Connect with us

Biodiversité

Armes à feu, climat: une nouvelle génération monte au créneau

AFP

Publié le

David Hogg se bat pour le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis, Greta Thunberg pour la défense du climat en Europe: ils sont adolescents mais déjà connus dans le monde entier pour leur engagement, symboles d’une génération qui semble prête à renouer avec le militantisme.

David Hogg, 18 ans, fait partie des figures de proue du mouvement « March For Our Lives » (« Marche pour nos vies »), lancé par des lycéens de Parkland (Floride) après la fusillade qui a fait 17 morts dans leur établissement le 14 février 2018.

Le mouvement, qui entend pousser les élus à durcir la législation sur les armes à feu, a mobilisé des centaines de milliers de jeunes Américains.

Greta Thunberg, une Suédoise de 16 ans, s’est imposée ces derniers mois comme le nouveau visage de la lutte contre les dérèglements climatiques, entraînant des foules de jeunes dans son sillage en Europe.

Celle qui avait commencé en manifestant seule devant le Parlement suédois est désormais citée pour le prix Nobel de la Paix 2019.

Si elle l’obtenait, elle serait la plus jeune lauréate, devant la Pakistanaise Malala Yousafzai, Nobel de la Paix en 2014, à 17 ans, pour sa lutte pour le droit à l’éducation.

– « Penchant pour l’engagement » –

Certains sont encore plus précoces dans leur engagement, comme l’Américaine Alice Paul Tapper: son appel fin 2017, à 10 ans, à « Lever la main » (« Raise Your Hand ») pour encourager les filles à ne pas se laisser intimider a enflammé les réseaux sociaux, grâce à l’aide de sa troupe de scouts et de son père, célèbre journaliste de CNN.

Un livre dans lequel elle raconte son parcours, sorti cette semaine, s’annonce comme un succès de librairie.

Selon plusieurs experts, ces exemples illustrent un regain d’engagement de la jeunesse qu’on n’avait pas vu depuis un moment, avec notamment la mobilisation pour les droits civiques du « Freedom Summer » de 1964 comme grand repère historique.

Si la jeunesse a toujours été synonyme de contestation, il y a eu « une, presque deux générations où l’on voyait peu de militantisme », souligne Elizabeth Matto, qui étudie l’engagement des jeunes à l’université Rutgers.

« Les adolescents de ce qu’on appelle la génération Z ont un vrai penchant pour faire entendre leurs voix », dit-elle.

Selon elle, ils « commencent à réaliser qu’ils sont une force avec laquelle il faut compter. (C’est) une génération qui veut améliorer les choses et ne voit pas son âge comme un obstacle. »

Et de citer pour preuve la hausse de la participation des 18-29 ans aux législatives américaines de novembre: quelque 31% d’entre eux ont voté, le taux le plus élevé depuis 25 ans, selon le Centre sur l’engagement citoyen de l’université Tufts.

Plus éduquée que les précédentes, maîtrisant parfaitement les réseaux sociaux avec lesquels elle a grandi, cette génération a des facilités à « monter une organisation et à attirer l’attention », souligne Sam Abrams, professeur au Sarah Lawrence College.

Capables de créer des vidéos de qualité cinéma, dit-il, les adolescents « peuvent partager leurs histoires très efficacement, on voit ça dans le monde entier ».

David Hogg reconnaît que même sans les réseaux sociaux les lycéens de Parkland « auraient pu s’organiser, mais pas à la même échelle ». Il est suivi par 950.000 personnes sur Twitter.

– Tenir la distance

Mais les réseaux ont beau permettre d’attirer l’attention, ils sont loin de garantir que cette génération obtiendra des changements substantiels, souligne Sam Abrams.

« La grande question est: peuvent-ils maintenir durablement leur mobilisation? », dit-il, relevant que les changements sociétaux, « ça prend des années ».

D’autant que, selon lui, des étudiants engagés perdent souvent leur élan après le départ de certains camarades, ou l’obtention d’un diplôme.

Zanagee Artis, 19 ans, qui a co-fondé en 2018 la coalition « Zero Hour » pour le climat et la justice environnementale, reconnaît qu’après des mois d’activisme intense, il s’est désengagé de la plupart de ses responsabilités après avoir intégré l’université Brown.

« Les plus vieux comme moi, on a moins de temps » à consacrer à l’organisation, dit cet étudiant en sciences politiques et environnement.

« Mais je n’ai aucun doute que Zero Hour pourra continuer: avec les réseaux sociaux, on touche beaucoup plus de jeunes qu’avant, il y aura toujours des gens prêts à se mobiliser ».

David Hogg reconnaît aussi qu’après avoir pris une année de césure pour sillonner le pays, il s’apprête à lever le pied pour entrer à l’université de Harvard.

Il se dit pleinement conscient des années qu’il pourrait falloir avant d’arriver à limiter les armes à feu aux Etats-Unis: « Il faudra peut-être attendre que candidatent au Congrès (des gens) qui sont encore enfants aujourd’hui », dit-il.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biodiversité

Bannir toute énergie fossile d’ici 2050, le pari du Costa Rica

AFP

Published

on

By

Eric Orlich et son épouse Gioconda possèdent deux voitures électriques qu’ils rechargent chez eux grâce à des panneaux solaires. Une situation qui pourrait devenir la norme au Costa Rica où le gouvernement vient de lancer un vaste programme pour bannir les énergies fossiles d’ici 2050.

« C’est tout à fait faisable et nécessaire », estime Eric Orlich, qui habite avec son épouse et ses deux enfants dans une zone montagneuse à l’est de San José. Chef d’entreprise dans le domaine des panneaux solaires, il est également président de l’Association pour la mobilité électrique, qui promeut l’utilisation de mode de transports alternatifs.

Lancé en février par le gouvernement de ce pays de 5 millions d’habitants, le « Plan national de décarbonation » veut se débarraser des énergies émettrices de gaz à effet de serre telles que le charbon, le pétrole ou le gaz naturel.

Premier objectif : que 70% des transports publics passent à l’électrique à l’horizon 2035 et 100% en 2050. « Est-ce réaliste ? Bien sûr, et probablement que nous y parviendrons avant », s’enthousiasme Eric Orlich.

Un pari tout à fait réalisable pour la diplomate costaricienne Cristiana Figueres qui a participé aux négociations de l’Accord de Paris sur le climat. « Le gouvernement a prudemment fixé la date-butoir à 2050 parce que c’est ce qu’exige l’Accord de Paris », explique-t-elle. « Mais j’ai confiance que nous allons y parvenir avant ».

« Une fois que nous aurons réussi le processus d’électrification de la mobilité et relancé une agriculture et un élevage plus efficaces, cela fera boule de neige » et permettra d’accélérer la décarbonation, prédit-elle.

Car outre les transports publics, le plan national voulu par le président de gauche Carlos Alvarado ambitionne de toucher tous les aspects de l’économie : industrie, agriculture, élevage. Il prévoit également un programme de reforestation, l’amélioration de la gestion des déchets et l’assainissement dans toutes les zones urbaines.

Une réforme fiscale « verte » est également au programme pour substituer les rentrées fiscales liées à la vente de combustibles et d’automobiles.

– Et le vélo ? –

« C’est un changement dans notre dynamique sociale et notre économie. D’ici 2050, notre paysage urbain et rural va être très différent, avec des villes plus agréables (…) où la voiture ne sera plus reine », a expliqué à l’AFP la Première dame, Claudia Dobles, une architecte qui coordonne le dossier rénovation urbaine du programme, dont le volet transports.

Ce dernier prévoit deux chantiers clés : la construction d’un train électrique qui traversera l’aire métropolitaine de San José, zone la plus peuplée du pays, et la modernisation du réseau de bus, qui sera connecté avec le train. L’idée est de mettre fin à l’omniprésence de la voiture en particulier dans la capitale, où les rues sont polluées et très fréquemment embouteillées.

Mais le programme n’est pas sans susciter de critiques, d’autant que le gouvernement n’a pour l’heure présenté aucun budget. Juan Carlos Hidalgo, analyste au très libéral Institut Caton à Washington, s’étonne que les objectifs aient été fixés sans « prendre en compte les coûts ».

De son côté, David Gomez, qui milite pour une utilisation plus large de la bicyclette en ville, regrette que le plan national ne soit pas plus ambitieux en matière de développement des déplacements doux, comme la marche ou le vélo, ce qui permettrait de diminuer réellement les embouteillages.

« On a besoin d’incitations pour que les gens soient motivés pour délaisser leur voiture au profit du vélo. Ce serait une mesure bien plus efficace pour décarboner l’économie, que le simple remplacement de voitures à essence par des voitures électriques », juge-t-il.

« Ce n’est pas parce que nous aurons des technologies et des systèmes plus intelligents que cela fera dispaître les problèmes de mobilité », admet Claudia Dobles, qui souhaite avant tout que les transports en commun deviennent un réflexe chez les particuliers pour se déplacer.

Cristiana Figeres rappelle que, face à l’urgence climatique, tous les pays vont devoir s’engager dans la décarbonation de leur économie. Mais pour elle, le Costa Rica a un avantage de taille : entre éolien, hydroélectricité, solaire et géothermie, le petit pays n’est qu’à un petit 1,5% de l’autosuffisance totale en électricité renouvelable.

Lire la suite

Biodiversité

Belgique: les Serres royales de Laeken ouvertes pour le printemps

AFP

Published

on

By

Géraniums, azalées, hortensias, camélias: les serres du domaine royal de Laeken, à Bruxelles, qui ouvrent au public pour trois semaines comme chaque année au printemps, abritent des milliers d’espèces végétales dans l’un des principaux complexes botaniques d’Europe.

Le site propose des visites à partir de vendredi soir et jusqu’au 10 mai, selon le palais royal, qui vante une expérience « intéressante et unique » pour l’association entre végétaux et architecture.

Les serres bâties dans le parc du château de Laeken, résidence de la famille royale belge, datent du règne de Léopold II (1865-1909).

C’est en 1874 que l’architecte Alphonse Balat, missionné par le roi, entame les travaux du Jardin d’Hiver, la pièce centrale, avec 34 mètres sous le plafond pour abriter les plus grands palmiers.

Il faudra ensuite une vingtaine d’années pour bâtir intégralement un complexe de serres pouvant hébeger toute la collection royale de plantes.

Il s’agit principalement d’espèces subtropicales nécessitant un système de chauffage pour garantir une température de 10-12 degrés minimum, a expliqué le régisseur du domaine, Michel Dekens.

Selon lui, le roi Léopold II avait une passion particulière pour les camélias et « à son décès il y avait dans sa collection plus de 1.000 plants de camélias »… Une plante à fleurs dont les pépiniéristes belges avaient fait une des leurs spécialités.

Les Serres royales, accessibles au public moyennant 2,50 euros (sauf pour les moins de 18 ans), sont ouvertes six jours par semaine jusqu’au 10 mai et en soirée (20h-21h30) les vendredi, samedi et dimanche, selon le site du palais royal.

Les serres accueillent chaque printemps 100.000 visiteurs.

Lire la suite

Biodiversité

Blocages à La Défense contre la « République des pollueurs »

AFP

Published

on

By

Des centaines de militants ont bloqué vendredi pendant des heures à La Défense, près de Paris, plusieurs lieux symboliques de l' »alliance toxique » entre États et multinationales qu’ils accusent d’être « responsables » du réchauffement: un « succès inédit », pour les ONG organisatrices.

Dans une ambiance bon enfant, assis par terre ou attachés les uns aux autres, les militants — 2.000 selon les organisateurs– ont bloqué les entrées des bâtiments de Total, de la Société générale, d’EDF et de la tour Séquoia qui abrite une antenne du ministère de la Transition écologique, collant sur les vitres des affiches « Macron président des pollueurs », et taguant le même slogan sur le sol à la peinture lavable.

D’autres ont pénétré dans les tours, y restant plusieurs heures avant d’être évacués d’EDF puis de la Société générale par les forces de l’ordre dans l’après-midi. En début de soirée, les manifestants, quittant également le siège de Total, ont convergé vers l’antenne du ministère d’où ils ont également été délogés, selon les ONG.

Greenpeace, ANV-COP21 et Les Amis de la Terre, qui organisaient l’opération dans le cadre d’une « semaine de la rébellion » organisée en Europe, se sont félicités dans un communiqué d’une action de désobéissance civile d' »une ampleur inédite », faisant toutefois état d’une personne placée en garde à vue et de quelques blessés légers.

« Totalement irresponsable », a-t-on pu entendre crier dans la journée devant le siège de Total par des militants assis par terre derrière une grande banderole frappée des mots « République des pollueurs » aux côtés de l’effigie d’Emmanuel Macron.

D’autres se sont allongés sur le sol, comme pour symboliser une scène de crime.

Total, « c’est symbolique, c’est la fabrique du changement climatique », a déclaré à l’AFP Clément Sénéchal, de Greenpeace, une des ONG organisatrices de cette action de « désobéissance civile de masse » avec ANV-COP21 et les Amis de la Terre.

« Le sérieux est du côté des activistes », a-t-il ajouté, avant de brandir un des portraits du président décroché dans des mairies ces derniers mois à l’initiative d’ANV-COP21.

« On a sorti le portrait ici pour dénoncer la politique de Macron et pour montrer que la politique de la France se fait ici et pas au ministère », a lancé devant la foule Cécile Marchand, des Amis de la Terre.

– « Pas si facile » –

Dans la matinée, après le bris d’une vitre de la tour Société générale, les forces de l’ordre avaient brièvement utilisé des bombes lacrymogènes pour prendre position à l’intérieur du bâtiment, selon un photographe de l’AFP.

« Il faut que le gouvernement impose une politique contraignante (…), parce que s’il y a un effondrement, on sera la première génération concernée », a lancé Clarisse, 18 ans, venue d’Angers.

« Aux quelques militants radicaux qui ciblent le président et le gouvernement, vous vous trompez d’ennemis! », a réagi le ministre de la Transition écologique François de Rugy sur Twitter. « Nous agissons », a-t-il assuré.

Le PDG de Total Patrick Pouyanné a lui défendu la stratégie du groupe. Les gens manifestent pour demander que « plus soit fait » contre le changement climatique, mais « nous savons que ce n’est pas si facile parce que la première demande de la population est d’avoir accès à plus d’énergie, une énergie abordable, et qui doit être propre », a-t-il déclaré.

Greenpeace, les Amis et de la Terre ou ANV-COP21 sont habitués des opérations médiatiques pour faire passer leur message, mais généralement organisées en petits groupes avec leurs propres militants.

Cette opération faisant appel à des volontaires partout en France avait été préparée dans le plus grand secret, les militants, qui avaient obligation de suivre préalablement une formation à la désobéissance civile, étant prévenus de points de rendez-vous par sms peu avant. Avec des critères stricts à respecter pour des participants prêts à se faire arrêter: visage « toujours » à découvert, « aucune agression physique, verbale ou psychologique tolérée », et « aucune » dégradation de biens.

Cette action s’inscrit dans le cadre de la « semaine de rébellion » lancée lundi par le tout jeune mouvement Extinction Rebellion dont les actions ont été particulièrement suivies à Londres, où les militants ont bloqué des lieux emblématiques comme Oxford Circus. Près de 500 d’entre eux ont été arrêtés depuis le début de la semaine.

Lire la suite




Derniers articles

Sports7 minutes ago

Natation: le 4×100 m dames pas repêché, symbole de l’exigence réaffirmée

Neuf centièmes méritent-ils de déroger à ses principes ? Non, a répondu l’encadrement de la natation tricolore en ne repêchant...

Sports1 heure ago

Challenge: La Rochelle décroche dans la douleur sa première finale continentale

Quel suspense! A l’issue d’une fin de match irrespirable, le Stade Rochelais a décroché la première finale continentale de son...

Sports2 heures ago

Hand: le PSG tout proche de son sixième titre

Le Paris Saint-Germain est presque assuré de remporter son sixième titre de champion de France de handball après sa victoire...

Sports3 heures ago

France: Marseille s’accroche à son rêve de C1

Marseille, vainqueur poussif à Guingamp (3-1), a maintenu l’espoir de jouer le podium jusqu’à la fin de la saison, tandis...

Monde4 heures ago

L’Ukraine se prépare à une victoire désormais probable du comédien Zelensky

L’Ukraine se préparait samedi à l’idée longtemps inimaginable d’une victoire du comédien novice en politique Volodymyr Zelensky à la présidentielle,...

Sports4 heures ago

Rugby: Clermont souffre aussi mais complète la finale 100% française en Challenge

Clermont a souffert, comme La Rochelle plus tôt face à Sale, mais s’est aussi qualifié samedi pour la finale du...

Monde5 heures ago

Le Kosovo rapatrie une centaine de proches de jihadistes, Washington applaudit

Le Kosovo a annoncé samedi le rapatriement de Syrie de 110 de ses ressortissants, en quasi totalité des épouses ou...

France5 heures ago

« Gilets jaunes »: premières échauffourées dans le cortège parisien (journaliste AFP)

Mise à jour 20.04.2019 à 15:00 AFP De premières échauffourées ont éclaté samedi en...

Sports5 heures ago

24 Heures Motos: la Kawasaki N.11 évite les erreurs avant la nuit

Aux 24 Heures du Mans Motos, la moindre erreur se paye cash. Après huit heures de course très animées samedi,...

Monde6 heures ago

Syrie: plus de 60 combattants prorégime tués dans une série d’attaques jihadistes

Plus de 60 soldats et combattants fidèles au régime en Syrie ont été tués ces dernières 48 heures dans une...

Advertisement

Nous suivre sur facebook