Connect with us

Le directeur général d’Oxfam GB, Mark Goldring, a annoncé mercredi sa démission, pour offrir un nouveau départ à l’ONG dont la réputation a souffert après les révélations d’abus sexuels commis par certains de ses employés en Haïti.

Dans un communiqué, M. Goldring a précisé qu’il resterait jusqu’à la fin de l’année mais qu’ensuite, il était bon que l’ONG se reconstruise “avec une personne qui amènera une vision fraîche, de l’énergie avec un engagement à long terme”.

Oxfam avait été au cœur d’un scandale et perdu des milliers de donateurs après la révélation, en février, d’abus commis en Haïti par certains de ses employés après le séisme de 2010.

Une jeune Haïtienne avait raconté au quotidien britannique The Times avoir eu une relation avec l’ancien directeur d’Oxfam en Haïti, Roland Van Hauwermeiren, alors qu’elle avait 16 ans et lui 61. D’autres employés étaient accusés de harcèlement et d’intimidation. Un témoin avait dit avoir été menacé physiquement.

Une enquête interne avait été menée en 2011 au sujet de la mission humanitaire en Haïti, et à la suite de cette enquête, sept employés d’Oxfam avaient quitté l’ONG. Quatre avaient été licenciés pour “faute grave” tandis que trois avaient démissionné dont Roland Van Hauwermeiren, qui avait admis avoir engagé des prostituées.

Celui-ci avait poursuivi sa carrière dans l’humanitaire, devenant chef de mission pour Action contre la faim (ACF) au Bangladesh de 2012 à 2014. Oxfam n’avait pas communiqué à ACF les raisons de sa démission.

“Nous aurions dû être plus proactifs”, avait reconnu M. Goldring devant les membres d’une commission parlementaire britannique.

Pour tenter de restaurer son image, Oxfam avait annoncé une série de mesures dont la création d’une commission “indépendante” pour passer en revue la culture et les pratiques de l’ONG.

“Après la révélation publique des échecs passés d’Oxfam, nous avons redoublé d’efforts pour faire en sorte qu’Oxfam soit un endroit sûr et respectueux pour tous ceux en contact avec nous”, a déclaré M. Goldring, cité dans le communiqué.

La présidente d’Oxfam GB, Caroline Thomson, a salué l'”intégrité” et l'”humilité” de Mark Goldring.

“Après avoir dirigé avec succès Oxfam pendant cinq ans, travaillé avec des millions de personnes pour les aider à échapper à la pauvreté, construit la confédération internationale d’Oxfam, et récolté des revenus records, Mark a affronté l’épreuve d’une vie en gérant la crise qui nous a frappé en février, liés à des événements qui se sont produits avant qu’il a rejoint Oxfam”, a-t-elle dit dans le même communiqué, estimant qu’ “il a relevé cet immense défi”.

Le scandale avait déjà entraîné la démission de la directrice générale adjointe d’Oxfam Penny Lawrence dès le mois de février.

Oxfam GB fait partie de la confédération Oxfam International qui regroupe une vingtaine d’organisations.

Amérique Latine

Brésil: un ancien ministre des Finances inculpé pour corruption

AFP

Published

on

By

L'ancien ministre brésilien des Finances Guido Mantega à Brasilia, le 27 octobre 2015 / © AFP/Archives / EVARISTO SA

L’ancien ministre brésilien des Finances Guido Mantega a été inculpé lundi pour blanchiment d’argent et d’autres chefs d’inculpation dans le cadre du scandale de corruption qui secoue les élites politiques et économiques du pays.

Selon le juge Sergio Moro, Guido Mantega, 69 ans, est accusé d’avoir accepté des sommes d’argent de la part du géant de la construction Odebrecht pour favoriser des dispositions législatives favorables à la compagnie.

C’est la première fois que l’ancien ministre est accusé dans le cadre de l’immense scandale de corruption “Lavage Express” (Lava Jato), qui a mis au jour un vaste réseau de versements de pots-de-vin lié notamment aux marchés publics du géant pétrolier brésilien Petrobras.

Guido Mantega a été ministre des Finances pendant le deuxième mandat du président Luiz Inacio Lula da Silva, actuellement incarcéré. L’ancien président (2003-2010) purge une peine de 12 ans et un mois de réclusion pour corruption et blanchiment d’argent.

Il est le grand favori des sondages pour l’élection présidentielle d’octobre mais sa candidature a de grandes chances d’être invalidée.

Lire la suite

Amérique Latine

Découverte de dix cadavres dans une maison à Guadalajara au Mexique

Published

on

10 corps ont été découverts dans la maison (illustration) – Ulises Ruiz / AFP

Dix cadavres, dont sept qui étaient enterrés, ont été découverts par les autorités, dans la cour d’une maison, dans un quartier situé au sud de Guadalajara, la grande ville de l’ouest du Mexique.

Les autorités soupçonnent un massacre lié aux affrontements entre trafiquants de drogue. Un voisin a signalé avoir vu du sang à l’intérieur d’une habitation dans le quartier de Villa Fontana Aqua, les cadavres ont été découverts mardi 7 août.

Les trois premiers corps portaient des impacts de balles. Ils étaient à l’intérieur de la maison, selon des sources au gouvernement de l’État de Jalisco, dont Guadalajara est la capitale. Quelques heures après, avec l’aide de chiens policiers, quatre corps, ceux de trois hommes et d’une femme, ont été trouvés. Ils étaient enterrés dans la cour de la maison.

43 corps au total découverts en périphérie de la ville

Trois autres corps d’hommes, tous trois les mains liées, ont été découverts le lendemain, mercredi 8 août. Selon la presse locale, 43 corps ont été découverts au total en moins d’un mois dans des conditions semblables en périphérie de la ville.

Le gouverneur de l’État de Jalisco, Aristoteles Sandoval, a déclaré à la presse que ces tueries étaient le résultat d’une guerre entre groupes du crime organisé. Il a assuré que des enquêtes étaient en cours et que des suspects étaient détenus, sans fournir plus de précisions.

Un cartel local, appelé Jalisco Nueva Generacion, s’est scindé en mars 2017. Depuis, la violence s’est accrue. Le gouvernement de l’État de Jalisco affirme que 90% des morts violentes sont liées au crime organisé.

Lire la suite

Amérique Latine

Mexique : un avion s’écrase à Durango quelques instants après le décollage

Published

on

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE LA PROTECTION CIVILE DE L’ÉTAT DE DURANGO

Un avion de ligne s’est écrasé dans la capitale de l’État de Durango au Mexique, quelques instants après le décollage.

Le gouverneur de l’État, José Rosas Aispuro, a déclaré qu’il n’y avait pas eu de morts parmi les 101 personnes à bord, bien qu’environ 85 personnes aient été blessées, dont deux grièvement, y compris le pilote.

Le gouverneur a déclaré que l’avion avait été touché par un coup de vent, ce qui avait provoqué une descente soudaine. Son aile gauche a ensuite touché le sol et deux moteurs sont sortis.

La plupart des passagers ont pu s’éloigner avant que l’avion ne prenne feu.

Les noms et nationalités des personnes à bord sont actuellement inconnus.

Le vol Aeroméxico AM2431 prenait la direction de l’aéroport international de Guadalupe Victoria à Mexico.

Les autorités ont indiqué que sur les 97 passagers et les quatre membres d’équipage, 37 ont été hospitalisés après l’accident et deux étaient dans un état critique.

Le directeur général de la compagnie aérienne, Andres Conesa, a déclaré que le capitaine avait été blessé.

“Le capitaine de vol est opéré, mais nous savons que ce ne sont pas des blessures mortelles”, a-t-il dit.

L’exploitant de l’aéroport, Grupo Aeroportuario Centro Norte, a déclaré que les premières données suggèrent que le mauvais temps était la cause, et que l’avion avait décollé lors d’une forte tempête de grêle avant d’être forcé de tenter un atterrissage d’urgence.

Le gouverneur Aispuro a déclaré que des témoins lui avaient dit qu’il y avait eu un «bang» avant que l’Embraer 190, presque plein, tombe au sol sans avertissement vers 16h00 heure locale (21h00 GMT).

Un passager a déclaré à un réseau de télévision local qu’il avait l’impression qu’un fort courant d’air heurtait l’avion.

Le porte-parole de la défense civile, Alejandro Cardoza, a déclaré qu’un incendie avait commencé après l’accident et qu’il n’y avait pas de victimes de brûlures.

Beaucoup ont réussi à quitter l’avion à pied“, a déclaré M. Cardoza.

Tous les organismes de soins de santé de l’État étaient en alerte pour prendre soin des blessés, a déclaré le gouverneur.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto a tweeté qu’il avait également demandé de l’aide aux agences fédérales.

L’aéroport de Guadalupe Victoria a été fermé après l’accident.

Dans un communiqué, Aeroméxico a déclaré qu’ils “regrettaient profondément” l’accident, tandis que l’avionneur brésilien Embraer a annoncé avoir envoyé une équipe sur le lieu de l’accident.

Lire la suite