Connect with us

Business

La Malaisie relance un projet ferroviaire financé par la Chine pour éviter des pénalités

AFP

Publié le

La Malaisie a trouvé un accord pour relancer un projet de liaison ferroviaire soutenu par la Chine après un compromis qui lui évite des pénalités de plus de 5 milliards de dollars payables en cas d’abandon, a expliqué lundi le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad.

La liaison ferroviaire de 640 kilomètres devant relier le Nord de la Malaisie à un port proche de Kuala Lumpur faisait partie des projets chinois des “Nouvelles routes de la soie” qui avaient été gelés par le nouveau gouvernement malaisien élu en mai.

Le gouvernement dirigé par le vétéran de la politique malaisienne Mahathir Mohamad avait émis des doutes sur les contrats conclus par l’administration précédente de Najib Razak, l’ex-Premier ministre impliqué dans le vaste scandale de corruption 1MDB.

Il avait épinglé un manque de transparence des contrats et soupçonnait une appropriation d’une partie des fonds par l’ancien gouvernement.

Mais Kuala Lumpur et Pékin ont finalement conclu un accord la semaine dernière permettant de relancer le projet avec un coût revu à la baisse de 30% par rapport aux prévisions initiales.

La Malaisie “avait le choix entre renégocier ou payer des frais d’annulation d’environ 21,78 milliards de ringgits (5,3 milliards de dollars)”, a justifié Mahathir Mohamad lundi.

“Dans ces conditions, nous avons choisi de revenir à la table des négociations et de demander un accord plus équitable, qui ferait des besoins des Malaisiens une priorité”.

Le tracé de la ligne ferroviaire a été modifié pour passer par cinq Etats de Malaisie au lieu de quatre et la date de fin de construction a été repoussée de 2024 à 2026.

La principale société chinoise impliquée dans le projet, China Communications Construction Company, devrait aussi participer à l’opération et la maintenance de la ligne, permettant d’alléger la charge financière de la Malaisie.

Le coût du projet a été réduit à 44 milliards de ringgits (10,6 milliards de dollars). Un emprunt auprès d’une banque publique chinoise est maintenu mais son montant sera réduit par rapport au projet initial.

Plusieurs autres pays d’Asie, le Sri Lanka et les Maldives notamment, ont remis en cause récemment des projets financés par la Chine. Ils s’inquiétaient du risque d’une perte de souveraineté sur des maillons clés de leur économie et d’un endettement très élevé envers Pékin.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Business

La Bourse de Paris ouvre en repli de 0,24%

AFP

Published

on

By

La Bourse de Paris évoluait légèrement dans le rouge (-0,22%) lundi matin, les investisseurs restant aux aguets concernant les éventuels développements dans le conflit commercial sino-américain.

A 09H38 (07H38 GMT), l’indice CAC 40 perdait 11,72 points à 5.426,51 points. Vendredi, il avait fini en léger repli de 0,18%.

“En positionnant Huawei au coeur du différend entre les deux pays, Washington n’est plus très loin d’une véritable déclaration de guerre (froide)”, a souligné Tangi Le Liboux, du courtier Aurel BGC.

En pleines tensions commerciales avec Pékin, le ministère américain du Commerce a placé mercredi le géant chinois des télécommunications Huawei sur une liste d’entreprises suspectes auxquelles les groupes américains ne peuvent fournir d’équipements qu’après avoir obtenu un feu vert des autorités.

Google a indiqué dimanche commencer à suspendre ses relations avec le géant chinois des télécoms.

Sur le front du Brexit, la Première ministre britannique Theresa May a indiqué dimanche qu’elle se préparait à faire une “offre audacieuse” aux élus, dans une dernière tentative pour leur faire accepter son accord de sortie de l’Union européenne.

En matière de valeurs, Boiron s’affichait en nette baisse (-8,44% à 39,60 euros) pour sa reprise de cotation, après avoir été suspendu depuis jeudi. La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis une recommandation “défavorable” au maintien du remboursement des produits homéopathiques par l’assurance maladie, dans un avis préliminaire d’évaluation, a confirmé vendredi le fabricant.

Les valeurs pétrolières étaient à l’inverse bien orientées, confortées par la hausse des cours du brut sur fond de tensions au Moyen-Orient et de l’engagement réitéré de l’Arabie saoudite envers une réduction des stocks mondiaux de pétrole, après une réunion de suivi de l’Opep ce week-end. CGG gagnait 2,19% à 1,63 euro, Total prenait 1,14% à 49,73 euros tandis que TechnipFMC progressait de 0,86% à 20,60 euros et que Vallourec, qui fournit notamment l’industrie pétrolière, s’appréciait de 1,64% à 2,48 euros.

Les semi-conducteurs, à l’instar de STMicroelectronics (-3,79% à 15,00 euros) et Soitec (-2,42% à 82,65 euros), pâtissaient, tout comme Infineon (-3,25% à 17,39 euros) sur le Dax, de la décision américaine de placer Huawei sur une liste d’entreprises suspectes.

Air France perdait 1,75% à 8,22 euros. Entre 200 et 500 sans-papiers se revendiquant comme des “gilets noirs” ont occupé dimanche le terminal 2F de l’aéroport de Roissy pour dénoncer “la collaboration d’Air France” dans les expulsions, a-t-on appris auprès des deux collectifs organisateurs et de source aéroportuaire.

Saint-Gobain grappillait 0,45% à 34,26 euros après que le groupe de matériaux de construction et de distribution a annoncé lundi avoir conclu un accord avec le groupe Stark pour lui céder lors du second semestre 2019 la société Saint-Gobain Building Distribution Deutschland (SGBDD), valorisée 335 millions d’euros.

  1. Euronext CAC40
Lire la suite

Business

Plan de paix israélo-palestinien: Washington dévoilera le volet économique fin juin

AFP

Published

on

By

Les Etats-Unis vont dévoiler le volet économique du très attendu plan de paix israélo-palestinien promis par Donald Trump lors d’une conférence organisée les 25 et 26 juin à Bahreïn, a annoncé dimanche la Maison Blanche.

La date de la présentation du volet politique de ce plan n’est pas encore connue. Mais Jared Kushner, conseiller et gendre du président des Etats-Unis chargé par son beau-père parvenir à “l’accord ultime” entre Israéliens et Palestiniens, a fait savoir qu’il entendait le dévoiler “très bientôt”.

Il avait auparavant dit que ses propositions seraient présentées après le ramadan, qui prend fin début juin.

Alors que Donald Trump se dit persuadé de réussir là où tous ses prédécesseurs ont échoue, Jared Kushner a promis des idées nouvelles, estimant que les solutions traditionnelles n’avaient pas permis de parvenir à un accord. Il refuse ainsi de parler de la solution dite “à deux Etats”, israélien et palestinien, pourtant au coeur de la diplomatie mondiale depuis des années.

Mais les dirigeants palestiniens refusent tout contact avec l’administration Trump depuis que le président républicain a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, et ils ont par avance rejeté son plan qu’ils imaginent trop favorable à l’Etat hébreu.

Face à cet écueil, le conseiller de l’homme d’affaires n’a pas fait mystère de son intention de s’adresser aux Palestiniens ordinaires en misant sur le développement économique, avec le soutien des pays arabes alliés des Etats-Unis.

L’atelier co-organisé avec les autorités de Manama, intitulé “De la paix à la prospérité”, va réunir des dirigeants de plusieurs gouvernements, de la société civile et du monde des affaires.

C’est une “opportunité charnière” pour “partager des idées, évoquer des stratégies et encourager le soutien à des investissements et initiatives économiques potentiels qui pourraient être rendus possibles par un accord de paix”, a estimé la présidence américaine dans un communiqué commun avec les le royaume de Bahreïn.

Il s’agit de définir une “vision et un cadre ambitieux et réalisables pour un avenir prospère pour les Palestiniens et la région”. “Si elle est mise en oeuvre, cette vision a le potentiel pour transformer radicalement des vies et mettre la région en orbite vers un avenir plus radieux”, a-t-elle insisté.

Dans un autre communiqué transmis dimanche à l’AFP, Jared Kushner a remercié le royaume de Bahreïn qui a accepté d’accueillir cet événement. Cela “nous permettra de présenter nos idées pour créer un plus grand dynamisme économique dans la région”, a-t-il déclaré.

“Les Palestiniens, ainsi que tous les peuples du Moyen-Orient, méritent un avenir digne et la possibilité d’améliorer leurs vies”, a ajouté le conseiller présidentiel.

Selon lui, “le progrès économique” dépend toutefois d’une “vision économique solide” mais aussi de la résolution “des questions politiques centrales”.

Pour le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, la conférence de Manama va pousser les “dirigeants de tout le Moyen Orient à promouvoir la croissance économique”.

Lire la suite

Business

Google, et son système mobile Android, coupe les ponts avec Huawei

AFP

Published

on

By

L’américain Google, dont le système mobile Android équipe l’immense majorité des smartphones dans le monde, a indiqué dimanche commencer à suspendre ses relations avec le chinois Huawei, qui fait partie des entreprises jugées “à risque” par Washington.

En pleines tensions commerciales avec Pékin, Donald Trump a interdit cette semaine aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès de sociétés étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale, une mesure qui cible notamment Huawei, le géant chinois des télécommunications, bête noire de Washington.

Cela interdit en particulier les partages de technologies.

Le groupe figure nommément dans une liste d’entreprises suspectes auprès desquelles on ne peut commercer qu’après avoir obtenu un feu vert des autorités, établie par le ministère américain du Commerce.

“Nous nous nous plions à ce décret et examinons ses implications”, a indiqué Google dans un courriel à l’AFP.

Les implications peuvent donc en l’espèce être importantes puisque comme tous les groupes technologiques, Google doit collaborer avec les fabricants de smartphones pour que ses systèmes soient compatibles avec les téléphones.

Ainsi Google va devoir stopper les activités qui supposent un transfert de technologies qui ne sont pas publiques (c’est-à-dire en “open source”), ce qui contraindrait le fabricant chinois à n’utiliser que la version “open source” d’Android, a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

Huawei ne pourra plus accéder aux applications et services propriétés de Google, comme Gmail par exemple.

Sollicité par l’AFP, Huawei n’a pas répondu.

Il a dénoncé cette semaine des “restrictions déraisonnables qui empiéteront sur les droits” du groupe chinois.

La firme dont le siège est implanté à Shenzen, dans le sud de la Chine, est depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines, soupçonnée d’espionnage au profit de Pékin qui aurait largement contribué à sa spectaculaire expansion internationale.

Au premier trimestre, Huawei a vendu 59,1 millions de smartphones, soit 19% de part de marché, plus que l’américain Apple mais toujours derrière le leader, le sud-coréen Samsung.

Huawei est un des leaders dans la 5G, la nouvelle génération d’internet mobile en cours de déploiement.

Les deux premières économies mondiales s’affrontent par l’imposition mutuelle de droits de douane et la technologie est un axe majeur de leur bras de fer.

Lire la suite




Derniers articles

Suisse31 minutes ago

Nespresso: Bientôt des capsules chez Manor et à la boulangerie

Nespresso 20 mai 2019 09:24; Act: 20.05.2019 09:45 D’ici la fin 2019, Nespresso compte ouvrir environ 100 points de vente...

France31 minutes ago

Vincent Lambert : cinq questions sur l’arrêt des traitements, un processus très encadré

L’arrêt des soins de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, a débuté lundi matin...

France31 minutes ago

Le télétravail : et si c’était le moyen de travailler écolo ?

Rester travailler chez soi au lieu d’utiliser sa voiture pour se rendre au bureau : le télétravail apparaît comme l’une des...

Afrique31 minutes ago

Afrique du Sud: l’ex-président Zuma de retour devant le tribunal

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma comparaît à nouveau lundi devant un tribunal pour plaider l’abandon des accusations de corruption qui...

Afrique31 minutes ago

Soudan: reprise du dialogue sur la composition de l’instance de transition

Les militaires et les chefs de la contestation au Soudan reprendront lundi soir les négociations-marathon entamées la veille sur la...

Divertissement31 minutes ago

Bande-annonce de la comédie Made in China, avec Frédéric Chau, Medi Sadoun et Julie De Bona.

Ci-dessous, bande-annonce de Made in China, comédie réalisée par Julien Abraham. Avec Frédéric Chau, Medi Sadoun & Julie De Bona. Dans...

Divertissement31 minutes ago

La chaîne Trace Latina désormais disponible dans les offres Canal.

Lancée l’automne dernier dans la Caraïbe dans les offres CanalPlus, TRACE Latina, la nouvelle chaîne caliente de TRACE, est désormais disponible...

Divertissement31 minutes ago

Un documentaire consacré à Alain Chamfort le vendredi 7 juin sur France 3.

Alain Chamfort, le pape de la pop chic : Un film documentaire écrit et réalisé par Laurent Fléchaire, diffusé le...

Business31 minutes ago

La Bourse de Paris ouvre en repli de 0,24%

La Bourse de Paris évoluait légèrement dans le rouge (-0,22%) lundi matin, les investisseurs restant aux aguets concernant les éventuels...

Business32 minutes ago

Plan de paix israélo-palestinien: Washington dévoilera le volet économique fin juin

Les Etats-Unis vont dévoiler le volet économique du très attendu plan de paix israélo-palestinien promis par Donald Trump lors d’une...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma