Connect with us

France

“Gilets jaunes”: Castaner, six mois sous pression

AFP

Publié le

Confronté à peine nommé au mouvement des “gilets jaunes”, crise d’ordre public et sociale sans précédent, Christophe Castaner cherche à s’affirmer tous azimuts dans son rôle de ministre de l’Intérieur sous une pluie de critiques.

Sitôt arrivé à Beauvau en octobre 2018 après un remaniement qui avait viré au psychodrame, Christophe Castaner avait étrenné son nouveau costume dans les décombres du déluge meurtrier qui avait frappé l’Aude. Depuis l’ex-porte-parole du gouvernement ne semble jamais être sorti de la tourmente.

Rien d’étonnant au “ministère des crises”, mais Christophe Castaner qui guignait Beauvau – il avait en partie en charge les aspects régaliens pendant la campagne présidentielle – aura été servi.

Attentats de Strasbourg et de Condé-sur-Sarthe, crise des “gilets jaunes”, suicides dans la police, incendie de Notre-Dame, loi anticasseurs retouchée: rude apprentissage pour un politique sans expérience des avant-postes.

Certains estiment qu’outre ce contexte difficile, le ministre y a mis aussi du sien. “Il faut faire attention à être totalement inattaquable”, persifle son prédécesseur Gérard Collomb qui a pourtant laissé un souvenir plus que mitigé à Beauvau.

“Il commet un certain nombre d’erreurs (…) je pense que quand on est ministre de l’Intérieur, on n’est pas obligé de communiquer tous les jours”.

Une mise en cause qui vise les mots de M. Castaner sur la vraie fausse “attaque” de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai à Paris, qui malgré un rétropédalage en forme de mea culpa, lui ont valu des appels à la démission des oppositions de droite et de gauche dont il est devenu la cible favorite.

Sur la forme, ses sorties de route comme le 1er mai, un chapelet de tweets hors sujet ou l’épisode de sa sortie en boîte de nuit médiatisée par la presse people alimentent son procès en amateurisme.

Le ministre, hier député socialiste sans envergure nationale dont le nom avait émergé après le premier tour des régionales de 2015 quand il s’était résolu à jeter l’éponge pour faire barrage au Front national en région PACA, semble parfois prendre un plaisir gourmand à l’exposition médiatique. Pour le meilleur comme pour le pire.

– Fiascos des premiers actes –

Sur le fond, on lui reproche à droite sa gestion erratique du maintien de l’ordre des “gilets jaunes”. A gauche et chez les “gilets jaunes”, il est accusé d’être le maître d’œuvre d’une répression policière sans précédent à l’encontre de cette contestation sociale marquée par un très grand nombre de blessés.

L’ex-rocardien qui fut député des Alpes-de-Haute-Provence et maire (pendant 16 ans) de Forcalquier est devenu dans les cortèges “Castaner, l’éborgneur” et sa propension, à l’unisson du reste de l’exécutif, à refuser le terme de “violences policières”, lui a mis à dos une bonne partie de son ancien camp.

“Les gestes inappropriés, voire les fautes, ça peut exister, mais le ministre n’a pas voulu rentrer dans le discours sur les violences policières car c’est déjà une qualification juridique”, fait-on valoir dans son entourage.

“Dès la mi-décembre, le ministre a appelé à la responsabilité et à l’exemplarité des forces de l’ordre bien avant que les polémiques ne montent”.

Le changement de tactique du maintien de l’ordre assumé après les émeutes du 1er décembre à Paris lui valent en tout cas les louanges de syndicats policiers.

“Il a enfilé le costard de ministre en prenant les mesures qui s’imposaient après les fiascos des premiers actes. Il est à l’écoute du terrain”, salue Yves Lefebvre, secrétaire général d’Unité-SGP-Police qui loue son duo formé avec son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez au profil plus “techno”.

“Il y a des épées de Damoclès un peu partout”, nuance un expert du maintien de l’ordre très critique sur la nouvelle “doctrine”. “Si jamais un policier se fait tuer en service ou si un manifestant meurt, on peut entrer dans un cercle vicieux et le ministre y laissera sa peau.”

Personnalité affable et chaleureuse, le quinquagénaire, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron garde en tout cas contre vents et marées le soutien de l’exécutif et ne décroche pas dans l’opinion.

“On continue à vouloir faire vivre un mouvement qui rassemble aujourd’hui moins de 20.000 personnes”, répète-t-on à Beauvau où on est prudent sur la poursuite du mouvement mais aussi pressé de tourner la page avec en ligne de mire l’organisation du G7 en août à Biarritz, le futur grand plan antistups, ou encore les dossiers migratoires et des cultes.

Manière de faire comprendre que réduire Christophe Castaner à son rôle de “premier flic de France” relève d’une vision un peu étriquée. Et non d’un costume trop large.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

France

Attaque au colis piégé à Lyon : le suspect toujours en fuite, de nouvelles photos

Avatar

Published

on

Les autorités mettaient samedi “tous les moyens en oeuvre” pour retrouver la trace du principal suspect de l’attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers vendredi à Lyon, un trentenaire dont les motivations demeuraient toujours inconnues à la veille de la tenue des élections européennes.

Nouvelles photos du principal suspect

La police a diffusé sur twitter deux nouveaux clichés du principal suspect de l’attaque perpétrée devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, artère piétonne commerçante au coeur de Lyon. Ces photos, de qualité très moyenne, montrent un homme roulant à vélo, portant un sac à dos et une casquette sombres. “Tous les moyens” sont “mis en oeuvre pour parvenir rapidement à l’identification et à l’interpellation de l’auteur des faits”, a auparavant annoncé devant la presse à Lyon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, précisant que l’attaque n’avait pas été revendiquée à ce stade. 

Un ADN non encore identifié

Le bilan officiel fait état de 13 personnes – neuf femmes dont une enfant de dix ans et quatre hommes – blessées, dont 11 ont été hospitalisées. Certaines ont dû “subir une intervention chirurgicale, afin d’extraire des éclats”, selon le procureur. Dans le cadre de l’enquête, “plusieurs dizaines” de témoignages “sont en cours d’exploitation”, a-t-il ajouté, alors que des sources proches du dossier ont révélé qu’un ADN non encore identifié avait été isolé sur le colis piégé. Cet ADN n’est pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), a précisé une source proche du dossier, confirmant une information du Progrès.
Selon ces mêmes sources, il y a de fortes suspicions pour que l’explosif soit du TATP, en faible quantité. Le TATP (tripéroxyde de triacétone), explosif artisanal très instable, a été utilisé dans les attentats jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris et de mars 2016 à Bruxelles.

Un trentenaire recherché, son parcours retracé

C’est la section antiterroriste du parquet de Paris qui a ouvert l’enquête pour “tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle”. Toutefois, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a souligné vendredi soir qu’il était “trop tôt” pour évoquer “un acte terroriste”. 

Selon Remy Heitz, le suspect était vêtu au moment des faits d’un “bermuda vert clair”, d’une “chemise vert foncé aux manches relevées” et de “chaussures noires”. “Son visage était en partie dissimulé par une caquette kaki et une paire de lunettes de soleil”. Il est âgé d’une trentaine d’années, selon une source proche de l’enquête. 

Grâce à la vidéosurveillance de la ville, le parcours du fugitif a pu être suivi à partir de 17h19, lorsqu’il circulait à vélo sur le quai Claude Bernard bordant le 7e arrondissement de Lyon. Jusqu’à l’explosion survenue à 17h28, juste après qu’il a abandonné un “sac en papier kraft”, puis quitté la “presqu’île” lyonnaise par le même itinéraire, a expliqué le procureur.
Sur les lieux ont été retrouvés au sol “des vis de 2 cm, des billes de métal, sept piles de type LR6, un circuit imprimé, un dispositif de déclenchement à distance (…) et des morceaux de plastique blancs pouvant être des résidus de l’engin explosif”, a révélé Rémy Heitz.

Une source administrative locale a confirmé samedi que le colis contenait une “charge explosive relativement faible déclenchée à distance”. 

Lire la suite

France

Cannes sacre Bong Joon-ho, premier Sud-Coréen à recevoir la Palme d’or

AFP

Published

on

By

Le Festival de Cannes a sacré samedi soir Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or, laquelle échappe une nouvelle fois à l’Espagnol Pedro Almodovar, l’autre grand favori de la compétition, qui tentait de l’obtenir pour la sixième fois.

Lot de consolation pour “Douleur et Gloire”, film le plus personnel du cinéaste espagnol: l’acteur Antonio Banderas remporte le prix d’interprétation masculine.

L’Américain Quentin Tarantino est lui reparti bredouille avec son “Once upon a time… in Hollywood”, l’un des films les plus attendus de la compétition, qui avait assuré le show sur la Croisette avec ses superstars Brad Pitt et Leonardo DiCaprio.

Drame familial et thriller très maîtrisé sur les inégalités sociales, “Parasite” de Bong Joon-ho, qui avait remporté l’adhésion de la presse, est le deuxième film asiatique de suite à remporter la Palme d’or, après “Une affaire de famille” du Japonais Hirokazu Kore-Eda l’an dernier.

“Je suis vraiment très honoré”, a déclaré Bong Joon-ho, qui a dit être “toujours très inspiré par le cinéma français”, et a remercié “les deux grands réalisateurs français Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol”.

“Parasite”, qui mêle avec virtuosité les genres cinématographiques tout en tenant le spectateur en haleine, raconte l’histoire d’une famille de chômeurs dont la vie va changer le jour où leur fils va devenir professeur d’anglais pour une famille bourgeoise.

“Nous avons tous été fascinés par ce film, et cette fascination a continué à croître au fil des jours”, a expliqué le président du jury, le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, lors d’une conférence de presse après le palmarès, soulignant que “la plupart des films qui ont reçu des prix traitent de justice sociale et d’injustice”.

“Ils ont à voir avec les aspects politiques et sociaux du monde actuel”, a-t-il ajouté. “Le cinéma doit essayer d’élever la conscience sociale et ce partout dans le monde”, a-t-il encore dit, tout en réfutant que les choix du jury aient “reposé sur des choix politiques”.

– La nouvelle garde, Ladj Ly et Mati Diop –

La Franco-Sénégalaise Mati Diop, 36 ans, l’une des quatre réalisatrices de la compétition, a reçu quant à elle le Grand Prix, deuxième récompense la plus importante, pour “Atlantique”, fable à la fois politique et onirique sur le sort des migrants et la jeunesse de Dakar, son premier long métrage.

“Je n’en reviens pas”, a-t-elle lancé. Et, s’adressant au jury: “C’est un peu fou ce que vous avez fait !”

Autre nouveau venu à Cannes, le Français Ladj Ly a remporté le prix du jury pour “Les Misérables”, film coup de poing sur les violences policières dans les banlieues, ex-aequo avec le film brésilien “Bacurau” de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles.

“Mon film parle des rapports entre les différentes communautés dans ce territoire. Le seul ennemi en commun qu’il y a entre ces habitants et les policiers, c’est la misère”, a réagi Ladj Ly, avant de dédier son prix “à tous les misérables de France et d’ailleurs”.

“Ce soir, c’est mon soir de gloire”, a déclaré l’acteur Antonio Banderas, 58 ans, en dédiant son prix d’interprétation à Pedro Almodovar, qui l’a lancé dans le métier dans les années 80 et avec qui il collaborait pour la huitième fois. “Je très suis heureux, mais je ressens une légère amertume. J’aurais bien aimé que Pedro soit ici” parmi les primés, a-t-il ajouté en conférence de presse.

Chez les femmes, c’est l’actrice anglo-américaine Emily Beecham, 35 ans, qui l’a emporté pour “Little Joe” de l’Autrichienne Jessica Hausner, dans lequel elle campe une scientifique excentrique, dans un monde gagné par les manipulations génétiques.

Les frères belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, qui appartiennent au club très restreint des double Palme d’or, ont décroché cette fois le prix de la mise en scène pour “Le jeune Ahmed”, sur un adolescent radicalisé.

“Merci au jury pour cette récompense pour ce film, qu’on a voulu comme une ode à la vie”, a déclaré Luc Dardenne en recevant ce prix, auprès de son frère Jean-Pierre, évoquant des “temps sombres difficiles, où des populismes identitaires montent”.

Autre réalisatrice en compétition, la Française Céline Sciamma est repartie avec le prix du scénario pour “Portrait de la jeune fille en feu”, histoire d’amour entre une peintre et son modèle au XVIIIe siècle.

slb-may-nip-est/rh/spe

Lire la suite

France

Cannes: “Parasite” du Sud-Coréen Bong Joon-ho remporte la Palme d’or

AFP

Published

on

By

“Parasite”, drame familial magistral mâtiné de thriller du Sud-Coréen Bong Joon-ho, qui dépeint la violence des inégalités sociales avec une grande maîtrise formelle, a remporté la Palme d’or samedi en clôture du 72e Festival de Cannes.

La Palme d’or a été décernée à l’unanimité du jury, a précisé son président, le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu.

“Nous avons été fascinés pas (le) film (de Bong Joon-ho) et cette fascination a continué à croître au fil des jours, d’où notre unanimité”, a-t-il développé en conférence de presse, saluant également la grande efficacité du film.

Bong Joon-ho, grand représentant de la nouvelle vague de Corée du Sud, est le tout premier cinéaste du pays à décrocher la suprême récompense cannoise.

“Merci beaucoup. Je suis très honoré, j’ai toujours été très inspiré par le cinéma français, je remercie Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol”, a commenté celui qui succède au palmarès au Japonais Hirokazu Kore-eda, palmé l’an passé pour “Une affaire de famille”.

Les points communs sont d’ailleurs frappants entre les deux films, puisque le film de Kore-eda racontait l’histoire d’une famille dans le désœuvrement qui commet des larcins, avant d’accueillir une fillette chez eux.

L’humanisme débordant dans “Une affaire de famille” est moins présent dans “Parasite” dont la critique sociale s’avère féroce, avec une propension à la violence et l’humour noire savamment dosée par Bong Joon-ho.

“Parasite” raconte l’histoire d’une famille de chômeurs, celle de Ki-taek (incarné par Song Kang-ho, acteur fétiche de Bong Joon-ho), qui végètent dans un appartement en sous-sol sombre et sordide, où ils cohabitent avec les cafards et vivent d’expédients.

La vie de Ki-taek, sa femme et leurs deux enfants change de tournure le jour où son fils, Ki-Woo, décroche un travail de professeur particulier d’anglais pour une jeune fille dans une famille bourgeoise, les Park, qui habitent une somptueuse maison avec jardin, grandes baies vitrées et décoration soignée.

La famille de Ki-taek va vite s’emparer du filon: par d’habiles subterfuges, Ki-Woo fait embaucher sa sœur pour donner des cours de dessin au petit dernier, puis ses parents comme chauffeur et gouvernante. Mais, si tout semble aller pour le mieux pour cette famille d’arnaqueurs, l’arrivée de ces “parasites” dans la famille Park va en fait marquer le début d’un engrenage incontrôlable.

Lire la suite




Derniers articles

Sports3 minutes ago

Coupe du Roi: Valence sacré centenaire, le Barça finaliste amer

Valence déloge le quadruple tenant! L’année de son centenaire, le club valencien a enfoncé un FC Barcelone en pleine déconfiture...

Faits divers1 heure ago

France: Violent incendie dans le centre de Bordeaux

France 26 mai 2019 00:58; Act: 26.05.2019 00:58 Le feu s’est propagé dans plusieurs immeubles du centre-ville de Bordeaux samedi....

Business1 heure ago

Déjà six candidats à la succession de Theresa May

La course à la succession de la Première ministre britannique est ouverte, avec déjà six candidats sur les rangs pour...

Sciences1 heure ago

L’homme qui a fait la renommée mondiale

France2 heures ago

Attaque au colis piégé à Lyon : le suspect toujours en fuite, de nouvelles photos

Les autorités mettaient samedi “tous les moyens en oeuvre” pour retrouver la trace du principal suspect de l’attaque au colis...

Sports2 heures ago

Le Bayern gagne la Coupe d’Allemagne avec deux buts de Lewandowski et réussit le doublé

En remportant samedi à Berlin la Coupe d’Allemagne contre Leipzig (3-0) avec un doublé de Lewandowski, le Bayern Munich s’est...

Sports2 heures ago

Basket: l’Asvel souffre mais s’en sort, Dijon se balade

Villeurbanne, premier de la saison régulière, a éprouvé de grosses difficultés pour se défaire du Mans, lors du match 1...

Sports2 heures ago

Le Bayern gagne la coupe d’Allemagne et réussit le doublé

Le Bayern Munich a remporté samedi la Coupe d’Allemagne en battant Leipzig 3-0 en finale à Berlin, réussissant le doublé...

France2 heures ago

Cannes sacre Bong Joon-ho, premier Sud-Coréen à recevoir la Palme d’or

Le Festival de Cannes a sacré samedi soir Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or, laquelle échappe...

Sports3 heures ago

500 miles d’Indianapolis: le Speedway, circuit unique et mythique

Beaucoup le considèrent comme “La Mecque” du sport automobile, un circuit de légende à la fois magnifique et démoniaque: l’Indianapolis...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma