Connect with us

Non classé

Coupe du monde 2018: l’Egyptien Salah “presque” assuré “à 100%” de jouer

Publié

le

Un cliché polémique avec Ramzan Kadyrov, l’homme fort de la Tchétchénie, la pression de tout un peuple fou de foot qui pèse sur sa clavicule convalescente et un anniversaire vendredi le jour du match contre l’Uruguay au Mondial-2018: Mohamed Salah, star de l’Egypte, vit une semaine insensée.

Jouera, jouera pas ? Les fans de foot autour de la planète, et ceux des Pharaons particulièrement, vivent dans l’angoisse depuis que le 26 mai. Ce soir là, le crack de Liverpool a été blessé dans un contact en forme de prise de judo avec Sergio Ramos en finale de la Ligue des champions.

“Je peux presque vous assurer à 100% qu’il jouera”, a lâché jeudi le sélectionneur de l’Egypte Hector Cuper à la veille de l’entrée en lice de son équipe en Coupe du monde contre l’Uruguay à Ekaterinbourg.

“Salah va bien et récupère très vite. Nous devons encore voir comment l’entraînement va se dérouler aujourd’hui (…) nous sommes tous très optimistes pour sa présence sur le terrain”, a ajouté le sélectionneur argentin.

S’il joue, gare aux chocs: l’Uruguay évolue avec Luis Suarez, buteur-déménageur des surfaces qui avait mordu à l’épaule un adversaire italien au Mondial-2014. Et Diego Godin, défenseur central de la Celeste, est considéré comme un des joueurs les plus solide et rugueux du football international…

Mais comment penser jouer sans lui ? “A chaque fois que l’Egypte attaque, Salah représente peut-être 60-70% de cette qualité de jeu, de la transition défense-attaque. La référence, c’est toujours Salah, c’est toujours le couloir droit. La qualité de Salah, et c’est pour ça que l’équipe joue tout pour lui, c’est qu’il règle les problèmes de l’Egypte grâce à son efficacité”, expose à l’AFP Paulo Duarte, sélectionneur du Burkina Faso, victime d’un but de Salah lors de la demi-finale de la CAN-2017.

“Si l’Egypte perd cette force offensive, c’est sûr qu’elle ne va pratiquement que défendre parce qu’elle n’a pas les moyens de jouer haut. Salah c’est sa force. Avec lui c’est une chose, sans lui c’est autre chose”, conclut Duarte.

– “Notre fils” –

Le jour du match, Salah fêtera ses 26 ans, point d’orgue d’une drôle de semaine pour l’ancien joueur de Rome depuis que son équipe a pris ses quartiers à Grozny. Un cliché de lui, main dans la main avec l’homme fort de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, a fait le tour de la planète suscitant bien des polémiques.

Le dirigeant de cette république russe du Caucase était lui-même parti chercher le crack des Reds à l’hôtel en voiture pour le faire venir sur le terrain. Et saluer un public de quelque 8.000 spectateurs.

“L’homme qui a tiré Salah de son sommeil est accusé de +tortures et meurtres extrajudiciaires+”, a souligné le quotidien britannique The Sun. Mais qu’est venue faire l’Egypte à Grozny, une ville qui n’accueillera aucun match du Mondial ? Officiellement, l’équipe a voulu rester dans l’ombre, loin du public, des caméras et des médias pour ne pas perturber la quiétude de Pharaons qui ne s’étaient plus qualifiés depuis 28 ans.

La Tchétchénie est historiquement très majoritairement musulmane. Le fait que le début du Mondial coïncide avec la fin du ramadan a considérablement joué dans le choix de cette ville très conservatrice par la sélection égyptienne.

S’il joue, dans quel état sera Salah ? Avant le départ pour Ekaterinbourg mercredi, le buteur est apparu pour la première fois à l’entraînement avec ses coéquipiers. Il a ensuite repris son traitement avec le kinésithérapeute de Liverpool Ruben Pons, resté à ses côtés.

L’équipe égyptienne ne veut prendre aucun risque pour le meilleur joueur africain de l’année 2017 et d’Angleterre pour la saison 2018. Le directeur de la sélection, Ehab Lahita, parle de lui comme “notre fils”, assurant que Liverpool n’exerce pas de pression pour que le joueur soit ménagé.

Toute option reste possible, y compris la présence de Salah sur le banc des remplaçants ou son entrée en deuxième mi-temps, selon Ahmed Hossam, alias “Mido”, ancien joueur de Tottenham, s’exprimant sur la chaîne égyptienne On Sport.

– Quelle alternative ? –

Si Salah manque finalement à l’appel, la question se pose de savoir qui Cuper choisira pour le remplacer.

“Contrairement à Liverpool, où dans une certaine mesure il joue librement, Salah est engagé sur le côté droit avec la sélection nationale. Shikabala (Mohamed Abdel Razek) doit être l’alternative”, a indiqué à l’AFP Mostafa Younis, ancienne star du football égyptien.

“En cas d’absence de Salah, l’entraîneur pourrait se tourner vers Amr Warda ou Ramadan Sobhi parce qu’ils penchent vers les zones défensives”, estime Mohamed Abou al-Ela, ancien milieu de terrain international et du club de Zamalek.

“Cuper aime ce genre de joueurs, d’autant plus que le match contre l’Uruguay nécessite un grand travail défensif”, explique Abou al-Ela.

“Je veux que les meilleurs joueurs jouent”, lâche pour sa part le gardien uruguayen Fernando Muslera. “Quand je joue, je veux affronter les meilleurs pour montrer que l’Uruguay est meilleur, pour cela je lui souhaite de se rétablir”, a également commenté Suarez.

Non classé

Marcel Campion provoque un tollé avec des propos homophobes

Reuters

Published

on

By

Marcel Campion, célèbre forain en guerre contre la maire de Paris Anne Hidalgo et candidat aux élections municipales, a provoqué une nouvelle polémique après la diffusion dimanche de propos dans lesquels il qualifie les homosexuels de “pervers”.

Dans une vidéo datant du 27 janvier publiée par Le Journal du dimanche, le forain se lance dans des diatribes visant Anne Hidalgo mais aussi l’ancien maire Bertrand Delanoë et surtout l’ex-maire-adjoint de la capitale, Bruno Julliard, qui a quitté ses fonctions la semaine dernière.

Les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux.

“Au nom du Groupe parlementaire LaRem, je condamne sans réserve les propos homophobes de Marcel Campion. Ils ne méritent aucune indulgence ni aucune explication qui pourrait conduire à en relativiser l’intention”, a écrit le nouveau président du groupe LaRem à l’Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, sur Twitter.

“Je condamne les propos inadmissibles de Marcel Campion. L’homophobie n’aura jamais sa place à Paris. La justice doit être saisie”, a pour sa part réagi la maire socialiste de Paris.

Bruno Julliard veut lui aussi porter plainte. “Certaines injures, par celui qui les prononce, deviennent des décorations… Mais l’homophobie doit être combattue sans relâche, parce qu’elle opprime, stigmatise et tue chaque jour. Ces propos abjects ainsi que leur auteur seront poursuivis en justice”, a-t-il estimé.

Boris Vallaud, député du Parti socialiste, a dénoncé des propos “inadmissibles et indignes”. “À vomir”, dit le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Le député La République en marche, Joachim Son-Forget, est toutefois venu à la défense du forain, estimant que ses propos n’étaient pas homophobes. “Il suffit d’écouter en entier de quoi il parle, certes maladroitement, mais pas de sexualité”, a-t-il écrit sur les réseaux sociaux. Il a précisé par la suite qu’il “déteste l’homophobie” mais “dénonce les lynchages médiatiques et la politique du name and shame”.

Lire la suite

Non classé

Au Cameroun, la campagne à l’élection présidentielle de 2018 commence officiellement samedi

Published

on

La campagne en vue de l’élection présidentielle s’ouvre officiellement samedi 22 septembre, conformément au code électoral qui exige que la campagne commence deux semaines avant les élections.

En prévision des élections prévues pour le 7 octobre, les différents candidats ont mis en place diverses stratégies pour attirer les électeurs à travers le pays.

Paul Biya en quête d’un septième mandat

Le président sortant, Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, commence à convaincre les électeurs de lui offrir l’opportunité de les dirigé pour un septième mandat, mais il n’est pas encore certain que le « L’homme Lion» soit sur le terrain pour faire campagne. Les ministres et fonctionnaires font la campagne pour le vieillard qui rêve à coup de mourir au pouvoir. Des livres sont écris de part et d’autres pour présenter le bilan du locataire d’Etoudi qui n’est pas encore prêt à déménager. Les partisans du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc)  vont, comme d’habitude, suffisamment contribué à sa campagne qui sera lancée samedi à Bamenda par le Premier ministre Philemon Yang.

Joshua Osih, Afanwi et Matomba prennent d’assaut le Mungo

Le département du Mungo dans la région du littoral sera le centre d’attraction car elle accueillera trois candidats à la présidence le même jour. Le porte-drapeau du Front social-démocrate, SDF, Joshua Osih donnera le coup d’envoi avec sa caravane de Douala en direction du Mungo où il fera sa première escale à Dibombari pour lancer sa campagne. Serge Espoir Matomba sera à Mbanga tandis que Franklin Ndifor Afanwi effectuera une tournée dans au moins trois localités dans le département même jour, selon son porte-parole.

Maurice Kamto démarre à Douala

Candidat du Mouvement de la Renaissance camerounaise (Mrc), Maurice Kamto lance sa campagne à Douala à Bonaberi. Il tiendra un second meeting dans l’après-midi au collège Saint-Michel avant de se diriger vers Sanaga maritime où il poursuivra le lendemain.

Akere Muna commence par une convention

Le chef du Mouvement et maintenant porte-drapeau du Front populaire pour le développement, Akere Muna commencerait sa campagne à Yaoundé par une convention qui réunira les délégués au Centre des Congrès de Yaoundé. Il présentera son programme politique ainsi que sa vision pour le Cameroun avant de présenter un calendrier de campagne détaillé.

Garga Haman met la touche finale

De son côté, le chef de l’Alliance pour la démocratie et le développement, ADD Garga Haman Adji, a présidé vendredi 21 septembre une réunion pour finaliser les préparatifs de la campagne. Un porte-parole du parti, Daniel Mpom, a déclaré à journalducameroun qu’un calendrier serait publié immédiatement après approbation de la hiérarchie du parti.

Adamou Ndam Njoya reste muet

Malgré les sourcils soulevés par les médias et l’opinion publique, le leader de l’Union camerounaise pour la démocratie, Adamou Ndam Njoya, est resté muet jusqu’à présent. Cependant, un porte-parole de son parti a déclaré qu’ils allaient de l’avant avec des préparatifs et présenteraient leur horaire au public de manière appropriée.

Lire la suite

Non classé

Les explications d’Alexandre Benalla devant les sénateurs

Alexandre Benalla a été auditionné ce mercredi matin par la commission d’enquête sénatoriale présidée par Philippe Bas.

AFP

Published

on

By

L’ancien collaborateur de l’Elysée, mis en examen pour avoir malmené des manifestants le 1er mai dernier n’avait dans un premier temps pas souhaité se présenter, puis s’était ravisé afin d’éviter des poursuites judiciaires.

Invité à s’exprimer avant d’être interrogé par la commission, il a déclaré avoir “l’impression” d’avoir été “instrumentalisé à des fins politiques”.

“J’ai ressenti à un moment un acharnement médiatique, un acharnement politique et j’ai eu l’impression qu’un certain nombre de personnes ont pu se servir des institutions de notre pays à des fins politiques et médiatiques” a-t-il déclaré en préambule de son audition.

Puis il a présenté ses excuses auprès du président de la commission d’enquête sur l’affaire le concernant, qu’il avait qualifié de “Petit marquis”, “J’ai un profond regret pour le propos que j’ai pu avoir à votre encontre, M. le président”, a indiqué l’ex-collaborateur de l’Élysée, devant les parlementaires de la commission. “Je voulais vous assurer de mon respect total, et vous présente mes excuses”, a-t-il ajouté à Philippe Bas qui a pris “acte” de cette déclaration.

“Je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron”

Alexandre Benalla a assuré mercredi n’avoir “jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron”.

“A l’occasion de la campagne présidentielle, je suis au regret de vous dire que je n’étais pas le garde du corps d’Emmanuel Macron – je n’ai jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron”, a-t-il déclaré. Il a insisté un peu plus tard qu’il n’était “ni policier ni garde du corps du président de la République”.

“J’ai travaillé du service d’ordre du PS, j’ai assuré la protection de la Première secrétaire pendant deux ans de manière bénévole (…), j’ai intégré le cabinet d’Arnaud Montebourg, j’ai intégré ensuite une société de conseil et de sûreté puis une organisation internationale. J’ai été recruté en décembre 2016 officiellement par En Marche, j’ai assuré la sécurité des déplacements d’Emmanuel Macron”, poursuit Alexandre Benalla.

Son port d’armes

L’ex-collaborateur de l’Elysée a affirmé que le port d’arme dont il disposait “n’était pas lié à la sécurité du président de la République mais à sa sécurité personnelle”. Il affirme par ailleurs avoir porté son arme pour se rendre à l’Elysée et en repartir.

“Je venais le matin avec mon arme à la ceinture et je repartais chez moi avec mon arme. Il m’est arrivé de pouvoir m’exercer avec des gens du GSPR dans un stand de tir pas loin de Paris. J’ai pu me perfectionner dans le maniement des armes”

Il a déclaré “être en mesure de fournir des certificats sur le maniement des armes”.

Alexandre Benalla a rejoint l’équipe de sécurité et de sûreté de la République En Marche durant la campagne présidentielle, il n’a pas souhaité donner le nom du collaborateur qui a fait appel à lui. “J’ai été sollicité par un camarade qui avait rejoint La République en marche. Il m’a demandé si j’étais intéressé d’organiser des déplacements du candidat et des meetings. J’y suis allé et j’ai été séduit par le personnage ”

Ses fonctions à l’Elysée

Selon Alexandre Benalla, en tant que chargé de mission il avait “quatre missions”à l’Elysée, “l’organisation des déplacements nationaux”, “l’organisation des événements au Palais”, “l’organisation des déplacements privés du président” et “la coordination des services de sécurité”.

Son activité professionnelle actuelle
Interrogé sur son activité professionnelle actuelle, Alexandre Benalla a répondu “Pôle emploi”

Badge d’accès à l’Assemblée nationale

L’ancien chargé de mission de l’Elysée a affirmé avoir obtenu un badge “H” (plus haut niveau) d’accès à l’Assemblée nationale pour satisfaire un “caprice personnel”, en l’occurrence pour accéder à la salle de sport et à la bibliothèque de l’Assemblée.

“Je l’ai dit et je le reconnais, c’était un caprice personnel, c’était pour continuer à aller à la salle de sport, la bibliothèque, il n’y avait pas de demande particulière à avoir accès à toute l’Assemblée. “D’ailleurs, je ne sais pas ce que j’aurais fait dans l’hémicycle, ma tête étant connue par un certain nombre de parlementaires”, a-t-il ajouté.

“Quand vous êtes collaborateur du président de la République, et que vous sollicitez un badge, de manière automatique, les services administratifs de l’Assemblée nationale vous délivrent un badge collaborateur d’Emmanuel Macron. Il est écrit dessus avec un H, parce que c’est le plus haut niveau d’accès, mais ce n’est pas une demande qui est analysée c’est un process automatique”, a-t-il expliqué en réponse à une question du sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement