Connect with us

People

Trois ans après Christine, Chris revient conclure à Coachella

AFP

Publié le

Trois ans après un premier concert dans le désert californien, Christine and the Queens, devenue Chris, a saisi samedi Coachella en vol avec un show haletant, sensuel et physique, une étape marquante dans sa conquête des Etats-Unis.

« Quand je me suis présentée, il y a trois ans, j’ai dit que j’étais petite, française et en colère », a lancé l’artiste de 30 ans, dont l’album « Chris » a fait une percée dans le classement des ventes de disques aux Etats-Unis, en octobre (55eme).

« Je dirais que je suis toujours petite, je suis toujours française, je suis simplement en manque (de sexe) », a ajouté, facétieuse, celle qui porte désormais les cheveux courts et arbore un style plus streetwear.

Chris, née Héloïse Letissier, attendait ce grand show à Coachella comme quelque chose de « plus épique », après l’avoir découvert sur l’une des petites scènes du lieu, avait-elle expliqué à l’AFP avant le début du concert.

« Comme le public attend (la sensation américaine) Billie Eilish, il n’y aura peut-être que trois spectateurs pour me voir », a-t-elle dit dans un rire. Mais le public était bien là, en masse, pour elle.

Aujourd’hui, « ce que je fais sur scène, ça ramène à la peau et à la sueur », a-t-elle décrit. « C’est pop, mais c’est en rêvant à un show pop qui puisse être vraiment charnel et assez cru. »

Avec les six danseurs qui l’accompagnent depuis le début de sa tournée, Chris a livré une prestation millimétrée, comme à son habitude, guidée par une permanente tension sous-jacente, qui retient l’attention sans temps mort.

L’énergie de la bande se suffisait à elle-même mais a été alimentée par des stroboscopes et éléments pyrotechniques.

Au fil du concert, Chris a distillé plusieurs références, et même un hommage à la reine de la danse pop de groupe, Janet Jackson, avec une brève reprise de « Nasty Boys ».

« Elle est incroyable », a dit Sunny Park, venant de Los Angeles. « Cette fille a une sacrée puissance. »

– Le reggaeton dans l’histoire –

Dans un tout autre style, l’autre événement de cette deuxième journée de Coachella aura été le passage du Colombien J Balvin. Le trentenaire au visage rond a donné, à Indio (Californie), le premier concert complet de reggaeton de l’histoire du festival référence de l’ouest des Etats-Unis.

Né au début des années 90 à Porto Rico, ce style musical avec sa rythmique lancinante est devenu un succès mondial et a beaucoup fait pour populariser des artistes de langue espagnole hors du monde hispanique.

J Balvin compte plusieurs tubes à son actif, notamment « I Like It », avec la rappeuse Cardi B et le Portoricain Bad Bunny, titre qui a atteint la première place des ventes de disques aux Etats-Unis, en juillet dernier.

« Il a fallu 15 ans pour que le reggaeton arrive à Coachella. Nous y sommes! », a scandé J Balvin.

José Balvin, de son vrai nom, a d’ailleurs interprété plusieurs classiques, en hommage aux pionniers du reggaeton, notamment « Gasolina », du pape du genre Daddy Yankee, devenu star mondiale à la faveur de sa participation au tube planétaire « Despacito ».

« C’est une journée particulière », avait écrit J Balvin un peu plus tôt sur son compte Instagram. « L’an dernier, j’étais sur scène avec Beyoncé. Aujourd’hui, c’est notre tour, les latinos et les +dreamers+ », s’est-il enthousiasmé, en référence aux « dreamers », les enfants arrivés clandestinement aux Etats-Unis.

Signe d’un festival plus latino que jamais, Bad Bunny était attendu dimanche à Coachella, où se sont déjà produits cette semaine la chanteuse chilienne Mon Laferte, l’artiste d’origine cubaine Sabrina Claudio ou l’Espagnole Rosalia.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

People

Kim Kardashian: Étudier le droit, pas pour le privilège ni pour l’argent

Ange Poireau

Published

on

GETTY IMAGES

Kim Kardashian a répondu aux critiques qui ont affirmé ne pouvoir étudier le droit qu’en raison de sa richesse et de son statut de célébrité.

Kim a révélé qu’elle étudiait pour devenir avocate la semaine dernière et qu’elle se présenterait à l’examen du barreau en 2022.

La star de la télé-réalité a déclaré que son entrée en droit n’avait rien à voir avec le privilège ou l’argent.

Elle dit qu’elle met dans les heures et dit « il n’y a rien qui devrait limiter votre poursuite de vos rêves ».

Kim a partagé une photo sur Instagram de son travail aux côtés de ses deux avocats mentors – Jessica Jackson et Erin Haney.

Voir cette publication sur Instagram

Last year I registered with the California State Bar to study law. For the next 4 years, a minimum of 18 hours a week is required, I will take written and multiple choice tests monthly. As my first year is almost coming to an end I am preparing for the baby bar, a mini version of the bar, which is required when studying law this way. I’ve seen some comments from people who are saying it’s my privilege or my money that got me here, but that’s not the case. One person actually said I should “stay in my lane.” I want people to understand that there is nothing that should limit your pursuit of your dreams, and the accomplishment of new goals. You can create your own lanes, just as I am. The state bar doesn’t care who you are. This option is available to anyone who’s state allows it. It’s true I did not finish college. You need 60 college credits (I had 75) to take part in “reading the law”, which is an in office law school being apprenticed by lawyers. For anyone assuming this is the easy way out, it’s not. My weekends are spent away from my kids while I read and study. I work all day, put my kids to bed and spend my nights studying. There are times I feel overwhelmed and when I feel like I can’t do it but I get the pep talks I need from the people around me supporting me. I changed my number last year and disconnected from everyone because I have made this strict commitment to follow a dream of mine – It’s never too late to follow your dreams. I want to thank Van Jones for believing in me and introducing me to Jessica Jackson. Jessica along with Erin Haney have taken on the role of my mentors and I am forever grateful to them both putting in so much time with me, believing in me and supporting me through this journey. This week I have a big torts essay due on negligence. Wish me luck ✨⚖️

Une publication partagée par Kim Kardashian West (@kimkardashian) le

« J’ai vu certains commentaires de personnes affirmant que c’était mon privilège ou mon argent qui m’avait amené ici, mais ce n’est pas le cas », a-t-elle écrit.

« Une personne a en fait dit que je devrais » rester dans ma voie « . Je veux que les gens comprennent que rien ne devrait limiter votre poursuite de vos rêves et la réalisation de nouveaux objectifs. Vous pouvez créer vos propres voies, tout comme moi. « 

Dans son message, elle a expliqué plus en détail ce que signifie l’inscription à un apprentissage de quatre ans.

« Au cours des quatre prochaines années, un minimum de 18 heures par semaine est requis, je passerai des tests écrits et à choix multiples chaque mois. »

La star de Keeping Up with The Kardashians a également évoqué la confusion qui règne quant à sa capacité à étudier pour devenir avocate si elle n’a pas terminé ses études universitaires.

Elle a confirmé « c’est vrai » qu’elle n’avait pas terminé ses études et expliqué: « Vous avez besoin de 60 crédits universitaires (j’en ai 75) pour participer à » la lecture de la loi « , qui est une école de droit en cours d’apprentissage auprès d’avocats. « 

Kim dit aussi qu’elle donne du temps à sa famille pour étudier: « Mes week-ends se passent loin de mes enfants … Je travaille toute la journée, je couche mes enfants et je passe mes nuits à étudier.

« Il y a des moments où je me sens dépassé et quand je sens que je ne peux pas le faire mais je reçois les entretiens de relance dont j’ai besoin des gens autour de moi qui me soutiennent. »

Dans son interview avec Vogue, Kim a révélé qu’elle avait décidé de s’inscrire à l’apprentissage après avoir aidé à libérer Alice Marie Johnson de la prison l’année dernière.

Elle avait rencontré le président Donald Trump dans le but de faire campagne pour la libération de la grand-mère Alice Johnson, âgée de 63 ans, de la peine de 1996 à vie pour trafic de cocaïne.

Après leur rencontre, M. Trump est intervenu et Mme Johnson a été libérée immédiatement, car elle avait déjà purgé sa peine.

Lire la suite

People

Donald Glover présente son film et électrise le festival Coachella

AFP

Published

on

By

L’artiste américain multi-facettes Donald Glover a sorti vendredi soir son premier film, très attendu, en toile de fond d’un concert événement au festival de Coachella, qui pourrait être l’une de ses dernières prestations scéniques.

« Guava Island », moyen métrage de 54 minutes tourné à Cuba, se déroule sur une île imaginaire, ancien Eden devenue terre d’oppression, emporté par la cupidité et le capitalisme sauvage.

Donald Glover y joue Deni, chanteur épris de liberté qui devient source d’inspiration pour toute l’île, sous les yeux de sa compagne, Kofi, interprétée par la chanteuse Rihanna.

Le film, très musical, est un écrin pour Donald Glover, connu à la scène sous le nom Childish Gambino, qui interprète plusieurs chansons, notamment le fameux « This Is America », qui a triomphé dans deux des quatre catégories majeures des derniers Grammy Awards.

Le moyen métrage, réalisé par le complice de Glover Hiro Murai, a été mis en ligne dans la nuit de vendredi à samedi sur la plateforme vidéo d’Amazon, alors que Donald Glover clôturait la première journée du festival de Coachella.

Torse nu, le rappeur et chanteur de 35 ans a livré une prestation énergique mais teintée de mélancolie, lors de ce qui pourrait être l’un de ses derniers concerts, et tandis que Charlotte Gainsbourg se produisait sur une autre scène de Coachella.

Donald Glover a annoncé, à plusieurs reprises, que la tournée « This Is America », dont il ne reste qu’une poignée de dates, serait sa dernière, avant sa retraite scénique, pour se consacrer à d’autres projets, après la sortie d’un ultime album.

« Tout ce qui nous reste, au bout du compte, ce sont des souvenirs », a-t-il lancé à la foule compacte, après avoir évoqué la mémoire des rappeurs Mac Miller et Nipsey Hussle, décédés ces derniers mois.

« Au moins l’un d’entre vous ne sera plus de ce monde la semaine prochaine », a-t-il lancé, sombre. « Tant que nous sommes là, il faut ressentir et transmettre. »

– Un moment « charnière » –



Juste avant le passage de Donald Glover, la chanteuse Janelle Monae avait enflammé le public massé dans le désert californien, lors d’une prestation très politique, qui portait haut les thèmes de la représentation des femmes et des Noirs, ainsi que de la liberté sexuelle.

Enchaînant les tenues, notamment une combinaison de cuir noir et un pantalon rose qui évoquait un vagin, l’artiste de 33 ans a reçu l’appui des rappeurs Lizzo et Tierra Whack, qui ont fait des apparitions.

Janelle Monae s’est félicitée des profondes mutations que connaît la société américaine, dans laquelle une femme noire et altersexuelle (queer, c’est-à-dire à la sexualité sans genre), grandie dans le Midwest, avait désormais sa place. « C’est un moment charnière de notre histoire », a-t-elle clamé.

– La country redevient grand public –

Plus tôt encore vendredi, au sein d’une programmation éclectique, la chanteuse country Kacey Musgraves avait distillé les tubes sous le soleil couchant.

Récompensée aux derniers Grammy Awards dans la catégorie reine, celle d’album de l’année, la jeune trentenaire appartient à une nouvelle génération qui a popularisé la country, après avoir un temps été considéré comme un genre de spécialistes.

« J’utilisais souvent le cliché +j’adore la musique, sauf la country », a expliqué Deison Afualo, spectateur californien. « Mais elle l’a rendue à nouveau grand public. »

« Je suis altersexuel et cela me plaît de la voir parler de ça dans ses chansons, avec des pronoms neutres (ni masculin ni féminin) », a-t-il ajouté. « Je me sens mieux accepté. »

L’autre événement de la journée aura été le concert du groupe de K-pop Blackpink, sa première prestation complète aux Etats-Unis.

La formation féminine aux 17 millions d’abonnés sur Instagram a été bien reçue par le public. Blackpink entamera, la semaine prochaine, une tournée aux Etats-Unis et en Europe.

Le festival Coachella se poursuit samedi avec notamment le groupe pop australien Tame Impala, le rappeur Kid Cudi et la révélation folk Maggie Rogers. Il s’achèvera dimanche sur une prestation de la superstar Ariana Grande.

Lire la suite

People

Le fisc américain à l’affût du bébé royal d’Harry et Meghan

AFP

Published

on

By

Aucun doute sur le fait que le bébé royal d’Harry et de Meghan naîtra avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais le fisc américain voudra en prime en connaître la valeur.

La raison de cet intérêt des services fiscaux des Etats-Unis pour ce bébé tient à sa double nationalité, britannique par son père Harry, et américaine par sa mère, la duchesse de Sussex.

« Lorsqu’un des deux parents d’un enfant est américain et qu’il a résidé aux Etats-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain », rappelle David Treitel, fondateur de l’American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés américains au Royaume-Uni.

« C’est le cas de Meghan », ajoute-t-il, précisant qu’il s’agit d’une première dans la famille royale.

La nationalité américaine est toutefois assortie de conditions particulièrement restrictives: comme tout bon citoyen américain qui naît, grandit et meurt n’importe où sur le globe, ce bébé devra chaque année montrer patte blanche au fisc de son pays d’origine.

A partir de sa naissance, les comptes en banque du bébé alimentés en argent frais par des parents soucieux de son avenir devront être déclarés. Tout comme les revenus qu’il pourrait générer si ses parents décidaient par exemple de lui faire suivre les traces de sa mère, ancienne actrice, en faisant de lui un bébé star du petit ou grand écran.

– « Américains accidentels » –

Au-delà de l’intimité de ce bébé bien né, « le fisc américain va obtenir beaucoup d’informations sur la richesse du couple » à travers ces déclarations et celles de sa mère, résume David Treitel.

Car, l’IRS, le service des impôts des Etats-Unis, exige aussi que les cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant — qui ne manquera pas d’être gâté — soient également déclarés.

« Imaginez que la reine offre au bébé un beau livre d’art de la collection royale. Il devra alors être déclaré au fisc s’il dépasse une valeur de 100.000 dollars », rappelle David Treitel.

En revanche, les cadeaux glanés lors de la coûteuse « baby-shower », la fête entre une future maman et ses amies, organisée récemment par Meghan à New York, n’auront sans doute pas à être déclarés par la femme d’Harry s’ils ont été offerts par des compatriotes, selon lui.



Si le bébé et sa mère devront s’acquitter de déclarations qui seront sans doute chronophages pour leurs comptables, il n’est pas dit qu’ils paieront beaucoup d’impôts: ceux-ci « peuvent souvent être compensés par les impôts à payer en Grande-Bretagne », commente Laura Saunders, spécialiste des questions fiscales au Wall Street Journal.

Au-delà de la famille royale, la volonté des autorités américaines de contrôler ses administrés expatriés a parfois des conséquences plus graves, touchant des individus qui n’ont a priori aucun lien avec les Etats-Unis si ce n’est le fait d’y avoir respiré leurs premières bouffées d’oxygène.

C’est le cas des « Américains accidentels », plusieurs milliers de personnes en France qui ont acquis automatiquement la nationalité américaine parce qu’elles sont nées aux Etats-Unis, mais qui ont souvent quitté le pays très jeunes et n’y ont plus aucune attache.

– Amendes –

Depuis l’adoption en 2010 du Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), qui substitue le critère de la nationalité à celui du domicile fiscal, ces citoyens se voient obligés de déclarer leurs revenus aux Etats-Unis, et le cas échéant d’y payer des impôts.

Or une grande partie, et pas seulement des Français, ont parfois quitté les Etats-Unis très tôt. L’Association des Américains accidentels (AAA) qui les regroupe a appelé en fin d’année dernière le président américain Donald Trump à « trouver une solution ».

Leur situation est particulièrement problématique car en cas de refus de se plier aux obligations fiscales américaines, leurs établissements bancaires s’exposent à des sanctions, ce qui pousse ces banques à leur refuser l’accès à des services financiers tels que l’ouverture de comptes bancaires ou la souscription d’une hypothèque.

A une échelle moins dramatique, la famille royale britannique ne peut pas non plus se soustraire à ces obligations puisqu’une déclaration non conforme à la réalité est également assortie de risques d’amendes.

Une solution existe tout de même pour éviter les maux de tête aux comptables du couple: que Meghan renonce à sa nationalité américaine. Mais si elle-même échapperait ainsi aux contraintes fiscales, le bébé serait, lui, toujours soumis au devoir de déclaration jusqu’à sa majorité.

Lire la suite




Derniers articles

Sports1 heure ago

Challenge: La Rochelle décroche dans la douleur sa première finale continentale

Quel suspense! A l’issue d’une fin de match irrespirable, le Stade Rochelais a décroché la première finale continentale de son...

Sports2 heures ago

Hand: le PSG tout proche de son sixième titre

Le Paris Saint-Germain est presque assuré de remporter son sixième titre de champion de France de handball après sa victoire...

Sports3 heures ago

France: Marseille s’accroche à son rêve de C1

Marseille, vainqueur poussif à Guingamp (3-1), a maintenu l’espoir de jouer le podium jusqu’à la fin de la saison, tandis...

Monde4 heures ago

L’Ukraine se prépare à une victoire désormais probable du comédien Zelensky

L’Ukraine se préparait samedi à l’idée longtemps inimaginable d’une victoire du comédien novice en politique Volodymyr Zelensky à la présidentielle,...

Sports4 heures ago

Rugby: Clermont souffre aussi mais complète la finale 100% française en Challenge

Clermont a souffert, comme La Rochelle plus tôt face à Sale, mais s’est aussi qualifié samedi pour la finale du...

Monde5 heures ago

Le Kosovo rapatrie une centaine de proches de jihadistes, Washington applaudit

Le Kosovo a annoncé samedi le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou...

France5 heures ago

« Gilets jaunes »: premières échauffourées dans le cortège parisien (journaliste AFP)

Mise à jour 20.04.2019 à 15:00 AFP De premières échauffourées ont éclaté samedi en...

Sports5 heures ago

24 Heures Motos: la Kawasaki N.11 évite les erreurs avant la nuit

Aux 24 Heures du Mans Motos, la moindre erreur se paye cash. Après huit heures de course très animées samedi,...

Monde6 heures ago

Syrie: plus de 60 combattants prorégime tués dans une série d’attaques jihadistes

Plus de 60 soldats et combattants fidèles au régime en Syrie ont été tués ces dernières 48 heures dans une...

France6 heures ago

Riester veut actualiser les audits de sécurité dans les cathédrales

A la suite de l’incendie à Notre-Dame de Paris, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé samedi son...

Advertisement

Nous suivre sur facebook