Afrique du Sud: Winnie Mandela conduite à sa dernière demeure - LaMinuteInfo

Afrique du Sud: Winnie Mandela conduite à sa dernière demeure

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans le township de Soweto, en Afrique du Sud, pour faire leurs adieux à l’héroïne anti-apartheid Winnie Madikizela-Mandela lors d’une cérémonie funéraire qui a réuni la nation.

La mort de Madikizela-Mandela le 2 avril à l’âge de 81 ans après une longue maladie a été accueillie par une vague d’émotion à travers le pays. Le Congrès national africain (ANC) et les partis d’opposition ont commémoré son courage dans la lutte pour mettre fin à la règle de la minorité blanche.

Le service funèbre officiel de l’ex-épouse de feu Nelson Mandela se déroulait samedi matin à Soweto, un township de Johannesburg à l’avant-garde de la bataille contre l’apartheid où elle vivait.

La cérémonie d’enterrement aura lieu plus tard dans la journée, mettant fin à une période de deuil de près de deux semaines déclarée par le gouvernement.

Des personnes ont chanté et ont applaudi lorsque le corps de Madikizela-Mandela a été amené dans le stade d’Orlando où se déroulait le service funèbre.

Le stade de 40 000 places était plein à craquer, avec de nombreux pleureurs vêtus des couleurs vert et jaune de l’ANC. Membre du parti de gauche, les combattants de la liberté économique (EFF), a également assisté en grand nombre.

“J’apprécie beaucoup de choses à son sujet. Même si je ne la connaissais pas en personne, nous aimons notre mère. Elle représente un esprit de combat parce que même si elle a vécu l’ère de l’apartheid, elle n’a jamais abandonné », a déclaré un étudiant de 20 ans, Don Mokale. “Je suis très reconnaissant d’être ici aujourd’hui.”

Les anciens présidents sud-africains, Thabo Mbeki et Jacob Zuma, ainsi que des dignitaires étrangers du Kenya, de la Namibie et du Lesotho étaient également présents.

Au cours des 27 années d’incarcération de Mandela pour son combat contre l’apartheid, Madikizela-Mandela a fait campagne pour sa libération et pour les droits des Sud-Africains noirs en détention, bannissement et arrestation.

Pour beaucoup de Sud-Africains, l’image la plus mémorable de Madikizela-Mandela est son coup de poing dans l’air lorsqu’elle marchait main dans la main avec Mandela à la prison de Victor Verster, près du Cap, le 11 février 1990.

Pour le mari et la femme, ce fut un moment couronnement qui a conduit quatre ans plus tard à la fin des siècles de domination blanche quand Mandela est devenu le premier président noir de l’Afrique du Sud.

“Maman Winnie et son esprit doivent être avec nous tout le temps. Elle signifie beaucoup pour tout le monde, jeunes et vieux », a déclaré David Mantambo, retraité de 72 ans et membre de l’ANC.

L’héritage de Madikizela-Mandela, cependant, a été plus tard terni.

Comme preuve est apparue dans les dernières années de l’apartheid de la brutalité de ses exécutants Soweto, connu sous le nom “Mandela United Football Club”, certains sud-africains ont interrogé son soubriquet “Mère de la Nation”.

En 1991, Madikizela-Mandela a été reconnue coupable d’enlèvement et de complicité d’agression, mais sa peine de six ans d’emprisonnement a été réduite à une amende et à deux ans de prison avec sursis en appel.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *