Deux Russes tués dans dans l’est de la Syrie - LaMinuteInfo

Deux Russes tués dans dans l’est de la Syrie

Deux Russes sont morts le 7 février dans la région syrienne de Deir Ezzor (est), visée ce jour-là par des frappes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, ont annoncé lundi un groupe paramilitaire russe et une organisation nationaliste.

Vladimir Loguinov “est mort dans une bataille inégale dans la région de Deir Ezzor”, a déclaré dans un communiqué l’Union cosaque balte, qui siège à Kaliningrad, une enclave russe coincée entre la Pologne et les pays Baltes.

Originaire de Kaliningrad, cet homme de 52 ans “défendait héroïquement notre patrie dans ces confins contre les fous sauvages” quand il a été tué le 7 février, selon ce communiqué.

A la tête de l’Union cosaque balte, Maxime Bouga a dit au téléphone à l’AFP ne pas connaître les circonstances dans lesquelles est mort de ce sapeur du génie militaire travaillant en tant que “volontaire” depuis l’automne 2017 en Syrie.

M. Loguinov était “certainement payé” pour ce travail, a ajouté M. Bouga, sans préciser par qui.

Un deuxième Russe, Kirill Ananiev, a également été tué le 7 février, “dans une bataille sur les rives de l’Euphrate”, selon l’organisation nationaliste Drougaïa Rossïa (“Une Autre Russie”) qui a diffusé un communiqué accompagné d’une photo sur le réseau social russe Vkontakte.

La coalition antijihadiste dirigée par les Etats-Unis a frappé le 7 février la région de Deir Ezzor, tuant selon le Pentagone au moins 100 combattants dans les rangs des forces loyales au régime en riposte à une attaque contre le QG d’une coalition arabo-kurde soutenue par Washington.

A la suite de cette attaque, le ministère russe de la Défense avait assuré qu’il n’y avait “aucun militaire russe à Deir Ezzor”.

Les médias russes soulignent toutefois que de nombreux Russes combattent en Syrie en tant que mercenaires, notamment pour une société militaire privée appelée le “Groupe Wagner”.

Lundi, dans un communiqué publié sur Facebook, le président du parti libéral Iabloko et candidat au scrutin présidentiel du 18 mars, Grigori Iavlinski, a appelé Vladimir Poutine “à faire la lumière sur la situation”, qualifiant l’absence de démenti officiel sur l’éventuelle mort et présence de paramilitaires russes en Syrie comme “inacceptable”.

Au moins trois autres Russes sont morts à Deir Ezzor le 7 février dans des frappes de la coalition menée par les Etats-Unis, a assuré l’organisation Conflict Intelligence Team (CIT), un groupe d’analystes suivant l’implication de la Russie en Syrie sur les réseaux sociaux.

La Russie est intervenue militairement en Syrie en septembre 2015 en soutien à l’armée de Bachar al-Assad. En décembre, Vladimir Poutine a ordonné le retrait partiel de ses troupes de Syrie, estimant “accomplie” la mission de l’armée russe.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *