Connect with us

Deux jours durant, du 4 au 5 Avril 2018, la Coalition Nationale des Associations et ONG de Lutte Contre La traite et le trafic des personnes (CONATT’s) organise à l’intention des journalistes et opérateurs des radios communautaires du Cameroun, un séminaire de capacitation autour de la traite et du trafic des personnes, en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Cameroun.

Quatre interventions ont ponctué la phase protocolaire du séminaire, avec le passage tout à tour de M. RIM Christian en sa qualité de secrétaire exécutif de la CONATT’s, de Mme Etongue Mayer EVA, la secrétaire Générale de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et Libertés du Cameroun (CNDHLC), suivi de Mme Sara Devline, 1er Secrétaire de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, par ailleurs partenaire à l’organisation de cet évènement dont l’importance n’est plus à signaler. Dernière intervention et pas des moindres, celle de M. Atangana Manda Charles, le Coordonnateur de l’Observatoire camerounais des médias et de la bonne gouvernance, par ailleurs représentant du Ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakari, représentant le gouvernement.

Après le départ des officiels marquant la fin de la cérémonie d’ouverture solennelle du séminaire de capacitation des Journalistes et opérateurs des radios communautaires sur la traite et le trafic des êtres humains, les travaux en ateliers regroupant une cinquantaine de participants (Journalistes, Opérateurs de radios communautaires et représentants de la société civile) ont été animés par deux universitaires, à savoir le Dr Mboha Nyamsi Henry Ludovic, Enseignant chercheur par ailleurs Chargé de cours à l’Université de Yaoundé II Soa, et Oscar Melouokong venu de l’université de Douala pour la  circonstance.

Interrogé sur le choix des cibles de ce séminaire, le Secrétaire Exécutif de la CONATT’s, M. RIM Christian, a déclaré «Il est attendu des hommes de médias qu’ils s’approprient des outils qui vont être mis à leur disposition, mais surtout mieux que par le passé, qu’ils deviennent les acteurs visibles et présents du combat contre la traite et le trafic des personnes que nous menons activement. Nous avons en effet l’impression jusqu’ici, que bien que les journalistes soient un corps d’élite suffisamment outillés pour participer aux activités multiformes de la société,  la non présence de ces derniers dans les activités de lutte contre la traite et le trafic des personnes a été un peu comme le ventre mou de leur dynamisme qui est souvent pourtant très salué dans d’autres secteurs».

Sauf  changement de dernière minute,  Mme la ministre de la promotion de la femme et de la famille, le Pr Marie Thérèse Abena Ondoa est attendue ce jeudi lors de la cérémonie de clôture de ce séminaire.

Patrick Dongo

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

Bobi Wine attaque le président ougandais sur les réseaux sociaux

AFP

Published

on

By

La pop star ougandaise et député MP Bobi Wine a fait une déclaration écrite à la presse quelques jours après son retour dans le pays, critiquant les “exécutions extrajudiciaires” et appelant à “ordonner à ceux qui torturent et mutilent nos citoyens”.

Il accuse également le président Yoweri Museveni d’avoir “tapoté des troupes sur le dos” pour “l’avoir torturé” ainsi que d’autres “à mort”. Il ajoute plus tard “J’espère que vous pourrez vous racheter”.

L’armée ougandaise a rejeté les allégations selon lesquelles le député aurait été torturé pendant sa détention.

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, a été inculpé pour trahison aux côtés de 32 autres politiciens à la suite de violences lors d’une élection partielle en août. Ils nient les accusations.

Avant d’être arrêté, Bobi Wine a tweeté une photo macabre de son chauffeur Yasin Kawuma, qui selon lui aurait été abattu par la police en pensant qu’il était le député.

Certains voient la popularité de Bobi Wine comme un signe d’un fossé générationnel entre la jeune population ougandaise et le président Museveni, au pouvoir depuis 1986.

La déclaration de Bobi Wine, qu’il a partagée sur son compte twitter, appelle à embrasser ce qu’il appelle le “pouvoir du peuple”:

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. ”

« Beaucoup viendront prétendre être des leaders du pouvoir du peuple. Certains l’utilisent déjà pour obtenir de l’argent de l’État et provoquer ensuite des perturbations. Ignorez ces personnes et restez concentré sur la cause. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Le pouvoir des gens est en chacun de nous. “

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: deux civils abattus à Buea

Published

on

Au moins deux personnes ont été abattues ce lundi à Buea, capitale de la région du Sud-Ouest du Cameroun, a-t-on appris des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité camerounaises en patrouille dans cette zone auraient tiré sur les deux hommes autour de la rue de campagne Soppo, à Buea, selon des sources.

Un habitant de la rue 2 à Buea a déclaré qu’un camion militaire qui passait devant a tiré des coups de feu au milieu de la ville fantôme et que la population a plus tard découvert deux cadavres gisant dans les rues.

Un des civils tués a été identifié comme étant Emmanuel Ndam, les habitants étant encore sous le choc après l’incident. Buea reste dans son opération habituelle de ville fantôme, la plupart des entreprises étaient fermées lundi. Les rues étaient complètement désertes.

Dans un développement similaire, des sources affirment que le poste de gendarmerie de Bonjongo à Limbé, a été attaqué tard dans la nuit. Un élève gendarme a été blessé et les assaillants ont emporté  des armes.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: un «commandant» des forces séparatistes tué à Kumba

Published

on

Une tête forte du groupe des séparatistes d’Ambazonie a été tué vendredi par les forces de sécurité camerounaises à Kumba, ont indiqué des sources sécuritaire.

Le «commando» a été tué lors d’un raid militaire sur leur base vendredi.

Avec l’aide de sources d’information provenant de la population locale, les soldats ont lancé un assaut qui a conduit à de lourds échanges de tirs à Kossala, Kumba.

Plusieurs soldats de l’armée camerounaise auraient été blessés au cours de l’opération tandis que les combattants séparatistes ont pu s’enfuir avec le corps de leur «commandant» qui a ensuite été enterré dans un endroit secret.

Lire la suite