Connect with us

Monde

Moscou et Washington cherchent des terrains de rapprochement, Syrie en tête

AFP

Publié le

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, venu en Russie briser la glace avec Vladimir Poutine, s’est efforcé de trouver des terrains d’ententes sur des dossiers concrets comme la Syrie malgré de nombreux désaccords persistants.

La visite du secrétaire d’Etat américain à Sotchi, sur la mer Noire, où il été reçu par le président russe après trois heures d’entretiens avec son homologue Sergueï Lavrov, constitue la rencontre au plus haut niveau entre responsables des deux puissances rivales depuis le sommet d’Helsinki de juillet. Le ton conciliant du président américain Donald Trump à l’égard du maître du Kremlin avait alors choqué la classe politique américaine.

“Nous avons dit à plusieurs reprises que nous voudrions rétablir des relations complètes”, a assuré le président russe au début de la rencontre.

“Certains domaines de coopérations sont excellents, sur la Corée du Nord, l’Afghanistan et la lutte contre le terrorisme”, a souligné de son côté Mike Pompeo. “Ce sont des choses sur lesquelles nous pouvons nous baser”.

Avant de monter dans l’avion, le haut diplomate américain a ainsi mis en avant les dossiers sur lesquels Moscou et Washington pourraient avancer ensemble, notamment le conflit syrien qui a fait plus de 370.000 morts depuis 2011, poussé à la fuite des millions de personnes et morcelé le pays.

Selon lui, les deux pays ont désormais “une idée commune des points de blocage” du règlement politique et peuvent “travailler ensemble sur la manière de le débloquer”.

Le Kremlin n’a évoqué de son côté aucun accord concret, indiquant simplement que le conflit syrien avait été évoqué entre les deux hommes.

Mike Pompeo a également souligné que Moscou et Washington avaient les “mêmes objectifs” sur le dossier nucléaire nord-coréen, bien que la rencontre chaleureuse entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un fin avril ait contrasté avec le fiasco du sommet de Hanoï avec Donald Trump en février.

– Ingérences “inacceptables” –

Du Venezuela aux traités de désarmement, la liste des désaccords reste très longue entre les deux puissances rivales et aucune percée n’a été annoncée mardi. Mais la Maison Blanche espère que la fin de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui a conclu il y a moins de deux mois à une ingérence russe dans la présidentielle de 2016 aux Etats-Unis mais pas à une collusion entre l’équipe du candidat Trump et la Russie, permette de tourner la page de relations glaciales.

Le sujet, qui a empoisonné la première partie du mandat de Donald Trump et entravé sa promesse de campagne de rapprochement avec le Kremlin, a néanmoins donné lieu à une passe d’armes entre Mike Pompeo et Sergueï Lavrov.

“Les ingérences dans les élections américaines sont inacceptables”, a martelé Mike Pompeo, qui avait estimé fin avril que Moscou continuerait de s’ingérer aux Etats-Unis pendant des décennies.

Si la Russie interférait dans la présidentielle américaine de 2020, “cela aggraverait encore notre relation, nous ne le tolèrerions pas”, a averti le secrétaire d’Etat, demandant à Moscou de “démontrer que ce type d’activités appartient au passé”.

“Les faits montrent que ceux qui montent ce sujet en épingle n’ont pas de preuves”, a sèchement répliqué Sergueï Lavrov.

– Rendez-vous au Japon? –

Vladimir Poutine a choisi de se concentrer sur les bonnes nouvelles. Il a salué une enquête “assez objective” car ayant conclu à l’absence de collusion, sans mentionner le fait que le rapport a établi une ingérence en 2016, ce que la Russie a toujours démenti.

Pendant la suite de la rencontre, à huis clos, le sujet “n’a pas été abordé”, pas plus que l’autre point de tensions de ces dernières semaines, le Venezuela, selon le conseiller du Kremlin Iouri Ouchakov à son issue, qualifiant l’entretien de “pas mauvais”.

Retenant la volonté des deux parties d'”assainir les relations”, il a précisé que Mike Pompeo avait évoqué l’intérêt de Donald Trump pour un entretien en marge du sommet du G20 fin juin au Japon: “Nous sommes prêts à tout contact”.

Si Mike Pompeo semble avoir évité certains sujets qui fâchent avec Vladimir Poutine, il s’est notamment opposé avec Sergueï Lavrov sur la crise politique vénézuélienne, M. Pompeo demandant à la Russie de cesser de soutenir le président vénézuélien Nicolas Maduro.

“La démocratie ne s’établit pas par la force”, a répliqué M. Lavrov.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Cinq Catalans sortent de prison pour siéger au parlement espagnol

AFP

Published

on

By

Cinq indépendantistes catalans incarcérés, élus lors des dernières législatives, sont sortis temporairement de prison mardi pour prendre leurs fonctions lors de la session inaugurale du parlement espagnol.

Ces quatre députés et ce sénateur élus le 28 avril pourraient toutefois voir les deux chambres décider rapidement de leur suspension alors qu’ils sont actuellement jugés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne de 2017.

Emprisonnés non loin de Madrid, Oriol Junqueras, Jordi Sanchez, Jordi Turull, Josep Rull et Raül Romeva sont arrivés aux Cortes dans des véhicules de la Garde Civile pour assister à partir de 08H00 GMT à la session inaugurale du parlement où siègent pour la première fois 24 députés du parti d’extrême droite Vox.

Le chef de Vox, Santiago Abascal, s’est tout de suite fait remarquer en occupant un siège sur les bancs des députés socialistes, juste derrière le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

Les quatre députés catalans en détention provisoire ont pris place dans l’hémicycle, sans escorte policière, sous les applaudissements des autres membres de leurs partis.

Ils doivent ensuite prêter serment sur la Constitution espagnole. Celle-là même qu’ils sont accusés d’avoir violée dans leur marche vers l’indépendance.

“On veut nous faire taire et nous marginaliser, et les urnes nous ont redonné voix”, a déclaré Oriol Junqueras, ancien vice-président du gouvernement régional catalan, dans une interview écrite avec l’AFP depuis sa prison.

Principal accusé du procès en cours devant la Cour suprême espagnole, le président du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC) y risque 25 ans de prison.

M. Junqueras est également candidat d’ERC aux européennes dimanche. Depuis 2017, les séparatistes placent en tête de liste leurs dirigeants en détention ou exilés, comme l’ancien président régional Carles Puigdemont, pour dénoncer leur situation ou tenter de les faire libérer.

En détention provisoire depuis plus d’un an, ces cinq indépendantistes avaient obtenu lundi une première permission de la Cour suprême pour s’enregistrer à la Chambre des députés et au Sénat.

Les conservateurs du Parti populaire (PP) et les libéraux de Ciudadanos ont annoncé qu’ils feraient tout pour priver les indépendantistes de leur siège.

Il reviendra aux bureaux des deux chambres de trancher la question de la suspension de ces cinq élus, la justice ayant laissé cette responsabilité au parlement.

“Nous ne pouvons nier que la situation et le scénario soient exceptionnels mais dans tous les cas, les décisions judiciaires sont respectées”, a déclaré Meritxell Batet, candidate socialiste à la présidence de la chambre des députés.

Les socialistes du chef du gouvernement sortant Pedro Sanchez ont remporté les élections fin avril mais sans majorité absolue.

– Investiture –

La suspension des cinq indépendantistes incarcérés pourrait avoir de lourdes conséquences politiques pour Pedro Sanchez.

Si les députés indépendantistes sont suspendus, et ne cèdent pas leur siège à leur suppléant, cela abaissera automatiquement le seuil de la majorité et M. Sanchez n’aura alors pas besoin des partis séparatistes catalans pour être réélu à la tête du gouvernement espagnol.

Un an et demi après la tentative de sécession de la Catalogne, la pire crise politique qu’ait vécu l’Espagne en quarante ans de démocratie, le dossier reste explosif.

Pedro Sanchez, qui a renversé en juin 2018 le conservateur Mariano Rajoy, parie sur le “dialogue” avec les Catalans malgré les difficultés. La droite continue elle de tirer à boulets rouges sur ses tentatives de rapprochement, réclamant la suspension de l’autonomie de la Catalogne, toujours dirigée par les séparatistes.

Ces derniers, qui considèrent leurs dirigeants emprisonnés comme des “prisonniers politiques”, soufflent le chaud et le froid.

ERC se dit ouvert à négocier mais persiste à réclamer un référendum d’autodétermination, condition inacceptable pour Madrid, et a empêché l’élection au Sénat du socialiste catalan Miquel Iceta, premier choix de Pedro Sanchez pour présider la chambre haute.

Les socialistes ont répliqué en proposant non plus un, mais deux Catalans pour présider les deux chambres: le philosophe Manuel Cruz pour le Sénat et Meritxell Batet, actuelle ministre chargée des relations avec les régions, pour la chambre des députés.

Lire la suite

Monde

L’Irak pris entre les tirs croisés des Etats-Unis et de l’Iran

AFP

Published

on

By

Après des décennies de conflits sur son sol, l’Irak se trouve désormais pris au milieu des tirs croisés des Etats-Unis et de l’Iran, dont l’animosité croissante fait l’affaire de pays tiers favorables à une confrontation, estiment des experts.

Depuis le retrait unilatéral américain il y a un an de l’accord international sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement des sanctions économiques contre l’Iran, rien ne va plus entre Washington et Téhéran, tous deux alliés de Bagdad.

Le classement des Gardiens de la Révolution, armée d’élite du régime iranien, sur la liste américaine des organisations “terroristes” et le renforcement début mai de la présence militaire américaine au Moyen-Orient face à de présumées “menaces” iraniennes, ont encore envenimé la situation, jusqu’à faire craindre une confrontation armée.

Voisin de l’Irak, l’Iran, via des groupes membres des forces paramilitaires irakiennes du Hachd al-Chaabi, a joué un rôle important dans la guerre victorieuse de Bagdad contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI). L’aviation militaire des Etats-Unis a été, elle, un atout crucial dans cette victoire.

De plus, l’Irak dépend en partie de l’Iran pour son approvisionnement en gaz et électricité et Washington ne cesse de l’appeler à diversifier ses fournisseurs.

Si les menaces et les invectives fusent entre Washington et Téhéran, les deux capitales ne cessent d’affirmer qu’elles ne veulent pas la guerre.

Mais le tir d’une roquette dimanche sur la Zone verte à Bagdad, où siège entre autres l’ambassade des Etats-Unis, montre que “quelqu’un cherche à pousser Téhéran et Washington à la confrontation” en Irak, estime l’analyste politique irakien, Essam Al-Fili.

“Il y a celui qui veut combattre l’Iran en recourant à d’autres armes que les siennes, et celui qui veut faire de même contre les Etats-Unis”, dit-il à l’AFP.

– “Rhétorique enflammée” –

Le tir sur la Zone verte, non revendiqué, est survenu quelques jours après le rappel par Washington de ses diplomates non essentiels en Irak. Les Etats-Unis ont argué que des groupes armés irakiens pro-iraniens constituaient une menace “imminente” contre ce personnel.

Plusieurs groupes du Hachd al-Chaabi ont toutefois nié tout lien avec ce tir.

Le chef du groupe Assaïb Ahl al-Haq, Qaïs al-Khazali, y a vu “un intérêt israélien”. Hadi al-Ameri, chef de la très puissante organisation pro-iranienne Badr, a lui affirmé “que les parties en conflit” ne voulaient “pas la guerre”, et le Hezbollah irakien a jugé le tir “injustifié”.

Pour le géopolitologue Karim Bitar, “la rhétorique enflammée des dernières semaines sert directement les intérêts des durs du régime en Iran, et ravit dans le même temps l’Arabie saoudite et Israël, qui sont déterminés à régler d’anciens comptes avec Téhéran”.

Mais les Etats-Unis et l’Iran “savent très bien que cette guerre ne peut être gagnée et qu’elle serait dévastatrice pour les deux pays”, ajoute-t-il.

“Les enjeux sont tellement importants que les (groupes pro-iraniens en Irak) ne peuvent agir sans un feu vert explicite de Soleimani et des Gardiens”, dit-il en allusion à Ghassem Soleimani, chargé des opérations extérieures des Gardiens de la révolution.

L’Iran accuse les alliés régionaux de Washington, comme l’Arabie saoudite, son principal rival au Moyen-Orient, de pousser l’administration de Donald Trump à adopter une ligne dure contre lui.

Pour des experts, la confrontation pourrait se traduire par des frappes limitées ou une guerre d’usure.

“Il n’y aura pas de guerre directe, les Etats-Unis misent sur un effondrement de l’économie (iranienne) qui pourrait être accompagné de frappes aériennes ponctuelles en Iran”, souligne le politologue irakien Hicham al-Hachémi.

Les Etats-Unis pourraient aussi “solliciter l’armée de l’air israélienne pour frapper les alliés de l’Iran en Syrie, au Liban et en Irak”, ajoute-t-il, en allusion au Hezbollah libanais et aux mouvements chiites soutenus par l’Iran en Syrie et en Irak.

– “Folie totale” –

Israël a frappé maintes fois des positions du Hezbollah en Syrie, où ce dernier combat au côté du régime et a affirmé avoir même ciblé des positions de forces iraniennes dans ce pays.

L’Irak paye “le prix” de l’animosité croissante irano-américaine, avance Fanar Haddad, analyste au Centre Moyen-Orient de l’université de Singapour. Et cela le “met en première ligne dans tout futur conflit entre les deux pays, une position peu enviable”. Mais il estime dans le même temps que l’escalade pourrait être au final “une tempête dans un verre d’eau”.

Pour M. Fili, “l’Iran a jusqu’à présent privilégié la retenue en Irak, pays vulnérable au niveau de la sécurité” et qui ne supporterait pas une nouvelle guerre.

“A moins qu’une folie totale ne prévale, une guerre ouverte et directe reste invraisemblable” et l’Iran et les Etats-Unis pourraient se limiter à s’envoyer “des messages sur la scène irakienne”, résume Karim Bitar.

Les Américains “savent très bien qu’une attaque contre l’Iran ferait apparaître les guerres en Afghanistan, en Irak et en Libye comme des promenades”.

Lire la suite

Monde

Indonésie: Joko Widodo proclame sa victoire pour un second mandat

AFP

Published

on

By

Joko Widodo a été élu pour un second mandat à la présidence indonésienne, selon les résultats officiels publiés mardi dans la capitale placée sous haute sécurité alors que l’opposition refuse de reconnaître sa défaite.

“Nous serons les dirigeants et les protecteurs de tous les Indonésiens”, a promis Joko Widodo devant la presse au côté de son colistier Ma’ruf Amin après une campagne qui a profondément divisé le pays. Depuis plus d’un mois, M. Widodo s’abstenait de crier victoire en attendant les résultats officiels du scrutin du 17 avril.

Joko Widodo, surnommé “Jokowi”, a obtenu 55,5% des voix, contre 44,5% pour son adversaire, l’ex-général Prabowo Subianto, selon la commission électorale (KPU).

Le président sortant, arrivé à la tête de la troisième démocratie au monde en 2014 avec 53,15% des voix, remporte ainsi cette élection avec une avance plus nette.

Prabowo Subianto a de son côté rejeté les résultats officiels mais appelé ses partisans à rester calmes, précisant qu’il allait employer “tous les moyens légaux” pour obtenir justice.

Plusieurs centaines de ses partisans se sont rassemblés devant l’organe de supervision des élections protégé par des policiers anti-émeutes, ont constaté des photographes de l’AFP, mais aucune manifestation de grande ampleur n’a été signalée.

“Nous n’avons qu’une demande, que l’élection soit honnête et juste”, a souligné Dani Firdaus, un manifestant de 35 ans.

– Résultats en pleine nuit –

La publication officielle des résultats était initialement attendue mercredi, mais la commission les a finalement annoncés en pleine nuit, semblant vouloir couper l’herbe sous le pied de l’opposition.

Depuis le scrutin du 17 avril, auquel plus de 190 millions d’Indonésiens étaient appelés à voter, Prabowo Subianto, qui estime avoir remporté l’élection, conteste le décompte des voix. Il avait appelé ses partisans à descendre dans la rue.

Le responsable juridique de sa campagne a dit préparer une plainte devant la cour constitutionnelle, selon les médias locaux.

Plusieurs ambassades avaient publié des alertes invitant leurs ressortissants à ne pas se rendre dans le centre de la capitale au vu du risque élevé de manifestations violentes dans le pays musulman le plus peuplé au monde.

Quelque 36.000 membres des forces de l’ordre ont été déployés dans Jakarta. Le bâtiment de la commission électorale a été barricadé et protégé par des rouleaux de fils de fer barbelés et des axes routiers fermés.

Sur les réseaux sociaux, des appels a venir manifester en faveur de l’opposition circulaient mardi accompagnées de photos de manifestations de masse anciennes présentées comme datant du jour même, selon des journalistes de l’AFP spécialistes du factchecking.

– Beau-fils de Suharto –

Le ministre coordinateur de la Sécurité Wiranto a prévenu que les manifestations de masse seraient réprimées. “J’appelle toutes les parties à être bonnes joueuses (…) Si vous avez perdu, reconnaissez la victoire”, a-t-il conseillé. Les autorités ont aussi tenté de décourager les manifestants en soulignant le risque terroriste.

La police indonésienne a indiqué vendredi avoir procédé à des dizaines d’arrestations d’individus suspectés de liens avec l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), dont certains préparaient des attentats en vue de l’annonce des résultats des élections.

Devant le risque de fracture du pays, plusieurs partis, dont certains de l’opposition ainsi que les influentes organisations musulmanes Nahdlatul Ulama et Muhammadiyah qui comptent des dizaines de millions de membres, ont appelé les Indonésiens à reconnaître les résultats de l’élection.

L’organe de supervision des élections (Bawaslu) a rejeté lundi les allégations de fraudes “massives” brandies par l’opposition, estimant que les irrégularités du scrutin étaient mineures et pas de nature à changer le résultat.

“L’ampleur des abus et des erreurs au cours de l’élection a été au total très modeste”, a également observé Kevin O’Rourke, un analyste politique de Jakarta interrogé par l’AFP avant la proclamation des résultats.

Joko Widodo, 57 ans, vu comme un musulman modéré dans un pays où l’islam conservateur progresse, avait choisi comme candidat à la vice-présidence le prédicateur conservateur Ma’ruf Amin afin de donner des gages à l’électorat religieux.

Son rival de 67 ans, ex-beau-fils du dictateur Suharto, s’était de son côté rapproché des groupes islamiques les plus radicaux en vue du scrutin.

L’ex-militaire, qui tente depuis une quinzaine d’années de parvenir au pouvoir, avait déjà perdu face à Joko Widodo en 2014 et avait déposé un recours en justice avant de s’incliner.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse34 minutes ago

Suisse: Un ex-ministre démissionne du PDC Jura

Suisse 21 mai 2019 15:17; Act: 21.05.2019 15:17 L’ancien ministre jurassien Philippe Receveur a démissionné avec effet immédiat du parti,...

France40 minutes ago

Vincent Lambert : les traitements ont repris, les parents demandent son transfert

Les traitements pour maintenir en vie Vincent Lambert, en état végétatif depuis dix ans, ont repris mardi, conformément à la...

France40 minutes ago

Stand LBGT dégradé en Vendée : des étudiants d’un établissement catholique impliqués

Deux interpellations devaient avoir lieu mardi après des dégradations commises samedi sur un stand LGBT en Vendée, a indiqué le...

Divertissement44 minutes ago

Elie Kakou, 20 ans déjà ! Documentaire produit par Matthieu Delormeau et Guillaume Frisquet (sur C8).

En juin 1999, l’humoriste et comédien Elie Kakou nous quittait, à l’âge de 39 ans. 20 ans après, programmation d’un...

Divertissement44 minutes ago

Les inédits de NCIS et NCIS Los Angeles dès les 8 et 14 juin sur M6.

Divertissement44 minutes ago

Touche pas à mon poste, en Tunisie : Prime le 13 juin sur C8.

21 Mai 2019 Publié par 21/05/2019 15H20 #C8 Plan C avec Camille Combal dès le vendredi 14 juin sur TF1....

Divertissement45 minutes ago

Plan C avec Camille Combal dès le vendredi 14 juin sur TF1.

La nouveauté Plan C, avec Camille Combal, est à découvrir le vendredi 14 juin vers 23h15 sur tF1. “Le meilleur...

Business45 minutes ago

Les drones chinois peuvent être utilisés pour espionner, selon Washington

Les Etats-Unis ont averti que les drones fabriqués en Chine pouvaient présenter des risques d’espionnage et donner à Pékin un...

Business45 minutes ago

La Bourse de Paris se ressaisit (+0,51%) grâce au répit accordé à Huawei

La Bourse de Paris gagnait du terrain mardi à la mi-journée (+0,51%) après le répit obtenu par le géant chinois...

Sports45 minutes ago

Lenglet, Dubois et Maignan convoqués pour la première fois en équipe de France (liste Deschamps)

Le défenseur de Barcelone Clément Lenglet, le latéral droit de Lyon Léo Dubois et le gardien de Lille Mike Maignan...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma