Connect with us

Monde

Syrie: plus de 60 combattants prorégime tués dans une série d’attaques jihadistes

AFP

Publié le

Plus de 60 soldats et combattants fidèles au régime en Syrie ont été tués ces dernières 48 heures dans une série d’attaques menées par des jihadistes, les plus meurtrières depuis la défaite annoncée du groupe Etat islamique (EI) il y a environ un mois.

Responsable en partie de ces attaques, l’EI a vu son “califat” autoproclamé sur de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak s’effondrer le 23 mars après des années de combats avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde sans lien avec le régime de Bachar al-Assad.

Mais les combattants de cette organisation jihadiste la plus redoutée au monde, qui ont trouvé refuge surtout dans le désert syrien, parviennent toujours à mener des attaques sanglantes.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) samedi, 27 soldats et combattants prorégime, “dont quatre hauts gradés syriens”, ont été tués jeudi et vendredi dans des attaques revendiquées par l’EI dans le désert dans l’est de la province centrale de Homs.

Les jihadistes ont tendu une “embuscade” aux forces du régime “qui avaient essayé de les traquer”, a indiqué l’EI via son organe de propagande Amaq.

Les combats qui ont suivi ont duré jusqu’à vendredi dans la nuit. Six jihadistes ont été tués, d’après l’OSDH.

Dans la province orientale de Deir Ezzor, huit combattants prorégime dont deux officiers ont été tués jeudi soir, également dans un secteur du désert qui s’étend du centre syrien à la frontière irakienne, selon la même source.

Ces attaques sont les plus meurtrières lancées par l’EI contre les prorégime depuis l’annonce de l’éradication du “califat”, d’après l’OSDH.

– Rapatriement au Kosovo –

Avec l’appui d’une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les FDS ont combattu pendant des années l’EI jusqu’à l’annonce le 23 mars de la perte par les jihadistes du dernier réduit de leur proto-Etat. Mais des cellules dormantes parviennent à mener des attentats meurtriers, l’EI ayant selon des experts déjà entamé sa mue en organisation clandestine.

L’EI est accusé de nombreuses exactions -exécutions de masse, viols, enlèvements- sur les vastes territoires qu’il a contrôlés de 2014 à 2019. Il a aussi revendiqué des attaques meurtrières sur d’autres continents.

Samedi, le Kosovo a annoncé le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou des enfants de jihadistes de l’EI, une opération inédite en Europe par son ampleur.

Le rapatriement de proches de jihadistes a suscité des controverses dans plusieurs pays occidentaux comme la France.

En guerre depuis 2011, la Syrie reste un pays morcelé. Grâce au soutien militaire de ses alliés, le régime Assad a repris aux rebelles et jihadistes de vastes territoires et contrôle aujourd’hui près des deux tiers de la Syrie.

Mais de grandes régions lui échappent encore, celles contrôlées par les FDS dans le nord et nord-est et d’autres aux mains des groupes jihadistes, dont les principaux sont l’EI et Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda) ou de groupes rebelles.

– Attaque à Alep –

Aux limites ouest d’Alep (nord), l’Armée Abou Bakr al-Siddiq, un groupuscule lié au HTS, rival de l’EI, a attaqué des positions prorégime tuant 21 combattants, selon un nouveau bilan de l’OSDH. L’assaut est survenu après un bombardement nocturne par les prorégime.

Cinq autres combattants prorégime ont par ailleurs été tués samedi dans le nord-est de la province de Lattaquié (ouest), dans une embuscade menée par une faction jihadiste affiliée à HTS.

La province voisine d’Idleb (nord-ouest), dont le contrôle échappe quasi-totalement au régime Assad, est dominée par HTS qui a renforcé en début d’année son emprise sur ce territoire face à des rebelles affaiblis.

Depuis septembre 2018, la province fait l’objet d’un accord négocié par Moscou, allié du régime, et Ankara, qui parraine certains groupes rebelles à Idleb, prévoyant la mise en place d’une “zone démilitarisée” séparant les secteurs jihadistes et insurgés des zones gouvernementales attenantes.

L’initiative n’a été que partiellement appliquée face au refus des jihadistes de se retirer de cette zone tampon.

L’accord a permis d’éviter une offensive d’envergure de l’armée syrienne. Le sort d’Idleb sera au coeur des pourparlers prévus les 25 et 26 avril au Kazakhstan.

Samedi à Damas, M. Assad s’est entretenu avec le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov des moyens de surmonter les obstacles résultant des sanctions internationales imposées à la Syrie, a indiqué la présidence.

Déclenché par la répression de manifestions pro-démocratie avant de se complexifier, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Elections européennes: le Royaume-Uni et les Pays-Bas lancent le vote

AFP

Published

on

By

Les Néerlandais et les Britanniques ont commencé à voter jeudi pour élire leurs représentants au Parlement européen, les sondages laissant présager un succès des eurosceptiques dans les deux pays.

Au total, plus de 400 millions d’électeurs voteront dans 28 pays pour élire 751 députés européens lors des élections européennes qui se tiennent jusqu’à dimanche.

Les résultats ne seront annoncés officiellement qu’à partir de dimanche soir, lorsque tous les pays de l’Union européenne auront fini de voter.

Aux Pays-Bas, où les bureaux de vote ont ouvert à 05H30 GMT, le Forum pour la démocratie (FvD), parti eurosceptique, anti-immigration et climatosceptique est engagé dans un mano à mano avec les libéraux (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, qui a appelé à un large rassemblement des électeurs pour faire bloc face aux populistes.

“L’UE est devenue un super-État et c’est justement le genre de chose que nous voulons arrêter”, a déclaré cette semaine le chef de file du FvD Thierry Baudet

Son parti devrait remporter entre 3 et 5 sièges sur les 26 alloués aux Pays-Bas, selon les derniers sondages.

– Brexit omniprésent –

Au Royaume-Uni, les Britanniques ont commencé à voter à 06H00 GMT dans un climat plombé par le Brexit, qui monopolise les débats politiques depuis le référendum de juin 2016.

Le pays devait quitter l’UE le 29 mars mais faute d’avoir obtenu le soutien des députés, qui ont rejeté à trois reprises l’accord de sortie qu’elle avait conclu en novembre avec Bruxelles, la Première ministre Theresa May a dû repousser la date du divorce, désormais fixé au 31 octobre au plus tard.

Pour éviter une sortie sans accord de l’UE, elle tente d’ici là de convaincre les députés de soutenir un projet de loi qu’elle veut leur soumettre début juin, présenté comme la “dernière chance” de mettre en oeuvre la volonté des Britanniques, qui avaient voté à 52% pour la sortie de l’Union européenne.

Mais son projet est attaqué à la fois par sa majorité et par l’opposition et a provoqué mercredi la démission de la ministre chargée des relations avec le Parlement, l’eurosceptique Andrea Leadsom, en désaccord sur cette stratégie.

Faute d’être sorti de l’UE dans les temps, le Royaume-Uni est contraint d’organiser les élections européennes, même si les députés britanniques pourraient ne siéger que quelques semaines au parlement européen si le Brexit se concrétise.

Dans cette campagne insolite, le Parti du Brexit, de l’eurosceptique Nigel Farage, réclame une sortie de l’UE immédiate et sans accord. Ce nouveau parti, créé en février, caracole en tête des sondages.

Il y a cinq ans, l’ancienne formation politique de M. Farage, le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKip) était arrivé en tête des élections européennes, raflant 24 sièges sur les 73 alloués au pays.

– Poussée des populistes –

De l’autre côté de l’échiquier politique, un autre nouveau-venu, Change UK, composé de transfuges pro-UE des partis conservateur et travailliste, tente sa chance. Mais le vote anti-Brexit est dispersé entre les Libéraux-démocrates, les Verts, et les partis nationalistes Plaid Cymru, au pays de Galles, et SNP, en Ecosse, qui défendent tous un second référendum sur le Brexit, espérant renverser le résultat de 2016.

Face à ces formations aux messages clairs sur le Brexit, les partis conservateur et travailliste, qui dominent la vie politique britannique, sont en difficulté.

Les électeurs risquent bien de faire payer aux Tories leur incapacité à faire sortir le pays de l’UE.

De son côté, le Labour souffre de ses ambiguïtés sur le Brexit et risque de voir partir ses partisans eurosceptiques vers le Parti du Brexit, tandis que les europhiles pourraient opter pour les partis clairement pro-UE.

Un sondage publié mercredi par l’institut YouGov place le Parti du Brexit largement en tête, avec 37% des voix, suivi des libéraux-démocrates (19%). Le Labour arrive en troisième position (13%) et le Parti conservateur est relégué à une humiliante 5e position avec seulement 7% des voix, derrière les Verts.

Une poussée des mouvements nationalistes et populistes, opposés à une intégration européenne plus poussée, est attendue lors des élections européennes, ce qui devrait faire perdre du terrain aux deux groupes les plus importants au Parlement européen, le Parti Populaire Européen (PPE), groupe de droite pro-européenne, et le Parti socialiste européen (PSE).

Lire la suite

Monde

Elections européennes : les Néerlandais et les Britanniques aux urnes

AFP

Published

on

By

Les Néerlandais et les Britanniques sont les premiers à se rendre aux urnes jeudi pour élire leurs représentants au Parlement européen, les sondages laissant présager un succès des eurosceptiques dans les deux pays.

Au total, plus de 400 millions d’électeurs voteront dans 28 pays pour élire 751 députés européens lors des élections européennes, organisées jusque dimanche.

Aux Pays-Bas, où les bureaux de vote ouvrent à 05H30 GMT, le Forum pour la démocratie (FvD), parti eurosceptique, anti-immigration et climatosceptique a le vent en poupe. Son chef de file, Thierry Baudet, 36 ans, d’origine franco-indonésienne, est partisan d’une “Europe boréale”, idéologie vantée par Jean-Marie Le Pen et qui prône une fermeture du Vieux Continent aux populations extérieures.

Le parti, qui affronte notamment les libéraux (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, devrait remporter entre 3 et 5 sièges sur les 26 alloués aux Pays-Bas, selon les derniers sondages.

– Brexit omniprésent –

Au Royaume-Uni, les Britanniques commencent à voter à 06H00 GMT dans un climat plombé par le Brexit, qui monopolise les débats politiques depuis le référendum de juin 2016.

Le pays devait quitter l’UE le 29 mars mais faute du soutien des députés, qui ont rejeté à trois reprises l’accord de sortie qu’elle avait conclu en novembre avec Bruxelles, la Première ministre Theresa May a dû repousser la date du divorce, désormais fixé au 31 octobre au plus tard.

Elle tente d’ici là de convaincre les députés de soutenir un projet de loi qu’elle veut présenter début juin, présenté comme la “dernière chance” de mettre en oeuvre la volonté des Britanniques, qui avaient voté à 52% pour la sortie de l’Union européenne.

Mais son projet est attaqué à la fois par sa majorité et par l’opposition et lui a valu mercredi une nouvelle démission fracassante au sein de son gouvernement, celle de la ministre chargée des relations avec le Parlement, l’eurosceptique Andrea Leadsom, en désaccord sur sa stratégie.

Faute d’être sorti de l’UE dans les temps, le Royaume-Uni est contraint d’organiser des élections européennes, même si les députés britanniques pourraient ne siéger que quelques semaines au parlement européen si le Brexit se concrétise.

Dans cette campagne insolite, le Parti du Brexit, de l’eurosceptique Nigel Farage, réclame une sortie de l’UE immédiate et sans accord. Ce nouveau parti, créé en février, caracole en tête des sondages.

Il y a cinq ans, l’ancienne formation politique de M. Farage, le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKip) était arrivée en tête des élections européennes, raflant 24 sièges sur les 73 alloués au pays.

– Résultats à partir de dimanche soir –

De l’autre côté de l’échiquier politique, un autre nouveau-venu, Change UK, composé de transfuges pro-UE des partis conservateur et travailliste, tente sa chance. Mais le vote anti-Brexit est dispersé entre les Libéraux-démocrates, les Verts, et les partis nationalistes Plaid Cymru, au pays de Galles, et SNP, en Ecosse, qui défendent tous un second référendum sur le Brexit, espérant renverser le résultat de 2016.

Face à ces formations aux messages clairs sur le Brexit, les partis conservateur et travailliste, qui dominent la vie politique britannique, sont en difficulté.

Les électeurs risquent bien de faire payer aux Tories leur incapacité à faire sortir le pays de l’UE, près de trois ans après le référendum.

De son côté, le Labour souffre de ses ambiguïtés sur le Brexit et risque de voir partir ses partisans eurosceptiques vers le Parti du Brexit, tandis que les europhiles pourraient opter pour les partis clairement pro-UE.

Un sondage publié mercredi par l’institut YouGov place le Parti du Brexit largement en tête, avec 37% des voix, suivi des libéraux-démocrates (19%). Le Labour arrive en troisième position (13%) et le Parti conservateur est relégué à une humiliante 5e position avec seulement 7% des voix, derrière les Verts.

Quels que soient les résultats des scrutins dans les deux pays, ils ne seront annoncés officiellement qu’à partir de dimanche soir, lorsque tous les pays de l’UE auront fini de voter.

Les sondages prédisent une hausse des mouvements nationalistes et populistes, opposés à une intégration européenne plus poussée, ce qui devrait faire perdre du terrain aux deux groupes les plus importants au Parlement européen, le Parti Populaire Européen (PPE), groupe de droite pro-européenne, et le Parti socialiste européen (PSE).

Lire la suite

Monde

Elections européennes: première poussée des populistes attendue aux Pays-Bas

AFP

Published

on

By

La poussée des populistes attendue à travers le continent lors des élections européennes pourrait être amorcée dès jeudi aux Pays-Bas, où Thierry Baudet, jeune député eurosceptique, anti-immigration et climatosceptique, est en passe de sortir vainqueur du scrutin.

Son parti, Forum pour la démocratie (FvD), caracole en tête des sondages, engagé dans un mano à mano avec les libéraux (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, qui a appelé à un large rassemblement des électeurs pour faire bloc face aux populistes.

Les bureaux de vote ouvriront à 07H30 (05H30 GMT) aux Pays-Bas, premiers avec le Royaume-Uni à se rendre aux urnes pour désigner leurs représentants au Parlement européen lors du scrutin qui se déroule dans les quatre coins de l’UE du 23 au 26 juin.

Thierry Baudet, d’origine franco-indonésienne, et Mark Rutte ont débattu mercredi soir en direct à la télévision, un duel organisé à la demande du Premier ministre, inquiet par la popularité grandissante du télégénique docteur en droit.

“L’UE est devenue un super-État et c’est justement le genre de chose que nous voulons arrêter”, a déclaré plus tôt cette semaine M. Baudet, qui surfe sur la vague populiste qui a transformé la scène politique à travers l’Europe ces dernières années.

– “Déclin de l’Europe” –

Il a récemment été sous le feu des critiques pour des propos tenus contre l’avortement et sur les femmes occidentales, qui sont selon lui à l’origine du “déclin démographique de l’Europe” à cause de leur envie de travailler. Mais rien ne semble entraver sa popularité.

Le succès attendu du FvD, contre l’euro et farouchement opposé à une politique d’immigration européenne commune, est une indication de ce qui pourrait se passer à travers le continent, observent les analystes.

“Ce qui se passe aux Pays-Bas se passe aussi ailleurs en Europe”, à l’image des récentes performances des populistes en Italie, Hongrie ou encore en Espagne, note Claes de Vreese, professeur de communication politique à l’Université d’Amsterdam.

Le FvD, qui n’a que deux ans, est climatosceptique et milite pour un référendum sur un “Nexit” – une sortie des Pays-Bas de l’UE. M. Baudet est par ailleurs partisan d’une “Europe boréale”, idéologie vantée par Jean-Marie Le Pen et qui prône une fermeture du Vieux-continent aux populations extérieures.

Fervent lecteur des ouvrages de Michel Houellebecq et adepte de discours lyriques truffés de références classiques, M. Baudet, connu pour ses propos controversés sur l’immigration, les femmes ou la transition écologique, a le vent en poupe et s’apprête à remporter un large succès.

En mars déjà, l’entrée en force du FvD au Sénat néerlandais avait bouleversé le paysage politique des Pays-Bas, connus pour leur tolérance et goût du consensus politique.

Le FvD est en passe de transformer l’essai à l’occasion des européennes: il devrait débouler en trombe à Strasbourg, crédité d’environ 4 sièges sur les 26 alloués aux Pays-Bas, selon les derniers sondages.

M. Baudet est “la coqueluche politique de l’année”, estime M. De Vreese. Exit Geert Wilders, député d’extrême droite anti-islam à la chevelure platine. L’allié de Marine Le Pen perd du terrain au fil des élections aux Pays-Bas.

“Baudet attire un certain nombre d’électeurs qui peuvent être mécontents du fait que le style de Wilders est très conflictuel et pas particulièrement intellectuel”, explique M. De Vreese.

– “Plus extrêmes” –

Aux Pays-Bas comme ailleurs en Europe, les électeurs, “perdus” dans les méandres du fonctionnement et du rôle de l’UE, ont besoin de clarté, selon les analystes.

“L’Europe a longtemps été une histoire très technique et beaucoup de gens ne l’ont pas comprise. Les populistes simplifient les choses et rendent l’UE compréhensible pour le citoyen”, note Amy Verdun, professeure de politique européenne à l’Université de Leiden (ouest).

Par ailleurs, la question de la lutte pour le climat a fait naître un nouveau clivage électoral, reléguant au second plan le spectre traditionnel gauche/droite.

“Les gens sont devenus plus extrêmes. Les électeurs souhaitent soit donner beaucoup plus d’importance au climat, soit disent clairement: +l’Etat n’a pas à se mêler de ça+”, poursuit-elle.

De quoi apporter de l’eau au moulin des populistes. Mais tant que ces-derniers ne feront pas front commun à Strasbourg, ils ne confirmeront pas leurs succès nationaux au plan européen, observe Mme Verdun. Selon elle, “le problème des populistes est qu’ils ne sont jamais d’accord”.

Lire la suite




Derniers articles

Divertissement43 minutes ago

3ème édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité des personnes LGBTI : la liste des nominations.

L’Association des Journalistes LGBTI (lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes), organise la troisième édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité...

Divertissement43 minutes ago

3ème édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité des personnes LGBTI : la liste des nominations.

L’Association des Journalistes LGBTI (lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes), organise la troisième édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité...

Divertissement43 minutes ago

Le business de vos émotions : enquête inédite diffusée dans Envoyé spécial ce soir.

Imaginez : vous regardez une publicité et la moindre de vos réactions est filmée et décortiquée. Vous poussez un caddie...

Divertissement43 minutes ago

Le business de vos émotions : enquête inédite diffusée dans Envoyé spécial ce soir.

Imaginez : vous regardez une publicité et la moindre de vos réactions est filmée et décortiquée. Vous poussez un caddie...

France43 minutes ago

Face au manque de marins, les métiers de la pêche soignent leur image

Comment recruter 1 200 à 2 000 marins en cinq ans ? Les besoins de main d’oeuvre dans les métiers de...

People43 minutes ago

“Ice on Fire”: DiCaprio liste des solutions contre le réchauffement

Une parole optimiste dans le débat sur le changement climatique: dans “Ice on Fire”, Leonardo DiCaprio, qui produit et prête...

Divertissement43 minutes ago

Bande-annonce du film d’animation Abominable (version française).

Dans les salles dès le 23 octobre prochain, la production Dreamworks “Abominable”, réalisée par Jill Culton. Avec, pour le doublage...

Business48 minutes ago

Les six mois qui vont changer la face de l’UE

L’élection des eurodéputés, entamée jeudi au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, premiers des 28 Etats membres de l’UE à voter, est...

Business48 minutes ago

L’immobilier ancien au plus haut, la perspective d’un ralentissement s’éloigne

Des prix qui montent, des transactions à un niveau record et une flambée qui persiste à Paris: la donne n’a...

Faits divers48 minutes ago

Diffamation: L’acteur Geoffrey Rush obtient un dédommagement record d’un tabloïd australien

L’acteur australien Geoffrey Rush a obtenu jeudi la somme record de 2,9 millions de dollars australiens (1,7 million d’euros) du...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma