Connect with us

Europe

Colombie: pourquoi est-ce si difficile de négocier la paix avec l'ELN ?

Publié

le

Quatre processus de paix ratés et celui en cours menacé par une série d’attaques de la guérilla de l’ELN: réussir à ce que la dernière rébellion active de Colombie dépose les armes est devenu un défi majeur pour la Colombie.

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) – principale guérilla du pays qui a signé la paix en novembre 2016, déposé les armes et est devenue un parti politique – étaient très hiérarchisées. L’ELN est plus “fédérée”, chaque front ayant son mot à dire.

Depuis le début des pourparlers, en février 2017 à Quito, le gouvernement de Juan Manuel Santos a insisté en vain pour que chaque front de l’Armée de libération nationale, née en 1964 d’une insurrection paysanne, soit présent à la table des négociations.

– Manque de cohésion –

“Il s’agit d’une guérilla totalement décentralisée et il est difficile de savoir si les négociateurs présents à Quito représentent l’ensemble de la rébellion”, déclare à l’AFP Camilo Echandia, expert du conflit armé colombien.

Les analystes estiment que ce manque de cohésion a été le principal frein aux négociations lancées depuis 1990 par les gouvernements précédents avec cette rébellion, qui compte quelque 2.000 combattants.

“Il semble qu’une ligne dure au sein de l’ELN soit en train de s’imposer, on y trouve des tendances diverses, comme dans chaque organisation humaine”, explique l’expert Victor de Currea-Lugo.

– Erreurs stratégiques –

Dans les différentes négociations qui ont eu lieu, les “elenos” (“eleniens”, membres de l’ELN) ont maintenu les enlèvements et les attaques contre les infrastructures pétrolières, affectant l’environnement.

Des pratiques traumatisantes pour les Colombiens, selon les experts, alors que depuis plus d’un demi-siècle, ce conflit armé impliquant des guérillas, des paramilitaires, des forces gouvernementales et des trafiquants de drogue, a fait au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 7,4 millions de déplacés.

“A présent, les actions (violentes) font irruption dans le débat politique et ce sont celles qui marquent” les esprits, juge M. Currea-Lugo.

C’est ce qui s’est passé mercredi matin, quelques heures après la fin d’un premier cessez-le-feu bilatéral de trois mois (du 1er octobre au 9 janvier à minuit) durant lequel les deux camps ne se sont pas affrontés directement.

Mais une série d’attaques ce jour-là, attribuées à la guérilla de l’ELN, a visé des installations du groupe public pétrolier Ecopetrol et les forces armées, causant la mort d’un soldat et en blessant deux autres dans le nord-est de la Colombie. Ce qui a conduit le président Santos à suspendre la reprise des discussions prévues pour mercredi.

Pour M. Currea-Lugo, ces actions violentes se transforment en munitions pour les opposants aux négociations avec les rebelles.

“Les +elenos+ sont en train d’exiger un processus qui est très difficile: ils ne veulent pas seulement parler avec le gouvernement, mais avec la société”, ajoute Marc Chernick, que dirige le programme de résolution de conflits de l’université des Andes, une des principales de Colombie.

– Faiblesse du gouvernement –

Le dialogue en cours avec cette organisation inspirée de la révolution cubaine fait face à deux défis supplémentaires: l’approche de la présidentielle (le 27 mai et le 17 juin) et la fin en août du second mandat de Juan Manuel Santos, qui porte ces discussions.

“Le gouvernement de Santos est exsangue, il ne lui reste que quelques mois, on est entré en campagne présidentielle, (le processus) est donc orphelin”, juge M. Chernick. “Il est très difficile de signer un accord dans ces conditions”, ajoute-t-il.

D’autant que l’ELN a pointé du doigt à plusieurs reprises les manquements dénoncés par l’ex-guérilla des Farc, dont l’accord a été modifié par le Parlement et la Cour constitutionnelle.

L’application définitive du texte conclu avec les Farc nécessite l’approbation de projets de loi au Parlement, où le camp présidentiel détient une majorité fragile.

A cela s’ajoute une impopularité record de Santos, autour de 80%, selon les derniers sondages, et l’opposition de droite qui prévient qu’elle reviendra sur le contenu des accords en cas de victoire.

“Le gouvernement est dans une situation très délicate en ce moment”, estime M. Echandia, expert du conflit armé.

Source: AFP

Europe

Comcast remporte l’enchère sur Sky pour 30 milliards de livres sterling face à Fox

Reuters

Published

on

By

Le groupe de médias américain Comcast a remporté samedi l’enchère pour l’acquisition de l’opérateur britannique de télévision par satellite Sky pour lequel il a accepté de débourser environ 30 milliards de livres sterling (33,4 milliards d’euros).

Comcast était en compétition avec le groupe Twenty-First Century Fox de Rupert Murdoch pour cette acquisition qui s’est décidée suivant une procédure inhabituelle.

Le câblo-opérateur américain a proposé 17,28 livres sterling par action pour prendre le contrôle de Sky tandis que Fox offrait 15,67 livres par action, a indiqué le comité chargé de gérer les offres des deux repreneurs.

Cette acquisition constitue un revers pour Murdoch dont le groupe contrôle 39% de Sky. Le magnat tentait de prendre les rênes de l’opérateur britannique depuis décembre 2016.

Cela constitue également un revers pour le géant américain du divertissement Disney qui souhaitait acquérir pour 71 milliards de dollars (60 milliards d’euros) la majeure partie des avoirs cinématographiques et télévisuels de Fox, y compris Sky, si celle-ci était tombée dans le giron de Murdoch.

L’offre finale de Comcast était nettement supérieure à son entrée dans les enchères à 14,75 dollars par action et par rapport à la valeur du titre, à 15,85 livres, vendredi.

Cette attribution met fin à une bataille transatlantique qui faisait rage depuis le mois de février pour prendre le contrôle de Sky. Comcast avait lancé à cette date une offre d’acquisition de 31 milliards de dollars sur Sky face à celles de Fox et Disney.

La prise de contrôle de Sky va faire de Comcast le plus grand opérateur mondial de télévision à péage avec quelque 52 millions d’abonnés.

“C’est un grand jour pour Comcast”, a commenté Brian Roberts, patron de l’opérateur américain qui cherche à élargir ses activités à l’étranger au moment où sa croissance se ralentit sur le marché intérieur.

“Cette acquisition va nous permettre d’accroître rapidement, efficacement et de manière significative la base de notre clientèle et de nous développer internationalement”, a-t-il ajouté.

Comcast, qui possède la chaîne NBC et les studios Universal, a appelé les actionnaires de Sky à accepter son offre, souhaitant boucler la reprise avant la fin octobre.

 

Lire la suite

Europe

L’affaire Maassen relancée, le SPD remet en cause le compromis

AFP

Published

on

By

La dirigeante du Parti social-démocrate allemand, Andrea Nahles, a demandé vendredi à Angela Merkel de renégocier le compromis trouvé avec les conservateurs sur le sort de Hans-Georg Maassen, ancien chef du renseignement intérieur mis en cause pour ses propos sur les violences de Chemnitz.

Réagissant à cette demande, le porte-parole de l’Union chrétienne-sociale (CSU), la très droitière alliée bavaroise de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Merkel, a jugé possibles de nouvelles discussions “si un consensus est possible”. “Nous y réfléchissons”, a-t-il dit.

Maassen, qui a douté de l’existence de “chasse aux migrants” en marge de manifestations d’extrême droite à Chemnitz, dans l’ex-Allemagne de l’Est, a été relevé mardi de ses fonctions à la tête de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) et muté au ministère de l’Intérieur, à un poste mieux rémunéré.

“Les réactions très majoritairement négatives de citoyens montrent que nous avons commis une erreur”, écrit la présidente du SPD à la chancelière et à Horst Seehofer, ministre de l’Intérieur et dirigeant de la CSU.

“Nous avons perdu la confiance au lieu de la rétablir. Cela devrait nous donner toutes les raisons de suspendre et de reconsidérer cet accord”, ajoute-t-elle.

Selon un sondage mené par l’institut Infratest Dimap pour ARD DeutschlandTrend et publié vendredi, le bloc conservateur CDU-CSU recueillerait 28% des voix si des élections étaient organisées aujourd’hui, devant le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), crédité de 18% des suffrages. Le SPD recueillerait 17% des voix.

D’après un sondage INSA, près de la moitié des Allemands sont favorables à des élections législatives anticipées.

Lors du scrutin de septembre dernier, le bloc CDU-CSU a obtenu 32,9% des voix, devant le SPD, 20,5%. L’AfD a fait son entrée au Bundestag avec 12,6% des suffrages.

Lire la suite

Europe

Election invalidée pour fraude dans la région de Vladivostok

Reuters

Published

on

By

La commission électorale de la région de Primorski, où se trouve la ville de Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, a invalidé jeudi le résultat d’un scrutin régional en raison de soupçons de fraude au bénéfice du candidat du Kremlin.

La présidente de la Commission électorale nationale russe s’était elle-même prononcée mercredi en faveur de la tenue d’un nouveau scrutin.

Le candidat au poste de gouverneur de la région de Primorski soutenu par le président Vladimir Poutine, Andreï Tarassenko, a été proclamé vainqueur de l’élection organisée dimanche dernier alors qu’il était devancé de plus de deux points par son adversaire communiste, Andreï Ichtchenko, après dépouillement de près de 99% des bulletins de vote.

Des manifestations de protestation étaient organisées depuis lundi à Vladivostok.

Le nouveau scrutin aura lieu d’ici trois mois.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement