Connect with us

France

Début de l'”acte 23″ des gilets jaunes, nouvel “ultimatum” à Macron

AFP

Publié le

“On veut vivre, pas survivre”: les “gilets jaunes” ont entamé samedi leur 23e journée de mobilisation avec un défilé à Paris en forme de nouvel “ultimatum” lancé à Emmanuel Macron, à l’issue d’une semaine dominée par l’incendie à Notre-Dame.

Sous un grand soleil, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la matinée à Bercy, dans le sud-est de la capitale, avant de partir vers midi en direction de République, dans un cortège déclaré en préfecture, selon une journaliste de l’AFP.

“On veut vivre dignement. Moi j’ai ma retraite mais je suis là pour les générations à venir. Que Macron dégage !”, dit Joël Blayon, marin pêcheur de 60 ans à la retraite.

Pour cet acte 23, Paris semble être l’épicentre de la mobilisation même si des défilés étaient également prévus en région à l’orée d’une semaine où le chef de l’État va dévoiler jeudi ses réformes tirées du grand débat, dont l’annonce avait été différée en raison de Notre-Dame.

“Macron tarde à nous annoncer ses mesures. Tant qu’il n’aura pas répondu à une majorité de nos revendications, comme le RIC (référendum d’initiative citoyenne, NDLR), nous serons là”, assure Yolande Rodrigues, une sans-emploi de 47 ans qui dit avoir participé la quasi-totalité des mobilisations nationales de “gilets jaunes”.

Dans le cortège parisien, la mobilisation populaire qui a suivi l’incendie de la cathédrale semblait diviser. “Notre-Dame, c’est pas nous”, pouvait-on lire sur une pancarte. Mais juste à côté, des “gilets jaunes” brandissaient des posters de l’édifice et des affiches “Je suis Notre-Dame”.

Les promesses de centaines de millions d’euros pour la reconstruction de la cathédrale laissaient aussi un sentiment partagé. “C’est une bonne chose cet argent pour Notre-Dame mais quand on voit ce qu’on peut débloquer en quelques heures…”, résumait Jean François Mougey, retraité de la SNCF venu de Mulhouse.

“Les grands patrons se sont achetés une belle com’ à pas cher”, tranchait Olivier 39 ans, intermittent du spectacle.

Un autre défilé a été autorisé dans la capitale, qui doit partir de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour rejoindre le campus de Jussieu (Ve) mais n’a pas fait recette, a constaté une autre journaliste de l’AFP.

– “De l’argent, il y en a” –

Comme lors des récentes semaines, les autorités ont interdit aux manifestations des lieux emblématiques de plusieurs villes: les Champs-Élysées à Paris, ainsi que les abords de la cathédrale de Notre-Dame où certains “gilets jaunes” voulaient converger.

Ont aussi été interdits l’hyper-centre lyonnais ou la place du Capitole à Toulouse– par crainte des débordements qui avaient notamment émaillé le premier “ultimatum” le 16 mars. A Lille, le préfet du Nord a pris pour le 4e samedi d’affilée un arrêté d’interdiction de manifestation dans le centre-ville.

Plus de 60.000 policiers et gendarmes sont mobilisés dans tout le pays. Les “casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous” dans certaines villes de France, “à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris”, a prévenu vendredi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui doit déjeuner samedi avec le chef de l’Etat à l’Elysée.

Cet “ultimatum 2” sera “un peu moins fort”, avait toutefois tempéré un responsable policier. “On ne sent pas un bouillonnement comme on avait senti le 16 mars, notamment du côté de l’ultragauche”, ajoute-t-il, s’attendant à ce qu’ils “préservent leurs forces pour le 1er mai”.

A Paris, le défilé se déroulait en début d’après-midi dans un calme relatif. Une barricade a été incendiée à proximité de Bastille, a constaté l’AFP.

L’ampleur de la participation sera scrutée avec attention à l’issue d’une semaine où l’incendie de la cathédrale a relégué au second plan la mobilisation des “gilets jaunes”, qui réclament depuis cinq mois plus de pouvoir d’achat et davantage de démocratie directe.

Sur Facebook, certains “gilets jaunes” disaient espérer pouvoir concilier le respect de “l’émoi national” suscité par Notre-Dame avec la dénonciation de la politique du chef de l’État, dont ils réclament la démission à longueur de samedis.

“On ne va pas lâcher. C’est toujours la classe moyenne qui paye. Pourtant de l’argent il y en a”, a dit Elizabeth Lopez, éducatrice à la retraite rencontrée dans le cortège parisien.

Samedi dernier, les manifestations des “gilets jaunes” avaient rassemblé 31.000 personnes, dont 5.000 à Paris, selon les chiffres officiels régulièrement contestés par les manifestants.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Face au manque de marins, les métiers de la pêche soignent leur image

Avatar

Published

on

Comment recruter 1 200 à 2 000 marins en cinq ans ? Les besoins de main d’oeuvre dans les métiers de la pêche se heurtent à la désaffection des jeunes pour ce secteur, qui déploie pourtant formations attractives et campagne de promotion pour séduire.

Seul élève dans sa classe

 “Le métier de marin-pêcheur, il ne faut pas forcément être né dedans”

“Depuis tout petit j’adore la pêche, j’ai plusieurs oncles marins pêcheurs, ça m’a donné envie de faire ce métier”, raconte Pierre Rousselot, 16 ans, qui a intégré l’école des pêches des Sables d’Olonne et de l’île d’Yeu (Vendée) en septembre pour préparer un CAP “matelot”.

Dans la salle de classe qui surplombe le port de plaisance, il est pourtant le seul élève attablé, son unique camarade ayant rapidement abandonné après la rentrée. Sur neuf élèves en formation, seulement trois ont passé leur diplôme en juin dernier, après deux ans d’apprentissage.

“C’est un peu compliqué, il faut vite prendre le pli, mais ça me plaît”, lance l’apprenti qui part en mer à la journée. Mais d’autres matelots peuvent passer jusqu’à 40 jours sur un bateau: face à des conditions de travail atypiques et difficiles surtout en période hivernale, certains jettent l’éponge.  Ils abandonnent “parce qu’ils se sont trompés de voie ou que c’est compliqué pour eux d’être loin de leurs familles et de leurs amis lorsqu’ils passent plusieurs jours en mer”, explique Jacky Couthouis, le directeur de l’école, précisant que “certains sont malades dès le début” ou “ne s’entendent pas avec l’équipage et n’ont pas la motivation de chercher un nouveau patron”.

Bateaux plus modernes, confortables et sécurisés

Les conditions de travail ont pourtant évolué. “Les pêcheurs ne passent pas beaucoup plus de 200 à 220 jours en mer dans l’année”, ce qui leur laisse près de 150 jours à terre, précise Jacky Couthouis. La flotte vieillissante est progressivement remplacée par des bateaux plus modernes, confortables et sécurisés. Et le salaire, très attractif, dépasse souvent deux fois le Smic, selon l’établissement.

Ces gages ne suffisent pas à redorer l’image d’une filière abîmée par la crise du gazole, selon le directeur. “Jusque dans les années 80–90, il y avait du monde dans les écoles mais avec la crise les effectifs ont commencé à chuter. Aujourd’hui, on paye les pots cassés”, déplore-t-il.

Pour susciter des vocations, cette école des pêches ouvre ses portes, communique sur les mesures de sécurité inculquées aux marins, propose avec Pôle emploi une formation rémunérée avant l’embauche et a instauré des formations courtes pour adultes. “Ça m’a toujours attiré, ce n’est pas un travail salarié et j’ai de la famille qui a un bateau en Bretagne”, confie Allan Copy, trentenaire et ancien pompier en région parisienne, qui passe actuellement son certificat “matelot pont”.

Besoin de 1 500 à 2 000 marins

“Sur les cinq prochaines années, on a besoin d’environ 1 500 à 2 000 marins, du matelot au patron de pêche”, d’autant que de nombreux chefs d’entreprises vont également partir à la retraite, souligne le comité national des pêches.  Plus de 1 000 patrons de pêche devraient ainsi quitter le métier dans les cinq ans qui viennent, selon cette source qui a recensé en 2017 quelque 15 000 marins pêcheurs équivalent temps plein et environ 5 000 chefs d’entreprise à la pêche.

De son côté, le comité national des pêches a lancé en mars une campagne de promotion qui s’intitule “Lignes d’horizon”, présentée sous forme d’un documentaire en trois séquences, accessible sur un site internet dédié. “L’idée principale, c’est de s’adresser aux jeunes et à leur familles, pas forcément issus du littoral, et de leur expliquer que le métier de marin-pêcheur, il ne faut pas forcément être né dedans, mais que c’est ouvert à tout le monde”, précise le comité.

Encore trop récente pour voir si elle porte ces fruits, cette campagne sert surtout de support de présentation aux professionnels dans les forums d’emploi, comme celui qui sera installé dans la prochaine exposition “La Mer XXL”, du 29 juin au 10 juillet à Nantes. Transport maritime, pêche, construction navale, énergies renouvelables, aquaculture… L’événement dédié aux océans consacrera une large place aux différentes facettes de ces métiers qui recrutent.

Lire la suite

France

Ecotourisme: les parcs naturels régionaux veulent devenir des destinations à part entière

AFP

Published

on

By

Forts de l’engouement pour des vacances “au vert”, les 53 parcs naturels régionaux de France veulent devenir des destinations écotouristiques à part entière, et préparent notamment pour 2020 le lancement de séjours combinant hébergement et activités.

Ces parcs naturels régionaux – dont deux ultramarins en Martinique et en Guyane – représentent plus de 15% du territoire français. Ils ont été créés en 1967 par le général de Gaulle, et sont gérés par des syndicats mixtes regroupant des collectivités locales.

Leur mission est de protéger les paysages et le patrimoine naturel, de contribuer à l’aménagement du territoire mais aussi d’assurer l’accueil et l’information du public.

“Contrairement aux parcs nationaux avec lesquels on nous confond souvent, les parcs naturels régionaux sont habités. Et nous oeuvrons pour le développement de ces territoires, la biodiversité ne s’opposant pas à l’activité humaine”, résume pour l’AFP Mickaël Weber, président de la fédération des Parcs naturels régionaux de France.

“Nous voulons mieux nous faire connaître, mettre en avant nos valeurs environnementales et faire en sorte que les parcs soient identifiés comme des destinations écotouristiques. Nous sommes mûrs pour créer une offre touristique”, estime-t-il.

La fédération souhaite tirer parti de l’engouement des vacanciers pour des séjours “au vert” et respectueux de l’environnement.

“Les consommateurs se posent beaucoup de questions, par exemple sur le fait de prendre ou pas l’avion. Il y a une quête de sens, ils ne veulent pas juste voir de beaux paysages. Et on veut porter ce projet-là en proposant des projets touristiques innovants”, renchérit Eric Brua, directeur de la fédération.

Il indique que les parcs naturels régionaux ambitionnent de proposer, dès 2020, “des séjours comme un tour-opérateur, via une interface où on pourra réserver un hébergement et des activités. On commencera par mettre en musique ce qui existe déjà, car certains parcs, comme celui du Queyras, proposent déjà des séjours touristiques en hôtel ou gîte avec des randonnées”.

La fédération s’appuiera également sur sa marque déposée “Valeurs Parc Naturel régional”, un label qui met en valeur des produits alimentaires locaux (viande, légumes, confitures) mais aussi des restaurants et des hébergements, et dont bénéficient quelque 2.000 entreprises en activité dans les parcs.

“Je dirais que mon territoire est remarquable de simplicité. Avec 11 habitants au m2, il y a une vraie ruralité, comme dans beaucoup d’autres parcs. Mais nous sommes aussi innovants: en juin sera inaugurée la grande traversée en vélo du Massif Central, soit 1.340 kilomètres, avec tous les 40 kilomètres des bornes pour recharger les VTT électriques”, souligne Philippe Connan, président du parc de Millevaches en Limousin.

Lire la suite

France

Perturbateurs endocriniens: l’UFC-Que Choisir alerte sur certains produits à base de soja

AFP

Published

on

By

L’UFC-Que Choisir annonce jeudi avoir saisi les autorités sanitaires et les services de répression des fraudes à l’issue d’analyses sur des produits alimentaire à base de soja, montrant des teneurs “particulièrement préoccupantes” en phytoestrogènes, suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

Le soja, alternative pour les personnes souhaitant limiter leur consommation de viande, est “aussi une source importante de phytoestrogènes, appelés isoflavones dans le cas du soja”, indique l’association de défense de consommateurs dans son communiqué.

“Ces substances, dont la structure moléculaire est proche d’une hormone naturelle du corps humain, pourraient être des perturbateurs endocriniens et favoriser certains cancers, voire agir sur le fœtus, le jeune enfant ou la fertilité. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, NDLR) avait émis dès 2005 un avis pour limiter la présence de ces substances et mieux informer les consommateurs”, rappelle l’UFC.

En laboratoire, elle a mesuré les doses de phytoestrogènes dans 55 aliments courants à base de soja – plats préparés, biscuits, desserts, boissons, apéritifs et sauces – et fait état de “résultats particulièrement préoccupants”, certains produits “excédant très largement les doses maximales admissibles” par rapport aux préconisations de l’Anses, indique l’UFC.

L’association cite notamment une boisson au soja dont un seul verre “apporte à lui seul près de 150% de la dose maximale admissible pour un adulte”, ou une “seule poignée de graines de soja toastées pour apéritif qui renferme plus de cinq fois la dose maximale”.

Les phytoestrogènes, “des protéines bon marché”, peuvent aussi être ajoutées par les fabricants dans certaines produits à base de viande: sur les 12 analysés par l’UFC, “cinq apportent dans une portion plus d’un quart de la dose maximale”.

Plus généralement, l’association de défense des consommateurs rappelle que c’est aussi “le cumul” de produits à base de soja “qui pose problème”, et que leur consommation régulière “expose ainsi les consommateurs à de forts dépassements équivalents à deux fois et demie la dose maximale admissible pour les adultes ou les enfants”.

L’UFC a saisi l'(Anses) pour qu’elle “réévalue le niveau de risque pour les consommateurs”, au regard notamment “des nouvelles habitudes de consommation”.

Elle a également demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) “de rendre obligatoires sur l’étiquetage les teneurs en phytoestrogènes présentes dans les produits, ainsi qu’une mention sur les restrictions à la consommation pour les enfants et les femmes enceintes”.

Lire la suite




Derniers articles

Divertissement17 minutes ago

3ème édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité des personnes LGBTI : la liste des nominations.

L’Association des Journalistes LGBTI (lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes), organise la troisième édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité...

Divertissement17 minutes ago

3ème édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité des personnes LGBTI : la liste des nominations.

L’Association des Journalistes LGBTI (lesbiennes, gays, bi·e·s, trans et intersexes), organise la troisième édition des OUT d’or pour célébrer la visibilité...

Divertissement17 minutes ago

Le business de vos émotions : enquête inédite diffusée dans Envoyé spécial ce soir.

Imaginez : vous regardez une publicité et la moindre de vos réactions est filmée et décortiquée. Vous poussez un caddie...

Divertissement17 minutes ago

Le business de vos émotions : enquête inédite diffusée dans Envoyé spécial ce soir.

Imaginez : vous regardez une publicité et la moindre de vos réactions est filmée et décortiquée. Vous poussez un caddie...

France17 minutes ago

Face au manque de marins, les métiers de la pêche soignent leur image

Comment recruter 1 200 à 2 000 marins en cinq ans ? Les besoins de main d’oeuvre dans les métiers de...

People17 minutes ago

“Ice on Fire”: DiCaprio liste des solutions contre le réchauffement

Une parole optimiste dans le débat sur le changement climatique: dans “Ice on Fire”, Leonardo DiCaprio, qui produit et prête...

Divertissement17 minutes ago

Bande-annonce du film d’animation Abominable (version française).

Dans les salles dès le 23 octobre prochain, la production Dreamworks “Abominable”, réalisée par Jill Culton. Avec, pour le doublage...

Business22 minutes ago

Les six mois qui vont changer la face de l’UE

L’élection des eurodéputés, entamée jeudi au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, premiers des 28 Etats membres de l’UE à voter, est...

Business22 minutes ago

L’immobilier ancien au plus haut, la perspective d’un ralentissement s’éloigne

Des prix qui montent, des transactions à un niveau record et une flambée qui persiste à Paris: la donne n’a...

Faits divers22 minutes ago

Diffamation: L’acteur Geoffrey Rush obtient un dédommagement record d’un tabloïd australien

L’acteur australien Geoffrey Rush a obtenu jeudi la somme record de 2,9 millions de dollars australiens (1,7 million d’euros) du...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma