Connect with us

Football

Coupe du monde 2018: Une équipe africaine atteindra-t-elle les demi-finales pour la première fois?

Publié

le

“Quand j’ai commencé à entraîner la Côte d’Ivoire, j’ai dit à Didier Drogba:” Nous avons des joueurs fantastiques et nous pouvons aller loin dans la Coupe du Monde. ” Il a dit: “Non, nous ne pouvons pas”.

Sven-Goran Eriksson tente de faire la lumière sur les raisons pour lesquelles l’Afrique attend toujours un premier triomphe de Coupe du Monde plus de 20 ans après que la légende brésilienne Pelé a prédit un vainqueur du continent en 2000. À la fin de la Coupe du Monde 2010, le Suédois compris que Drogba n’était pas négatif – juste réaliste.

“La raison pour laquelle ils ne le font pas? Un mot: l’organisation. Il a été le chaos total quand je me suis joint”, a déclaré Eriksson à BBC Sport.

À un moment donné, la prédiction de Pelé semblait pouvoir se réaliser. Le Nigeria est arrivé en tête d’un groupe mettant en vedette l’Argentine et Diego Maradona lors de l’édition de 1994, tandis que George Weah et Jay-Jay Okocha faisaient leur marque en Europe dans les années 1990.

Pourtant, l’Afrique, deuxième continent le plus peuplé et lieu où le football est roi, doit encore produire une équipe pour aller au-delà des quarts de finale – sans parler de soulever le trophée d’or.

L’Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie se produiront en Russie à la fin du mois, mais peu pensent qu’ils approcheront de la finale, y compris l’ancien défenseur camerounais Lauren.

“Je pourrais dire que nous aurons une équipe en demi-finale mais ce n’est pas la réalité”, a déclaré le double vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations. “Nous sommes toujours derrière les meilleures équipes.”

Pouvoir de changement en Afrique?

Aucune des cinq équipes se rendant en Russie ne figure dans le top 20 des classements mondiaux de la Fifa et Peter Odemwingie, l’ancien attaquant nigérian, affirme que le football africain a reculé.

“Il y a certainement eu un déclin”, a déclaré l’ex-attaquant de West Brom, Cardiff et Stoke, qui a joué aux Coupes du monde 2010 et 2014.

“Le Nigeria avait l’une des meilleures équipes africaines à la Coupe du Monde de 1994. Nous frappions à la porte, nous avons gagné les Jeux Olympiques de 1996 en battant le Brésil et l’Argentine avec toutes leurs stars.

“Cette période était comme” oui, ça arrive ”

Mais le Nigeria, qui disputera sa sixième finale en Russie, attend toujours. Avec le reste de l’Afrique.

Les trois équipes pour les quarts de finale – Cameroun (1990), Sénégal (2002) et Ghana (2010) – sont originaires d’Afrique subsaharienne.

Mais en Russie, il y aura plus d’équipes du nord qu’ailleurs sur le continent, dont une première apparition en 28 ans pour l’Egypte et un retour après 20 ans pour le Maroc.

Un certain nombre de pays d’Afrique du Nord ont des joueurs qui ont appris leur métier dans des académies en Europe, mais c’est le Maroc qui arrive à cette Coupe du Monde avec les joueurs les plus étrangers – dix-sept de ses 23 joueurs sont nés hors du pays.

Odemwingie croit que ceux qui jouent pour les nations nord-africaines sont “plus intelligents” à la lecture du jeu et ont également remarqué une différence physique.

“C’est comme si Anthony Joshua combattait Floyd Mayweather”, a-t-il déclaré en comparant un joueur typique d’Afrique subsaharienne avec un joueur du nord. “Les joueurs du nord sont un peu plus maigres.

“Ils commencent toujours les coups francs plus rapidement, ils ont un peu plus le jeu mental que les équipes sub-sahariennes.”

Lignes bonus et boycotts

Lors de la Coupe du monde 2014, le Cameroun, le Ghana et le Nigeria ont tous fait les manchettes pour de mauvaises raisons.

Les joueurs du Ghana ont boycotté leur entraînement pour protester contre le fait qu’ils ne recevaient pas de frais de comparution au Brésil. Il a été réglé seulement quand leur gouvernement a envoyé plus de l’argent en espèces par avion. Pendant ce temps, les joueurs du Cameroun sont arrivés tard en Amérique du Sud en raison d’un différend sur les paiements de primes.

La Fédération nigériane de football (NFF) et les joueurs du pays ont signé un accord en novembre dernier concernant la structure de paiement pour la Coupe du Monde 2018 afin d’éviter les problèmes en Russie.

L’ancien défenseur de Tunisie Radhi Jaidi estime que les différends financiers sont dus à des “promesses non tenues”.

“Les joueurs qui viennent d’Europe pour jouer pour leur pays, ces joueurs sont payés à temps par leurs clubs, ils obtiennent des bonus, mais cela peut être différent quand ils jouent pour leur pays”, a déclaré Jaidi à BBC Sport.

“Les gens promettent des choses et quand ils ne les comprennent pas, les joueurs sont frustrés et s’entrechoquent.”

Pourtant, les nations nord-africaines n’ont pas à s’inquiéter des controverses hors-champ, principalement parce que les choses comme les prime sont triées bien arrangé avant le tournoi, selon Piers Edwards de la BBC Afrique.

“Ils sont plus organisés et il y a une plus grande responsabilité”, a ajouté Edwards.

Bien sûr, les Failles de la Coupe du Monde ne sont pas exclusives à l’Afrique.

Il y a huit ans, les joueurs français ont refusé de s’entraîner après l’expulsion de Nicolas Anelka de l’équipe pour avoir insulté verbalement Raymond Domenech, tandis que la République d’Irlande a été bercée par l’infâme rangée de Roy Keane avec le manager Mick McCarthy en 2002.

“C’est l’Afrique, c’est comme ça”

Eriksson était en charge de la Côte d’Ivoire avant et pendant la Coupe du Monde 2010.

Il avait beaucoup de talent à sa disposition, y compris les attaquants Drogba et Salomon Kalou, qui venaient tout juste de remporter la Premier League avec Chelsea, ainsi que le milieu de terrain Yaya Touré.

Pourtant, l’ancien patron de l’Angleterre a rencontré “un manque total d’organisation” alors qu’il se préparait pour des matches de groupe en Afrique du Sud contre le Portugal, le Brésil et la Corée du Nord.

“Nous avons joué un match amical en Suisse et nous sommes allés dans le vestiaire et il n’y avait pas de maillot, pas de kit, et c’était une heure et quinze minutes avant le coup d’envoi”, a déclaré Eriksson.

“J’ai demandé où était l’homme et on m’a dit qu’il viendrait.

“Une heure avant le match, l’homme n’était pas là, quarante-cinq minutes plus tôt, l’homme était venu avec deux énormes sacs et il les avait mis sur le sol du vestiaire.

“Tous les joueurs étaient dans les sacs à la recherche de chemises qui leur correspondaient, tout ce que je pouvais entendre était:” Ce n’est pas le mien, c’est le tien “.

“Juste avant l’échauffement, l’un des joueurs est venu me voir et a dit:” Je ne peux pas jouer. “J’ai demandé:” Tu es blessé? ” Il a dit: «Non, l’homme de kit a oublié mes bottes. L’hôtel était loin donc il ne pouvait pas jouer.

“Drogba m’a dit:” Sven, c’est l’Afrique, c’est comme ça. ”

L’appel à une meilleure organisation est familier à ceux qui ont joué et géré dans la région subsaharienne.

Patrick Mboma se souvient que les espoirs de la Coupe du monde de 2002 au Cameroun se sont pratiquement terminés avant même que l’équipe n’arrive au Japon.

“Le plus important quand on s’est qualifié, c’est qu’on a sept ou huit mois pour se préparer”, a déclaré l’ancien attaquant du Paris St-Germain.

“Mais vous avez des leaders qui pensent que vous pouvez vous préparer à une Coupe du Monde un mois ou deux mois avant, il est toujours trop tard.

“En 2002, je pensais que nous pouvions nous qualifier pour les quatre derniers, puis 46 heures pour atteindre le Japon depuis Paris – alors vous pouvez imaginer à quel point c’était difficile.”

Les préparations de la Tunisie pour le même tournoi ont été perturbées par le limogeage d’Henri Michel peu de temps avant le tournoi.

“Ils ont passé quelques mois à décider qui allait le remplacer, nous n’avons pas gagné de match au Japon”, se souvient Jaidi.

Manque de gestionnaires nationaux

Parmi les 44 équipes africaines qui vont participer à la Coupe du monde en Russie en 2018, 30 sont dirigées par un non-africain.

Le Cameroun, qui s’est qualifié sept fois la Coupe du monde de l’Afrique, a été mené par quatre Français, deux Allemands et un Russe.

En Russie, l’Egypte, le Maroc et le Nigeria seront entraînés respectivement par un Argentin, un Français et un Allemand.

L’Ecossais James McRea, joueur de West Ham et de Manchester United, a donné le ton aux sorties de la Coupe du Monde en Afrique en 1934. Les supporters ont dû attendre encore 44 ans pour un premier entraîneur de la Coupe du Monde, Abdelmajid Chetali première victoire à la finale – une défaite 3-1 du Mexique.

Les nations africaines à la Coupe du monde

Ce n’est qu’en 2002 qu’une nation sub-saharienne s’est rendue en phase finale avec son propre entraîneur, Festus Onigbinde, leader du Nigeria, Jomo Sono à la tête de l’Afrique du Sud.

Aucun Africain n’ayant mené sa nation dans les quarts de finale de la Coupe du monde, ces nominations des étrangers semblent devoir se poursuivre.

“Les entraîneurs européens sont différents parce qu’ils peuvent offrir beaucoup plus que la journée”, a ajouté Odemwingie.

«Ils peuvent mieux se préparer tactiquement plutôt que de compter uniquement sur le talent, ce que nos entraîneurs ont fait.

“Maintenant, le football est passé à la science du sport, à la nutrition … ce sont des choses dont certains de nos entraîneurs n’avaient jamais entendu parler. Nous dépendons davantage d’entraîneurs expérimentés, mais nous avons un problème parce que nous essayons de développer nos propres gestionnaires et entraîneurs. ”

Eriksson estime que les équipes auraient plus de succès si elles suivaient les exemples du Sénégal – en faisant leur première apparition en finale depuis 2002 après avoir nommé Aliou Cisse en 2015 – et la Tunisie, qui revient au tournoi après 12 ans d’absence sous Nabil Maaloul, originaire de Tunisie.

“Ce que font certaines nations africaines, c’est avoir un entraîneur local pendant la qualification et si elles réussissent, elles prennent un grand nom d’Europe ou d’Amérique du Sud un ou deux mois avant le tournoi”, a-t-il ajouté.

“Ils devraient prendre un entraîneur et les garder pendant quatre ans.

“Ce serait bien mieux, car même si vous avez de bons joueurs, travailler avec eux pendant un mois à une Coupe du Monde est trop peu.”

La lumière au bout du tunnel?

Le Maroc est en course pour accueillir la Coupe du monde dans huit ans.

La nation nord-africaine est la seule rivale à une offre conjointe du Canada, du Mexique et des États-Unis pour la phase finale élargie de 48 équipes en 2026. Une décision est attendue mercredi.

Le journaliste et expert en football africain Mark Gleeson ne pense pas que ce soit au-delà des possibilités que l’Afrique puisse célébrer le succès de la Coupe du monde dans le futur.

“Vous aurez toujours ces moments rares quand tout clique”, a-t-il dit. “Regardez la Turquie en 2002. Cela aurait été une idée absurde avant le tournoi qu’ils atteignent les demi-finales.”

Et malgré un manque d’organisation, d’infrastructures et de finances, Jaidi est confiant pour l’avenir.

Des changements récents ont été apportés aux structures d’arbitrage et aux standards d’entraînement afin de renforcer les chances des équipes africaines et, pour que le continent réussisse à l’échelle mondiale, un parcours clair vers le succès local doit être creusé, selon l’ancien défenseur de Southampton.

“Le problème est plus large que juste:” Oh oui, une équipe africaine va certainement gagner la Coupe du Monde “, a déclaré Jaidi. “C’est une situation complexe, ce n’est pas une question ou un problème.

“Quand les équipes africaines jouent à la Coupe du monde, il y a toujours une pensée derrière la tête que nous n’avons aucune chance.

“Nous devons construire une base qui soutienne les jeunes joueurs africains qui ont maintenant 10 ou 15 ans pour les aider à atteindre les plus hauts standards.”

Le défenseur de Brighton et du Cameroun, Gaetan Bong, a déclaré que même les installations les plus élémentaires devaient être améliorées en Afrique.

“Parfois, vous ne pouvez même pas jouer parce que le terrain n’est pas assez bon”, a-t-il dit.

“Nous devons développer davantage parce que nous avons beaucoup de joueurs talentueux en Afrique – mais nous n’avons pas de ligues fortes.”

Pour tous les problèmes qu’il a rencontrés avec la Côte d’Ivoire, Eriksson espère que l’Afrique célèbrera un futur triomphe en Coupe du Monde.

“Je ne sais pas quand, mais je pense que l’Afrique va gagner la Coupe du Monde tôt ou tard, peut-être plus tard, c’est dommage parce que l’intérêt pour le football en Afrique est énorme. “

Football

LaLiga: la Real Sociedad s’impose au caractère

Reuters

Published

on

By

Victoire de la Real Sociedad sur la pelouse de Huesca en ouverture de la 5ème journée de Liga (1-0). Merino a trouvé la faille à la 64ème minute sur un service de Hernandez. Dans un match très haché, les joueurs de la ville de San-Sebastian ont terminé la rencontre à 9 contre 11.

Juanmi (71ème) et Hernandez (82ème) ont rejoint les vestiaires prématurément. Le promu concède son 3ème revers consécutif en championnat et affiche la plus mauvaise défense avec 13 buts encaissés.

Grâce à ce succès, la Real Sociedad grimpe provisoirement au 7ème rang du classement tandis que Huesca, qui ne compte que 4 points, reste scotché à la 16ème place.

Lire la suite

Football

Ligue 1: Monaco bute sur Nîmes

Reuters

Published

on

By

Le club de la Principauté partage les points avec Nîmes (1-1) en ouverture de la 6ème journée de Ligue 1. Briançon ouvre le score de la tête à la 19ème minute sur un superbe service de Bobichon.

Falcao remet les siens dans le match en égalisant avant la demi-heure de jeu (27ème). Ensuite, les joueurs du Rocher se sont heurtés à Paul Bernardoni.

Falcao de la tête (39ème), Tielemans sur coup franc (45e) et Diop (49e) ont vu le gardien adverse repousser leur tentative. Les hommes de Leonardo Jardim comptent 6 points et une seule victoire.

Nîmes, promu cette saison en Ligue 1, s’installe provisoirement à la 7ème place du classement avec 8 points.

Lire la suite

Football

La police enquête sur le salut nazi d’un supporter de Lyon  à Manchester City

Published

on

La police anglaise a déclaré qu’elle enquêtait sur un “crime de haine odieux” après qu’un fan de Lyon ait semblé donner un salut nazi lors de la victoire en Champions League face à Manchester City.

Le club français s’est engagé à bannir le supporter à vie.

L’inspecteur en chef Gareth Parkin, de la police du Grand Manchester, a condamné le geste du fan.

“C’est un comportement absolument aberrant et il n’a pas sa place dans notre communauté et pas de place dans le sport”, a-t-il déclaré.

“Nous nous engageons à contrôler le racisme lors des matches de football, et les crimes de haine de toute sorte ne seront tout simplement pas tolérés.”

Il a déclaré que les agents travaillaient avec leurs collègues français pour identifier le délinquant.

Lyon a battu Manchester City 2-1 au stade Etihad lors du premier match de la Ligue des Champions mercredi.

Le geste a été capturé sur vidéo et partagé sur les médias sociaux, où il a été largement condamné.

Le club a répondu en disant qu’il avait vu la vidéo et travaillait pour identifier le supporter.

“Dès qu’il sera identifié, il sera exclu à vie”, a déclaré Lyon dans un communiqué.

La police a déclaré qu’elle enquêtait également sur des informations faisant état de combats entre fans près du stade Etihad de City.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient une vingtaine de supporters qui s’affrontaient dans la rue devant un magasin.

Entre temps, deux personnes ont été arrêtées avant le match à la suite d’une perturbation dans le quartier nord de la ville vers 18h40 (heure locale).

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement