Connect with us

Monde

La colère couve toujours à Boston, capitale du Brexit

AFP

Publié le

La ville anglaise de Boston détient un record: c’est là que le Brexit a enregistré son meilleur score. Mais les atermoiements sur le divorce alimentent l’exaspération au sein de la population, et s’ajoutent aux difficultés liées à l’immigration d’Europe de l’Est.

Initialement prévu le 29 mars, le Brexit a été une première fois repoussé au 12 avril, puis au 31 octobre, faute d’accord au Parlement britannique sur les conditions de la sortie de l’Union européenne.

“Deux ans et demi (après le référendum du 23 juin 2016), nous n’avançons pas”, s’emporte une habitante de la ville, Judith Churrah, 66 ans, qui en vient à souhaiter des moyens extrêmes pour débloquer la situation, comme… “incendier le Parlement”.

Lors du référendum, 75,6% des électeurs de Boston avaient voté pour quitter l’UE, contre 51,9% à l’échelle nationale. Parmi leurs motivations premières: limiter une immigration qui a radicalement changé le visage de la ville après l’entrée dans l’UE en 2004 de huit pays de l’ancien bloc communiste.

Des milliers de personnes, venant notamment de Pologne et des pays baltes, ont débarqué dans cette ville de l’est de l’Angleterre, attirées par la demande en main d’oeuvre pour travailler dans les terres vastes et fertiles de la région des Fens.

Mais ce boom de l’immigration est entré en collision avec la crise financière de 2008: les fonds gouvernementaux se sont taris, et l’afflux de population n’a pu être accompagnée par une expansion idoine des infrastructures, nourrissant un certain malaise des habitants, et in fine le vote en faveur du Brexit.

Selon le bureau national des statistiques, 20.000 des 68.000 habitants recensés à Boston en 2017 sont nés hors du Royaume-Uni, contre 6.000 pour une population de 57.000 en 2004.

– “Ils sont comme nous” –

Le résultat du référendum a néanmoins suscité des initiatives d’habitants soucieux de combler le fossé entre “anciens” et immigrés.

Des repas sont ainsi organisés par l’église Saint-Botolph pour favoriser les échanges entre les communautés. “En apprenant à nous connaître, nous devenons plus à l’aise les uns avec les autres”, souligne Adam Kelk, un responsable clerical local.

Autre exemple: le marathon de Boston, lancé en 2016 pour promouvoir l’intégration.

“Le sport et les activités communautaires sont de loin le meilleur moyen de résoudre les problèmes, d’intégrer (les immigrés) et de réduire les tensions”, estime le directeur du marathon, Richard Austin.

Mais alors que ces efforts semblaient porter leurs fruits, de nouvelles difficultés sont apparues avec une autre vague d’immigrés venant de Roumanie et de Bulgarie.

Interrogés sur ce qui a changé à Boston depuis le référendum de 2016, de nombreux habitants natifs de la région, mais aussi les immigrés installés de longue date, désignent l’arrivée des Roumains.

“(Les immigrés) qui sont là depuis longtemps, arrivés avec la première vague, nous connaissons leurs noms, nous avons vu leurs enfants grandir”, souligne Kelly Brandon, vendeuse de fruits et légumes sur un marché. “Ils sont comme nous, à part la langue”.

– “Dans le noir” –

A l’écart de la ville, les fermes et entreprises qui ont attiré les immigrés se sentent aujourd’hui abandonnées face à un Brexit dont elles ignorent toujours quelle forme il prendra.

Belmont Nurseries, le plus grand producteur britannique de tulipes à ciel ouvert, a commencé à stocker ses bulbes, de peur que la paperasserie post-Brexit n’impose des délais de transit susceptibles de les abîmer.

Non loin de là, l’entreprise J. A. Collison and Sons produit plus de 32 millions fleurs chaque année sous six hectares de serres et de tunnels en polyéthylène.

Report du Brexit oblige, “nous sommes complètement dans le noir”, peste Ian Collison, l’un des dirigeants. “Nous avons juste besoin ça soit réglé”.

Dans cette entreprise très active au moment des fêtes de Pâques, environ 95% des 60 à 80 employés proviennent d’Europe de l’Est.

“Nous dépendons presque entièrement de la main-d’œuvre immigrée de l’UE, comme l’ensemble du secteur horticole britannique”, explique M. Collison. “Nous n’avons que des choses positives à dire à leur sujet. Ils ont une éthique de travail fantastique, ce sont des employés modèles”.

Lui aussi s’emporte contre l’incertitude sur le Brexit, qui l’a poussé à mettre “en suspens” des projets d’agrandissement.

– Une ville “trop petite” –

A Boston, West Street est aujourd’hui dominée par des boutiques fréquentées par les immigrés d’Europe de l’Est. Dans cette rue très animée, des gens font la queue devant une agence de transferts de fonds, d’autres déjeunent dans des restaurants lituaniens.

Jaidas Stirbys, un ouvrier de 34 ans, y promène son tout petit chien. Ce Lituanien est venu à Boston il y a 12 ans pour trouver du travail. “Quand je suis arrivé ici, je ne parlais que lituanien. Maintenant, je parle cinq langues”, dit-il.

“Je suis heureux de ma situation. J’espère juste que le Royaume-Uni restera dans l’UE”.

Né au Maroc, Berbère d’origine, Anton Dani, propriétaire du “Café de Paris”, est lui au Royaume-Uni depuis 24 ans et a épousé une Polonaise.

Ce partisan plutôt improbable du Brexit, étant donné son parcours, estime que les nouveaux arrivants devraient faire comme lui: apprendre l’anglais et adopter la culture du pays.

“L’intégration, ça ne marche pas du jour au lendemain. C’est très lent”, dit-il, regrettant que “chacun s’isole et commence à vivre dans sa propre communauté”.

Le problème de Boston, croit-il, ce ne sont pas les immigrés. “C’est juste que la ville est trop petite pour faire face (à leur afflux)”.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Inquiétudes de Ryad et Abou Dhabi sur une hausse des stocks mondiaux de pétrole

AFP

Published

on

By

L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se sont inquiétés dimanche d’une hausse des stocks mondiaux de pétrole lors d’une réunion de l’Opep où les pays exportateurs ont affirmé leur détermination à stabiliser le marché malgré les tensions dans le Golfe.

“Nous voyons que les stocks (de pétrole) augmentent”, a déclaré le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Faleh à Jeddah en Arabie saoudite, où se sont réunis les principaux membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d’autres producteurs majeurs, dont la Russie.

“Aucun de nous ne veut voir les stocks (de pétrole) enfler de nouveau, nous devons être prudents”, a-t-il ajouté, en référence à la situation fin 2018 qui avait conduit à une chute des prix de l’or noir.

Les pays de l’Opep sont “unanimes dans leur volonté de continuer à travailler pour arriver à la stabilité entre l’offre et la demande”, a indiqué M. Faleh, dont le pays est le premier exportateur mondial de pétrole, à la fin des débats.

Egalement membre de l’organisation, l’Iran, dont le secteur pétrolier est frappé par des sanctions américaines, était absent de la rencontre.

Principal rival régional du royaume saoudien, l’Iran a été montré du doigt par Ryad après des attaques contre un oléoduc saoudien revendiquées par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran, qu’une coalition militaire sous commandement saoudien combat au Yémen.

Ces attaques sont intervenues quelques jours après des “actes de sabotage” non revendiqués dans le Golfe qui ont touché entre autres des pétroliers saoudiens.

– Assouplissement ? –

Selon un communiqué publié à la fin de la réunion, les membres de l’Opep ont respecté avec une moyenne de 120% les restrictions de production décidées cette année, d’un niveau de 1,2 million de barils par jour (mbj) depuis janvier.

Les Emirats ont appelé à maintenir ce niveau de production.

“Je ne pense pas qu’un assouplissement de la baisse de la production de pétrole soit la bonne mesure” au vu des conditions prévalant actuellement sur le marché, a fait valoir le ministre émirati de l’Energie, Souheil al-Mazrouei.

Le président américain Donald Trump avait lui affirmé en avril que l’Arabie saoudite et d’autres pays de l’Opep avaient accepté d’augmenter leur production pour faire baisser les cours.

“Nous sommes prêts, notamment, à examiner l’assouplissement de certains paramètres et un rétablissement partiel de la production, si la demande augmente”, a déclaré dimanche le ministre russe de l’Energie Alexander Novak, cité par les agences de presse russes.

Malgré la chute des exportations de pétrole vénézuélien -provoquée par la crise politique à Caracas- et iranien, et en dépit de la baisse de la production des membres de l’Opep, les stocks de brut continuent d’augmenter, selon les Emirats.

L’Opep et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont indiqué que la production mondiale de pétrole avait baissé en avril en raison de la décision de limiter les extractions et du renforcement des sanctions américaines contre l’Iran.

Selon l’AIE, la production iranienne de brut était de 2,6 mbj en avril, contre 3,9 mbj en avril 2018, un mois avant le retrait unilatéral de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015. Un retrait qui s’est traduit par le rétablissement des sanctions contre Téhéran.

A son plus bas niveau en cinq ans, la production iranienne pourrait chuter en mai à des niveaux sans précédents depuis la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Le ministre saoudien du Pétrole a émis des doutes sur le fait que les exportations de l’Iran aient fortement baissé. “Personne ne sait. Il y a toujours beaucoup de pétrole quittant les eaux iraniennes”.

– Sécurité satisfaisante –

Après les “actes de sabotage” et l’attaque de drones, Ryad a assuré dimanche que la sécurité de son industrie pétrolière était “solide”. “Tout le monde est vulnérable à des actes extrêmes de sabotage”, a dit M. Faleh.

Ryad a accusé l’Iran d’avoir ordonné l’attaque, qui a visé un oléoduc destiné à contourner le détroit d’Ormuz -voie principale des exportations de brut de la région-, que l’Iran menace de fermer en cas de conflit avec les Etats-Unis.

Début mai, Washington a dépêché un porte-avions et des bombardiers B-52 dans le Golfe en affirmant avoir des craintes sur d’éventuelles attaques iraniennes.

La Ve flotte américaine, basée à Bahreïn, a indiqué que les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient débuté des “patrouilles renforcées de sécurité” dans les eaux internationales en “coordination étroite avec Washington”.

Face aux tensions, le roi saoudien Salmane a invité les dirigeants du CCG et de la Ligue arabe à des sommets extraordinaires le 30 mai en Arabie saoudite.

Lire la suite

Monde

Autriche : la chute brutale de la coalition bouscule le jeu électoral

AFP

Published

on

By

La débâcle brutale en Autriche de la coalition entre conservateurs et extrême droite, dont une sulfureuse vidéo a précipité la chute, bouscule la campagne pour les européennes du 26 mai et le jeu politique dans le pays, qui va retourner aux urnes après l’été.

La presse autrichienne décrivait dimanche les troupes du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) comme en état de sidération après la disgrâce de l’homme fort de cette formation d’extrême droite, Heinz-Christian Strache, acculé samedi à la démission de tous ses mandats.

Ce Viennois de 49 ans a quitté la tête du parti qu’il dirigeait depuis quatorze ans mais aussi son poste de numéro deux du gouvernement de Sebastian Kurz, qui avait noué une alliance avec le FPÖ après sa victoire aux législatives d’octobre 2017.

Des législatives anticipées ont dans la foulée été annoncées par M. Kurz. Elles devraient se tenir en septembre, comme l’a souhaité dimanche le chef de l’Etat Alexandre Van der Bellen, même si le calendrier précis n’est pas encore arrêté.

La situation était devenue intenable pour le patron du FPÖ après la publication d’extraits d’une vidéo tournée secrètement dans une villa d’Ibiza en 2017.

– Un “thriller” –

On y voit M. Strache et l’un de ses lieutenants discutant, notamment, de l’octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers, avec une interlocutrice qui se présente comme la nièce d’un oligarque russe.

Pendant les six heures que dure l’entretien, M. Strache dit aussi être prêt à remodeler la presse autrichienne “comme Orban”, le Premier ministre hongrois qui a verrouillé le paysage médiatique de son pays. Et il évoque un mécanisme de financement illégal des campagnes électorales qui serait pratiqué par son parti.

Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’élaboration du piège qui semble avoir été tendu au responsable autrichien dans une villa truffée de micros et de caméras.

“On ne peut pas lier la Russie à cette vilaine histoire en se basant sur la vidéo existante”, a réagi dimanche un sénateur russe membre du comité pour les Affaires étrangères, Oleg Morozov, qualifiant les extraits diffusés de “thriller digne du cinéma”.

“Les démissions des stars de la vidéo d’Ibiza ne pouvaient pas sauver la coalition”, a estimé dimanche le quotidien conservateur Die Presse qui, à l’instar de tous les commentateurs, juge inévitables des élections anticipées, après seulement 18 mois de coalition entre les deux partenaires.

La pression reste forte sur Sebastian Kurz, mis en demeure par l’opposition de purger le gouvernement des cinq autres représentants du FPÖ toujours en poste, dont le très contesté ministre de l’Intérieur Herbert Kickl.

Sebastian Kurz “est celui qui a donné (au FPÖ) un rôle aussi prééminent”, a accusé Beate Meinl-Reisinger, cheffe du parti libéral NEOS.

M. Kickl s’en est aussi pris au chancelier, lui reprochant d’avoir sacrifié la coalition par appétit du “pouvoir”. “Nous sommes prêts pour la confrontation” des législatives, a-t-il assuré.

Mais l’extrême droite autrichienne, qui se voulait un modèle de crédibilité, doit d’abord se remettre en ordre de marche pour les européennes.

“Strache va certainement entraîner tout le FPÖ dans sa chute”, pronostique le quotidien centriste Kurier. C’est la seconde fois qu’une participation du FPÖ à un gouvernement se termine piteusement pour ce parti qui, sous la direction de Jörg Haider, avait implosé lors la précédente coalition formée avec les conservateurs entre 1999 et 2002.

Plus nuancés, d’autres analystes soulignaient la capacité de résistance du FPÖ, doté d’une solide base électorale.

– Merkel condamne –

Avant l'”Ibiza-gate”, le parti d’extrême droite était en légère perte de vitesse, crédité de 23% dans les sondages après une série de dérapages xénophobes de plusieurs de ses membres. Crédité d’environ 30%, l’ÖVP de Sebastian Kurz devançait les sociaux-démocrates (SPÖ, 27%).

Au niveau européen, ce scandale est un coup dur pour l’extrême droite, qui ambitionne de devenir la troisième force du parlement européen.

La crise a d’ailleurs gâché la grand-messe organisée samedi à Milan par le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini avec ses alliés européens.

Plusieurs responsables européens ont vu dans ce scandale un avertissement pour les partis tentés par un rapprochement avec l’extrême droite. “Nous sommes confrontés à des courants (… ) qui veulent détruire l’Europe de nos valeurs, et nous devons y résister catégoriquement”, a averti la chancelière allemande Angela Merkel.

Lire la suite

Monde

Frappée par le scandale, l’Autriche se prépare à un marathon électoral

AFP

Published

on

By

La brutale débâcle de la coalition autrichienne entre les conservateurs et l’extrême droite, dont une sulfureuse vidéo a précipité la chute, bouscule la campagne pour les élections européennes et le jeu politique dans le pays qui retournera aux urnes après l’été.

La presse autrichienne décrivait dimanche les troupes du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) en état de sidération après la disgrâce de l’homme fort de cette formation d’extrême droite, Heinz-Christian Strache, acculé samedi à la démission de tous ses mandats.

Ce Viennois de 49 ans a quitté la tête du parti d’extrême droite qu’il dirigeait depuis quatorze ans mais aussi son poste de numéro deux du gouvernement de Sebastian Kurz qui a noué une alliance avec le FPÖ après sa victoire aux législatives d’octobre 2017.

Des élections législatives anticipées ont dans la foulée été annoncées par M. Kurz. Elle devraient se tenir en septembre, au début du mois, comme l’a souhaité dimanche le chef de l’Etat Alexandre Van der Bellen. Le calendrier précis doit encore faire l’objet de discussions entre les responsables politiques.

En quelques heures, la situation était devenue intenable pour le patron du FPÖ après la publication d’extraits d’une vidéo tournée secrètement dans une villa d’Ibiza en 2017.

On y découvre M. Strache et l’un de ses lieutenants discutant, notamment, de l’octroi de contrats publics autrichiens en échange de soutiens financiers, avec une interlocutrice qui dit être la nièce d’un oligarque russe.

Pendant les six heures que dure la discussion, M. Strache dit aussi être prêt à remodeler la presse autrichienne “comme Orban”, le Premier ministre hongrois Viktor Orban qui a verrouillé le paysage médiatique de son pays. Et il évoque un mécanisme de financement illégal des campagnes électorales qui serait pratiqué par son parti.

Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’élaboration du piège qui semble avoir été tendu au responsable autrichien dans une villa truffée de micros et de caméras.

“Les démissions des stars de la vidéo d’Ibiza ne pouvaient pas sauver la coalition”, estimait dimanche le quotidien conservateur Die Presse, qui à l’instar de tous les commentateurs, jugeait que l’organisation d’élections anticipées était “la seule porte de sortie”, après seulement 18 mois de mandat entre les deux partenaires.

– FPÖ touché coulé? –

Le chef du gouvernement doit encore décider d’un éventuel remaniement avant les législatives alors que cinq autres ministres FPÖ demeurent en poste, dont le très contesté ministre de l’Intérieur Herbert Kickl.

Ebranlée par la déchéance de son leader, l’extrême droite autrichienne, qui se voulait un modèle de crédibilité politique pour la mouvance nationaliste européenne, doit également se remettre en ordre de marche avant l’élection du 26 mai pour le Parlement européen.

“Strache va certainement entraîner tout le FPÖ dans sa chute”, pronostiquait le quotidien centriste Kurier. C’est la seconde fois qu’une participation du FPÖ à un gouvernement autrichien se termine piteusement pour ce parti qui avait implosé lors la précédente coalition formée avec les conservateurs de Wolfgang Schüssel entre 1999 et 2002.

C’est à cette époque que Heinz-Christian Strache avait pris les commandes du parti, évinçant le controversé Jörg Haider.

Plus nuancés, d’autres analystes soulignaient la capacité de résistance du parti, présent dans le paysage politique autrichien depuis un demi-siècle et doté d’une solide base électorale.

Avant l'”Ibiza-gate”, le parti d’extrême droite était en légère perte de vitesse, crédité de 23% dans les sondages après une série de dérapages xénophobes de plusieurs de ses membres. Crédité d’environ 30%, l’ÖVP de Sebastian Kurz devançait les sociaux-démocrates (SPÖ, 27%).

Au niveau européen, le scandale frappant le FPÖ est un coup dur pour le camp nationaliste qui mise sur une poussée aux élections du 26 mai avec l’ambition de devenir la troisième force du parlement européen.

La crise politique autrichienne a gâché la grand-messe organisée samedi à Milan par le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini avec ses alliés européens, dont un représentant du FPÖ.

Plusieurs responsables européens ont estimé que le scandale frappant le FPÖ devait être un avertissement pour les partis tentés par un rapprochement avec l’extrême droite.

“Nous sommes confrontés à des courants (… ) qui veulent détruire l’Europe de nos valeurs, et nous devons y résister catégoriquement”, a averti la chancelière allemand Angela Merkel samedi.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse19 minutes ago

Nespresso: Bientôt des capsules chez Manor et à la boulangerie

Nespresso 20 mai 2019 09:24; Act: 20.05.2019 09:45 D’ici la fin 2019, Nespresso compte ouvrir environ 100 points de vente...

France19 minutes ago

Vincent Lambert : cinq questions sur l’arrêt des traitements, un processus très encadré

L’arrêt des soins de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, a débuté lundi matin...

France19 minutes ago

Le télétravail : et si c’était le moyen de travailler écolo ?

Rester travailler chez soi au lieu d’utiliser sa voiture pour se rendre au bureau : le télétravail apparaît comme l’une des...

Afrique19 minutes ago

Afrique du Sud: l’ex-président Zuma de retour devant le tribunal

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma comparaît à nouveau lundi devant un tribunal pour plaider l’abandon des accusations de corruption qui...

Afrique19 minutes ago

Soudan: reprise du dialogue sur la composition de l’instance de transition

Les militaires et les chefs de la contestation au Soudan reprendront lundi soir les négociations-marathon entamées la veille sur la...

Divertissement19 minutes ago

Bande-annonce de la comédie Made in China, avec Frédéric Chau, Medi Sadoun et Julie De Bona.

Ci-dessous, bande-annonce de Made in China, comédie réalisée par Julien Abraham. Avec Frédéric Chau, Medi Sadoun & Julie De Bona. Dans...

Divertissement19 minutes ago

La chaîne Trace Latina désormais disponible dans les offres Canal.

Lancée l’automne dernier dans la Caraïbe dans les offres CanalPlus, TRACE Latina, la nouvelle chaîne caliente de TRACE, est désormais disponible...

Divertissement19 minutes ago

Un documentaire consacré à Alain Chamfort le vendredi 7 juin sur France 3.

Alain Chamfort, le pape de la pop chic : Un film documentaire écrit et réalisé par Laurent Fléchaire, diffusé le...

Business19 minutes ago

La Bourse de Paris ouvre en repli de 0,24%

La Bourse de Paris évoluait légèrement dans le rouge (-0,22%) lundi matin, les investisseurs restant aux aguets concernant les éventuels...

Business19 minutes ago

Plan de paix israélo-palestinien: Washington dévoilera le volet économique fin juin

Les Etats-Unis vont dévoiler le volet économique du très attendu plan de paix israélo-palestinien promis par Donald Trump lors d’une...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma