Coupe du monde 2018: La Fifa enquête sur les chants «racistes»  envers Pogba et Dembele en Russie - LaMinuteInfo

Coupe du monde 2018: La Fifa enquête sur les chants «racistes»  envers Pogba et Dembele en Russie

La Fifa se penche sur des allégations d’abus racistes dirigés contre des joueurs français lors de leur victoire 3-1 contre la Russie.

L’instance dirigeante du football mondial a déclaré dans un communiqué qu’elle “collectait les différents rapports de match et les preuves potentielles” de la discrimination.

Paul Pogba, de Manchester United, et Ousmane Dembele, de Barcelone, seraient parmi ceux qui ont fait l’objet de railleries.

Le match a été joué au stade Krestovsky à Saint-Pétersbourg, un stade qui accueillera la Coupe du monde cet été.

La ministre française des sports, Laura Flessel, a déclaré: “Le racisme n’a pas sa place sur le terrain de football, nous devons agir à l’unisson au niveau européen et international pour mettre fin à ces actions inadmissibles.

Le problème a été rapporté pour la première fois par des photographes de l’agence de presse AFP, qui ont déclaré avoir entendu des chants lorsque les joueurs allaient dans les vestiaires.

C’est le dernier d’un certain nombre d’incidents de discrimination liés à la Russie.

En octobre, l’Uefa a inculpé le Spartak Moscou pour scandale raciste lors d’une rencontre de la Ligue de la jeunesse de l’UEFA contre Liverpool. Le club a ensuite été critiqué pour un tweet «raciste» sur ses propres joueurs.

Le réseau FARE (Football contre le racisme en Europe) surveille la discrimination dans le football à l’échelle nationale et détaille près de 90 incidents de racisme dans la ligue russe la saison dernière.

Piara Powar, responsable de l’organisation, estime que les actions qui ont entaché la victoire de la France soulèvent des inquiétudes quant à la sécurité des supporters et des joueurs pendant la Coupe du Monde.

“Pour nous, la question clé est que le match a eu lieu dans un stade qui accueillera l’un des plus grands matches de la Coupe du Monde, une demi-finale sera disputée, ainsi que de nombreux matches de groupe”, a-t-il déclaré à BBC Sport.

A bien des égards, ce match était un test des protocoles que la fédération russe a mis en place, c’était un match régi par la fédération russe.

“C’est une cause d’inquiétude, un peu plus de deux mois avant le tournoi, sans aucune réponse des autorités du stade après ce qui semblait être un incident majeur.”

La Fifa a déclaré qu’elle tenait compte des éléments de preuve fournis par “l’observateur FARE qui était présent au match“.

Alexei Smertin, le chef de la lutte contre la discrimination dans le football russe, a insisté sur le fait que les minorités se sentiraient “en sécurité et à l’aise”, et a qualifié les craintes de “propagande”.

L’entraîneur de la Russie, Stanislav Cherchesov, a ajouté: “Je ne pense pas que nous ayons du racisme sur une échelle qui doit être combattue” plus tôt ce mois-ci.

Le président de la Fifa, Gianni Infantino, a déclaré que les officiels peuvent arrêter ou même abandonner les matches de la Coupe du monde si le racisme se produit.

Cependant, Powar s’inquiète de l’absence de l’arbitre lituanien Gediminas Mazeika mardi.

L’arbitre aura été un arbitre désigné par la Fifa, clairement qu’il n’a pas initié les protocoles qui existent, bien que ce ne soit pas sa responsabilité première, il a des pouvoirs que d’autres n’ont pas.

“C’était un échec des protocoles et les actions auraient dû prendre place dans le match.”

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *