Connect with us

Monde

Algérie: Mustapha Bouchachi, l’avocat devenu une référence des contestataires

AFP

Publié le

Ils « sont en train de finir ce que ma génération n’a pas réussi à faire », s’émeut Mustapha Bouchachi. Cet avocat sexagénaire, vétéran des droits humains qui a connu enfant la guerre d’indépendance, est devenu une référence des jeunes Algériens mobilisés contre le « système ».

S’il prend garde de ne pas « confisquer » ce mouvement issu de la jeunesse, Me Bouchachi en a formulé les grandes demandes semaine après semaine, notamment via des vidéos sur Facebook dépassant les 200.000 vues.

Interviews dans son bureau désuet au coeur d’Alger, tournées dans les universités à la demande de coordinations étudiantes nouvellement créées: de son phrasé lent et précis, il explique inlassablement les objectifs de ce qu’il appelle la « révolution du sourire ».

« Je suis fier que beaucoup d’Algériens me fassent confiance, mais c’est la manifestation des jeunes », dit-il à l’AFP, refusant le statut de porte-parole: « on peut accompagner, donner des conseils, mais il ne faut pas leur voler » le mouvement.

Les manifestants qui ont obtenu le départ du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril et vise désormais les piliers du « système » des 20 dernières années seraient sans doute eux-mêmes prompts à crier à la récupération.

– « J’ai pleuré de joie » –

Ce personnage du barreau algérois a encore les larmes aux yeux en évoquant sa stupéfaction quand des foules d’Algériens ont commencé à battre le pavé pacifiquement, le 22 février.

« J’avais tellement peur qu’il n’y ait personne, qu’on soit juste quelques milliers, isolés, comme en 2011 », lorsque le vent de révolte en Tunisie voisine s’était essoufflé en Algérie.

« J’ai pleuré de joie ce jour-là », reconnaît-il, le visage grave se métamorphosant en un profond sourire.

« Je me suis dit que ce sont ces jeunes là qui vont finir de libérer le pays, car nos pères ont libéré la terre de l’Algérie (de la colonisation française en 1962, ndlr) mais le peuple n’était pas libre ».

Une façon de revendiquer son héritage révolutionnaire de fils de martyr de la guerre d’indépendance -son père a été tué au combat alors qu’il avait sept ans.

Quand on l’interroge sur son éventuel parti pris politique, Mustapha Bouchachi n’hésite pas non plus longtemps: « La démocratie », répond-il.

« On ne peut pas faire de politique dans un régime totalitaire, fait-il valoir. Tous les hommes politiques doivent militer pour un Etat de droit, c’est la priorité, après on pourra avoir des débats gauche-droite. »

Boursier, il part étudier le droit en Angleterre et revient diplômé à 25 ans.

Après avoir défendu les victimes de tortures et d’arrestations arbitraires durant la décennie noire (1992-2002), il se retrouve étiqueté « avocat des islamistes ».

« Je ne suis pas sélectif dans la lutte contre les violations des droits de l’Homme », souligne-t-il, ajoutant, goguenard: « maintenant on me traite de laïc de gauche ».

– « Seule arme » –

De 2007 à 2012, il préside la Ligue algérienne des droits de l’Homme, au moment où le régime lutte contre une contagion des printemps arabes en déployant répression et mesures sociales.

Compagnon de route du Front des forces socialistes (FFS, gauche), il est élu député sur une liste du parti en 2012 –« on m’avait promis que j’aurais une tribune pour interpeller les ministres ».

Mais ses questions restent sans réponse, ses projets de loi au placard, et il quitte le Parlement en 2014, redevenant avocat pénaliste à plein temps.

Depuis qu’il a repris du service sur la scène politique ces dernières semaines, avec l’appui de ses quatre enfants étudiants, il n’a de cesse de marteler un message: « il faut continuer cette révolution de façon pacifique ».

Après chaque manifestation du vendredi, « beaucoup de jeunes me demandent jusqu’à quand? Je leur réponds: +jusqu’à ce qu’ils partent, et il faut qu’on reste pacifiques, car notre seule arme contre tous est le caractère pacifique des manifestations+ ».

Il appelle aussi à rester unis, sans exclure personne, alors que la jeune génération est tentée de balayer tous les hommes politiques et responsables en place, y compris dans l’opposition.

« Il faut viser les têtes du système » souligne-t-il, « quand il seront partis, alors on pourra s’organiser ».

Optimiste, il envisage déjà la suite, à savoir « neuf mois-un an de transition ».

Partis d’opposition, société civile, jeunes issus du « Hirak », le mouvement né de façon anonyme sur les réseaux sociaux, dirigeants politiques de l’avant-Bouteflika: pour lui, toutes les forces seront alors nécessaires.

Quand à l’armée, au centre du jeu après avoir lâché Bouteflika, « il faut être pragmatique, dit-il. « C’est une institution forte, on a besoin d’eux pour la transition ».

« Mais ils doivent accompagner, pas s’ingérer dans les affaires du peuple », précise-t-il.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Hippone

    16 avril 2019 Le 2h 27min

    Au contraire, il est honni par pour avoir soutenu, dans les années 90, SanEgidio et la thèse du qui tue qui et la defense des terroristes. Sans oublier son passé et son militantisme avec M’Henni. Alors, verifier vos sources, SVP. Facebook n’est pas une référence.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

L’Ukraine se prépare à une victoire désormais probable du comédien Zelensky

AFP

Published

on

By

L’Ukraine se préparait samedi à l’idée longtemps inimaginable d’une victoire du comédien novice en politique Volodymyr Zelensky à la présidentielle, synonyme de plongée dans l’inconnu pour ce pays en guerre aux portes de l’Union européenne.

Rares sont ceux qui ont pris en sérieux cet acteur et comique de 41 ans lorsqu’il a annoncé sa candidature le 31 décembre. Devenue plausible au fil du temps, son élection est désormais considérée comme acquise par la plupart des commentateurs à Kiev, sauf un coup de théâtre dont l’histoire de l’Ukraine est riche.

« Les chances de victoire du président en exercice relèvent du théorique et du fantastique. Tout le monde semble l’avoir accepté », a constaté vendredi l’éditorialiste Mikhaïlo Doubyniansky sur le site Ukraïnska Pravda.

Largement en tête du premier tour, Volodymyr Zelensky est crédité de plus de 70% des intentions de voix dans les sondages du second tour qui l’oppose dimanche au président Petro Porochenko, 53 ans, élu il y a cinq ans après la fuite d’un président prorusse en plein soulèvement pro-occidental du Maïdan.

Le débat-spectacle organisé vendredi soir dans un stade de Kiev n’a pas changé la donne, donnant lieu à un échange d’invectives plus qu’à la discussion sur le fond. Et c’est sur celle ci que comptait le chef de l’Etat sortant pour mettre au jour l’inexpérience de son rival.

Accusé d’incompétence, l’acteur, fort de ses 20 ans d’expérience de stand up, a multiplié les phrases choc, se présentant en « personne simple » face au « président le plus riche » de l’histoire de l’Ukraine.

Si Petro Porochenko est crédité par ses supporters d’avoir rapproché l’Ukraine des Occidentaux, redressé l’armée et évité une faillite de son pays, l’un des plus pauvres d’Europe, aucun haut responsable n’a été condamné pour corruption et le conflit semble dans l’impasse.

– « Film d’horreur » –

« Une présidence de cinq ans, ce n’est pas une comédie qu’on peut éteindre si ce n’est plus drôle. Ni un film d’horreur facile à arrêter », a plaidé le président sortant samedi sur sa page Facebook, appelant les électeurs à « penser à l’Ukraine ».

Les enjeux sont considérables pour cette ex-république soviétique confrontée à une situation inédite depuis son indépendance en 1991. L’arrivée au pouvoir de Petro Porochenko a été suivie de l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie et d’une guerre qui a fait près de 13.000 morts en cinq ans dans l’Est.

Cette crise a nettement aggravé les tensions entre la Russie et les Occidentaux, qui ont décrété des sanctions réciproques. Si elle se confirme, l’élection d’un nouveau président inexpérimenté sera suivie de très près par les chancelleries.

Vendredi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé les deux candidats « pour souligner son soutien à la souveraineté de l’Ukraine et son intégrité territoriale, réitéré l’engagement (des Etats-Unis) à travailler avec celui que le peuple ukrainien choisira, quel qu’il soit ».

La semaine dernière, ils avaient été reçus à Paris par le président français Emmanuel Macron, pour discuter notamment du conflit dans l’est ukrainien.

Au-delà de sa promesse de maintenir le cap pro-occidental pris en 2014, la politique que mènerait M. Zelensky reste très floue même s’il a tenté entre les deux tours de renforcer sa crédibilité, s’entourant de conseillers plus expérimentés et s’exprimant dans la presse.

« Il y a un espoir que cet homme, qui vient du peuple, puisse mieux nous comprendre et puisse casser le système », a expliqué à Kiev Ioulia Lykhota, une étudiante qui compte voter pour le comédien dimanche.

A l’inverse, Serguiï Fedorets, un retraité qui compte voter pour le président en place, « n’arrive pas à imaginer (M. Zelensky) parler avec Merkel ou avec le président du Conseil de l’Europe ou avec le chef de l’Otan ».

Pour Anatoli Oktysiouk, du centre d’analyse Democracy House, la victoire probable du comédien reflète surtout la défiance envers « les anciens hommes politiques »: « Les scandales permanents de corruption, certaines réformes, la baisse du niveau de vie, la pauvreté… tout cela a poussé les électeurs de l’est, du centre, de l’ouest mais aussi de Kiev à exprimer leur méfiance. »

Lire la suite

Monde

Le Kosovo rapatrie une centaine de proches de jihadistes, Washington applaudit

AFP

Published

on

By

Le Kosovo a annoncé samedi le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou des enfants de jihadistes du groupe Etat islamique (EI), une opération inédite en Europe par son ampleur.

Quatre hommes, soupçonnés d’avoir combattu avec l’EI, étaient également dans l’avion qui s’est posé dans la nuit sur l’aéroport de Pristina. Ils ont été inculpés dès samedi pour avoir participé à des conflits à l’étranger, a indiqué aux médias le chef du parquet, Aleksander Lumezi. Parmi les autres passagers se trouvaient 32 femmes et 74 enfants, a précisé le gouvernement.

Dans un communiqué, l’ambassade des Etats-Unis à Pristina a « salué le Kosovo » après ces rapatriements qui établissent « un exemple important et à suivre » pour la communauté internationale.

« Nous applaudissons la compassion » dont ont fait preuve les autorités kosovares « en acceptant le retour de ce grand nombre de civils », a poursuivi l’ambassade américaine.

Le Kosovo, à 90% musulman, est en proportion de sa population (1,8 million), le pays européen ayant fourni le plus fort contingent de combattants jihadistes en Irak et en Syrie.

Le rapatriement de proches de jihadistes a suscité des controverses dans plusieurs pays. Egalement très touchée par le phénomène, la France avait rapatrié mi-mars cinq enfants après des semaines d’atermoiements, dans un contexte d’hostilité de l’opinion publique face à de tels retour.

– Partie de football –

Selon les estimations, quelque 300 Kosovars sont allés combattre en Syrie et en Irak. Environ 70 y auraient perdu la vie, tandis qu’environ 120 en sont revenus pour être la plupart du temps emprisonnés. Une trentaine de combattants, 49 femmes et huit enfants kosovars, seraient toujours en Syrie, a précisé samedi le chef de la police kosovare Rashit Qalaj.

Proche allié des Etats-Unis, le Kosovo a durci en 2015 sa législation en prévoyant des peines pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison pour ses ressortissants qui combattent à l’étranger.

Les civils rapatriés « méritent une réhabilitation et l’espoir d’une vie paisible et loin des conflits », a déclaré aux médias kosovars le ministre de la Justice Abelard Tahiri. Le président Hashim Thaçi a appelé sur Facebook leur entourage à « les aider à réintégrer notre société aussi vite que possible ».

Dans un premier temps, ils ont été conduits au centre de rétention de Vranidoll, près de Pristina, d’ordinaire réservé aux migrants et gardé par la police. Des journalistes de l’AFP ont pu y voir des enfants jouer au football samedi en milieu de journée.

Le directeur national de la Santé publique du Kosovo, Naser Ramadani, a annoncé que ces personnes, qui ont été conduites samedi dans un camp de réfugiés, allaient passer des examens médicaux. « Les femmes et les enfants ont subi de graves traumatismes », a-t-il dit.

Nul ne connaît avec certitude le nombre d’enfants de jihadistes étrangers bloqués en Syrie. L’ONG Save The Children a évoqué un chiffre de plus de 3.500 originaires d’une trentaine de pays dans les camps de déplacés.

– Retour d’un jihadiste bosnien –

De son côté, la Bosnie-Herzégovine a annoncé samedi le rapatriement d’un jihadiste. Une source du parquet à Sarajevo ayant requis l’anonymat a précisé à l’AFP qu’il s’agissait d’Ibro Cufurovic, 24 ans, parti en Syrie en 2013. Il compte parmi les quelque 25 Bosniens recherchés par Interpol.

Le père d’Ibro Cufurovic a accusé un imam radical, ancien leader de la mouvance islamiste en Bosnie, Husein Bosnic, dit Bilal, d’avoir recruté son fils.

Bosnic a été condamné en 2015 à sept ans de prison pour avoir encouragé ses adeptes à aller combattre en Syrie et en Irak.

Selon diverses estimations, un millier d’islamistes des Balkans sont partis à partir de 2012 pour combattre dans les rangs du Front al-Nosra ou du groupe État islamique. L’Albanie, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie sont aussi concernés.

Quelque 200 hommes ont été tués sur le front, tandis que 300 sont revenus dans les Balkans, souvent pour y être emprisonnés.

Lire la suite

Monde

Syrie: plus de 60 combattants prorégime tués dans une série d’attaques jihadistes

AFP

Published

on

By

Plus de 60 soldats et combattants fidèles au régime en Syrie ont été tués ces dernières 48 heures dans une série d’attaques menées par des jihadistes, les plus meurtrières depuis la défaite annoncée du groupe Etat islamique (EI) il y a environ un mois.

Responsable en partie de ces attaques, l’EI a vu son « califat » autoproclamé sur de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak s’effondrer le 23 mars après des années de combats avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde sans lien avec le régime de Bachar al-Assad.

Mais les combattants de cette organisation jihadiste la plus redoutée au monde, qui ont trouvé refuge surtout dans le désert syrien, parviennent toujours à mener des attaques sanglantes.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) samedi, 27 soldats et combattants prorégime, « dont quatre hauts gradés syriens », ont été tués jeudi et vendredi dans des attaques revendiquées par l’EI dans le désert dans l’est de la province centrale de Homs.

Les jihadistes ont tendu une « embuscade » aux forces du régime « qui avaient essayé de les traquer », a indiqué l’EI via son organe de propagande Amaq.

Les combats qui ont suivi ont duré jusqu’à vendredi dans la nuit. Six jihadistes ont été tués, d’après l’OSDH.

Dans la province orientale de Deir Ezzor, huit combattants prorégime dont deux officiers ont été tués jeudi soir, également dans un secteur du désert qui s’étend du centre syrien à la frontière irakienne, selon la même source.

Ces attaques sont les plus meurtrières lancées par l’EI contre les prorégime depuis l’annonce de l’éradication du « califat », d’après l’OSDH.

– Rapatriement au Kosovo –

Avec l’appui d’une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les FDS ont combattu pendant des années l’EI jusqu’à l’annonce le 23 mars de la perte par les jihadistes du dernier réduit de leur proto-Etat. Mais des cellules dormantes parviennent à mener des attentats meurtriers, l’EI ayant selon des experts déjà entamé sa mue en organisation clandestine.

L’EI est accusé de nombreuses exactions -exécutions de masse, viols, enlèvements- sur les vastes territoires qu’il a contrôlés de 2014 à 2019. Il a aussi revendiqué des attaques meurtrières sur d’autres continents.

Samedi, le Kosovo a annoncé le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou des enfants de jihadistes de l’EI, une opération inédite en Europe par son ampleur.

Le rapatriement de proches de jihadistes a suscité des controverses dans plusieurs pays occidentaux comme la France.

En guerre depuis 2011, la Syrie reste un pays morcelé. Grâce au soutien militaire de ses alliés, le régime Assad a repris aux rebelles et jihadistes de vastes territoires et contrôle aujourd’hui près des deux tiers de la Syrie.

Mais de grandes régions lui échappent encore, celles contrôlées par les FDS dans le nord et nord-est et d’autres aux mains des groupes jihadistes, dont les principaux sont l’EI et Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda) ou de groupes rebelles.

– Attaque à Alep –

Aux limites ouest d’Alep (nord), l’Armée Abou Bakr al-Siddiq, un groupuscule lié au HTS, rival de l’EI, a attaqué des positions prorégime tuant 21 combattants, selon un nouveau bilan de l’OSDH. L’assaut est survenu après un bombardement nocturne par les prorégime.

Cinq autres combattants prorégime ont par ailleurs été tués samedi dans le nord-est de la province de Lattaquié (ouest), dans une embuscade menée par une faction jihadiste affiliée à HTS.

La province voisine d’Idleb (nord-ouest), dont le contrôle échappe quasi-totalement au régime Assad, est dominée par HTS qui a renforcé en début d’année son emprise sur ce territoire face à des rebelles affaiblis.

Depuis septembre 2018, la province fait l’objet d’un accord négocié par Moscou, allié du régime, et Ankara, qui parraine certains groupes rebelles à Idleb, prévoyant la mise en place d’une « zone démilitarisée » séparant les secteurs jihadistes et insurgés des zones gouvernementales attenantes.

L’initiative n’a été que partiellement appliquée face au refus des jihadistes de se retirer de cette zone tampon.

L’accord a permis d’éviter une offensive d’envergure de l’armée syrienne. Le sort d’Idleb sera au coeur des pourparlers prévus les 25 et 26 avril au Kazakhstan.

Samedi à Damas, M. Assad s’est entretenu avec le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov des moyens de surmonter les obstacles résultant des sanctions internationales imposées à la Syrie, a indiqué la présidence.

Déclenché par la répression de manifestions pro-démocratie avant de se complexifier, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

Lire la suite




Derniers articles

Sports60 minutes ago

Challenge: La Rochelle décroche dans la douleur sa première finale continentale

Quel suspense! A l’issue d’une fin de match irrespirable, le Stade Rochelais a décroché la première finale continentale de son...

Sports2 heures ago

Hand: le PSG tout proche de son sixième titre

Le Paris Saint-Germain est presque assuré de remporter son sixième titre de champion de France de handball après sa victoire...

Sports3 heures ago

France: Marseille s’accroche à son rêve de C1

Marseille, vainqueur poussif à Guingamp (3-1), a maintenu l’espoir de jouer le podium jusqu’à la fin de la saison, tandis...

Monde4 heures ago

L’Ukraine se prépare à une victoire désormais probable du comédien Zelensky

L’Ukraine se préparait samedi à l’idée longtemps inimaginable d’une victoire du comédien novice en politique Volodymyr Zelensky à la présidentielle,...

Sports4 heures ago

Rugby: Clermont souffre aussi mais complète la finale 100% française en Challenge

Clermont a souffert, comme La Rochelle plus tôt face à Sale, mais s’est aussi qualifié samedi pour la finale du...

Monde5 heures ago

Le Kosovo rapatrie une centaine de proches de jihadistes, Washington applaudit

Le Kosovo a annoncé samedi le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou...

France5 heures ago

« Gilets jaunes »: premières échauffourées dans le cortège parisien (journaliste AFP)

Mise à jour 20.04.2019 à 15:00 AFP De premières échauffourées ont éclaté samedi en...

Sports5 heures ago

24 Heures Motos: la Kawasaki N.11 évite les erreurs avant la nuit

Aux 24 Heures du Mans Motos, la moindre erreur se paye cash. Après huit heures de course très animées samedi,...

Monde6 heures ago

Syrie: plus de 60 combattants prorégime tués dans une série d’attaques jihadistes

Plus de 60 soldats et combattants fidèles au régime en Syrie ont été tués ces dernières 48 heures dans une...

France6 heures ago

Riester veut actualiser les audits de sécurité dans les cathédrales

A la suite de l’incendie à Notre-Dame de Paris, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé samedi son...

Advertisement

Nous suivre sur facebook