Au moins 36 soldats du gouvernement pro-syrien tués dans une attaque aérienne turque - LaMinuteInfo

Au moins 36 soldats du gouvernement pro-syrien tués dans une attaque aérienne turque

Au moins 36 personnes de la troupe gouvernementale pro-syriennes ont été tuées par une frappe aérienne turque dans la région d’Afrin, selon un groupe de surveillance.

La grève visait un camp situé à Kafr Jina, dans le nord de la Syrie, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les troupes pro-gouvernementales sont entrées dans Afrin il y a deux semaines pour soutenir les forces kurdes.

Ils se battent contre une offensive militaire turque lancée pour dégager des groupes kurdes d’Afrin.

La Turquie considère les miliciens kurdes comme des terroristes.

Le gouvernement syrien a dénoncé l’offensive comme une “attaque flagrante” contre sa souveraineté et, selon les médias d’Etat, des forces ont été envoyées pour soutenir les Kurdes.

La frappe aérienne a suivi l’un des jours les plus sanglants pour les troupes turques depuis le début de l’offensive en janvier.

Huit soldats turcs ont été tués et 13 autres blessés jeudi dans les combats à Afrin.

Cinq “camarades héroïques sont tombés comme des martyrs et sept ont été blessés“, a déclaré un communiqué de l’armée turque. Un deuxième communiqué a annoncé que trois autres soldats avaient été tués et six autres blessés.

Aucun détail officiel des affrontements n’a été donné, mais l’agence de presse privée Dogan a déclaré que les combattants kurdes utilisaient des tunnels pour tendre une embuscade aux forces spéciales turques dans le district de Keltepe.

Un hélicoptère turc envoyé pour secourir les blessés a été touché et a dû faire demi-tour, a ajouté le rapport.

Des milliers de civils à Afrin ont fui leurs maisons depuis le début de l’offensive turque.

Le gouvernement turc affirme que la milice des unités de protection du peuple (YPG) kurde est une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) interdit, qui a lutté pour l’autonomie kurde dans le sud-est de la Turquie pendant trois décennies.

Le YPG nie tout lien organisationnel direct avec le PKK.

Aucun des deux camps n’a publié beaucoup d’informations sur les décès, rendant le nombre de morts en Afrin difficile à évaluer.

Selon la SOHR basée au Royaume-Uni, plus de 141 civils sont morts, mais la Turquie le nie, affirmant que seuls les combattants sont pris pour cible.

Le mois dernier, Amnesty International a déclaré que des bombardements aveugles avaient tué des dizaines de civils à Afrin.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *