Connect with us

France

Le taux de chômage au 1er trimestre en recul de 0,1 point à 8,7% selon l’Insee

AFP

Publié le

Le taux de chômage est en recul de 0,1 point à 8,7% de la population active en France entière (hors Mayotte) au 1er trimestre 2019, son plus bas niveau depuis début 2009, selon des chiffres provisoires de l’Insee publiés jeudi.

Sur la seule France métropolitaine, ce taux, mesuré par l’Institut national de la statistique selon les normes du Bureau international du travail (BIT), baisse également de 0,1 point et s’établit à 8,4%, ce qui représente 2,4 millions de chômeurs et 19.000 de moins sur un trimestre.

Cette baisse est moins forte que celle du trimestre précédent, qui avait enregistré un recul de 0,3 point, soit 90.000 chômeurs.

Sur un an, le taux France entière (hors Mayotte) comme métropolitaine baisse de 0,5%.

En France métropolitaine, le taux est identique pour les hommes et les femmes à 8,4%.

Par tranche d’âge, le taux de chômage des 15-24 ans repart en hausse de 0,4 point à 19,2% même s’il reste en baisse de 1,7 point sur un an. Celui des plus de 50 ans est également en hausse de 0,3 point à 6,4% +0,2 sur un an). Il baisse en revanche pour les 25-49 ans de 0,2 point à 7,7%.

Le taux de chômage de longue durée s’établit à 3,3% de la population active, en recul de 0,1 point sur le trimestre et de 0,3 point sur un an. Quelque 963.000 personnes déclarent chercher un emploi depuis plus d’un an.

Le “halo autour du chômage” est en nette baisse. Ces personnes qui souhaitent travailler mais qui ne sont pas comptabilisées parce qu’elles ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles immédiatement étaient en recul de 80.000 personnes au premier trimestre. Ce halo concerne environ 1,4 million de personnes.

La part du sous-emploi, c’est-à-dire des personnes qui souhaitent travailler davantage, comme des employés à temps partiel, est également en baisse (-0,4 point sur le trimestre) à 5,3% des personnes en emploi.

Enfin, le taux d’emploi, c’est-à-dire la proportion des 15-64 ans qui travaillent, est stable pour s’établir à 66,1%. Pour le taux d’emploi à temps complet, à 54,5%, il s’agit du “plus haut niveau depuis 2003”, début de la série trimestrielle selon l’Insee.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

Lambert: les avocats des parents à l’hôpital pour vérifier la reprise des traitements

AFP

Published

on

By

Les avocats des parents de Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des traitements de ce tétraplégique en état végétatif depuis dix ans, ordonnée, à la surprise générale, par la cour d’appel de Paris.

Cet énième coup de théâtre, intervenu lundi soir dans une affaire qui a déjà connu de nombreux rebondissements judiciaires depuis 2013 et en connaîtra probablement d’autres, a été fêté par la mère de Vincent Lambert, Viviane, qui a salué auprès de l’AFP “une très grande victoire”, tandis que son neveu François, favorable à l’arrêt des traitements, a dénoncé du “sadisme pur”.

La nouvelle est tombée en pleine marche parisienne réunissant plusieurs centaines de personnes réclamant “la vie pour Vincent”. Une énorme clameur a retenti quand l’un des deux avocats des parents, Me Jérôme Triomphe, a lancé à la foule, en apprenant leur victoire par téléphone: “On a gagné ! C’est la remontada !”

“Jérôme Triomphe et moi-même irons dès demain matin à Reims pour nous assurer que l’alimentation et l’hydratation seront effectivement reprises”, a ajouté son collègue, Me Jean Paillot, soulignant qu’il ne s’agissait que d’une” décision provisoire” d’une “durée de six mois, permettant au comité de l’ONU d’étudier le dossier”.

De fait, la cour d’appel de Paris a “ordonné à l’Etat français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation” de Vincent Lambert, selon la décision consultée par l’AFP.

Le CDPH, comité de l’ONU, avait demandé à la France de surseoir à l’arrêt des traitements dans l’attente d’un examen du dossier sur le fond, mais la France considérait que la suspension de l’arrêt des traitements préconisée par le CIDPH “est dépourvue de caractère contraignant”, mettant en avant le “droit du patient à ne pas subir d’obstination déraisonnable”.

Le CHRU de Reims avait déjà lancé puis stoppé deux procédures d’arrêt des soins, l’une portée par le docteur Eric Kariger en 2013, l’autre par son successeur, le docteur Daniéla Simon en 2015.

– “Une affaire qui dépasse” Vincent Lambert –

La nouvelle interruption des traitements, couplée à la mise en oeuvre d’une “sédation profonde et continue”, avait débuté lundi matin, conformément à une décision médicale signée par le docteur Vincent Sanchez en avril 2018, soutenue par une partie de la famille dont son épouse Rachel Lambert et validée par le Conseil d’Etat fin avril.

Jusqu’à présent, tous les ultimes recours déposés par les avocats des parents -Cour européenne des droits de l’Homme, tribunal administratif- avaient échoué. Et le président Emmanuel Macron, à qui ils avaient écrit samedi pour l’implorer d’intervenir, avait répondu lundi qu’il ne lui “appartenait pas de suspendre” l’arrêt des traitements, décidé, “en conformité avec nos lois”, à quelques jours des élections européennes.

La famille est coupée en deux camps, d’un côté autour de ses parents, fervents catholiques opposés à l’arrêt des traitements, de l’autre autour de son épouse Rachel et son neveu François, qui entendent mettre fin à cet “acharnement thérapeutique” et affirment que l’ex-infirmier avait pris position contre tout acharnement thérapeutique. Vincent Lambert n’a pas laissé de directive anticipée écrite.

Une scission familiale encore nettement perceptible lundi soir. “On était en train d’éliminer Vincent ! C’est une très grande victoire ! Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice”, jubilait sa mère.

“On nous refait le coup tout le temps. Il y a une jouissance de la part de ceux qui font tous ces recours. C’est du sadisme pur de la part du système médico-judiciaire”, dénonçait au contraire François Lambert. Face à cette décision “incroyable” de la cour d’appel, il a évoqué auprès de l’AFP un possible pourvoi en cassation du CHRU.

Président de l’association du Droit à mourir dans la dignité, Jean-Luc Romero a déploré lundi soir “un acharnement des parents, Vincent Lambert se retrouvant au milieu d’une affaire qui le dépasse”.

“J’espère qu’à la suite de ce jugement (…) on transférera enfin et rapidement Vincent Lambert dans un service adapté aux personnes en état paucirelationnel (état de conscience minimal ndlr). Il n’a rien à faire au CHU de Reims”, a réagi pour sa part sur Twitter la psychologue Marie de Hennezel, spécialiste de l’accompagnement de la fin de vie.

Lire la suite

France

USA: un 5e migrant mineur meurt en détention à la frontière avec le Mexique

AFP

Published

on

By

Un adolescent de 16 ans est décédé lundi alors qu’il avait été placé en détention par la police aux frontières américaine, a-t-on appris de sources concordantes.

Il s’agit du cinquième migrant mineur à trouver la mort dans des conditions similaires depuis décembre 2018.

Le jeune Guatémaltèque identifié comme Carlos Gregorio Hernandez Vasquez a été retrouvé inanimé au poste de la police aux frontières de Weslaco, au Texas (sud des Etats-Unis), selon la police, qui dit avoir “ouvert une enquête” pour déterminer les causes du décès.

Selon des médias locaux, l’adolescent avait signalé dimanche qu’il se sentait mal et une infirmière avait diagnostiqué une grippe. On lui avait prescrit un anti-viral et on l’avait transféré à Weslaco dans la foulée pour éviter qu’il ne contamine d’autres migrants.

Il avait été interpellé le 13 mai près de la ville de Hidalgo, au Texas.

Selon les autorités guatémaltèques, le mineur était venu aux Etats-Unis pour “une réunification avec sa famille”. “Le gouvernement du Guatemala pleure la mort de cet enfant guatémaltèque, présente ses condoléances à la famille et demande aux autorités américaines d’établir rapidement la cause du décès et de prendre les mesures qui s’imposent”, déclare un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

C’est le cinquième mineur originaire du Guatemala à trouver la mort aux Etats-Unis après avoir été arrêté par la police aux frontières depuis décembre.

“C’est affligeant de voir que des enfants continuent à mourir sous la surveillance de la police aux frontières. Placer les enfants en détention va à l’encontre des valeurs américaines”, a réagi Astrid Dominguez, une responsable de l’ACLU, la puissante association américaine pour la défense des droits humains.

“Il est dangereux et cruel de détenir des gens, en particulier des enfants, dans des conditions insalubres et de surpeuplement”, renchérit dans un communiqué Amnesty International, soulignant que “ce décès survient quelques jours seulement après que le gouvernement a proposé de compliquer encore les choses pour les gens qui cherchent à se mettre en sécurité dans ce pays”.

Au total, plus de 460.000 personnes ont été arrêtées à la frontière avec le Mexique depuis le début de l’année budgétaire 2019, le 1er octobre.

De nombreux migrants sont remis en liberté en attendant l’examen de leur demande d’asile car les centres d’hébergement d’urgence de la police aux frontières sont débordés.

En majorité, les clandestins se rendent aux autorités et déposent des demandes d’asile. La plupart d’entre eux viennent d’Amérique centrale – Honduras, Guatemala, Salvador principalement – et déclarent fuir la violence et la pauvreté qui sévit dans leur pays.

Lire la suite

France

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la justice ordonne la reprise des traitements

AFP

Published

on

By

Coup de théâtre dans l’affaire Vincent Lambert: la cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus le matin-même par son médecin, une “très grande victoire” pour ses parents, du “sadisme pur” pour son neveu.

La cour “ordonne à l’Etat français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation” de Vincent Lambert, selon la décision consultée par l’AFP.

Le CDPH, comité de l’ONU, avait demandé à la France de surseoir à l’arrêt des traitements dans l’attente d’un examen du dossier sur le fond, mais la France considérait que la suspension de l’arrêt des traitements préconisée par le CIDPH “est dépourvue de caractère contraignant”, mettant en avant le “droit du patient à ne pas subir d’obstination déraisonnable”.

Vendredi, en première instance, le tribunal de Paris s’était déclaré incompétent pour faire appliquer cette demande.

Dans la manifestation parisienne qui a réuni plusieurs centaines de personnes réclamant “la vie pour Vincent”, une énorme clameur a retenti lorsque l’un des avocats de ses parents, Me Jérôme Triomphe, a annoncé leur victoire à la foule, a constaté un journaliste de l’AFP. “On a gagné! Vincent doit vivre, Vincent vivra!”, a-t-il crié.

– Six mois –

“Jérôme Triomphe et moi-même irons dès demain matin à Reims pour nous assurer que l’alimentation et l’hydratation seront effectivement reprises”, a ajouté Me Jean Paillot, précisant que “ce n’est qu’une décision provisoire” d’une “durée de six mois, permettant au comité de l’ONU d’étudier le dossier”.

“On était en train d’éliminer Vincent ! C’est une très grande victoire ! Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice”, a aussitôt déclaré à l’AFP sa mère, Viviane Lambert.

A l’inverse, le neveu de Vincent Lambert, François, favorable, lui, à l’arrêt des traitements, a dénoncé un “sadisme pur de la part du système médico-judiciaire”. “On nous refait le coup tout le temps. Il y a une jouissance de la part de ceux qui font tous ces recours” juridiques, a-t-il estimé auprès de l’AFP. Face à cette décision “incroyable” de la cour d’appel, il a évoqué un possible pourvoi en cassation.

Le CHRU de Reims avait déjà lancé puis stoppé deux procédures d’arrêt des soins, l’une portée par le docteur Eric Kariger en 2013, l’autre par son successeur, le docteur Daniéla Simon en 2015.

La nouvelle interruption des traitements a débuté lundi matin, conformément à une décision médicale signée par le Dr Vincent Sanchez en avril 2018, soutenue par une partie de famille dont son épouse Rachel Lambert et validée par le Conseil d’Etat fin avril.

Jusqu’à présent, tous les ultimes recours déposés par les avocats des parents – Cour européenne des droits de l’Homme, tribunal administratif – avaient échoué. Et Emmanuel Macron, à qui ils avaient écrit samedi pour l’implorer d’intervenir, a répondu lundi après-midi qu’il ne lui “appartient pas de suspendre” l’arrêt des traitements, décidé, “en conformité avec nos lois”, à quelques jours des élections européennes.

La famille est divisée en deux camps, rassemblés d’un côté autour de ses parents, fervents catholiques opposés à l’arrêt des traitements, de l’autre autour de son épouse Rachel et son neveu François, qui entendent mettre fin à cet “acharnement thérapeutique” et qui affirment que cet ancien infirmier avait pris position contre tout acharnement thérapeutique. Vincent Lambert n’a pas laissé de directive anticipée.

Les parents, Viviane 73 ans et Pierre 90 ans, qui ont reçu le soutien de la communauté catholique, estiment que leur fils est handicapé et doit être transféré dans un établissement spécialisé.

C’est dans un courriel adressé à la famille que Vincent Sanchez, chef du service de soins palliatifs de l’hôpital Sébastopol de Reims leur a fait part de l’arrêt des traitements” et de “la sédation profonde et continue” de Vincent Lambert, 42 ans, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans à la suite d’un accident de la route.

Dans l’après-midi, Rachel Lambert avait estimé sur RTL que “le voir partir c’est le voir en homme libre”. “Le moment est à la dignité et à l’accompagnement, le temps de l’amour de l’accompagnement” (..) “Surtout qu’on nous laisse dans notre intimité et que ça se fasse… qu’on nous laisse dans la discrétion”, avait-elle ajouté.

Père de la loi de 2016 régissant la fin de vie, Jean Leonetti, également premier vice-président LR, estime que l’arrêt des soins de Vincent Lambert s’inscrit bien “dans le cadre de la loi”.

rl-jpa-cmk-dch-tb-jmo-frd/ao

Lire la suite




Derniers articles

Technologie13 minutes ago

Le fondateur de Huawei juge que les USA “sous-estiment” son groupe

Le fondateur du géant chinois des télécoms Huawei, Ren Zhengfei, a déclaré mardi que les Etats-Unis “sous-estimaient” son entreprise, promettant...

Sports13 minutes ago

Ligue de diamant: Semenya s’alignera sur 3000 m à Stanford

La Sud-Africaine Caster Semenya participera le 30 juin au 3000 m du meeting de Stanford, distance sur laquelle elle peut...

Sports13 minutes ago

Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans

Un homme dans un cockpit en flammes, mort paisiblement quelques décennies plus tard: Niki Lauda, disparu lundi à 70 ans,...

France13 minutes ago

Lambert: les avocats des parents à l’hôpital pour vérifier la reprise des traitements

Les avocats des parents de Vincent Lambert sont attendus mardi matin au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise,...

Technologie2 heures ago

Adresses internet: Amazon gagne une manche contre l’Amazone

L’entreprise Amazon a bien le droit de disposer de noms de domaine internet (adresses) en “amazon”, au grand dam de...

France2 heures ago

USA: un 5e migrant mineur meurt en détention à la frontière avec le Mexique

Un adolescent de 16 ans est décédé lundi alors qu’il avait été placé en détention par la police aux frontières...

Technologie3 heures ago

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les Etats-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants...

Technologie3 heures ago

Huawei: les Etats-Unis accordent trois mois de délai avant d’imposer les sanctions

Devant l’inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les Etats-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra...

Technologie3 heures ago

La fin d’Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones

La fin des mises à jour d’Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des...

Sports4 heures ago

500 miles d’Indianapolis: Pagenaud encore le plus rapide

Le Français Simon Pagenaud, auteur la veille de la pole position pour les 500 miles d’Indianapolis qui auront lieu dimanche,...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma