Connect with us

France

Lutte contre la pollution industrielle en France, rien n’est encore gagné

La protection de l’environnement est devenue un enjeu planétaire et tous les acteurs politiques et économiques sont conscients que seules des solutions globales peuvent répondre à des problématiques globales. Mais la pollution mondiale n’est que la somme des pollutions locales à petite échelle, parfois près de chez nous. Quelques exemples de pollutions industrielles en France pour nous rappeler que la pollution n’est pas que l’affaire des pays en voie de développement.

Avatar

Publié le

Les boues rouges : de Marseille à Paris

Le 12 février dernier, 10 tonnes de boues rouges ont été versées devant le ministère de l’Ecologie par des militants de l’association de défense de l’Océan ZEA, qui ont décidé que le scandale industriel de l’usine Alteo de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône avait trop duré. Olivier Dubuquoy, militant écologiste, prévient le gouvernement : « On a décidé qu’à partir de maintenant, c’est eux qui allaient apprendre à vivre avec les boues rouges, donc on va faire des livraisons régulières comme ça tant qu’ils ne mettront pas fin à ces pollutions. »

En effet, depuis des années, l’usine Altéo qui produit 500 000 tonnes d’alumines chaque année, se voit régulièrement rappelée à l’ordre par les riverains ou les autorités locales. Ceux-ci ont fini par obtenir l’arrêt des rejets massifs de produits toxiques dans la Méditerranée mais l’usine continue de produire 350 000 tonnes de résidus toxiques qui sont stockés à ciel ouvert et au gré du vent sur le site de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air. Les écologistes demandent l’arrêt de ces décharges toxiques mais l’usine n’a pour l’instant pas trouvé de réelle alternative.

L’usine Sanofi de Mourenx

En juillet 2018 c’est le site d’information Mediapart qui révélait que l’entreprise pharmaceutique Sanofi rejetait du bromopropane (produit cancérigène) dans une quantité 190 000 fois supérieure à la limite autorisée. Il aura fallu une plainte de l’association France Nature Environnement pour que la troisième entreprise pharmaceutique mondiale annonce la fermeture de son site et l’ouverture d’une enquête « pour mieux comprendre les causes et l’historique de la situation .» Mais le mal est déjà fait et en septembre 2018 c’est au tour de l’association Apesac, qui aide les parents d’enfants souffrant du syndrome anti-convulsant, de porter plainte contre Sanofi. Finalement, quelques mois plus tard, l’usine reprend son activité, autorisée par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, sans que l’on connaisse précisément les mesures mises en œuvre pour éviter une récidive de ce scandale sanitaire.

Le scandale dormant des phosphates dunkerquois

A Dunkerque le scandale environnemental du phosphate polluant n’a pas encore tout à fait éclaté même si les autorités locales se sont déjà saisies du dossier. Ecophos, groupe belge de production de phosphates pour l’alimentation animale, a créé une filiale française, Aliphos France, dont l’usine du Nord, opérationnelle depuis novembre 2017 devait produire 220 000 tonnes de phosphates dicalciques par an. Mais à en croire une source interne à l’entreprise, la production de phosphate n’atteint finalement que 40 000 tonnes annuelles. Cette faiblesse de la production n’a pourtant pas empêché la génération de quantités très importantes de déchets toxiques, néfastes pour l’environnement : 2 100 tonnes de déchets dangereux « résidus CCP » ont été trouvées lors de l’inspection par la préfecture du Nord en août 2018, soit 5% du volume de production. Or, d’après les documents publiés par la société elle-même en juin 2018, le taux de déchets dangereux produits par l’usine aurait du non seulement se situer entre 0,5% et 1% de la production, mais ces déchets devaient également être envoyés dans une filière de retraitement. C’est pourtant stocké à l’air libre et sans protection particulière que la préfecture a découvert un volume de déchets 10 fois supérieur à ce qu’il devrait être. Via un arrêté préfectoral de décembre 2018 (accessible ici), la préfecture du Nord a ainsi condamné Aliphos à une amende administrative considérant que les « conditions d’entreposage de déchets dangereux du site sont de nature à entraîner des dommages graves pour l’environnement. » Au temps pour la « vitrine technologique » proclamée par Mohamed Takhim, le PDG d’ Aliphos…

Des habitudes à la peau dure

Le consensus est absolu : nous devons tous faire des efforts si nous voulons enrayer la dégradation de l’environnement qui s’est considérablement accéléré depuis la révolution industrielle. Mais quelques exemples près de chez nous suffisent à démontrer que les vieilles habitudes ont la peau dure. La lutte contre les pollutions industrielles est un enjeu de développement durable et la vigilance de la part des entreprises, des pouvoirs publics comme des citoyens doit être constante et sans faille.

    NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

    Advertisement
    laisser un commenataire

    Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    France

    Attaque au colis piégé à Lyon : le suspect toujours en fuite, de nouvelles photos

    Avatar

    Published

    on

    Les autorités mettaient samedi “tous les moyens en oeuvre” pour retrouver la trace du principal suspect de l’attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers vendredi à Lyon, un trentenaire dont les motivations demeuraient toujours inconnues à la veille de la tenue des élections européennes.

    Nouvelles photos du principal suspect

    La police a diffusé sur twitter deux nouveaux clichés du principal suspect de l’attaque perpétrée devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, artère piétonne commerçante au coeur de Lyon. Ces photos, de qualité très moyenne, montrent un homme roulant à vélo, portant un sac à dos et une casquette sombres. “Tous les moyens” sont “mis en oeuvre pour parvenir rapidement à l’identification et à l’interpellation de l’auteur des faits”, a auparavant annoncé devant la presse à Lyon le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, précisant que l’attaque n’avait pas été revendiquée à ce stade. 

    Un ADN non encore identifié

    Le bilan officiel fait état de 13 personnes – neuf femmes dont une enfant de dix ans et quatre hommes – blessées, dont 11 ont été hospitalisées. Certaines ont dû “subir une intervention chirurgicale, afin d’extraire des éclats”, selon le procureur. Dans le cadre de l’enquête, “plusieurs dizaines” de témoignages “sont en cours d’exploitation”, a-t-il ajouté, alors que des sources proches du dossier ont révélé qu’un ADN non encore identifié avait été isolé sur le colis piégé. Cet ADN n’est pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), a précisé une source proche du dossier, confirmant une information du Progrès.
    Selon ces mêmes sources, il y a de fortes suspicions pour que l’explosif soit du TATP, en faible quantité. Le TATP (tripéroxyde de triacétone), explosif artisanal très instable, a été utilisé dans les attentats jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris et de mars 2016 à Bruxelles.

    Un trentenaire recherché, son parcours retracé

    C’est la section antiterroriste du parquet de Paris qui a ouvert l’enquête pour “tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle”. Toutefois, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a souligné vendredi soir qu’il était “trop tôt” pour évoquer “un acte terroriste”. 

    Selon Remy Heitz, le suspect était vêtu au moment des faits d’un “bermuda vert clair”, d’une “chemise vert foncé aux manches relevées” et de “chaussures noires”. “Son visage était en partie dissimulé par une caquette kaki et une paire de lunettes de soleil”. Il est âgé d’une trentaine d’années, selon une source proche de l’enquête. 

    Grâce à la vidéosurveillance de la ville, le parcours du fugitif a pu être suivi à partir de 17h19, lorsqu’il circulait à vélo sur le quai Claude Bernard bordant le 7e arrondissement de Lyon. Jusqu’à l’explosion survenue à 17h28, juste après qu’il a abandonné un “sac en papier kraft”, puis quitté la “presqu’île” lyonnaise par le même itinéraire, a expliqué le procureur.
    Sur les lieux ont été retrouvés au sol “des vis de 2 cm, des billes de métal, sept piles de type LR6, un circuit imprimé, un dispositif de déclenchement à distance (…) et des morceaux de plastique blancs pouvant être des résidus de l’engin explosif”, a révélé Rémy Heitz.

    Une source administrative locale a confirmé samedi que le colis contenait une “charge explosive relativement faible déclenchée à distance”. 

    Lire la suite

    France

    Cannes sacre Bong Joon-ho, premier Sud-Coréen à recevoir la Palme d’or

    AFP

    Published

    on

    By

    Le Festival de Cannes a sacré samedi soir Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or, laquelle échappe une nouvelle fois à l’Espagnol Pedro Almodovar, l’autre grand favori de la compétition, qui tentait de l’obtenir pour la sixième fois.

    Lot de consolation pour “Douleur et Gloire”, film le plus personnel du cinéaste espagnol: l’acteur Antonio Banderas remporte le prix d’interprétation masculine.

    L’Américain Quentin Tarantino est lui reparti bredouille avec son “Once upon a time… in Hollywood”, l’un des films les plus attendus de la compétition, qui avait assuré le show sur la Croisette avec ses superstars Brad Pitt et Leonardo DiCaprio.

    Drame familial et thriller très maîtrisé sur les inégalités sociales, “Parasite” de Bong Joon-ho, qui avait remporté l’adhésion de la presse, est le deuxième film asiatique de suite à remporter la Palme d’or, après “Une affaire de famille” du Japonais Hirokazu Kore-Eda l’an dernier.

    “Je suis vraiment très honoré”, a déclaré Bong Joon-ho, qui a dit être “toujours très inspiré par le cinéma français”, et a remercié “les deux grands réalisateurs français Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol”.

    “Parasite”, qui mêle avec virtuosité les genres cinématographiques tout en tenant le spectateur en haleine, raconte l’histoire d’une famille de chômeurs dont la vie va changer le jour où leur fils va devenir professeur d’anglais pour une famille bourgeoise.

    “Nous avons tous été fascinés par ce film, et cette fascination a continué à croître au fil des jours”, a expliqué le président du jury, le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, lors d’une conférence de presse après le palmarès, soulignant que “la plupart des films qui ont reçu des prix traitent de justice sociale et d’injustice”.

    “Ils ont à voir avec les aspects politiques et sociaux du monde actuel”, a-t-il ajouté. “Le cinéma doit essayer d’élever la conscience sociale et ce partout dans le monde”, a-t-il encore dit, tout en réfutant que les choix du jury aient “reposé sur des choix politiques”.

    – La nouvelle garde, Ladj Ly et Mati Diop –

    La Franco-Sénégalaise Mati Diop, 36 ans, l’une des quatre réalisatrices de la compétition, a reçu quant à elle le Grand Prix, deuxième récompense la plus importante, pour “Atlantique”, fable à la fois politique et onirique sur le sort des migrants et la jeunesse de Dakar, son premier long métrage.

    “Je n’en reviens pas”, a-t-elle lancé. Et, s’adressant au jury: “C’est un peu fou ce que vous avez fait !”

    Autre nouveau venu à Cannes, le Français Ladj Ly a remporté le prix du jury pour “Les Misérables”, film coup de poing sur les violences policières dans les banlieues, ex-aequo avec le film brésilien “Bacurau” de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles.

    “Mon film parle des rapports entre les différentes communautés dans ce territoire. Le seul ennemi en commun qu’il y a entre ces habitants et les policiers, c’est la misère”, a réagi Ladj Ly, avant de dédier son prix “à tous les misérables de France et d’ailleurs”.

    “Ce soir, c’est mon soir de gloire”, a déclaré l’acteur Antonio Banderas, 58 ans, en dédiant son prix d’interprétation à Pedro Almodovar, qui l’a lancé dans le métier dans les années 80 et avec qui il collaborait pour la huitième fois. “Je très suis heureux, mais je ressens une légère amertume. J’aurais bien aimé que Pedro soit ici” parmi les primés, a-t-il ajouté en conférence de presse.

    Chez les femmes, c’est l’actrice anglo-américaine Emily Beecham, 35 ans, qui l’a emporté pour “Little Joe” de l’Autrichienne Jessica Hausner, dans lequel elle campe une scientifique excentrique, dans un monde gagné par les manipulations génétiques.

    Les frères belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, qui appartiennent au club très restreint des double Palme d’or, ont décroché cette fois le prix de la mise en scène pour “Le jeune Ahmed”, sur un adolescent radicalisé.

    “Merci au jury pour cette récompense pour ce film, qu’on a voulu comme une ode à la vie”, a déclaré Luc Dardenne en recevant ce prix, auprès de son frère Jean-Pierre, évoquant des “temps sombres difficiles, où des populismes identitaires montent”.

    Autre réalisatrice en compétition, la Française Céline Sciamma est repartie avec le prix du scénario pour “Portrait de la jeune fille en feu”, histoire d’amour entre une peintre et son modèle au XVIIIe siècle.

    slb-may-nip-est/rh/spe

    Lire la suite

    France

    Cannes: “Parasite” du Sud-Coréen Bong Joon-ho remporte la Palme d’or

    AFP

    Published

    on

    By

    “Parasite”, drame familial magistral mâtiné de thriller du Sud-Coréen Bong Joon-ho, qui dépeint la violence des inégalités sociales avec une grande maîtrise formelle, a remporté la Palme d’or samedi en clôture du 72e Festival de Cannes.

    La Palme d’or a été décernée à l’unanimité du jury, a précisé son président, le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu.

    “Nous avons été fascinés pas (le) film (de Bong Joon-ho) et cette fascination a continué à croître au fil des jours, d’où notre unanimité”, a-t-il développé en conférence de presse, saluant également la grande efficacité du film.

    Bong Joon-ho, grand représentant de la nouvelle vague de Corée du Sud, est le tout premier cinéaste du pays à décrocher la suprême récompense cannoise.

    “Merci beaucoup. Je suis très honoré, j’ai toujours été très inspiré par le cinéma français, je remercie Henri-Georges Clouzot et Claude Chabrol”, a commenté celui qui succède au palmarès au Japonais Hirokazu Kore-eda, palmé l’an passé pour “Une affaire de famille”.

    Les points communs sont d’ailleurs frappants entre les deux films, puisque le film de Kore-eda racontait l’histoire d’une famille dans le désœuvrement qui commet des larcins, avant d’accueillir une fillette chez eux.

    L’humanisme débordant dans “Une affaire de famille” est moins présent dans “Parasite” dont la critique sociale s’avère féroce, avec une propension à la violence et l’humour noire savamment dosée par Bong Joon-ho.

    “Parasite” raconte l’histoire d’une famille de chômeurs, celle de Ki-taek (incarné par Song Kang-ho, acteur fétiche de Bong Joon-ho), qui végètent dans un appartement en sous-sol sombre et sordide, où ils cohabitent avec les cafards et vivent d’expédients.

    La vie de Ki-taek, sa femme et leurs deux enfants change de tournure le jour où son fils, Ki-Woo, décroche un travail de professeur particulier d’anglais pour une jeune fille dans une famille bourgeoise, les Park, qui habitent une somptueuse maison avec jardin, grandes baies vitrées et décoration soignée.

    La famille de Ki-taek va vite s’emparer du filon: par d’habiles subterfuges, Ki-Woo fait embaucher sa sœur pour donner des cours de dessin au petit dernier, puis ses parents comme chauffeur et gouvernante. Mais, si tout semble aller pour le mieux pour cette famille d’arnaqueurs, l’arrivée de ces “parasites” dans la famille Park va en fait marquer le début d’un engrenage incontrôlable.

    Lire la suite




    Derniers articles

    Faits divers52 minutes ago

    France: Violent incendie dans le centre de Bordeaux

    France 26 mai 2019 00:58; Act: 26.05.2019 00:58 Le feu s’est propagé dans plusieurs immeubles du centre-ville de Bordeaux samedi....

    Business52 minutes ago

    Déjà six candidats à la succession de Theresa May

    La course à la succession de la Première ministre britannique est ouverte, avec déjà six candidats sur les rangs pour...

    Sciences1 heure ago

    L’homme qui a fait la renommée mondiale

    France2 heures ago

    Attaque au colis piégé à Lyon : le suspect toujours en fuite, de nouvelles photos

    Les autorités mettaient samedi “tous les moyens en oeuvre” pour retrouver la trace du principal suspect de l’attaque au colis...

    Sports2 heures ago

    Le Bayern gagne la Coupe d’Allemagne avec deux buts de Lewandowski et réussit le doublé

    En remportant samedi à Berlin la Coupe d’Allemagne contre Leipzig (3-0) avec un doublé de Lewandowski, le Bayern Munich s’est...

    Sports2 heures ago

    Basket: l’Asvel souffre mais s’en sort, Dijon se balade

    Villeurbanne, premier de la saison régulière, a éprouvé de grosses difficultés pour se défaire du Mans, lors du match 1...

    Sports2 heures ago

    Le Bayern gagne la coupe d’Allemagne et réussit le doublé

    Le Bayern Munich a remporté samedi la Coupe d’Allemagne en battant Leipzig 3-0 en finale à Berlin, réussissant le doublé...

    France2 heures ago

    Cannes sacre Bong Joon-ho, premier Sud-Coréen à recevoir la Palme d’or

    Le Festival de Cannes a sacré samedi soir Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or, laquelle échappe...

    Sports3 heures ago

    500 miles d’Indianapolis: le Speedway, circuit unique et mythique

    Beaucoup le considèrent comme “La Mecque” du sport automobile, un circuit de légende à la fois magnifique et démoniaque: l’Indianapolis...

    Sports3 heures ago

    Top 14: Virgile Lacombe va remplacer William Servat à Toulouse

    Le président du Stade Toulousain Didier Lacroix a officialisé le remplacement de William Servat par Virgile Lacombe au poste d’entraîneur...

    Advertisement

    Nous suivre sur facebook




    Cinéma