Connect with us

Santé

Cannabis thérapeutique: la future expérimentation prend forme

AFP

Publié le

À quoi ressemblera la future expérimentation du cannabis thérapeutique en France? Après avoir entendu patients, médecins et pharmaciens, le comité d’experts chargé d’en définir les contours a auditionné mercredi les acteurs étrangers de ce marché en pleine expansion.

Au fil des auditions menées depuis janvier, les membres du comité mis en place par l’Agence du médicament (ANSM) ont pu mesurer les attentes autour de leur futur avis, prévu fin juin, mais aussi de la complexité des questions auxquelles ils doivent répondre.

Il s’agit en effet de traiter le cannabis thérapeutique comme un “nouveau médicament” en dépit de son statut particulier de préparation à base de plantes, dans un domaine en pleine expérimentation où les preuves d’efficacité ne sont pas encore toujours établies.

Il faut également répondre à l’impatience des patients, qui veulent disposer d’un produit sûr et à la qualité constante au lieu de devoir se fournir sur le marché noir, tout en tenant compte de la diversité de leurs besoins et des craintes de certains médecins d’envoyer un “signal” de laxisme envers l’usage récréatif du cannabis.

Le principal enjeu est donc de savoir si les 13 experts, avec à leur tête le psychiatre et pharmacologue Nicolas Authier, recommanderont une expérimentation largement ouverte ou plus restreinte.

En avril, les auditions portant sur le cadre de prescription avaient fait émerger le souhait des associations de patients d’une mise à disposition la plus large possible, permettant notamment aux médecins généralistes de prescrire du cannabis thérapeutique et pas seulement aux spécialistes tels que les neurologues ou les centres de la douleur.

L’analyse des expériences dans les pays étrangers montre que “plus ils cadrent l’utilisation, plus il y a une adhésion des profesionnels de santé à le prescrire”, souligne toutefois Nathalie Richard, directrice adjointe des antalgiques et des stupéfiants à l’ANSM.

Elle cite l’expérience du Canada où les prescriptions ne décollaient pas au départ, car aucune instruction n’était disponible pour les médecins. “Maintenant que c’est plus cadré, ça marche mieux”, assure-t-elle.

– Fleurs, huile ou gélules –

Inversement, les représentantes du producteur canadien Tilray, auditionnées mercredi, ont mis en garde contre un régime trop strict: en Australie et au Royaume-Uni, où le cannabis thérapeutique devait dans un premier temps faire l’objet d’une autorisation nominative d’utilisation pour chaque patient pour être importé, cela s’est traduit par des coûts et des délais très importants pour les malades.

Ces deux pays ont par la suite autorisé Tilray à importer ses produits à base de cannabis “en vrac” et à les stocker sur place.

Le représentant d’une autre société canadienne, Canopy Growth, a aussi plaidé pour qu’un “large portefeuille” de produits soit autorisé d’emblée, afin de “couvrir les besoins divers des patients”: selon les pathologies et les symptômes, certains vont se tourner plutôt vers les fleurs séchées en inhalation, qui ont un effet rapide, tandis que d’autres préféreront les huiles ou les extraits en gélules, d’action plus lente.

De même, ils n’auront pas besoin des mêmes dosages des deux principes actifs du cannabis, le THC et le CBD, pour obtenir un soulagement, a-t-il expliqué.

L’ANSM s’est prononcée en décembre 2018 en faveur du cannabis thérapeutique pour les douleurs non soulagées par d’autres thérapies, les épilepsies résistantes aux traitements, les effets secondaires des chimiothérapies ou encore pour les soins palliatifs et les contractions musculaires incontrôlées de la sclérose en plaques.

Si l’expérimentation devrait commencer “avant la fin 2019”, on n’en connaît pas encore la durée.

On peut tabler sur “un temps relativement limité”, souligne Nathalie Richard, car “il faut qu’elle donne lieu rapidement à un bilan”, pour voir si des ajustements sont nécessaires.

Le champ géographique reste aussi “à définir”: France entière ou seulement certaines régions, comme cela avait été le cas pour l’expérimentation de la vaccination en pharmacie.

Avant de rendre son avis, le comité mènera une dernière série d’auditions le 26 juin, pour entendre les potentiels acteurs français de cette filière. La Creuse, traditionnel producteur de chanvre, compte s’appuyer sur la culture et la transformation du cannabis thérapeutique pour redynamiser son territoire.

Dans un premier temps, pour démarrer l’expérimentation dans le calendrier prévu, il est toutefois probable qu’il sera fait appel à des produits importés, souligne l’ANSM.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Santé

Vincent Lambert: marche à Paris pour réclamer une “grâce présidentielle”

AFP

Published

on

By

Plusieurs centaines de personnes défilaient lundi soir à Paris du ministère de la Santé vers l’Elysée pour réclamer une “grâce présidentielle” pour le tétraplégique Vincent Lambert, dont l’arrêt des soins visant à le maintenir en vie a débuté contre la demande de ses parents.

Les manifestants, qui se sont élancés peu avant 21H00, tenaient pour certains une banderole proclamant “La valeur d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles” et scandaient les slogans “La vie pour Vincent”, “Sanchez assassin (du nom du médecin de Reims qui a signé en avril 2018 la demande d’interruption des traitements), “Vincent est vivant” ou encore “Macron assassin”.

“C’est la dernière chance pour que le président réagisse. C’est inadmissible de faire mourir quelqu’un comme ça arbitrairement. La vie passe avant tout”, a commenté auprès de l’AFP Guillaume de Saizieu, l’un des participants.

Selon ce Nantais de 50 ans de passage à Paris pour le travail, “il y a une volonté politique de faire passer un discours sur l’euthanasie. C’est comme ça que les gouvernements ont procédé avec l’avortement, avec toutes les mesures anti-vie. On prend un cas, on le médiatise, on joue sur l’émotion…”

“Ce n’est pas à l’homme de choisir quand un homme doit mourir. Il faut laisser Dieu, ou la nature si on ne croit pas, faire. On n’a pas droit de vie et de mort sur l’espèce humaine”, a-t-il poursuivi.

Avec son sweat “J’aime la vie”, Marie Soulard est venue “parce qu’il faut le sauver. Il n’est pas en fin de vie. Il est alimenté et hydraté. A ce moment là, on peut tuer tous les handicapés. La vie n’a pas de prix”.

“Tous (les responsables) disent qu’ils ne peuvent rien faire, qu’il n’est pas responsable mais Emmanuel Macron lui a la responsabilité, il peut agir”, a affirmé l’étudiante en droit de 18 ans.

Pour le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles également présent, Geoffroy Lejeune, “Vincent Lambert n’était pas inconscient, il n’était pas un légume, il n’est pas branché, il n’est pas atteint d’une maladie incurable. Il est l’un des membres les plus fragiles de notre société”.

“Il y a urgence. Depuis ce matin, il est en danger de mort”, a-t-il ajouté.

“Nous ne nous résignons pas à admettre que Vincent soit assassiné froidement, Leonettiquement” en référence à la loi Léonetti. “Nous n’acceptons pas le crime d’Etat que la France est en train de commettre”, a déclaré à la foule Me Jean Paillot, l’un des avocats des parents de Vincent Lambert.

Lire la suite

Santé

Une Polonaise donne naissance à des sextuplés

AFP

Published

on

By

Une Polonaise de 29 ans, déjà mère d’un enfant, a donné lundi naissance à six bébés à Cracovie, a annoncé lundi l’hôpital universitaire dans cette ville du sud de la Pologne.

L’accouchement s’est fait par césarienne, à la 29e semaine de grossesse. Les enfants, quatre filles et deux garçons, pèsent entre 890 et 1.300 grammes, selon les médecins.

“Aussi bien la mère que les enfants se portent bien”, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’hôpital.

“Les enfants restent en couveuses. L’un d’entre eux a eu besoin d’intubation mais on le prépare déjà à passer à la respiration non invasive”, a déclaré à l’agence PAP le néonatologue Ryszard Lauterbach.

Les médecins s’attendaient à voir arriver des quintuplés et le sixième bébé a été une surprise pour tout le monde.

“La mère est très active, souriante et heureuse. Elle a pu toucher le sixième bébé en attendant l’arrivée de la sixième couveuse”, a indiqué le docteur Lauterbach.

Selon les médecins de Cracovie, la naissance de sextuplés, un évènement extrêmement rare, arrive dans le monde une fois sur 4,7 milliards d’accouchements.

Le président polonais Andrzej Duda a félicité les parents. “Il s’agit du premier cas du genre en Pologne”, a-t-il souligné sur son compte twitter.

Lire la suite

Santé

L’arrêt des traitements de Vincent Lambert a débuté, “une folie” pour ses parents

AFP

Published

on

By

L’interruption des traitements visant à maintenir en vie Vincent Lambert, annoncée par son médecin pour cette semaine, a débuté dès lundi matin: cette décision médicale a provoqué la colère de ses parents, qui espèrent encore que de nouveaux recours judiciaires stoppent “cette folie”.

C’est dans un mail adressé à la famille que Vincent Sanchez, chef du service de soins palliatifs de l’hôpital Sébastopol de Reims, lui a fait part de “l’arrêt des traitements” et de “la sédation profonde et continue” de Vincent Lambert, 42 ans, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans. De sources médicales, le décès, dans ces conditions, interviendrait d’ici quelques jours à une semaine.

Dans ce courriel, dont l’AFP a obtenu copie, le Dr Sanchez “espère pour Monsieur Vincent Lambert que chacun saura ouvrir une parenthèse et se rassembler, auprès de lui, afin que ces moments soient le plus paisibles, intimes et personnels”.

Une allusion aux positions inconciliables qui déchirent la famille depuis six ans: d’un côté, les parents, fervents catholiques, un frère et une sœur s’opposent à l’arrêt des traitements; de l’autre, son épouse Rachel, son neveu François et cinq frères et sœurs veulent mettent fin à cet “acharnement thérapeutique”.

“C’est des monstres ! C’est des nazis !”, a d’ailleurs lancé depuis une voiture Viviane Lambert, la mère de Vincent, 73 ans, en passant devant l’établissement. “On va balancer les vidéos ! Je veux voir mon fils tant qu’il n’est pas encore trop endormi”, a-t-elle aussi crié, en larmes. De fait, une vidéo du patient a été diffusée lundi sur le site de Valeurs actuelles, présentée comme datant de dimanche, où la mère est au chevet de son fils.

Dimanche, avec son mari Pierre, 90 ans, ils avaient organisé un rassemblement au même endroit pour dénoncer une “euthanasie déguisée”. Quelque 200 personnes y avaient participé. Les parents estiment que leur fils est handicapé, et doit être transféré dans un établissement spécialisé.

“Le coup de force continue, il est encore temps d’arrêter cette folie”, ont également réagi dans un communiqué les avocats des parents, Jean Paillot et Jérôme Triomphe.

Ils entendent en effet contraindre la France à appliquer les “mesures conservatoires” d’un organisme de l’ONU, le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH), qui lui a demandé de surseoir à l’arrêt des soins, dans l’attente d’un examen du dossier sur le fond.

– “Dans le cadre de la loi” –

Dans ce but, ils ont à nouveau saisi lundi La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) et le Conseil d’Etat et annoncé une “audience en urgence” devant la cour d’appel de Paris, suite à une décision du TGI de Paris vendredi. Autre action envisagée: devant le tribunal correctionnel de Reims à l’encontre du Dr Sanchez, dont ils réclament la radiation.

Ils mettent en avant notamment le dernier rapport d’experts mandatés par la justice, rendu fin 2018. Ces derniers avançaient notamment que la condition médicale de Vincent Lambert “n’appelle aucune mesure d’urgence” et qu'”il existe en France des structures pouvant l’accueillir jusqu’à sa disparition”.

Ces mêmes experts affirmaient toutefois que son “état végétatif chronique irréversible” ne lui laisse plus “d’accès possible à la conscience”.

La France martèle que les mesures conservatoires préconisées par le CDPH “sont dépourvues de caractère contraignant” et met en avant le “droit du patient à ne pas subir d’obstination déraisonnable”.

L’interruption des traitements, la quatrième depuis 2013, a été validée par le Conseil d’Etat fin avril et les parents ont multiplié en vain les recours depuis.

Samedi, Me Jean Paillot et Me Jérôme Triomphe ont imploré Emmanuel Macron de les maintenir, qualifiant la mort programmée du patient de “crime d’Etat commis au prix d’un coup de force contre l’Etat de droit”.

“Le président de la République ne veut pas aller à l’encontre de décisions de justice”, a répondu Nathalie Loiseau, tête de liste de la majorité aux élections européennes.

“Pourquoi cette précipitation pour le conduire vers la mort ?”, s’est étonnée samedi la Conférence des évêques, alors que François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, a également demandé qu’on “se laisse le temps”.

Père de la loi de 2016 régissant la fin de vie, Jean Leonetti, également premier vice-président LR, estime au contraire que l’arrêt des soins de Vincent Lambert s’inscrit bien “dans le cadre de la loi”. Même si le patient n’a pas laissé de directives anticipée, son épouse et son neveu affirment que cet ancien infirmier avait pris position contre tout acharnement thérapeutique.

rl-jpa-cmk-dch-tb/frd/asm

Lire la suite




Derniers articles

Suisse5 minutes ago

Tessin- Grisons: Des dealers présumés de coke et haschich arrêtés

Tessin- Grisons 21 mai 2019 17:00; Act: 21.05.2019 17:07 Un réseau de trafiquants présumés, qui a sévit entre 2017 et...

People5 minutes ago

Royaume-Uni: La famille royale à Downton Abbey

Royaume-Uni 21 mai 2019 17:01; Act: 21.05.2019 17:01 La première bande-annonce du film qui clôturera la série a été dévoilée...

Technologie11 minutes ago

Instagram: Fuite d’infos privées de millions d’«influenceurs»

Instagram 21 mai 2019 15:54; Act: 21.05.2019 15:54 Des données confidentielles de plus de 49 millions de vedettes d’Instagram se...

Faits divers16 minutes ago

Argovie: Le policier n’aurait pas dû tirer, il est condamné

Argovie 21 mai 2019 17:00; Act: 21.05.2019 17:05 L’homme de 63 ans a été déclaré coupable de lésion corporelle grave...

France16 minutes ago

Vacances d’été : où vont partir les Français ?

Les réservations des Français pour les vacances d’été sont en hausse de 7%, ont indiqué mardi les professionnels du secteur,...

Divertissement16 minutes ago

Ce qui va se passer jusqu’au 14 juin dans la série Demain nous appartient (spoilers).

Ci-dessous, de rapides résumés des prochains épisodes du feuilleton à succès Demain nous appartient, sur TF1.  Attention, il y a...

Divertissement16 minutes ago

Ce qui va se passer jusqu’au 14 juin dans la série Demain nous appartient (spoilers).

Ci-dessous, de rapides résumés des prochains épisodes du feuilleton à succès Demain nous appartient, sur TF1.  Attention, il y a...

Sports16 minutes ago

Roland-Garros: Federer à l’entraînement sur le central

De retour à Roland-Garros après quatre ans d’absence, Roger Federer s’est entraîné mardi sur le tout nouveau court Philipe Chatrier...

France21 minutes ago

Un ramadan frugal pour des Syriens au pouvoir d’achat érodé par la guerre

Dans le souk de Bab Srijeh, l’un des plus réputés de Damas, Abou Anas al-Hijazi scrute les étals de produits...

Suisse1 heure ago

Suisse: Un ex-ministre démissionne du PDC Jura

Suisse 21 mai 2019 15:17; Act: 21.05.2019 15:17 L’ancien ministre jurassien Philippe Receveur a démissionné avec effet immédiat du parti,...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma