Connect with us

Au moins 37 Palestiniens ont été tués et 1300 blessés par les troupes israéliennes lors d’affrontements à la frontière de Gaza, selon des responsables palestiniens.

La violence intervient avant l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, qui a rendu les Palestiniens furieux.

Ils voient cela comme un soutien américain clair à la domination israélienne sur toute la ville, dont les Palestiniens revendiquent la partie orientale.

De hauts responsables américains, dont la fille du président Donald Trump et son mari, assisteront à l’événement de lundi.

Les dirigeants islamistes de Gaza, le Hamas, ont mené des manifestations de masse au cours d’une «grande marche de retour» au cours des six dernières semaines. Israël affirme que les manifestants tentent de franchir la barrière frontalière.

Des enfants ont été tués lundi, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Les Palestiniens ont lancé des pierres et des bombes incendiaires, tandis que l’armée israélienne a utilisé des tireurs d’élite comme de la fumée noire provenant de pneus en feu.

L’armée israélienne a déclaré que 35 000 Palestiniens participaient à de “violentes émeutes” le long de la barrière de sécurité et que ses troupes opéraient “conformément aux procédures habituelles”.

Que se passe-t-il à Gaza?

Les Palestiniens ont organisé des manifestations hebdomadaires à l’approche de leur commémoration annuelle de ce qu’ils appellent la Nakba ou Catastrophe, lorsque des centaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons ou ont été déplacées suite à la fondation de l’Etat israélien le 14 mai 1948.

Des dizaines de Palestiniens ont été tués depuis le début des manifestations. Des milliers d’autres ont été blessés.

Le Hamas, qui est en conflit avec Israël, a déclaré qu’il allait intensifier ses protestations à la veille de la commémoration officielle de la Nakba.

Il dit qu’il veut attirer l’attention sur ce que les Palestiniens insistent sur leur droit de retourner dans leurs foyers ancestraux dans ce qui est devenu Israël.

Aujourd’hui est le grand jour où nous franchirons la barrière et direons à Israël et au monde que nous n’accepterons pas d’être occupés pour toujours“, a déclaré un professeur de sciences à Gaza, Ali, à Reuters.

Israël dit que les protestations visent à franchir la frontière, qu’il garde lourdement, et à attaquer les communautés israéliennes à proximité.

L’armée israélienne a déclaré avoir tué trois personnes essayant de planter des explosifs près de la barrière de sécurité à Rafah.

Pourquoi l’ambassade est-elle si controversée?

Le statut de Jérusalem est au cœur du conflit israélo-palestinien.

La souveraineté israélienne sur Jérusalem n’est pas reconnue internationalement et, selon les accords de paix israélo-palestiniens de 1993, le statut final de Jérusalem devrait être discuté dans les dernières étapes des pourparlers de paix.

Israël a occupé Jérusalem-Est depuis la guerre de 1967 au Moyen-Orient. Il a effectivement annexé le secteur, bien que cela n’ait été reconnu par aucun pays jusqu’à la déclaration de Trump en décembre 2017.

Depuis 1967, Israël a construit une douzaine de colonies, qui abritent environ 200 000 Juifs, à Jérusalem-Est. Ceux-ci sont considérés comme illégaux en vertu du droit international, bien qu’Israël le conteste.

Plusieurs pays avaient jadis des ambassades basées à Jérusalem, mais beaucoup se sont déplacés après qu’Israël ait adopté une loi en 1980 faisant officiellement de Jérusalem sa capitale.

La décision du président Trump l’année dernière de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël a rompu avec des décennies de neutralité américaine sur la question et l’a mis en désaccord avec la plupart de la communauté internationale.

Une petite ambassade intérimaire commencera à fonctionner lundi à l’intérieur du bâtiment du consulat américain à Jérusalem.

Un site plus grand sera découvert plus tard lorsque le reste de l’ambassade partira de Tel Aviv.

La cérémonie d’ouverture organisée pour coïncide avec le 70ème anniversaire de l’Etat d’Israël.

Le président Trump devrait s’adresser à ceux qui assisteront à l’événement de lundi via un lien vidéo. Dans un tweet, il a dit que c’était “un grand jour pour Israël”.

Aux côtés d’Ivanka Trump et de Jared Kushner, tous deux hauts conseillers de la Maison Blanche, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le secrétaire d’Etat adjoint John Sullivan seront présents à la cérémonie.

L’UE a exprimé de fortes objections à l’initiative de l’ambassade.

La décision de reconnaître Israël comme la capitale de Jérusalem et de déplacer l’ambassade est fortement soutenue par les Juifs israéliens à travers le spectre politique souvent fractionné.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a cependant qualifié la décision de Trump de “gifle du siècle”. Il dit que les Etats-Unis ne peuvent plus être considérés comme un courtier neutre dans les pourparlers de paix israélo-palestiniens et ne peuvent plus avoir de rôle futur.

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Moyen Orient

Au moins 128 personnes tuées dans un attentat-suicide au Pakistan

Ange Poireau

Published

on

Un kamikaze a tué 128 personnes lors d’un rassemblement électoral dans le sud-ouest du Pakistan vendredi. C’est la deuxième attaque électorale, selon les autorités, au milieu des tensions croissantes autour du retour du Premier ministre déchu Nawaz Sharif avant le vote du 25 juillet.

L’attentat à la bombe était l’attaque la plus meurtrière au Pakistan depuis plus de trois ans et constitue l’attaque liée aux élections cette semaine.

Cet attentat survient au moment où le gouvernement par intérim du Pakistan a lancé une répression contre les rassemblements politiques. Sharif, qui a été évincé par la Cour suprême l’année dernière et reconnu coupable par contumace de corruption il y a une semaine, est arrivé dans le pays pour rallier son parti avant les élections générales.

Le ministre de l’Intérieur du Baluchistan Agha Omer Bangulzai a déclaré à Reuters que le nombre de morts dans l’attaque avait augmenté à 128 personnes, avec plus de 150 blessés.

Un haut responsable de la police, Qaim Lashari, avait dit plus tôt que plus de 1000 personnes étaient présentes au rassemblement dans la ville de Mastung, dans la province du Baloutchistan, en proie à la violence.

Des militants islamistes liés aux talibans, à Al-Qaïda et à l’État islamique opèrent dans la province, qui borde l’Iran ainsi que l’Afghanistan. Il y a également une insurrection ethnique indigène baloutche qui lutte contre le gouvernement central.

L’Etat islamique a revendiqué l’attentat, a annoncé l’agence de presse AMAQ. Le groupe n’a fourni aucun autre détail ou élément de preuve pour sa réclamation.

En février 2017, l’État islamique a revendiqué la responsabilité d’un attentat-suicide dans un sanctuaire du sud du Pakistan, faisant 83 morts et plus de 150 blessés.

Parmi les personnes tuées lors de l’attaque de vendredi, il y avait Siraj Raisani, candidat à l’Assemblée provinciale du Balouchistan, dont le frère Nawab Aslam Raisani avait été ministre en chef de la province de 2008 à 2013.

“Mon frère Siraj Raisani a été martyrisé”, a déclaré Haji Lashkari Raisani, un autre frère qui est également en train de disputer un siège à l’Assemblée nationale du Baluchistan.

Attaques à répétition

Raisani est le deuxième candidat électoral à être tué dans la violence pré-électorale cette semaine.

La police avait précédemment déclaré que l’attaque ciblait le convoi de Raisani, mais a ensuite changé leur déclaration alors que des images vidéo d’une grande tente montrant les dégâts de l’explosion avaient circulé.

Plus tôt dans la journée, un attentat à la bombe, visant le convoi de campagne d’Akram Khan Durrani, un allié du parti religieux Muttahida Majlis-e-Amal (MMA), a tué quatre personnes dans la ville de Bannu, dans le nord du pays.

Un kamikaze s’est fait exploser lors d’un rassemblement d’un parti politique anti-taliban dans la ville de Peshawar, dans le nord de la province de Khyber Pakhtunkhwa, tuant 20 personnes dont Haroon Bilour qui espérait remporter un siège provincial en juillet.

Les talibans pakistanais ont revendiqué l’attaque.

Bilour faisait partie du Parti nationaliste Awami, majoritairement laïc et nationaliste pachtoune, qui a longtemps rivalisé avec les partis islamistes pour des votes dans les terres instables pachtounes du Pakistan, le long de la frontière avec l’Afghanistan.

Son père, le dirigeant de l’ANP, Bashir Bilour, a été tué dans un attentat-suicide à la fin de l’année 2012, à l’approche des dernières élections pakistanaises.

Lire la suite

Moyen Orient

Syrie: 38 combattants étrangers pro-régime tués dans des frappes

AFP

Published

on

By

Au moins 38 combattants étrangers pro-régime ont été tués dans des frappes sur des positions du régime dans l’est de la Syrie, a rapporté lundi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’agence officielle syrienne Sana a attribué ces frappes, survenues dans la nuit de dimanche à lundi, à la coalition emmenée par les Etats-Unis. L’OSDH n’a toutefois pas été en mesure d’identifier l’origine de ces tirs, parmi les plus meurtriers contre les forces du régime.

“Trente-huit combattants non syriens dépendant des milices loyales au régime ont été tués dans les raids nocturnes”, dans la région d’al-Hari, a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Citant une source militaire, l’agence Sana a indiqué que plusieurs personnes avaient été tuées par des appareils de la coalition américaine.

Sollicitée, cette coalition n’a pas commenté dans l’immédiat.

Al-Hari est située dans la province orientale de Deir Ezzor, riche en pétrole, où les forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis et les forces gouvernementales syriennes appuyées par la Russie mènent des offensives distinctes contre le groupe Etat islamique (EI).

En mai, des dizaines de combattants pro-régime avaient péri dans un raid aérien contre des positions de l’armée syrienne. L’OSDH et des médias d’Etat syriens l’avait attribué à la coalition, mais le Pentagone avait nié.

Les forces gouvernementales contrôlent les terres à l’ouest du fleuve Euphrate, qui traverse la province de Deir Ezzor, tandis que les FDS se battent pour expulser l’EI d’une série de villages situés sur la rive est du fleuve, près de la frontière irakienne.

Les deux parties ont le plus souvent évité de se combattre et il existe une ligne dite de “déconfliction” pour prévenir de tels incidents.

Il y a eu néanmoins des exceptions.

En avril, de rares affrontements ont éclaté entre les deux camps, tuant plus d’une douzaine de combattants.

Lire la suite

Moyen Orient

Gaza: l’armée israélienne cible des lanceurs de ballons incendiaires

AFP

Published

on

By

L’armée israélienne a blessé samedi deux Palestiniens qui lançaient des ballons incendiaires depuis la bande de Gaza vers l’Etat hébreu, ont indiqué des sources israéliennes et palestiniennes.  Une porte-parole militaire a déclaré à l’AFP qu’un “appareil aérien” israélien avait tiré près d’un groupe de Palestiniens qui lançaient des ballons incendiaires vers Israël.

Selon des sources de sécurité palestiniennes, il s’agit d’un drone qui a tiré à proximité d’un groupe de Palestiniens à l’est du camp de réfugiés d’Al-Bureij, dans le centre de la bande Gaza. Deux d’entre eux ont été blessés, a indiqué Achraf al-Qodra, porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, territoire dirigé par le mouvement islamiste Hamas. Une vingtaine d’incendies provoqués par des ballons ou des cerfs-volants incendiaires lancés depuis la bande de Gaza ont été dénombrés samedi dans la zone israélienne limitrophe de l’enclave palestinienne, a indiqué à l’AFP le porte-parole des pompiers dans le sud d’Israël, Eli Cohen.

Depuis le début, fin mars, de la mobilisation dans la bande de Gaza contre Israël, plus de 300 incendies ont été enregistrés, a-t-il précisé. Au moins 130 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le début de la protestation le long de la frontière le 30 mars.

Les Palestiniens de Gaza protestent contre le blocus israélien qui étouffe l’enclave depuis plus de 10 ans et pour le droit au retour des Palestiniens qui ont fui ou été chassés de leurs terres lors de la création d’Israël en 1948. Mercredi, l’Assemblée générale des Nations unies a approuvé une résolution condamnant Israël pour usage excessif de la force contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza, tout en rejetant un amendement américain mettant en cause dans ces mêmes violences le Hamas.

Israël dit tirer à balles réelles en dernier recours pour protéger ses frontières, ses soldats et sa population. Il accuse le Hamas de se servir de la protestation pour couvrir des attaques contre les soldats et des tentatives d’infiltration en Israël. L’Etat hébreu et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008.

Lire la suite