Connect with us

Football

Coupe du monde Fifa 2026: Canada, Etats-Unis et Mexique face au Maroc

Publié

le

D’un côté, David Beckham fait du lobbying et Donald Trump est menaçant sur les réseaux sociaux.

L’autre promet une Coupe du Monde “européenne” en Afrique.

Mais qui l’emportera mercredi lors d’un vote pour décider des organisateurs de la Coupe du Monde de la FIFA 2026?

Le Maroc et une «United United» combinée entre les États-Unis, le Canada et le Mexique se battent pour avoir le droit d’organiser la plus grande Coupe du monde jamais organisée – avec 48 équipes avec 80 matches en 34 jours.

Après l’attribution controversée des tournois 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar, la Fifa a promis cette fois un vote «plus ouvert et plus transparent».

Mais qu’offrent les deux offres? Comment fonctionnera le vote? Et qui va accueillir la Coupe du monde dans huit ans?

Vols long-courriers et trois nations – l’offre United

David Beckham, ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre, a déclaré que les «grands pays» méritent la Coupe du Monde et qu’il irait en tant que fan si la United Bid réussissait.

Mais le président américain Donald Trump a pris une position un peu différente, en publiant un avertissement voilé sur Twitter aux “pays que nous soutenons toujours” au cas où ils penseraient à voter pour le Maroc mercredi.

Le Mexique et les États-Unis ont déjà accueilli des Coupes du monde par leurs propres moyens, la première en 1970 et en 1986, et la dernière en 1994. Le Canada a organisé la Coupe du monde féminine de 2015.

Le président des Etats-Unis, Carlos Cordeiro, a déclaré que l’offre générerait 14 milliards de dollars (10,3 milliards de livres) de recettes et un bénéfice de 11 milliards de dollars pour la Fifa

  • Sur les 16 villes hôtes, 10 seraient aux États-Unis et les autres se répartiraient également entre le Canada et le Mexique.
  • La finale se déroulera au stade MetLife, d’une capacité de 84 953 places, qui accueille les équipes de la NFL, les New York Giants et les New York Jets.
  • La distance entre le lieu le plus au nord (Edmonton) et le plus au sud (Mexico) est de près de 3 000 milles.
  • Cela se compare à 1900 km en Russie (Kaliningrad à Ekaterinbourg) cet été et plus de 2.800 km au Brésil en 2014 (Manaus à Porto Alegre).

L’offre marocaine

Quatre fois, ils ont offert, et quatre fois, ils ont perdu. Mais pourrait-il être différent à cette occasion pour le Maroc?

Un groupe de travail sur l’évaluation des offres de la Fifa a ratifié leurs propositions, mais a évalué des préoccupations au sujet des stades, de la disponibilité des logements et du réseau de voyage.

Cependant, le chef de l’offre, Hicham El Amrani, a déclaré qu’il était confiant que l’infrastructure du pays “pourrait livrer” et fait jouer la position de la nation nord-africaine.

“Une Coupe du Monde marocaine n’est pas seulement une Coupe du Monde Africaine”, a-t-il déclaré à BBC Sport. “Ce serait aussi une Coupe du Monde européen, nous sommes à quelques heures de vol des capitales européennes”.

  • Les matchs se joueraient dans 14 stades – dont neuf doivent être construits – situés dans 12 villes.
  • Chaque ville hôte est située dans un rayon de 550 km de Casablanca.
  • La finale se déroulera dans le Grand Stade de Casablanca, d’une capacité de 93 000 places.
  • Ce ne sera que la deuxième Coupe du monde sur le continent, après l’accueil de l’Afrique du Sud en 2010.
  • Le Maroc a accueilli 16 équipes pour le Championnat d’Afrique des Nations 2018 en janvier et en février, et a également organisé la Coupe du Monde de la Fifa Club en 2013 et 2014.

Alors, que se passera-t-il mercredi?

Le 68ème Congrès de la Fifa aura lieu à Moscou. Le vote lui-même est le 13e point à l’ordre du jour, alors attendez-vous à une longue journée.

Les choses vont être plus simples qu’auparavant, cependant. Après la controverse autour de l’attribution des finales de 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar, le comité exécutif de la Fifa, composé de 22 membres, ne votera plus au nom des membres.

Au lieu de cela, les deux offres feront une présentation finale de 15 minutes et ensuite les nations membres de la FIFA 211 – moins le Canada, le Mexique, le Maroc et les États-Unis – voteront chacune.

L’option «Aucune enchère» est également sur le bulletin de vote. Dans le cas improbable où 50% ou plus des voix seraient réunies, le processus sera rouvert et les pays européens et asiatiques seront autorisés à présenter une offre, ayant été initialement radié en vertu de la politique de rotation du continent hôte de la Fifa.

Il est plus probable que ni les Marocains ni les “United Bid” ne réclament les 104 voix nécessaires pour obtenir une majorité absolue, et un second vote sera pris au cours duquel les délégués choisiront l’un ou l’autre.

Et si le «United Bid» gagnait de justesse, cela pourrait bien amener les Marocains à reprendre leur grief contre le fait que les territoires américains Guam, Samoa américaines, les îles Vierges américaines et Porto Rico obtiennent un vote.

Alors, où sera la Coupe du monde en 2026?

Après des années à couvrir la politique de la FIFA et les décisions de vote, j’ai appris une chose: suivre l’argent.

Ce vote pour la Coupe du Monde 2026 a été retiré des mains d’une petite cabale de cadres de la Fifa et confié à ses 211 associations membres.

Il est censé réduire le risque de corruption – ce que la Fifa avait désespérément besoin de faire après les controverses passées.

Alors, où l’argent vient-il en ce moment?

L’offre conjointe des Etats-Unis, du Canada et du Mexique est prometteuse: les bénéfices des associations de la Fifa s’élèvent à 11 milliards de dollars (8,2 milliards de livres sterling). Cela se compare à environ 6 milliards de dollars (4,48 milliards de livres sterling) du Maroc.

Ce type d’argent – cédé pendant de nombreuses années et utilisé par de nombreuses petites associations de football pour survivre et développer le jeu – constitue un argument convaincant.

Il en va de même pour les promesses d’une construction sans risque dans trois pays où les infrastructures sont solides et où les stades sont déjà construits.

Les personnes liées aux deux offres rivales ont manifesté leur confiance ces derniers jours.

Mais l’argent parle dans la terre de Fifa. Je pense que ça sera encore le mercredi.

Football

LaLiga: la Real Sociedad s’impose au caractère

Reuters

Published

on

By

Victoire de la Real Sociedad sur la pelouse de Huesca en ouverture de la 5ème journée de Liga (1-0). Merino a trouvé la faille à la 64ème minute sur un service de Hernandez. Dans un match très haché, les joueurs de la ville de San-Sebastian ont terminé la rencontre à 9 contre 11.

Juanmi (71ème) et Hernandez (82ème) ont rejoint les vestiaires prématurément. Le promu concède son 3ème revers consécutif en championnat et affiche la plus mauvaise défense avec 13 buts encaissés.

Grâce à ce succès, la Real Sociedad grimpe provisoirement au 7ème rang du classement tandis que Huesca, qui ne compte que 4 points, reste scotché à la 16ème place.

Lire la suite

Football

Ligue 1: Monaco bute sur Nîmes

Reuters

Published

on

By

Le club de la Principauté partage les points avec Nîmes (1-1) en ouverture de la 6ème journée de Ligue 1. Briançon ouvre le score de la tête à la 19ème minute sur un superbe service de Bobichon.

Falcao remet les siens dans le match en égalisant avant la demi-heure de jeu (27ème). Ensuite, les joueurs du Rocher se sont heurtés à Paul Bernardoni.

Falcao de la tête (39ème), Tielemans sur coup franc (45e) et Diop (49e) ont vu le gardien adverse repousser leur tentative. Les hommes de Leonardo Jardim comptent 6 points et une seule victoire.

Nîmes, promu cette saison en Ligue 1, s’installe provisoirement à la 7ème place du classement avec 8 points.

Lire la suite

Football

La police enquête sur le salut nazi d’un supporter de Lyon  à Manchester City

Published

on

La police anglaise a déclaré qu’elle enquêtait sur un “crime de haine odieux” après qu’un fan de Lyon ait semblé donner un salut nazi lors de la victoire en Champions League face à Manchester City.

Le club français s’est engagé à bannir le supporter à vie.

L’inspecteur en chef Gareth Parkin, de la police du Grand Manchester, a condamné le geste du fan.

“C’est un comportement absolument aberrant et il n’a pas sa place dans notre communauté et pas de place dans le sport”, a-t-il déclaré.

“Nous nous engageons à contrôler le racisme lors des matches de football, et les crimes de haine de toute sorte ne seront tout simplement pas tolérés.”

Il a déclaré que les agents travaillaient avec leurs collègues français pour identifier le délinquant.

Lyon a battu Manchester City 2-1 au stade Etihad lors du premier match de la Ligue des Champions mercredi.

Le geste a été capturé sur vidéo et partagé sur les médias sociaux, où il a été largement condamné.

Le club a répondu en disant qu’il avait vu la vidéo et travaillait pour identifier le supporter.

“Dès qu’il sera identifié, il sera exclu à vie”, a déclaré Lyon dans un communiqué.

La police a déclaré qu’elle enquêtait également sur des informations faisant état de combats entre fans près du stade Etihad de City.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient une vingtaine de supporters qui s’affrontaient dans la rue devant un magasin.

Entre temps, deux personnes ont été arrêtées avant le match à la suite d’une perturbation dans le quartier nord de la ville vers 18h40 (heure locale).

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement