Connect with us

Europe

Dix morts et des dizaines de blessés dans un déraillement de train en Turquie

Ange Poireau

Publié

le

Dix personnes ont été tuées et 73 autres blessées dimanche dans le déraillement d’un train, bondé de passagers, dans le nord-ouest de la Turquie, a annoncé le ministère de la Santé.

Le train, avec plus de 360 ​​personnes à bord, se rendait dans la région d’Edirne, aux frontières grecque et bulgare, à la station Halkali d’Istanbul lorsque six de ses wagons ont déraillé dans la région de Tekirdag.

Plus de 100 ambulances ont été envoyées sur les lieux, a déclaré TRT Haber, citant le sous-secrétaire du ministère de la Santé Eyup Gumus.

L’armée turque a déclaré dans un communiqué qu’elle avait envoyé des hélicoptères sur les lieux.

Des images de télévision ont montré plusieurs wagons de train couchés sur leurs flancs, et des blessés qui ont été emmenés sur des civières.

Il y a un grand nombre de blessés et nous avons des morts“, a déclaré le gouverneur de Tekirdag Mehmet Ceylan à la chaîne NTV. “L’accident s’est produit à cause de conditions météorologiques défavorables“, a-t-il ajouté.

Des informations ont indiqué que la zone environnante était boueuse à cause des pluies récentes et que le sol sous les rails s’est peut-être affaissé, provoquant le déraillement du train.

Le train a déraillé à l’extérieur du village de Sarilar dans le district de Corlu de Tekirdag, selon des reportages.

Le président Recep Tayyip Erdogan a été informé de l’accident et a exprimé ses condoléances à ceux qui ont perdu la vie, a rapporté l’agence de presse officielle Anadolu.

Au cours des dernières années, les autorités turques d’Erdogan ont cherché à moderniser le réseau ferroviaire autrefois délabré de la Turquie, en construisant plusieurs lignes interurbaines à grande vitesse.

Les passagers turcs préfèrent en général prendre l’avion ou le bus pour les déplacements interurbains, mais cela change avec les nouvelles lignes de trains à grande vitesse.

Le train impliqué dans l’accident semblait être l’un des trains de voyageurs les plus lents qui circulaient sur un chemin de fer à voie unique.

Le réseau ferroviaire turc a été frappé par plusieurs accidents mortels ces dernières années.

En janvier 2008, neuf personnes ont été tuées lorsqu’un train a déraillé dans la région de Kutahya au sud d’Istanbul à cause de rails défectueux.

Et lors de la pire catastrophe ferroviaire récente en Turquie, 41 personnes ont été tuées et 80 autres blessées en juillet 2004 lorsqu’un train à grande vitesse a déraillé dans la province de Sakarya, au nord-ouest du pays.

Europe

L’opposant russe Verzilov probablement empoisonné, selon ses médecins

Reuters

Published

on

By

Piotr Verzilov, l’un des quatre membres des Pussy Riot ayant interrompu la finale de la Coupe du monde de football en juillet à Moscou, qui est hospitalisé à Berlin, a probablement été empoisonné à l’aide d’une substance neurotoxique, ont annoncé mardi ses médecins.

Il a perdu temporairement la vue, la parole et l’usage de ses jambes, mais son état s’améliore depuis sont arrivée en Allemagne, samedi.

“Il est hautement probable qu’il ait été empoisonné”, a déclaré le docteur Kai-Uwe Eckardt, de l’hôpital universitaire de la Charité à Berlin.

Piotr Verzilov souffre d’un syndrome anticholinergique, pathologie due à l’inhibition de certains neurotransmetteurs, a-t-il précisé, ajoutant qu’il y avait peu de chances d’identifier la substance responsable, six jours après son ingestion.

Son état n’inspire plus inquiétude, mais nécessite la poursuite du traitement.

Lire la suite

Europe

Migrants: Aidez les Etats plutôt que Frontex, dit Prague à l’UE

Reuters

Published

on

By

L’Union européenne ferait mieux d’allouer davantage de fonds aux Etats membres plutôt qu’à Frontex, l’agence chargée du contrôle des frontières, pour les aider à lutter contre l’immigration clandestine, ont estimé lundi le Premier ministre tchèque Andrej Babis et son homologue slovaque Peter Pellegrini.

“Il faut dire à Malte, à l’Italie, à la Grèce et à l’Espagne qu’ils recevront plus d’argent. Ils ont chacun leur propre garde côtière. Ils n’ont pas besoin de Frontex”, a déclaré le premier lors d’une conférence de presse à Prague, évoquant l’augmentation du budget et des effectifs de l’agence, proposée par la Commission européenne.

“Ce n’est pas bon d’avoir une garde-côte italienne et de former en parallèle une petite armée sous le label Frontex”, a renchéri le Slovaque Peter Pellegrini.

L’immigration promet à nouveau d’occuper une grande partie des débats lors du Conseil européen informel de Salzbourg, les 19 et 20 septembre.

Les membres du groupe de Visegrad, qui réunit Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie, se sont fermement opposés au plan européen de répartition des migrants et ont offert il y a quelques mois 35 millions d’euros à l’Italie pour soutenir les efforts qu’elle déploie en Libye afin de réduire les départs vers l’Europe.

Lire la suite

Europe

Ukraine: sept blessés dans des heurts entre policiers et nationalistes à Kiev

AFP

Published

on

By

Sept policiers ont été blessés lundi à Kiev dans des heurts avec des nationalistes protestant contre l’expulsion vers la Russie d’un membre présumé du groupe jihadiste État islamique (EI), qui aurait selon ses partisans combattu les rebelles séparatistes dans l’est du pays, ont indiqué les autorités.

Des dizaines de militants de plusieurs mouvements d’extrême droite ont manifesté devant le siège du Parquet général, dans le centre de Kiev, contre l’expulsion la semaine dernière de Timour Toumgoïev, originaire d’Ingouchie, une république du Caucase russe, a constaté un photographe de l’AFP.

Les affrontements ont éclaté quand les manifestants ont jeté des pavés sur une entrée du bâtiment et mis le feu à un conteneur à ordure, selon plusieurs médias ukrainiens.

“Sept policiers ont été blessé” quand les protestataires ont tenté de pénétrer à l’intérieur du parquet, a indiqué la police dans un communiqué.

Selon ses partisans, Timour Toumgoïev combattait comme volontaire depuis novembre 2017 dans l’est séparatiste de l’Ukraine et est un “ennemi personnel de Ramzan Kadyrov”, l’autoritaire dirigeant de la Tchétchénie, une république du Cause russe.

Tout en confirmant son expulsion, le parquet a assuré avoir examiné pendant plus de deux ans la demande d’extradition de M. Toumgoïev et n’avoir reçu pendant cette période “aucune information” sur sa participation aux combats dans l’est de la part de ses avocats.

Accusé en Russie d’être membre de l’EI, il “ne cachait pas sa participation à cette organisation terroriste”, a par ailleurs indiqué un porte-parole du parquet, Andriï Lyssenko au lendemain de son expulsion.

L’est de l’Ukraine est en proie depuis quatre ans à un conflit entre forces gouvernementales et séparatistes prorusses, qui a fait plus de 10.000 morts.

Kiev et l’Occident accusent la Russie de soutenir financièrement et militairement les séparatistes, ce que Moscou a toujours démenti.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement