Connect with us

Cameroun

Crise anglophone: des Ambazoniens pas prêts à déposer les armes (grand reportage)

Publié

le

Avant que l’armée détruise son village et tue ses trois frères, Abang était un fermier et un électricien. Aujourd’hui, il fait partie des centaines d’hommes anglophones qui se battent avec des fusils de chasse et des amulettes magiques contre l’armée camerounaise formée aux États-Unis et en France pour tenter d’obtenir l’indépendance d’un nouveau pays qu’ils appellent Ambazonie.

La minorité anglophone du Cameroun réclame une plus grande autonomie depuis que les anciens territoires tenus par les Britanniques et les Français ont été fédérés en une seule nation d’Afrique centrale en 1961. Ces demandes sont devenues de plus en plus bruyantes depuis les années 1980.

En octobre 2017, des manifestations pacifiques – appelant à l’utilisation de l’anglais dans les cours – ont empiré lorsque les forces de sécurité ont tué des dizaines de manifestants et en ont emprisonné des centaines d’autres. Cette violence a entraîné la naissance de plusieurs groupes armés séparatistes qui ont depuis lors tué et kidnappé de nombreux responsables dans la région du Nord-Ouest et dans la région du Sud-Ouest, les deux régions anglophones majoritaires. Le groupe d’Abang, les Forces de défense d’Ambazonia, ou ADF, est le plus important.

Plus de 180 000 personnes ont été déplacées par des opérations anti-insurrectionnelles menées par les forces de sécurité camerounaises, qui ont tué des civils et incendié des villages. La plupart des combattants interrogés par IRIN ont rejoint la milice après avoir été contraints de fuir leurs maisons.

Dans un rapport, Amnesty International affirme que des séparatistes ont tué au moins 44 forces de sécurité et attaqué 42 écoles depuis février 2017. Certaines attaques contre les écoles ont été attribuées aux forces de défense d’Ambazonia par la population locale, mais Amnesty n’a pas pu établir ce lien. Et un porte-parole de l’ADF a nié l’implication du groupe. Amnesty a également rapporté des allégations selon lesquelles plus de 30 personnes auraient été arbitrairement tuées par les forces de sécurité, notamment une attaque très médiatisée contre le village de Dadi en décembre 2017 dans laquelle au moins 23 personnes, y compris des mineurs, ont été arrêtées puis sévèrement torturées.

Le gouvernement a nié les allégations de violations systématiques des droits de l’homme par ses forces de sécurité. Il se dit ouvert au dialogue, mais insiste sur le fait que l’unité du Cameroun est «non négociable».

“Nous ne voulons plus être des esclaves.”


Abang, qui est dans la trentaine, est grand et se penche légèrement en avant quand il est assis. Sa gentillesse et son sourire rapide ne disparaissent que lorsqu’il parle de l’injustice qui l’a poussé à prendre les armes. Puis, ses yeux s’assombrissent et il gesticule avec colère alors qu’il parle. Il porte un T-shirt noir – le seul haut qu’il possède, dit-il.

Abang vit dans un campement composé de quelques bâtiments faits de boue, d’une cour (que les combattants appellent le terrain de parade) et de deux perches de bambou sur lesquelles des drapeaux sont parfois accrochés. Il y a 50 autres combattants dans le camp.

Même s’ils me tuent, il n’y a pas de problème“, explique Abang. “Je sacrifie ma vie.”

Selon le chef des forces de défense d’Ambazonie, Cho Ayaba, son groupe compte 1 500 soldats actifs répartis dans plus de 20 camps à travers le Cameroun anglophone.

Au cours d’une semaine, IRIN a rencontré des combattants de plusieurs camps et a vu une centaine de combattants au total. L’ADF semble être le principal groupe armé opérant au Cameroun anglophone. Leur équipement est médiocre – ils portent des tongs plutôt que des bottes de combat.

Autour de son cou, Abang porte ce qu’il appelle, avec un sourire, un pistolet de singe. C’est un fusil de chasse fabriqué au Nigeria. Le charger est encombrant: vous tournez une vis sous le canon pour que le pistolet s’enclenche au milieu, enfoncez une cartouche dans la chambre, cliquez sur le fusil pour le remettre en place et enfin, tournez la vis pour la verrouiller.

Abang transporte une demi-douzaine de cartouches de chasse rouges dans une ceinture autour de sa taille. Il ne peut pas se permettre plus que cela. Aucun des hommes de l’ADF dans le camp d’Abang n’a de fusils d’assaut; toute l’armée rebelle semble en avoir à peine une douzaine.

Ce n’est pas un combat pour les armes d’assaut portées par les soldats de l’armée camerounaise. Ils ont été entraînés et équipés par la France et les Etats-Unis pour leur lutte contre le groupe extrémiste islamiste Boko Haram. Leurs pistolets pulvérisent des centaines de balles à chaque minute; Abang peut peut-être recharger une fois en ce moment.

La vie quotidienne est difficile, dit Abang. Il y a à peine assez d’espace pour dormir côte à côte sur le sol des cabanes qui leur sont prêtées par le village voisin. Il n’y a pas assez de nourriture, et l’eau de la rivière qu’ils boivent est laiteuse avec du limon.

Pour Abang, il n’y a nulle part ailleurs où aller. L’armée a détruit son village, envoyant toute sa famille fuir dans la brousse, où, croit-il, ils se cachent encore. L’armée a alors installé un camp dans son village, et maintenant il dit qu’il ne peut même pas retourner pour s’occuper de ses cacaoyers. Après avoir fui l’attaque, il a erré dans la région, passant un certain temps dans un camp de réfugiés au Nigeria. Il n’a pas vu sa femme et ses enfants depuis longtemps.

Presque tous les soldats des ADF ont une histoire comme celle d’Abang. Et la ligne séparant ces soldats des réfugiés est très mince; leurs trajets de voyage sont presque les mêmes.

Selon les estimations, plus de 180 000 Camerounais, pour la plupart des anglophones, ont été déplacés pendant seulement huit mois de conflit. Cela comprend 160 000 personnes à l’intérieur du pays et plus de 21 000 réfugiés enregistrés dans des camps au Nigeria, selon l’ONU. Les chiffres réels peuvent être beaucoup plus élevés parce que beaucoup d’entre eux se cachent dans la brousse ou n’ont pas encore été contactés par les agences humanitaires. IRIN a rencontré une douzaine de réfugiés potentiels au Cameroun et des membres d’un autre groupe au Nigéria qui prétendaient qu’ils étaient environ 350 – aucun n’avait rencontré de travailleurs de l’ONU.

Parmi eux se trouve une vieille femme assise à l’ombre d’un palmier – elle est une des personnes déplacées par le conflit mais toujours à l’intérieur du Cameroun. Sa canne s’appuie contre le tronc rugueux de l’arbre et ses jambes sont étendues devant elle. Elle a donné naissance à 11 enfants et les a élevés. Mais maintenant ils sont presque tous partis.

«Ils ont tué mes enfants, 10 enfants qu’ils ont tués», dit-elle d’une voix éthérée. Ses mains tremblent lentement, comme si elles étaient froissées par une douce brise. Montrant une femme à proximité qui berce un bébé, elle ajoute: “Elle est la seule qui reste.”

La vieille femme continue en expliquant comment, quelques mois plus tôt, ses enfants rentraient chez eux dans leur village de Mavas d’Akwaya. Les troupes de l’armée les ont arrêtées sur la route et les ont toutes tués, dit-elle.

Le reste de la famille s’enfuit, déménageant dans une petite hutte près de leur ferme, à quelques heures de marche de Mavas. La fille survivante de la vieille femme explique qu’elle était enceinte à ce moment-là, alors ils ne pouvaient pas faire la marche de plusieurs jours jusqu’au Nigeria. Maintenant, elle semble plus inquiète pour sa mère. “Elle a été malade“, dit-elle, “depuis que ses enfants sont morts.”

“J’ai commencé à entendre des coups de feu.”

Comme beaucoup d’autres villages dans les régions anglophones, Mavas est maintenant déserté. Il avait l’habitude de se vanter d’un marché animé où les agriculteurs apporteraient leurs ignames et vous pourriez manger du poisson grillé et peut-être boire une bière. Maintenant, c’est complètement vide. Quelques écolières qui ont fui vers le Nigeria se dépêchent d’emporter quelques vêtements qu’elles ont laissés derrière elles, avant de repartir précipitamment.

Les combattants de l’ADF agissent comme des guides à travers le village vide. Plusieurs d’entre eux vivaient là et, comme la vieille femme, devaient fuir.

Un des combattants entre dans une grande maison avec des murs de boue et un toit de zinc. Il ouvre une porte avec une serrure cassée et nous invite à l’intérieur. “C’est ma chambre“, dit-il en pointant son fusil. Une moustiquaire est suspendue sur un lit sans matelas. “Ils l’ont emporté“, explique-t-il. “Ils ont tout gâché.”

Il se souvient du moment où l’armée est arrivée en février. Il avait joué avec les enfants de sa sœur. Alors les troupes “ont juste commencé à tirer”, dit-il. Il a fui, et après rejoint les rangs croissants de l’ADF.

Avant même que l’armée les ait chassés de leurs maisons, beaucoup de soldats de l’ADF étaient en colère. Pendant des décennies, les anglophones se sont sentis marginalisés par le gouvernement francophone centralisé dans un pays qui a commencé en tant que fédération.

Le 1er octobre 1961, la partie sud du Cameroun britannique a rejoint la République fédérale francophone du Cameroun.

Aujourd’hui, le Cameroun est officiellement bilingue, mais le français est souvent favorisé.

Les deux régions anglophones représentent un sixième de la population totale, selon l’office national des statistiques. Mais les examens du concours pour les universités et les collèges publics les plus prestigieux ne sont donnés qu’en français, et ce sont les portes d’entrée des postes d’administration publique recherchés.

Dans les années 1980, les protestations anglophones contre ce que beaucoup considéraient comme une assimilation forcée au système d’éducation francophone ont été violemment réprimées. En 1985, un avocat anglophone, Fon Gorji Dinka, distribua un pamphlet appelant à l’instauration d’une république anglophone indépendante, qu’il nomma «Ambazonia». Il a été rapidement arrêté. Trois ans plus tard, il s’est enfui au Nigeria.

Avance rapide jusqu’en septembre 2016, lorsque des manifestations de rue ont commencé contre l’utilisation rampante du français dans les écoles et les salles d’audience de la région.

Les manifestations ont abouti à des militants déclarant l’indépendance d’Ambazonie en 2017 à la date symbolique du 1er octobre. Les forces de sécurité camerounaises ont tué plus de 20 manifestants et emprisonné plus de 500 personnes, selon Amnesty International. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux ont montré que les policiers humilient les manifestants en les forçant à rouler dans la boue.

La violence a déclenché la naissance de plusieurs groupes armés, dont les Forces de défense d’Ambazonia. Leurs membres ont kidnappé des représentants de l’État, tué des forces de sécurité et cherché à rendre les régions anglophones «ingouvernables». Ils ont également fermé des écoles, considérées comme des symboles de l’Etat camerounais francophone.

Les forces de sécurité ont riposté en tuant des dizaines de civils, probablement plus de 100, et en incendiant plusieurs villages dans les régions anglophones. Malgré les allégations de violations généralisées des droits de l’homme et les rapports récents de l’armée tuant 32 séparatistes auto-identifiés dans un village, le gouvernement camerounais insiste sur le fait que toutes les opérations militaires ont été “strictement conformes” à leurs règles d’engagement.

“Nous avons passé une semaine sur l’eau avant d’atteindre le Nigeria.”

De retour au camp, en écoutant les combattants de l’ADF, il est parfois difficile de faire la distinction entre la discrimination systémique de l’État camerounais et les revers personnels.

Tous ont des histoires de traitement injuste, comme beaucoup d’anglophones civils. L’un d’eux dit qu’il aurait dû être embauché pour un emploi au gouvernement, mais il a été évincé parce qu’il est anglophone. Un autre dit que lui et ses camarades de classe ont étudié en anglais, et que parce que les examens d’État sont donnés uniquement en français, cela l’a empêché, lui et d’autres, d’aller à l’université.

La discrimination contre l’usage de la langue anglaise a déclenché la rébellion armée, mais les entretiens d’IRIN avec les combattants de l’ADF mettent également en évidence des griefs de longue date sur le manque de services publics de base et la stagnation économique dans les régions anglophones.

Abang dit qu’il a rejoint l’ADF parce que l’État a pris des ressources de sa région, mais il accuse aussi les francophones de «tromper» les anglophones plus généralement. “Je travaillais à Douala en tant qu’électricien”, explique-t-il. “Ils ne m’ont payé que 3 000 francs CFA (5,40 dollars) quand j’avais travaillé pour plus de 200 000 francs CFA (360 dollars).”

Les chances peuvent être empilées contre les combattants, mais ils semblent ne pas être découragés, poussés par leur colère contre l’État.

Jusqu’à ce qu’ils me tuent, je ferai de mon mieux pour me battre, jusqu’à ce que j’obtienne mon indépendance“, dit Abang. “Je ne suis pas seul, nous sommes nombreux.”

Traduction d’un article de Emmanuel Freudenthal publié en Anglais

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cameroun

Crise anglophone : le PM accuse la diaspora d’être derrière les violences

Published

on

Le Premier ministre camerounais a reproché à “la diaspora … accroupie dans l’ombre” pour la violence qui a englouti les parties anglophones du pays.

Philémon Yang a accusé les Camerounais vivant à l’étranger d’utiliser les médias sociaux pour “répandre le discours de haine et la terreur” et même “ordonner des meurtres”.

Il a dit: « Les médias sociaux sont devenus le terrain de prédilection des commanditaires du terrorisme orchestré par les Camerounais de la diaspora. Accroupis dans l’ombre et cachés derrière les claviers de leur ordinateur et de leurs smartphones, ces camerounais de la diaspora propagent la haine et la terreur et n’hésitent pas à commander des meurtres. »

Yang a également déclaré que plus de 80 membres des forces de sécurité ont été tués au cours de mois de combats avec des séparatistes anglophones dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du pays.

Une centaine de civils et de représentants de l’État ont également été tués ou enlevés, a-t-il ajouté.

Yang a annoncé un nouveau plan d’aide humanitaire d’urgence de 220 millions de dollars pour des centaines de milliers de civils qui, selon le gouvernement, ont été déplacés, fuyant les les combats.

La violence s’est intensifiée à la fin de 2016, à la suite d’une série de protestations de la part des Camerounais anglophones, qui se disent victimes de discrimination de la part des autorités francophones du pays.

Amnesty International affirme que le gouvernement a réagi par des «arrestations arbitraires, la torture, les homicides illégaux et la destruction de biens».

Lire la suite

Cameroun

L’ombre de Boko Haram hante les éleveurs du nord

AFP

Published

on

By

“C’est difficile de mener nos activités à cause de Boko Haram”, se plaint Issoufa Mahama, éleveur à Mémé, un canton de l’extrême-nord du Cameroun, en proie aux attaques des jihadistes nigérians.

Malgré une baisse de celles-ci ces derniers mois, la plupart des éleveurs vivent toujours dans la psychose, évitant de convoyer leur bétail vers les pâturages des zones frontalières.

“Nous n’allons plus en brousse nourrir le bétail à cause des combattants de Boko Haram. Ils nous ont chassés”, affirme, anxieux, M. Mahama.

“Si tu oses progresser vers la brousse, ils vont t’arracher ton troupeau”, précise-t-il. Entre 2012 et 2016, Boko Haram a volé ou tué au moins 48.000 bovins et petits ruminants dans la région camerounaise où les jihadistes sévissent, ainsi que 4.000 volailles, selon le ministère de l’Elevage.

Le vol du bétail, bien qu’en régression, se poursuit. Face à la menace, de nombreux bergers de la région préfèrent rester au village pour nourrir leur bétail.

Mais la nourriture manque : “Les boeufs ont faim, ils n’ont rien à manger”, se désole Issoufa Mahama.

A l’ombre d’un arbre, deux boeufs faméliques et quelques chèvres lui appartenant se partagent une poignée de tiges de mil jetées à même le sol.

Non loin de ce petit troupeau, quatre membres d’un groupe d’autodéfense armés de fusils traditionnels sont installés au coin d’une rue, filtrant les entrées dans le village. En 2016, au moins 19 personnes avaient péri dans un double attentat-suicide sur le marché de Mémé.

A une dizaine de kilomètres, six civils ont été tués début juin dans une attaque de Boko Haram perpétrée dans le village de Mangave Foya Djalingo.

A Mémé, 18.700 des 88.700 habitants sont des déplacés ayant fui – souvent avec leurs troupeaux – les exactions du groupe jihadiste, selon le lamido, le chef local.

Et avec “38 personnes” à sa charge, parmi lesquelles des femmes, enfants, proches et déplacés, difficile pour M. Mahama de joindre les deux bouts.

“Je ne parviens plus à leur donner à manger”, explique l’éleveur, précisant qu’autrefois il y avait trois repas par jour, mais qu’actuellement “il y a des jours où il n’y a rien à manger”.

“Pas d’eau” 

Traditionnellement, “ce n’est pas facile de trouver de l’herbe pour le bétail parce que ici chez nous, nous n’avons que quatre mois de pluies dans l’année”, explique Boukar Maloum, un autre berger du village, ajoutant qu’en ce temps de saisons capricieuses s’est ajoutée la menace jihadiste.

Les quelques pâturages du village n’ont guère plus d’herbe verte. A l’entrée de sa concession, deux de ses boeufs font des va-et-vient, cherchant désespérément quelque chose à se mettre sous la dent.

Même les tiges de mil que les éleveurs coupaient gratuitement après les récoltes dans les champs sont désormais vendus, selon M. Boukar, signe de l’appauvrissement des populations.

A Mémé, les éleveurs doivent encore faire face à un autre défi. “C’est l’eau. Nous n’avons pas d’eau”, déplore Boukar Maloum, alors qu’il fait 45 degrés Celsius à l’ombre et qu’il faut parcourir “jusqu’à 3 km” pour s’en procurer.

Son troupeau est passé d’une trentaine de boeufs avant le début de la crise sécuritaire à neuf.

Dans l’extrême-nord en général, le secteur de l’élevage est l’un de ceux qui a été le plus affecté par les attaques de Boko Haram.

Dans ce secteur, les pertes directes liées aux attaques imputées aux jihadistes étaient estimées en mai 2016 à près de 55 milliards de francs CFA (83,8 millions d’euros), selon le ministère de l’Elevage.

Le ministère précise dans une étude que les attaques de Boko Haram ont provoqué la fermeture de 21 marchés à bétail, soit l’essentiel des points de vente existant dans la région. Au moins 135 éleveurs de la région ont été tués dans ces assauts.

Mi-juin, le gouvernement camerounais et le Comité international de la Croix-rouge ont lancé une campagne de vaccination d’un million de chèvres et moutons pour prévenir la peste des petits ruminants dans deux départements de l’extrême-nord.

“Pendant deux ans, les animaux n’avaient pas eu de traitement et de vaccins à cause des attaques de Boko Haram. Nous n’arrivions pas à aller en brousse”, explique Mathieu Dara, technicien des industries animales au centre zootechnique vétérinaire de Mora. “Beaucoup d’animaux sont morts par manque de prise en charge”.

L’opération de vaccination lancée à Mémé a été bien accueillie par les éleveurs, mais ceux-ci espèrent plus : “C’est une bonne chose de vacciner nos chèvres et moutons, mais s’ils n’ont rien à manger, ils vont mourir”, déplore M. Mahama.

Il affirme avoir perdu deux boeufs en deux semaines et soupçonne que la maladie et la sous-alimentation sont à l’origine de ces pertes.

Lire la suite

Cameroun

Yaoundé dénonce les “grossiers mensonges” d’Amnesty

AFP

Published

on

By

Le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, a dénoncé les “grossiers mensonges” contenus dans un rapport d’Amnesty International sur les violences et les exactions commises dans les régions anglophones du Cameroun.

“L’édition 2017-2018 du rapport d’Amnesty International est entachée de grossiers mensonges, de déductions hâtives, de manoeuvres diffamatoires inadmissibles qui s’inscrivent dans une stratégie de harcèlement et de déstabilisation de notre pays dans la lutte qu’il mène contre le péril terroriste”, affirme M. Tchiroma Bakary dans une déclaration que s’est procurée vendredi l’AFP.

Le gouvernement camerounais “rejette avec la plus grande fermeté ce prétendu rapport qui, sous le prétexte de la protection des droits humains, ne constitue qu’un tissu d’approximations et d’allégations mensongères”, ajoute-t-il.

Dans son rapport publié mardi, Amnesty, organisation internationale de défense des droits de l’Homme, a affirmé que “les forces de sécurité camerounaises ont commis des violations des droits humains, dont des homicides illégaux, des exécutions extrajudiciaires, des destructions de biens, des arrestations arbitraires et des actes de torture durant des opérations militaires”.

Témoignages et photos à l’appui, Amnesty a documenté 23 cas de torture dans le village de Dadi (Sud-Ouest) en décembre.

“La population est prise entre deux feux, entre le marteau et l’enclume: entre les violations des droits de l’Homme et les crimes commis par les forces de sécurité, et la violence des séparatistes armés qui s’en prennent également aux citoyens ordinaires”, a estimé Ilaria Allegrozzi, chercheuse d’Amnesty.

“Peut-on admettre qu’une armée régulière soit de cette façon mise sur le même pied d’égalité que des bandes criminelles et terroristes?”, s’est interrogé le ministre camerounais, également porte-parole du gouvernement.

Selon lui, “nulle part au monde en effet, il n’est admissible de laisser prospérer, sous l’oeil des autorités légitimes, des enlèvements avec demande de rançon, des rackets et des viols, des pillages et des assassinats, des blasphèmes de symboles et d’emblèmes de la République”.

Un conflit armé oppose depuis fin 2017 les forces de sécurité et des groupes armés réclamant la sécession des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Selon Amnesty, au moins 44 membres des forces de sécurité ont été abattus par des séparatistes entre septembre 2017 et mai 2018 dans les régions anglophones.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l’ONU, et 34.000 se sont réfugiées au Nigeria, selon les autorités nigérianes.

Lire la suite

Facebook

Lettre d’information




cinéma