Connect with us

Europe

Au Pakistan, des séries TV s'attaquent aux tabous de société

Publié

le

De son vivant, elle rêvait d’être célèbre et de laisser une empreinte sur son pays, le Pakistan. Feu Qandeel Baloch, starlette des réseaux sociaux assassinée au nom de “l’honneur”, pourrait y parvenir de manière posthume via la télévision.

Étranglée par son frère en 2016, Qandeel est aujourd’hui plus célèbre que jamais. Son tragique destin a été adapté en une série télévisée extrêmement populaire qui tente, avec d’autres du même type, de secouer les tabous sociaux du très conservateur Pakistan.

‘Baaghi’, qui signifie ‘rebelle’, dépeint l’ascension sociale de la jeune Qandeel, aux origines modestes mais devenue une sensation sur les réseaux sociaux jusqu’à son retentissant assassinat.

La série est diffusée chaque jeudi sur la chaîne Urdu 1. L’épisode pilote a été vu plus de 1,6 million de fois sur YouTube.

“Cette fille était une lionne. Elle n’aurait pas dû mourir si tôt”, soupire une scénariste de la série, Shazia Khan.

Le sort de Qandeel avait polarisé le Pakistan. Certains s’en étaient saisis pour dénoncer les crimes dits “d’honneur”, qui coûtent la vie à des centaines de Pakistanaises chaque année et restent généralement impunis.

Mais d’autres voix plus conservatrices avaient accusé la jeune femme d’avoir dépassé les bornes avec ses selfies et vidéos provocateurs, estimant qu’elle avait, en un sens, mérité son sort.

L’adaptation de son histoire à la télévision a donné un nouveau coup de fouet au débat sur ce type de crimes.

– Mariages forcés, misogynie –

Mais d’autres séries s’attaquent aussi aux questions de société comme la violence domestique, les mariages forcés ou précoces, la misogynie et les droits des femmes.

Elles font un tabac auprès de la population pakistanaise, forte de quelque 207 millions d’âmes.

Selon l’autorité pakistanaise de surveillance des médias, près des deux tiers des téléspectateurs ont regardé à un moment donné en 2016 des chaînes qui diffusent ces séries.

Et selon un sondage de l’institut Gallup, 67% des téléspectatrices adultes et 56% de leurs homologues masculins regardent des émissions de divertissement, essentiellement des séries.

Leur succès en fait potentiellement des outils progressistes très puissants, estime l’avocate Benazir Jatoi, qui travaille pour la Fondation Aurat, dédiée à la surveillance des droits des femmes.

Mme Jatoi argue de longue date que les lois censées protéger ces dernières ne suffisent pas à faire évoluer les mentalités sur le terrain.

– Sujet sensible –

Une autre série, “Mujhe Jeene Do” (Laisse-moi vivre), aborde le thème des mariages d’enfants.

“Qui saura que c’est un crime, si on n’en fait pas prendre conscience ?”, souligne la réalisatrice Angeline Malik.

Hum TV, principale chaîne de divertissement du pays, est pionnière dans le fait d’aborder ce type de sujets de société dans des séries.

En 2016, elle a diffusé “Uddari” (“Fuite”), qui racontait l’histoire d’une jeune fille abusée sexuellement par son beau-père, provoquant un débat sur les violences sexuelles subies par les enfants à leur domicile.

“Uddari a amené ce sujet sensible (…) dans tous les foyers où les discussions sur le sexe sont toujours un tabou”, souligne une fan de la série, Aabida Rani.

Une autre série baptisée “Sammi” aborde à la fois les crimes dits d'”honneur”, les mariages forcés et les difficultés que rencontrent les femmes à récupérer leurs parts d’héritage.

Sammi se veut un miroir tendu à la société, de même qu’un exemple quant au fait de “montrer un sujet tabou de la bonne manière”, note Sultana Siddiqui, productrice de ce programme.

Mais certains n’apprécient pas ces efforts et Mme Siddiqui explique avoir subi des pressions de la part des régulateurs et reçu des tombereaux de commentaires brutaux sur les réseaux sociaux l’accusant de vulgarité et d’atteinte aux valeurs.

La série continue néanmoins, forte de sa popularité, se félicite-t-elle.

– Vision patriarcale –

Malgré leurs messages se voulant éclairés, la façon dont les héroïnes sont présentées fait toujours grincer des dents certains progressistes.

Sadaf Haider, blogueur pour le portail d’information Dawn.com, a récemment critiqué la série Baaghi pour avoir fait de Qandeel Baloch un personnage sans autonomie, voire une victime.

“La vraie Qandeel ne se considérait pas du tout comme une personne vulnérable. Même un rapide coup d’?il à ses interviews montre qu’elle travaillait dur et était fière de ce qu’elle avait accompli”, a-t-il écrit sur son blog.

“Qandeel assumait l’entière responsabilité de ses choix… Alors pourquoi Baaghi la dépeint-elle tout autrement ?”

Selon la journaliste pakistanaise Fifi Haroon, la mise en scène des femmes dans ce genre de programme continue de se conformer à une vision patriarcale.

On y retrouve “des héroïnes qui minaudent, l’?il humide, (qui) souffrent dans un silence obstiné ou un stoïcisme de mauvais aloi”, déplore-t-elle dans un article pour la BBC.

“Il y a des torrents de larmes. Les producteurs affirment que si vous ne montrez pas des femmes qui pleurent, la série ne fera pas une bonne audience”, note-t-elle.

Or le public “n’est pas seulement composé de femmes”. “Les hommes aussi sont aux aguets de ce que signifie être un homme dans la société pakistanaise”, met-elle en garde.

L’avocate Mme Jatoi appelle elle aussi les scénaristes à “se montrer suffisamment responsables pour traiter de ces sujets sensibles et évoquer les problèmes qui existent sans stigmatiser davantage”.

Source: AFP

Europe

Belgique : une voiture fonce dans une course cycliste, 19 blessés

Published

on

By

Photo d’illustration – Tim de Waele/Getty Images

19 coureurs cyclistes ont été blessés ce dimanche après-midi alors qu’ils disputaient une course à Wasmes (Colfontaine, Belgique). Selon les premiers témoignages, une voiture aurait percuté des coureurs.

19 coureurs cyclistes ont été blessés à des degrés divers lors d’une course cycliste organisée ce dimanche après-midi à Wasmes, située à une petite vingtaine kilomètres de la frontière française.

Les compétiteurs couraient dans le cadre du championnat provincial hors-FCWB. Ils étaient à 3 km e l’arrivée quand une mère de famille a fait demi-tour avec sa voiture devant eux.

“Cet accident s’est produit par pure coïncidence”, indique le bourgmestre de Colfontaine Luciano D’Antonio à la RTBF.

3 enfants à bord du véhicule
“Le rue de la Louise est en forte pente et les coureurs y roulaient à une vitesse comprises entre 70 et 80 km/h”, indique le bourgmestre. “C’est alors qu’une mère de famille, qui était au volant de sa voiture avec ses trois enfants à bord, a fait demi-tour pour une raison inconnue.

Un premier coureur a percuté le véhicule, avant ses poursuivants. Trois coureurs, originaires respectivement de Flandre, des Pays-Bas et d’Allemagne, souffrent de fractures ouvertes. Quatre coureurs ont subi une commotion. Les autres souffrent de blessures légères.

La 3ème course annulée
Neuf véhicules médicalisés ont été dépêchés sur place et les blessés ont été répartis dans les hôpitaux de la région.

La troisième course du jour a été annulée par l’organisateur, et le parquet de Mons a été avisé des faits.

Lire la suite

Europe

Pays-Bas : une camionnette fauche des festivaliers, un mort et trois blessés

Published

on

By

Quatre piétons ont été fauchés par une camionnette à un festival de musique aux Pays-Bas tôt lundi matin.

Une camionnette a foncé sur des piétons au festival Pinkpop, dans le sud des Pays-Bas, dans la nuit de dimanche à lundi. Une personne est morte, trois autres ont été grièvement blessées, rapportent les secours.

Le conducteur en fuite
On connait peu de détails sur l’événement pour le moment. Le conducteur de la camionnette, qui a pris la fuite, est activement recherché. Dans un communiqué, la police précise qu’il s’agit d’une Fiat Doblo.

Un acte volontaire ?
Les autorités tentent de déterminer si son acte était volontaire ou non, s’il s’agit d’un accident ou d’un acte terroriste. Des prélèvements techniques sont effectués par la police sur la chaussée.

Un festival très populaire
L’incident a eu lieu vers 04h du matin, près du camping jouxtant le festival où de grands noms de la musique se sont produits, comme Pearl Jam, les Foo Fighters et Bruno Mars. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux concerts depuis vendredi.

Lire la suite

Europe

Un taxi heurte des passants à Moscou : 7 blessés, le conducteur interpellé

AFP

Published

on

By

Un taxi a blessé samedi sept personnes dans le centre de Moscou, à deux pas de la place Rouge, le chauffeur, qui a été interpellé, ayant apparemment perdu le contrôle de son véhicule selon les autorités russes, dont le pays accueille la Coupe du Monde.

“Aujourd’hui, près de la rue Ilinka, au numéro 5/2, un chauffeur de taxi est monté sur le trottoir et a heurté les passants”, a indiqué le ministère russe de l’Intérieur dans un communiqué.

Après avoir annoncé d’abord huit blessés, le ministère a ensuite actualisé le bilan, indiquant que sept personnes seulement avaient été blessées. Parmi elles se trouve deux citoyens mexicains “légèrement blessés” selon l’ambassade du Mexique en Russie.

“Il s’agit d’un banal accident de la route, qui n’a pas causé de blessures graves”, a déclaré une source au sein des services médicaux cités par l’agence Interfax.

“La cause préliminaire de l’accident est la perte du contrôle du véhicule. Le chauffeur a été interpellé et amené au poste de police”, a indiqué le ministère russe des Affaires intérieures, précisant que ces informations “continuent à être vérifiées”.

L’acte “n’a pas été prémédité, d’après ce qu’a dit le conducteur”, a déclaré le Centre de surveillance du trafic routier à Moscou, sur Twitter.

Le chauffeur est de nationalité kirghize et a 28 ans, selon une photo de son permis de conduire publiée par le centre sur le réseau social.

D’autres photos de la même source montrait le taxi, une Honda Solaris de couleur jaune, sur le trottoir, le pare-choc tombé à terre.

Une vue aérienne montrait la scène d’accident, avec une demi-dizaine de voitures de police déployées et deux ambulances aux brancards vides.

La rue Ilinka, qui débouche sur la place Rouge et qui est très fréquentée, a été temporairement fermée avant d’être à nouveau ouverte à la circulation vers 17H00 GMT, a annoncé le centre sur Twitter.

La Russie accueille depuis jeudi et jusqu’au 15 juillet la Coupe du Monde de football dans 11 villes, dont Moscou. Des centaines de milliers de supporters venant du monde entier sont attendus en Russie.

La Russie reste l’un des premiers pays au monde pour la mortalité sur les routes, notamment en raison de l’alcoolisme, du mauvais état des infrastructures routières et du non respect des règles de la circulation.

En 2017, plus de 19.000 personnes sont mortes sur les routes russes.

Lire la suite

Facebook

Lettre d’information




cinéma