Connect with us

Sciences

Des chercheurs ont calculé la fonte du Groenland depuis 1972: “ça fait peur”

AFP

Publié le

Mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique est un exercice relativement précis en 2019, grâce à un arsenal de satellites, de stations météo et de modèles climatiques sophistiqués.

Les scientifiques savaient même le faire assez bien pour les années 1990 et 2000, mais les estimations des décennies précédentes étaient jusqu’à présent peu fiables, car les satellites et autres technologies de mesures étaient moins avancés.

Dans une étude parue lundi dans les Compte-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS), des chercheurs ont recalculé la perte de glaces depuis 1972, date de la mise en orbite des premiers satellites Landsat ayant photographié régulièrement le Groenland.

“Quand on regarde sur plusieurs décennies, il vaut mieux s’asseoir sur sa chaise avant de regarder les résultats, parce que ça fait un petit peu peur de voir à quelle vitesse ça change”, dit à l’AFP le glaciologue français Eric Rignot, à l’Université de Californie à Irvine, coauteur de l’étude avec des collègues en Californie, à Grenoble, Utrecht et Copenhague.

“C’est aussi quelque chose qui affecte les quatre coins du Groenland, pas juste les parties plus chaudes au Sud”.

– Six fois plus de fonte –

Les glaciologues disposent de trois méthodes pour mesurer la fonte glaciaire.

Des satellites mesurent tout simplement l’altitude – et ses variations – grâce à un laser: si un glacier fond, le satellite voit son altitude baisser.

Une seconde technique consiste, depuis 2002 grâce à des satellites de la Nasa, à mesurer les variations de gravité terrestre: les montagnes ne bougeant (presque) pas, ce sont les mouvements et transformations de l’eau qui les expliquent.

Enfin, les scientifiques ont développé des modèles dits de bilan de masse: ils comparent ce qui s’accumule sur le Groenland (pluie, neige) à ce qui en sort (rivières de glace), et calculent ainsi ce qui reste. Ces modèles, confirmés avec des mesures de terrain, sont devenus très fiables depuis le milieu des années 2000, dit Eric Rignot – de l’ordre de 5 à 7% de marge d’erreur, contre 100% il y a quelques décennies.

L’équipe a utilisé ces modèles pour “remonter dans le temps” et reconstruire en détails où en était la glace du Groenland dans les années 1970 et 1980.

Le peu de données dont ils disposaient pour cette période (photos satellites de moyenne résolution, photos aériennes, carottages de neige et autres observations de terrain) a permis d’affiner le modèle.

“On a ajouté un petit morceau d’histoire qui n’existait pas”, ajoute Eric Rignot.

Le résultat est que dans les années 1970, le Groenland a gagné 47 gigatonnes de glace par an en moyenne (Gt/an), avant d’en perdre un volume équivalent dans les années 1980.

La fonte continue à ce rythme dans les années 1990, avant une accélération forte à partir des années 2000 (187 Gt/an) et surtout depuis 2010 (286 Gt/an).

La glace y fond donc six fois plus vite aujourd’hui que dans les années 1980, estiment les chercheurs. Les glaciers du Groenland, rien qu’à eux, auraient contribué à faire monter le niveau des océans de 13,7 millimètres depuis 1972.

“C’est un travail excellent, par une équipe de recherche bien établie qui utilise des méthodes nouvelles pour extraire plus d’informations des données disponibles”, a commenté Colin Summerhayes, du Scott Polar Research Institute à Cambridge.

Comme un travail similaire de la même équipe pour l’Antarctique, la nouvelle étude offre un contexte plus long à la fonte rapide observée au Groenland ces dernières années.

“La fonte glaciaire observée depuis huit ans est équivalente à celle des quatre décennies précédentes”, résume Amber Leeson, de l’Université de Lancaster.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sciences

L’homme qui a fait la renommée mondiale

AFP

Published

on

By

Lire la suite

Sciences

Les Etats-Unis autorisent le vaccin contre la dengue de Sanofi

AFP

Published

on

By

Les Etats-Unis ont approuvé à leur tour le premier vaccin contre la dengue Dengvaxia, fabriqué par le groupe français Sanofi et autorisé dans plusieurs pays, mais qui vient d’être interdit aux Philippines.

La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé mercredi la vente du vaccin pour les enfants de 9 à 16 ans ayant déjà contracté le virus et vivant dans des territoires à risque, comme les îles américaines de Porto Rico dans les Caraïbes, ou Guam dans le Pacifique.

L’Union européenne a approuvé en décembre ce vaccin, mais également seulement pour les personnes ayant déjà été infectées par le virus. Contrairement aux Américains, les Européens l’ont autorisé aux personnes jusqu’à 45 ans.

Le laboratoire s’est aperçu fin 2017 que le vaccin, lorsqu’il était donné aux enfants n’ayant jamais eu la dengue auparavant, pouvait provoquer des symptômes similaires à une infection par la dengue, avec des conséquences graves pouvant aller jusqu’à la mort.

Les Philippines avaient été l’un des premiers pays, en 2016, à approuver Dengvaxia. Une grande campagne de vaccination d’écoliers avait été lancée, avant d’être totalement arrêtée l’année suivante.

Manille a depuis engagé des poursuites contre des cadres de Sanofi pour “négligence grave ayant entraîné la mort”, en l’occurrence dix enfants, ce que le groupe pharmaceutique conteste.

A ce jour, dix-neuf pays ainsi que l’Union européenne ont autorisé le vaccin contre cette maladie transmise par des moustiques.

Lire la suite

Sciences

En quelques siècles seulement, les humains ont changé les chevaux

AFP

Published

on

By

Les chevaux d’aujourd’hui ne ressemblent pas à ceux qui galopaient sur la Terre il y a quelques millénaires, rapportent des chercheurs jeudi dans l’histoire génétique la plus complète de l’animal jamais compilée à ce jour.

La grande surprise de cette étude, produite grâce à la collaboration internationale de 121 chercheurs et publiée dans la revue américaine Cell, est que le changement génétique le plus rapide s’est produit seulement dans les 200 à 300 dernières années, avec l’intensification des pratiques modernes d’élevage.

Le cheval est l’un des derniers animaux à avoir été domestiqués, au Néolithique, après le chien, la chèvre, le mouton, la vache et le cochon. Il y a environ 5.500 ans, les humains ont commencé à boire du lait de jument, à harnacher les chevaux, à consommer leur viande et à les enfermer dans des enclos.

A partir de ce moment, tout a changé pour les deux espèces.

“Le cheval a radicalement changé l’histoire humaine”, dit à l’AFP Ludovic Orlando, directeur de recherche CNRS à l’université de Toulouse, qui a coordonné l’étude.

Grâce au cheval, “on a pu aller très vite, très loin, conquérir de nouveaux territoires. On a fait la guerre très différemment. Grâce au cheval on a pu labourer les champs et faire de l’agriculture”, dit-il.

“Le cheval d’Alexandre le Grand est tellement marquant qu’on connaît son nom, Bucéphale”.

Mais les scientifiques ne savent toujours pas répondre à une question centrale: quel est l’ancêtre du cheval domestique actuel?

L’équipe s’est donc attelée à l’analyse des génomes de 278 animaux (surtout des chevaux mais aussi des ânes et des mules découverts par inadvertance) sur plus de 5.000 ans et venant de toute l’Eurasie.

“C’est le plus gros registre de génomes anciens chez une autre espèce que l’homme”, dit Ludovic Orlando.

– Deux lignées restantes –

Depuis 2010, l’analyse des ADN anciens a connu un bond technologique, ce qui a permis à l’équipe, dans un laboratoire de Toulouse, d’extraire et d’analyser les génomes venant d’ossements qu’il n’était pas possible d’exploiter auparavant.

Surprise: les scientifiques ont découvert une lignée de chevaux ibériques qui vivaient il y a quatre à cinq mille ans… et qui a complètement disparu.

Rebelote à l’autre bout du continent eurasiatique: une autre lignée vivait en Sibérie et a aussi disparu. C’est comme si l’on découvrait que Néandertal vivait à côté de Sapiens il y a 5.000 ans, dit Ludovic Orlando.

Aucune de ces lignées n’est l’ancêtre des chevaux actuels. Il reste aujourd’hui deux lignées: le cheval domestique et le massif cheval de Przewalski.

L’Asie centrale est leur origine la plus probable, mais ce n’est qu’une hypothèse; aucun aïeul génétique n’a encore été découvert.

Les scientifiques se disent frappés par la rapidité avec laquelle la diversité génétique des chevaux s’est effondrée dans les deux à trois derniers siècles, alors qu’elle était restée constante dans les cinq millénaires précédents.

Les 16 et 17e siècles correspondent au début des pratiques d’élevage avec la création de races par sélection. “Toutes les races actuelles, du poney Shetland au pur-sang, ont été fabriquées”, dit Ludovic Orlando. La vitesse pourrait avoir été particulièrement sélectionnée.

Un autre changement s’est produit entre les 7e et 9e siècles, pendant l’expansion arabo-musulmane en Europe. Les envahisseurs ont emmené avec eux un cheval oriental, venu de l’empire perse des Sassanides. Un animal plus élégant, à la silhouette plus fine.

Ce cheval s’est mélangé avec celui d’Europe et est devenu si populaire qu’il a donné naissance à la plupart des chevaux actuels.

Parallèlement le cheval européen, celui que les Romains et les Gaulois montaient, a été transporté par les Vikings en Islande et dans les îles britanniques… les deux seuls endroits où il subsiste aujourd’hui.

“Le cheval d’aujourd’hui ne ressemble pas à celui d’hier”, résume l’auteur principal, qui espère, avec son consortium de chercheurs venus d’une trentaine d’universités, découvrir les ossements qui confirmeront quelle culture humaine a commencé la domestication.

“La domestication est centrale dans l’histoire humaine, mais en 2019, on ne comprend toujours pas où elle a commencé. C’est fou”.

Lire la suite




Derniers articles

Faits divers13 minutes ago

France: Violent incendie dans le centre de Bordeaux

France 26 mai 2019 00:58; Act: 26.05.2019 00:58 Le feu s’est propagé dans plusieurs immeubles du centre-ville de Bordeaux samedi....

Business14 minutes ago

Déjà six candidats à la succession de Theresa May

La course à la succession de la Première ministre britannique est ouverte, avec déjà six candidats sur les rangs pour...

Sciences23 minutes ago

L’homme qui a fait la renommée mondiale

France1 heure ago

Attaque au colis piégé à Lyon : le suspect toujours en fuite, de nouvelles photos

Les autorités mettaient samedi “tous les moyens en oeuvre” pour retrouver la trace du principal suspect de l’attaque au colis...

Sports1 heure ago

Le Bayern gagne la Coupe d’Allemagne avec deux buts de Lewandowski et réussit le doublé

En remportant samedi à Berlin la Coupe d’Allemagne contre Leipzig (3-0) avec un doublé de Lewandowski, le Bayern Munich s’est...

Sports1 heure ago

Basket: l’Asvel souffre mais s’en sort, Dijon se balade

Villeurbanne, premier de la saison régulière, a éprouvé de grosses difficultés pour se défaire du Mans, lors du match 1...

Sports1 heure ago

Le Bayern gagne la coupe d’Allemagne et réussit le doublé

Le Bayern Munich a remporté samedi la Coupe d’Allemagne en battant Leipzig 3-0 en finale à Berlin, réussissant le doublé...

France1 heure ago

Cannes sacre Bong Joon-ho, premier Sud-Coréen à recevoir la Palme d’or

Le Festival de Cannes a sacré samedi soir Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or, laquelle échappe...

Sports2 heures ago

500 miles d’Indianapolis: le Speedway, circuit unique et mythique

Beaucoup le considèrent comme “La Mecque” du sport automobile, un circuit de légende à la fois magnifique et démoniaque: l’Indianapolis...

Sports2 heures ago

Top 14: Virgile Lacombe va remplacer William Servat à Toulouse

Le président du Stade Toulousain Didier Lacroix a officialisé le remplacement de William Servat par Virgile Lacombe au poste d’entraîneur...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma