Connect with us

Faits divers

Attentat de Strasbourg : une femme libérée, cinq gardes à vue se poursuivent

Avatar

Publié le

Une femme interpellée mardi dans l’enquête sur l’origine des armes retrouvées chez l’auteur de l’attentat jihadiste du marché de Noël de Strasbourg a été remise en liberté et les cinq autres gardes à vue se poursuivaient jeudi matin. 

Cette femme, arrêtée mardi matin avec quatre autres suspects âgés de 23 à 46 ans à Strasbourg et dans ses environs, a été libérée mercredi soir après deux jours de garde à vue. Le sixième suspect, un homme de 32 ans qui n’avait pu être interpellé à son domicile mardi, avait été arrêté à son tour mercredi dans la région et placé en garde à vue.

“Des vérifications liées aux armes” de Cherif Chekatt

Ce coup de filet a été ordonné sur commission rogatoire des juges d’instruction antiterroristes parisiens chargés de l’enquête sur cet attentat qui avait fait cinq morts et onze blessés le 11 décembre.

Ces arrestations sont intervenues “dans le cadre des vérifications liées aux armes détenues par Cherif Chekatt”, l’auteur de l’attentat abattu par une patrouille de police après deux jours de traque, a précisé une source proche du dossier.

Le matin même de son équipée meurtrière dans le centre historique de la capitale alsacienne, les gendarmes avaient en effet saisi chez Cherif Chekatt une grenade défensive, un revolver de calibre 22 Long Rifle chargé, des munitions et quatre couteaux. Cette perquisition dans une affaire de droit commun aurait pu précipiter son passage à l’acte, selon les enquêteurs.

Quatre hommes déjà mis en examen

Cherif Chekatt, délinquant multirécidiviste de 29 ans et fiché S pour radicalisation islamiste, avait prêté allégeance à Daesh selon une vidéo trouvée par les enquêteurs français sur une clé USB.

Début février, trois hommes, soupçonnés d’être liés à la fourniture du revolver du XIXe siècle dont s’est servi Cherif Chekatt au cours de son attaque, avaient été mis en examen par un juge d’instruction à Paris pour “détention et cession d’arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste”, ainsi que pour “association de malfaiteurs terroriste criminelle” et placés en détention provisoire.

Le 17 décembre, dans ce même volet, un ami du tueur avait déjà été mis en examen pour les mêmes chefs et écroué.  

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Faits divers

Argovie: Le policier n’aurait pas dû tirer, il est condamné

Avatar

Published

on

Argovie

21 mai 2019 17:00;
Act: 21.05.2019 17:05

L’homme de 63 ans a été déclaré coupable de lésion corporelle grave par négligence, d’abus d’autorité, de violation de domicile et de dommages à la propriété.

Sur ordre du Tribunal fédéral (TF), la Cour suprême argovienne a renforcé la peine d’un policier ayant ordonné, en 2009, une intervention de l’unité spéciale «Argus» dans un appartement, qui avait mal tourné. Il écope de 270 jours-amendes à 180 francs avec sursis.

L’homme de 63 ans a été déclaré coupable de lésion corporelle grave par négligence, d’abus d’autorité, de violation de domicile et de dommages à la propriété, selon le jugement rendu public mardi. Ce dernier n’est pas encore entré en force.

La Cour suprême argovienne avait condamné en novembre dernier le policier à 180 jours-amendes à 180 francs avec sursis, pour abus d’autorité et dommages à la propriété. Mais le Ministère public avait fait appel auprès du TF, estimant qu’il devait être également condamné pour violation de domicile et au minimum pour lésion corporelle grave par négligence.

Recours accepté

Les juges de Mon Repos ont en partie accepté ce recours en janvier dernier. Ils sont arrivés à la conclusion que le prévenu devait être condamné plus lourdement. Ils ont jugé incompréhensible qu’une intervention armée soit à un certain moment la seule mesure possible.

Pour la Cour suprême argovienne, cette opération et ses conséquences pour l’homme qui en a été la cible auraient pu être évitées. Il aurait par exemple été possible de faire appel à un négociateur, ce qui n’a pas été le cas.

Homme ivre et armé d’un couteau

Les faits remontent à mai 2009. L’unité «Argus» avait été chargée d’intervenir pour maîtriser un homme ivre et violent, armé d’un couteau, qui sévissait dans son appartement de Wohlen (AG). Sa femme et leur enfant en bas âge avaient pu s’enfuir.

Après deux heures, les six agents spéciaux sont entrés dans l’habitation. Le forcené de 30 ans, de nationalité serbe, a été blessé par deux coups de feu dans le ventre.

Deux autres policiers acquittés

Deux autres policiers jugés dans le cadre de la même affaire, dont celui qui a tiré les coups de feu, ont été préalablement acquittés.

L’homme visé par l’intervention est décédé en 2015. Selon l’acte d’accusation, sa mort n’a pas de rapport avec l’incident de 2009.

(nxp/ats)

Lire la suite

Faits divers

Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice

AFP

Published

on

By

Deux marins-pêcheurs sont convoqués devant la justice après la découverte en février et mars, dans la région de Concarneau (Finistère), de deux phoques décapités, a annoncé mardi la parquet de Quimper.

A l’issue des investigations conduites par la gendarmerie maritime de Concarneau, il est apparu qu’en février et mars “plusieurs phoques morts étaient pêchés accidentellement” par un navire de pêche local, indique le procureur de la République à Quimper, Thierry Lescouarc’h, dans un communiqué.

Un marin a reconnu en avoir décapité deux, et avoir conservé les têtes pour les naturaliser, ajoutant que ces pêches accidentelles n’étaient pas déclarées par le responsable du navire malgré l’obligation réglementaire en vigueur en matière d’espèces protégées.

Le deux marins sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Quimper le 13 janvier 2020. Le premier encourt une peine d’emprisonnement de deux ans et 150.000 euros d’amende pour destruction, détention, transport, utilisation et naturalisation d’une espèce protégée. Le patron pêcheur risque une amende de 22.500 euros pour non déclaration de pêches accidentelles de mammifères marins protégés.

Le 23 février une enquête avait été ouverte sous l’égide du parquet de Quimper pour destruction d’espèce protégée après la découverte sur le port de Concarneau d’une tête de phoque gris. Les 10 et 18 mars, les corps décomposés de deux phoques décapités avaient été découverts sur des plages à proximité dont un correspondait à la tête découverte.

La Société de protection animale de Cornouaille et l’organisation Sea Shepherd France avaient déposé plainte à la suite de ces découvertes. Sea Shepherd avait annoncé sur Twitter une récompense de 10.000 euros pour toute information permettant d’identifier les responsables.

“Nous espérons une peine exemplaire et dissuasive. Il faut faire cesser l’impunité ambiante qui règne autour de ces actes de barbarie et d’atteinte aux espèces protégées”, indiquait mardi sur son site internet l’organisation.

Lire la suite

Faits divers

Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice

AFP

Published

on

By

Deux marins-pêcheurs sont convoqués devant la justice après la découverte en février et mars, dans la région de Concarneau (Finistère), de deux phoques décapités, a annoncé mardi la parquet de Quimper.

A l’issue des investigations conduites par la gendarmerie maritime de Concarneau, il est apparu qu’en février et mars “plusieurs phoques morts étaient pêchés accidentellement” par un navire de pêche local, indique le procureur de la République à Quimper, Thierry Lescouarc’h, dans un communiqué.

Un marin a reconnu en avoir décapité deux, et avoir conservé les têtes pour les naturaliser, ajoutant que ces pêches accidentelles n’étaient pas déclarées par le responsable du navire malgré l’obligation réglementaire en vigueur en matière d’espèces protégées.

Le deux marins sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Quimper le 13 janvier 2020. Le premier encourt une peine d’emprisonnement de deux ans et 150.000 euros d’amende pour destruction, détention, transport, utilisation et naturalisation d’une espèce protégée. Le patron pêcheur risque une amende de 22.500 euros pour non déclaration de pêches accidentelles de mammifères marins protégés.

Le 23 février une enquête avait été ouverte sous l’égide du parquet de Quimper pour destruction d’espèce protégée après la découverte sur le port de Concarneau d’une tête de phoque gris. Les 10 et 18 mars, les corps décomposés de deux phoques décapités avaient été découverts sur des plages à proximité dont un correspondait à la tête découverte.

La Société de protection animale de Cornouaille et l’organisation Sea Shepherd France avaient déposé plainte à la suite de ces découvertes. Sea Shepherd avait annoncé sur Twitter une récompense de 10.000 euros pour toute information permettant d’identifier les responsables.

“Nous espérons une peine exemplaire et dissuasive. Il faut faire cesser l’impunité ambiante qui règne autour de ces actes de barbarie et d’atteinte aux espèces protégées”, indiquait mardi sur son site internet l’organisation.

Lire la suite




Derniers articles

Faits divers3 minutes ago

Argovie: Le policier n’aurait pas dû tirer, il est condamné

Argovie 21 mai 2019 17:00; Act: 21.05.2019 17:05 L’homme de 63 ans a été déclaré coupable de lésion corporelle grave...

France3 minutes ago

Vacances d’été : où vont partir les Français ?

Les réservations des Français pour les vacances d’été sont en hausse de 7%, ont indiqué mardi les professionnels du secteur,...

Divertissement4 minutes ago

Ce qui va se passer jusqu’au 14 juin dans la série Demain nous appartient (spoilers).

Ci-dessous, de rapides résumés des prochains épisodes du feuilleton à succès Demain nous appartient, sur TF1.  Attention, il y a...

Divertissement4 minutes ago

Ce qui va se passer jusqu’au 14 juin dans la série Demain nous appartient (spoilers).

Ci-dessous, de rapides résumés des prochains épisodes du feuilleton à succès Demain nous appartient, sur TF1.  Attention, il y a...

Sports4 minutes ago

Roland-Garros: Federer à l’entraînement sur le central

De retour à Roland-Garros après quatre ans d’absence, Roger Federer s’est entraîné mardi sur le tout nouveau court Philipe Chatrier...

France9 minutes ago

Un ramadan frugal pour des Syriens au pouvoir d’achat érodé par la guerre

Dans le souk de Bab Srijeh, l’un des plus réputés de Damas, Abou Anas al-Hijazi scrute les étals de produits...

Suisse59 minutes ago

Suisse: Un ex-ministre démissionne du PDC Jura

Suisse 21 mai 2019 15:17; Act: 21.05.2019 15:17 L’ancien ministre jurassien Philippe Receveur a démissionné avec effet immédiat du parti,...

France1 heure ago

Vincent Lambert : les traitements ont repris, les parents demandent son transfert

Les traitements pour maintenir en vie Vincent Lambert, en état végétatif depuis dix ans, ont repris mardi, conformément à la...

France1 heure ago

Stand LBGT dégradé en Vendée : des étudiants d’un établissement catholique impliqués

Deux interpellations devaient avoir lieu mardi après des dégradations commises samedi sur un stand LGBT en Vendée, a indiqué le...

Divertissement1 heure ago

Elie Kakou, 20 ans déjà ! Documentaire produit par Matthieu Delormeau et Guillaume Frisquet (sur C8).

En juin 1999, l’humoriste et comédien Elie Kakou nous quittait, à l’âge de 39 ans. 20 ans après, programmation d’un...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma