines de villes des États-Unis pour la conduite d’emplois chez Uber. Cette conclusion était basée sur 91 annonces placées par le bras de recrutement d’Uber, dont une seule visait spécifiquement les femmes, trois ne ciblant aucun genre particulier. Le reste a été conçu pour être vu uniquement par des hommes.

Dans un communiqué, Uber a déclaré: “Nous utilisons une variété de canaux pour atteindre les pilotes potentiels – à la fois hors ligne et en ligne – dans le but de permettre à plus de personnes, pas moins, de gagner selon leur propre horaire.”

Information manquante

Cependant, ces données doivent être traitées avec prudence. Il n’est pas clair que l’on puisse tirer de larges conclusions sur la discrimination perçue sur Facebook.

Bien qu’une publicité isolée puisse cibler spécifiquement les hommes, il se peut qu’une publicité équivalente ciblant les femmes exécutant dans le même laps de temps – des publicités qui n’ont peut-être pas été reprises par l’outil de ProPublica. De plus, si un internaute clique sur une annonce pour savoir pourquoi elle a été ciblée – comme dans la plainte d’ACLU -, elle sera informée de la raison pour laquelle elle l’a vue, mais pas de l’ensemble de l’auditoire.

La BBC comprend que Facebook est en train de rassembler des données pour contester les conclusions et répondre à la plainte de l’ACLU.

Bien que cibler les utilisateurs en fonction du sexe puisse sembler relativement inoffensif, par exemple, pour les marques de vêtements, le faire pour des offres d’emploi peut être contraire à la loi américaine. La loi de 1964 sur les droits civils interdit expressément toute discrimination fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l’origine nationale. La loi s’applique à tous les stades de l’emploi, y compris au recrutement.

“Lorsque des employeurs dans des domaines à prédominance masculine annoncent leurs emplois uniquement aux hommes, cela empêche les femmes de pénétrer dans ces domaines”, a déclaré Galen Sherwin, du projet Droits des femmes de l’ACLU, en arguant que identifier avec un genre spécifique, sont également exclus.

“De plus, cliquer sur les publicités Facebook a amené les internautes à une page répertoriant de nombreuses autres offres d’emploi dans ces entreprises pour lesquelles les demandeurs d’emploi pourraient être qualifiés.

“Parce qu’aucune femme n’a vu ces publicités, elles ont été exclues non seulement des offres d’emploi mises en avant dans les publicités, mais également de toutes ces autres opportunités.”

Facebook a déclaré qu’elle examinait la plainte de l’ACLU et espérait «défendre nos pratiques».

“Il n’y a pas de place pour la discrimination sur Facebook”, a déclaré le porte-parole Joe Osborne.

“Notre politique est strictement interdite et, au cours de l’année écoulée, nous avons renforcé nos systèmes pour mieux nous protéger contre les abus.”

La société a récemment supprimé plus de 5 000 options de ciblage pour les annonceurs. La décision a été prise à la suite d’une poursuite judiciaire accusant le cabinet de cibler illégalement des utilisateurs en raison de leur race ou de leur orientation sexuelle.

Lire la suite