Connect with us

Le Français Sylvain Faure, jusque-là directeur du pôle développement de la Banque populaire et caisses d’épargne (BPCE International), a été nommé directeur général de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (BICEC), a-t-on appris mardi auprès de cette institution.

Il remplace son compatriote Alain Ripert, en poste depuis fin 2015 et qui devient non seulement administrateur de la BICEC, mais aussi membre du directoire en charge du pôle Outre-Mer de la Caisse d’épargne CEPAC, autre filiale de la BPCE.

M. Ripert avait dés sa prise de fonctions, mis au grand jour un vaste réseau de détournement de fonds au sein de la BICEC –détenue à hauteur de 61,22% du capital par la BPCE– se soldant par plus de 50 milliards FCFA de pertes financières sur 12 ans, un résultat net avant impôt en baisse de -50.8% en 2015, et par un fonds pour risques bancaires généraux (FRBG) ayant décru de -63.4% par rapport à décembre de l’année d’avant.

La BICEC a porté devant les tribunaux cette affaire, qui implique à la fois des prestataires de services, mais aussi plusieurs de ses hauts cadres, démissionnés ou limogés et qui attendent leur jugement derrière les barreaux.

Selon le rapport d’activités publié en janvier 2017 et validé par les commissaires aux comptesPricewaterhouseCoopers et ECA – Ernst & Young, la banque a alors connu un recul du produit net bancaire (PNB) de 7,3% conjugué à la hausse des frais de gestion (+7,7%), soit un résultat brut d’exploitation en baisse de 22,7% par rapport à la même période de 2014 et un coefficient d’exploitation s’affichant à 59%, contre 50.8% l’année d’avant.

Il y a de cela  une dizaine de jours, le directeur général BPCE International, Jean-Pierre Levayer, déclarait que son établissement allait revoir sa stratégie internationale et identifier un nouveau partenaire pour ses filiales africaines.

Cameroun

Cameroun: deux civils abattus à Buea

Published

on

Au moins deux personnes ont été abattues ce lundi à Buea, capitale de la région du Sud-Ouest du Cameroun, a-t-on appris des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité camerounaises en patrouille dans cette zone auraient tiré sur les deux hommes autour de la rue de campagne Soppo, à Buea, selon des sources.

Un habitant de la rue 2 à Buea a déclaré qu’un camion militaire qui passait devant a tiré des coups de feu au milieu de la ville fantôme et que la population a plus tard découvert deux cadavres gisant dans les rues.

Un des civils tués a été identifié comme étant Emmanuel Ndam, les habitants étant encore sous le choc après l’incident. Buea reste dans son opération habituelle de ville fantôme, la plupart des entreprises étaient fermées lundi. Les rues étaient complètement désertes.

Dans un développement similaire, des sources affirment que le poste de gendarmerie de Bonjongo à Limbé, a été attaqué tard dans la nuit. Un élève gendarme a été blessé et les assaillants ont emporté  des armes.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: un «commandant» des forces séparatistes tué à Kumba

Published

on

Une tête forte du groupe des séparatistes d’Ambazonie a été tué vendredi par les forces de sécurité camerounaises à Kumba, ont indiqué des sources sécuritaire.

Le «commando» a été tué lors d’un raid militaire sur leur base vendredi.

Avec l’aide de sources d’information provenant de la population locale, les soldats ont lancé un assaut qui a conduit à de lourds échanges de tirs à Kossala, Kumba.

Plusieurs soldats de l’armée camerounaise auraient été blessés au cours de l’opération tandis que les combattants séparatistes ont pu s’enfuir avec le corps de leur «commandant» qui a ensuite été enterré dans un endroit secret.

Lire la suite

Cameroun

Au Cameroun, Elecam veut tenir «le pari d’un scrutin réussi»

Published

on

Elections Cameroon (ELECAM), l’organe chargé de la gestion et de l’organisation du processus électoral et référendaire, « tiendra le pari d’un scrutin réussi » à l’occasion de l’élection présidentielle du 7 octobre prochain a déclaré, dimanche à Douala, le président du conseil électoral Enow Abrams Egbé. Malgré l’insécurité dans les régions anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest avec des milliers de déplacés dus aux revendications sécessionnistes, « l’élection présidentielle se tiendra sans anicroche», a assuré Enow Abrams Egbe.

Il a ajouté :«à deux semaines du scrutin, le niveau de préparatifs rapporté par la direction générale et à l’issue de nos descentes est d’autant plus rassurante qu’il ne serait pas superflue d’affirmer aujourd’hui avec force qu’Elections Cameroon tiendra  n’en point douter le pari d’un scrutin réussi ».

Dans l’optique d’assurer le bon déroulement des élections, ELECAM va « veiller au respect du droit fondamental de vote et dans le même temps, renforcer le dialogue démocratique tout en consolidant la coloration entre ELECAM et les autres acteurs du processus électoral », a-t-il souligné.

Pour preuve, a-t-il indiqué, les bureaux de vote au nombre de 25.000  sont maintenus « dans l’ensemble du territoire national » où les 6,5 millions de personnes qui constituent le fichier électoral devraient remplir leur devoir civique.

Comme ELECAM, le gouvernement a déjà rassuré sur le déroulement du scrutin dans « la paix et la sérénité », indépendamment de la crise sociopolitique qui secoue le Nord-ouest et le Sud-ouest et des attaques de la secte terroriste Boko-haram dans la région de l’Extrême-nord où l’on continue d’enregistrer des attentats suicides.

Pour ce scrutin présidentiel, neuf candidats sont en lice parmi lesquels le président sortant Paul Biya au pouvoir depuis 36 ans. Il est présenté par des observateurs comme le favori à sa propre succession.

Lire la suite