Épisode méconnu de 1940, l'opération Dynamo a inspiré le "Dunkerque" de Nolan - LaMinuteInfo

Épisode méconnu de 1940, l'opération Dynamo a inspiré le "Dunkerque" de Nolan

Prises en étau dans le nord de la France par les troupes allemandes, les forces alliées cherchent à évacuer vers l’Angleterre: du 26 mai au 4 juin 1940, l’opération “Dynamo” est lancée sur les plages de Dunkerque, sous le commandement de l’amiral britannique Bertram Ramsay.

Cet épisode de la Deuxième Guerre mondiale, beaucoup moins connu en France qu’il ne l’est en Grande-Bretagne, est au c?ur du dernier film du réalisateur britannique Christopher Nolan, “Dunkerque”, en salles mercredi en France et en Belgique.

En neuf jours, pas moins de 338.220 combattants – en majorité britanniques mais également français (123.000) et belges (16.800) – sont évacués dans des conditions inouïes.

Alors que les ferries, chalutiers, remorqueurs et autres gros navires britanniques offrent des cibles faciles aux bombardements allemands, le gouvernement britannique réquisitionne près de 370 petites embarcations civiles, baptisées “Little Ships”.

Depuis les plages de Dunkerque, deux possibilités s’offrent aux soldats: soit monter à bord des gros navires qui accostent sur la jetée, soit faire la queue sur la plage pour monter dans de petits bateaux qui font le va-et-vient vers les bâtiments qui mouillent au large.

Sur le papier, l’opération parait simple – la météo étant plutôt clémente et la mer d’huile – mais elle a vite été compliquée par les attaques des avions ennemis. Le 29 mai, au plus fort de l’évacuation, 400 bombardiers allemands, protégés par 180 avions de chasse, pilonnent les plages dunkerquoises et les navires au large.

Une fois embarqués, les soldats ne sont pas pour autant en sécurité: 60 kilomètres séparent Dunkerque et Douvres, dans la route la plus directe. Mais celle-ci est à portée des canons ennemis installés à Calais, et la voie la plus sûre oblige à faire un détour de 20 km.

Le 4 juin 1940, le dernier navire britannique, le Shikari quitte Dunkerque. Laissant derrière lui 35.000 soldats qui n’ont pas réussi à embarquer.

Sur les 848 bateaux de toutes tailles réquisitionnés pour l’opération, 235 se sont retrouvés au fond de l’océan, coulés par les bombardiers ou les torpilles de sous-marins allemands. Près de 5.000 soldats périront noyés, selon l’historien dunkerquois Patrick Oddone.

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *