Connect with us

Asie

Sorti d’hôpital, le dalaï lama rassure sur sa santé

AFP

Publié le

Le dalaï lama a rassuré vendredi ses fidèles et la communauté internationale sur son état de santé à sa sortie d’un hôpital de New Delhi, où il était soigné depuis mardi pour une infection pulmonaire.

« J’ai reçu le traitement médical nécessaire et maintenant me sens plutôt normal », a dit le chef spirituel tibétain âgé de 83 ans lors d’une déclaration à des journalistes tibétains lors de son départ de l’hôpital Max dans la matinée.

« Je me suis très bien rétabli. Donc, tout le monde, s’il vous plaît, soyez rassurés ! Je souhaite remercier tout le monde pour votre inquiétude sincère et vos prières pour moi », a-t-il ajouté selon une vidéo du service tibétain de Voice of America, postée sur son compte Twitter officiel.

Le plus célèbre moine bouddhiste de la planète a indiqué qu’il avait « une sorte de grippe persistante », et qu’une fois emmené à l’hôpital les médecins lui avaient découvert une infection pulmonaire.

Plus tôt dans la journée, son porte-parole avait précisé à l’AFP que la bête noire de la Chine prendrait quelques jours de repos dans la capitale avant de regagner Dharamsala, localité du nord de l’Inde où il vit en exil depuis sa fuite du Tibet il y a 60 ans.

La veille, les services du lauréat du prix Nobel de la paix avaient indiqué qu’il avait repris un rythme de vie normal et fait un peu d’exercice.

Bien que le moine bouddhiste reste un orateur extrêmement populaire, il a réduit ses engagements internationaux et n’a rencontré aucun leader étranger depuis 2016. Les gouvernements à travers le monde ne se pressent plus pour l’inviter, craignant de susciter la colère de Pékin.

Redoutant que la désignation de son successeur ne soit récupérée par la Chine, Tenzin Gyatso a plusieurs fois signalé que sa lignée, perpétuée depuis le XIVe siècle, pourrait s’éteindre à sa mort.

Cette icône mondiale a renoncé en 2011 à son pouvoir politique et a confié la charge de guider les Tibétains en exil à un Premier ministre élu par la diaspora, une rupture historique.

Tout au long de son existence, passée pour la majeure partie en Inde, le dalaï lama a cherché sans relâche un compromis avec Pékin sur le sort des Tibétains. Une lutte non-violente et pacifiste saluée par le prix Nobel de la paix en 1989.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Asie

Nusrat Jahan Rafi: brûlée à mort pour avoir signalé un harcèlement sexuel

Avatar

Published

on

Nusrat Jahan Rafi a été aspergée de kérosène et incendiée dans son école au Bangladesh. Moins de deux semaines plus tôt, elle avait déposé une plainte de harcèlement sexuel contre son directeur.

Son courage de dénoncer les agressions sexuelles, sa mort cinq jours après son incendie et tout ce qui s’est passé entre les deux ont saisi le Bangladesh et attiré l’attention sur la vulnérabilité des victimes du harcèlement sexuel dans ce pays conservateur de l’Asie du Sud.

Nusrat, qui avait 19 ans, était originaire de Feni, une petite ville située à 160 km au sud de Dhaka. Elle étudiait dans une madrassa ou une école islamique. Le 27 mars, elle a déclaré que le directeur l’avait appelée dans son bureau et l’avait touchée à plusieurs reprises de manière inappropriée. Avant que les choses aillent plus loin, elle a couru.

Au Bangladesh, de nombreuses filles et jeunes femmes choisissent de garder secrètes leurs expériences de harcèlement sexuel ou d’abus sexuels, de peur de se faire honte de la société ou de leurs familles. Ce qui différenciait Nusrat Jahan, c’est qu’elle ne s’était pas contentée de parler: elle s’est rendue à la police avec l’aide de sa famille le jour où les mauvais traitements ont eu lieu.

Au poste de police local, elle a fait une déclaration. Elle aurait dû disposer d’un environnement sûr pour se souvenir de ses expériences traumatisantes. Au lieu de cela, elle a été filmée par l’agent responsable sur son téléphone alors qu’elle décrivait l’épreuve.

Dans la vidéo, Nusrat est visiblement en détresse et tente de cacher son visage avec ses mains. On a entendu le policier qualifier la plainte de « pas grave » et lui dire de bouger les mains de son visage. La vidéo a ensuite été divulguée aux médias locaux.

«J’ai essayé de l’emmener à l’école»

Nusrat Jahan Rafi venait d’une petite ville, venait d’une famille conservatrice et fréquentait une école religieuse. Le signalement de harcèlement sexuel peut avoir des conséquences pour une fille occupant un poste similaire. Les victimes font souvent l’objet de jugement de la part de leurs communautés, de harcèlement, en personne et en ligne, et dans certains cas d’attaques violentes. Nusrat a ensuite vécu toutes ces expériences.

Le 27 mars, après son passage à la police, ils ont arrêté le directeur. Les choses ont alors empiré pour Nusrat. Un groupe de personnes s’est rassemblé dans les rues pour demander sa libération. La manifestation avait été organisée par deux étudiants de sexe masculin et des responsables politiques locaux auraient été présents. Les gens ont commencé à blâmer Nusrat. Sa famille dit qu’elle a commencé à s’inquiéter pour sa sécurité.

Getty images

Néanmoins, le 6 avril, 11 jours après la prétendue agression sexuelle, Nusrat s’est rendue à son école pour passer ses examens finaux.

« J’ai essayé d’emmener ma sœur à l’école et d’entrer dans les locaux, mais j’ai été arrêté et je n’ai pas été autorisé à y entrer », a déclaré le frère de Nusrat, Mahmudul Hasan Noman.

« Si je n’avais pas été arrêté, quelque chose comme cela ne serait pas arrivé à ma sœur », a-t-il déclaré.

Selon une déclaration donnée par Nusrat, une camarade l’a emmenée sur le toit de l’école en disant qu’une de ses amies était en train d’être battue. Lorsque Nusrat a atteint le toit, quatre ou cinq personnes portant des burqas l’ont encerclée et auraient fait pression sur elle pour qu’elle retire l’affaire contre le directeur. Quand elle a refusé, ils l’ont incendiée.

Le chef du bureau de la police, Banaj Kumar Majumder, a déclaré que les tueurs voulaient « faire croire à un suicide ». Leur plan a échoué lorsque Nusrat a été sauvé après avoir fui les lieux. Elle a pu faire une déclaration avant de mourir.

« L’un des tueurs lui tenait la tête entre les mains, donc le kérosène n’y était pas versé et c’est pourquoi sa tête n’a pas été brûlée », a déclaré M. Majumder à BBC Bengali.

Mais lorsque Nusrat a été emmenée dans un hôpital local, les médecins ont découvert des brûlures couvrant 80% de son corps. Incapables de soigner les brûlures, ils l’ont envoyée à l’hôpital du collège médical de Dhaka.

Dans l’ambulance, craignant de ne pas pouvoir survivre, elle a enregistré une déclaration sur le téléphone portable de son frère.

« Le professeur m’a touché, je vais combattre ce crime jusqu’à mon dernier souffle », l’entend-on dire.

Elle a également identifié certains de ses agresseurs comme étant des étudiants de la madrassa.

Les nouvelles de la santé de Nusrat ont dominé les médias bangladais. Le 10 avril, elle est morte. Des milliers de personnes sont venues assister à ses funérailles à Feni.

Getty images

La police a depuis arrêté 15 personnes, dont sept auraient été impliquées dans le meurtre. Parmi les personnes arrêtées figurent les deux étudiants qui ont organisé la manifestation pour soutenir le directeur. Le directeur lui-même reste en garde à vue. Le policier qui a filmé la plainte de harcèlement sexuel de Nusrat a été démis de ses fonctions et transféré dans un autre département.

Le Premier ministre Cheikh Hasina a rencontré la famille de Nusrat à Dhaka et a promis que chaque personne impliquée dans le meurtre serait traduite en justice. « Aucun des coupables ne sera épargné par une action en justice », a-t-elle déclaré.

La mort de Nusrat a déclenché des manifestations et des milliers de personnes ont utilisé les médias sociaux pour exprimer leur colère à la fois à propos de son cas et du traitement réservé aux victimes d’agression sexuelle au Bangladesh.

« Beaucoup de filles ne protestent pas par peur après de tels incidents. Burqas, même des robes en fer ne peuvent arrêter les violeurs », a déclaré Anowar Sheikh sur la page Facebook de BBC Bengali.

« Je voulais une fille toute ma vie, mais maintenant j’ai peur. Donner naissance à une fille dans ce pays signifie une vie de peur et d’inquiétude », a écrit Lopa Hossain dans son message Facebook.

Selon le groupe de défense des droits des femmes Bangladesh Mahila Parishad, il y aurait eu 940 cas de viol au Bangladesh en 2018. Mais les chercheurs affirment que le nombre réel sera probablement beaucoup plus élevé.

« Quand une femme cherche à obtenir justice pour son harcèlement sexuel, elle doit à nouveau faire face à beaucoup de harcèlement. L’affaire dure depuis des années, la société est honteuse, la police manque de volonté pour enquêter correctement sur les allégations », a déclaré Salma Ali , avocat spécialisé dans les droits de l’homme et ancien directeur de la Women Lawyers ‘Association.

De grandes foules se sont rassemblées dans la ville natale de Nusrat pour ses funérailles

« Cela amène la victime à renoncer à demander justice. En fin de compte, les criminels ne sont pas punis et ils commettent à nouveau le même crime. D’autres ne craignent pas de faire la même chose à cause de tels exemples. »

Maintenant, les gens se demandent: pourquoi le cas de Nusrat n’a-t-il attiré l’attention qu’après avoir été attaqué? Et son cas va-t-il changer la façon dont les gens perçoivent le harcèlement sexuel au Bangladesh?

En 2009, la Cour suprême du pays a ordonné la mise en place de cellules de harcèlement sexuel dans toutes les institutions éducatives où les étudiants peuvent se plaindre, mais très peu d’écoles ont pris l’initiative. Les activistes exigent maintenant que cet ordre soit mis en œuvre et inscrit dans la loi afin de protéger les étudiants.

« Cet incident nous a bouleversés, mais comme nous l’avons vu par le passé, de tels incidents sont oubliés à temps. Je ne pense pas qu’il y aura de grand changement après cela. Nous devons voir si justice est rendue », a déclaré le professeur Kaberi. Gayen de l’Université de Dhaka.

« Le changement doit intervenir, à la fois psychologiquement et dans le respect de la loi. La sensibilisation au harcèlement sexuel devrait être sensibilisée dès l’enfance dans les écoles », a-t-elle déclaré.

« Ils doivent apprendre ce qui est juste et faux en matière de harcèlement sexuel. »

Lire la suite

Asie

Australie: un cerf tue un homme et blesse une femme

Avatar

Published

on

Un homme a été tué par un cerf lors d’une rare attaque sur une propriété rurale dans le sud de l’Australie, ont annoncé les autorités.

L’animal a attaqué l’homme et une femme tôt mercredi dans l’état de Victoria, selon la police.

La femme a subi des blessures mettant sa vie en danger et a été transportée à l’hôpital pour y être soignée.

Une étude sur les décès causés par des animaux en Australie entre 2000 et 2013 n’a enregistré aucune attaque de cerfs mortelle, a déclaré l’auteur, Dr Ronelle Welton.

La police a déclaré qu’ils avaient euthanasié le cerf sur la propriété située près de Wangaratta, à environ 250 km au nord-est de Melbourne.

L’incident ferait l’objet d’une enquête, ont-ils ajouté.

Un rapport du gouvernement de l’état de l’année dernière indiquait: « Les observations de cerfs et les rapports sur les risques pour la sécurité publique sont de plus en plus courantes ».

La population croissante de cerfs de l’Etat, actuellement d’environ un million de personnes, a été responsable des collisions sur les routes et des dommages causés aux infrastructures.

Cependant, le Dr Welton a déclaré à la BBC qu’elle n’était au courant d’aucune attaque de cerfs sauvages figurant dans les registres du coroner en Australie.

La police n’a pas identifié l’espèce de cerf soupçonné d’avoir tué l’homme. Sambar, jachères, cerfs rouges et cochons se trouvent tous à Victoria.

Parks Victoria classe les cerfs – qui ne sont pas originaires d’Australie – comme une menace pour la végétation dans les parcs nationaux.

Lire la suite

Asie

Un touriste canadien meurt après la rupture d’un fil de tyrolienne en Thaïlande

Avatar

Published

on

Un touriste canadien est décédé après la rupture d’un câble de tyrolienne dans le nord de la Thaïlande, ont annoncé les autorités.

Les autorités à Chiang Mai ont déclaré que l’homme de 25 ans était en vacances avec sa petite amie.

Le câble a cédé peu de temps après sa libération du début du cours de tyrolienne samedi, ont rapporté les médias locaux.

L’attraction Flight of the Gibbon aurait été fermée pendant que la police enquêtait.

Selon des informations antérieures, l’homme, qui n’a pas été officiellement désigné, est tombé à 100 m de la tyrolienne. Cependant, la police dit maintenant qu’il est tombé d’une hauteur de 12 m.

Il aurait ensuite dévalé une colline, a déclaré une source à la BBC.

Les autorités thaïlandaises enquêtent sur plusieurs questions, notamment le point de savoir si la limite de poids avait été dépassée et toute négligence potentielle de la part des opérateurs.

Un porte-parole du ministère des Affaires mondiales du Canada a déclaré à BBC News: « Nos pensées et notre sympathie vont à la famille et aux amis du citoyen canadien décédé en Thaïlande. Des services consulaires sont fournis à la famille et aux proches du Canadien ».

Le vol de la tyrolienne du Gibbon dans le village de Mae Kampong, Chiang Mai, dure environ 5 km avec 33 plateformes différentes, ce qui en fait l’un des plus longs d’Asie.

Il a été fermé temporairement en 2016 après que trois touristes israéliens se soient rencontrés et soient tombés à terre, souffrant de blessures non mortelles.

Un représentant de la société a déclaré à l’agence de presse AFP qu’il attendait l’autorisation de reprendre ses activités.

Lire la suite




Derniers articles

Sports22 minutes ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Herbert, dernier Français, éliminé

Pierre-Hugues Herbert, 49e mondial et dernier Français en lice au Masters 1000 de Monte-Carlo, a été éliminé jeudi en 8es...

Sports1 heure ago

Championnats de France de natation: Stravius fidèle au poste

Jérémy Stravius, pilier de la natation française, a profité du 50 m dos à la fois pour se qualifier pour...

Sports2 heures ago

Ligue Europa: Arsenal, sans l’ombre d’un doute

Meilleur à l’aller (2-0) et meilleur au retour, Arsenal s’est très tranquillement qualifié jeudi pour les demi-finales de la Ligue...

France2 heures ago

Almodovar, Loach, Malick… des pointures pour le 72e Festival de Cannes

Les vétérans Ken Loach, Terrence Malick, Pedro Almodovar ou encore les frères Dardenne seront en compétition lors du 72e Festival...

Business3 heures ago

Retraites: le Medef veut repousser l’âge légal à 64 ans d’ici 2028

Le Medef a proposé jeudi de relever l’âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d’ici 2028,...

Monde3 heures ago

Mis à l’index par Pyongyang, Mike Pompeo fait le dos rond

Face à l’impasse, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo fait le dos rond, et les Etats-Unis avec lui. Même si la...

Afrique3 heures ago

Nigeria: l’ex-président de la Cour suprême jugé coupable de corruption

L’ancien président de la Cour suprême du Nigeria a été reconnu coupable jeudi de corruption et condamné à dix ans...

Sports3 heures ago

Ligue Europa: des demies Arsenal-Valence et Francfort-Chelsea

L’Angleterre sera représentée par deux clubs dans le dernier carré de la Ligue Europa: Arsenal affrontera Valence pendant que Chelsea...

France3 heures ago

Hôpitaux de Paris: les urgences toujours mobilisées, avant une grève plus large

« Porte d’entrée » d’un milieu en souffrance, plusieurs services d’urgences de l’Assistance publique- Hôpitaux de Paris étaient toujours en grève illimitée...

Business4 heures ago

Privatisation d’ADP: Philippe appelle à « éviter les caricatures »

Edouard Philippe a appelé jeudi à « éviter les caricatures » sur le dossier polémique de la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP),...

Advertisement

Nous suivre sur facebook