Des journalistes camerounais à l’école de la lutte contre le paludisme - LaMinuteInfo

Des journalistes camerounais à l’école de la lutte contre le paludisme

Ils ont pris part à un atelier organisé mardi à Yaoundé par l’Ong Malaria No More.

Demain, 25 avril 2018, le Cameroun se joint à la communauté internationale pour célébrer la journée internationale de la lutte contre le paludisme. Cette année, cette journée se célèbre sous le thème: « Prêts à vaincre le paludisme ».

En prélude à cette journée, l’Ong camerounaise, Malaria No More a organisé mardi à Yaoundé, un atelier de renforcement des capacités des professionnels des médias en faveur de la lutte contre le paludisme.

« Nous avons organisé cet atelier parce que les médias ont un rôle à jouer dans le lutte contre le paludisme », a expliqué Olivia Ngou, Directrice exécutive pour le Cameroun, de Malaria No More.

L’atelier regroupait plus d’une trentaine de journalistes venus des quatre régions du Cameroun. Des responsables du ministère camerounais de la Santé, du ministère de la Communication et de l’Oms étaient présents pour encadrer ce séminaire de recyclage.  D’entrée, on a parlé des objectifs de l’atelier et les résultats attendus.

L’atelier a été ensuite marqué par un rappel de la stratégie mondiale de lutte contre le paludisme.

La lutte contre la malaria «stagne»

Dans le monde la lutte contre la maladie « stagne »  pour la première fois en dix ans. A la veille de la Journée mondiale contre cette maladie, l’OMS a appelé mardi à Genève les Etats à maintenir leurs engagements pour tenter de l’éradiquer d’ici 2030.

«La malaria se porte bien», a déploré devant la presse le chef du programme mondial contre la malaria à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Pedro Alonso. «Nous constatons un renversement dans certaines avancées dans un nombre important de pays». Au total, environ 216 millions de cas et près de 450’000 décès par an sont observés dans plus de 90 pays, selon des estimations sur 2016. Les augmentations ont été «significatives». L’Afrique subsaharienne rassemble 90% de ces cas.

Si ce scénario se poursuit, «nous perdrons les avancées pour lesquelles nous avons lutté si durement», estime le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un message vidéo à l’occasion de la Journée mondiale. Selon le chef du programme contre la malaria, la maladie est celle qui a tué le plus grand nombre d’individus.

Le Cameroun a enregistré 4000 décès des suites de paludisme en 2016, dont 70% d’enfants âgés de moins de 5 ans, selon les dernières statistiques du Programme national de lutte contre cette maladie (PNLP).

L’incidence est toutefois en régression constante, le pays ayant comptabilisé 41% de nouveaux cas entre 2000 et 2015, soit une baisse de la mortalité de l’ordre de 68%.

Selon le PNLP la région sahélienne du Nord, avec un taux de morbidité de 29,3%, constitue la zone la plus touchée par le paludisme, le Nord-Ouest méridional, avec 13,06% enregistrant le taux le plus bas en la matière.

Mardi, Malaria No More a réitéré son engament à accompagner le PNLP dans l’intensification de la stratégie de lutte contre le paludisme au Cameroun. L’Ong compte sensibiliser le plus de cible possible. D’où l’appel aux hommes de médias qui au cours de l’atelier ont également eu des notions sur les techniques d’un reportage / article en matière de stratégie de la communication en santé publique.

A la fin de l’atelier, Malaria No More devra élaborer et valider une feuille de route 2018-2019 des médias champions de la lutte contre le paludisme.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *