Connect with us

Etats Unis

Etats-Unis: la Fed met un coup d’arrêt à la remontée des taux

AFP

Publié le

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d’intérêt cette année, dans la perspective d’un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d’une inflation toujours plus contenue.

Le Comité monétaire a estimé qu’en début d’année, « le marché du travail reste solide mais la croissance de l’activité économique a ralenti comparé au rythme soutenu du quatrième trimestre », selon son communiqué mercredi.

La Fed table désormais sur une expansion de 2,1% pour 2019 contre 2,3% estimée en décembre. L’inflation devrait, elle, atteindre 1,8% contre une projection de 1,9% précédemment.

Des données récentes montrent, au premier trimestre, un accroissement plus faible des dépenses des ménages, traditionnel moteur de l’économie américaine, ainsi que des investissements moins importants, explique également la Fed.

Elle observe que « globalement, l’inflation a ralenti sur douze mois, essentiellement en raison d’une baisse des prix de l’énergie », notamment de l’essence. Sans les prix volatils des secteurs de l’énergie et de l’alimentaire, l’inflation demeure autour des 2%, cible de la Fed.

Le président de la Fed Jerome Powell a affirmé que la croissance américaine était encore « solide » mais « probablement plus lente ». Il a de nouveau prôné une attitude patiente: les données suggèrent qu' »on devrait (… ) laisser la situation se clarifier d’elle-même », a-t-il dit au cours d’une conférence de presse.

Il a ajouté que cela « pourrait prendre du temps avant que les perspectives d’emplois et d’inflation invitent clairement à un changement de politique ». « C’est un excellent moment pour se montrer patient », a-t-il martelé.

– International –

La Fed, qui prévoyait jusqu’alors encore deux hausses de taux d’intérêt, a donc adopté une position très prudente.

En 2018, elle avait relevé quatre fois les taux.

Ce changement d’approche, plus drastique que ne l’anticipaient de nombreux analystes, et résolument « colombe », c’est-à-dire très accommodant, reflète l’attitude tempérée de la banque centrale vis-à-vis de l’évolution de la conjoncture et des tensions à l’international.

S’agissant des risques à l’international, le président de la Fed a cité la difficile sortie du Royaume Uni de l’Union européenne (Brexit) ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

De hauts responsables américains se rendent à Pékin la semaine prochaine pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales entamée il y a un an et qui pèse sur la croissance de l’économie mondiale.

Le dollar chutait face à la devise européenne mercredi après l’annonce de ce virage net de la Fed par rapport à ses précédentes anticipations.

Les taux au jour le jour, qui influencent tous les autres types de crédits, ainsi que l’activité industrielle, immobilière et la consommation, restent donc entre 2,25% et 2,50% après une dernière hausse en décembre.

La faible inflation, qui est restée ces deux derniers mois sous la cible des 2% que la Fed estime bénéfique pour l’économie, est le principal critère qui invite le Comité monétaire à faire une pause sur le renchérissement du crédit.

– Prudence contre excès d’optimisme?

L’affaiblissement de la croissance mondiale, particulièrement en Chine et en Europe, a en outre poussé la Réserve fédérale à la prudence qui contraste avec l’optimisme affiché de l’administration Trump.

Cette dernière estime que la croissance des Etats-Unis devrait atteindre 3,2% cette année et 3% pour les dix ans à venir, a ainsi affirmé mardi Kevin Hassett, économiste de la Maison Blanche.

Selon les chiffres du département du Commerce, l’expansion américaine est parvenue à 2,9% en 2018, une cadence obtenue notamment « grâce au soutien important de la demande » suscité par les baisses d’impôts, a relevé M. Powell.

Interrogé sur la dichotomie entre les prévisions de l’administration Trump et celle de la Fed, M. Powell a assuré qu’il n’avait « pas vu » les projections de la Maison Blanche.

Cette pause de la Fed, qui a commencé en début d’année, est intervenue non seulement après une forte volatilité des marchés boursiers, inquiets des hausses des taux, mais encore à la suite des violentes critiques de Donald Trump envers le président de la Banque centrale.

Jerome Powell, qui s’est constamment refusé à réagir aux pics de l’hôte de la Maison Blanche, insiste régulièrement sur le fait que la Fed reste « apolitique » et ne prend ses décisions que sur la base des données économiques.

Sur le front de l’emploi, la Banque centrale prévoit une remontée du chômage à 3,7% cette année après 3,5% en 2018.

Enfin, à l’issue d’une réunion à l’agenda très fourni, la banque centrale a annoncé qu’elle cessera en septembre de réduire son portefeuille de bons du Trésor qu’elle a accumulé à son bilan après la crise.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats Unis

La police de New York arrête un homme avec de l’essence dans la cathédrale Saint-Patrick

AFP

Published

on

By

St Patrick est une cathédrale catholique de Manhattan construite au 19ème siècle / (c) AFP/GETTY

Un homme a été arrêté après avoir pénétré dans la cathédrale Saint-Patrick de New York avec deux bidons d’essence, un briquet et des briquets, a annoncé la police.

Ils disent que les gardes ont confronté le jeune homme de 37 ans lorsqu’il est entré dans l’église de Manhattan mercredi soir.

Il a renversé de l’essence sur le sol et des agents l’ont arrêté.

Le commissaire de police adjoint, John Miller, a déclaré que l’incident « suspect » était survenu à peine deux jours après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

St Patrick est le siège de l’archidiocèse catholique romain de New York.

« Une personne qui se promène dans un lieu emblématique, comme la cathédrale Saint-Patrick, transportant plus de quatre litres d’essence, deux bouteilles de briquet et de briquets, est un sujet de grave préoccupation », a déclaré M. Miller aux journalistes.

Le sous-commissaire au renseignement et à la lutte contre le terrorisme de la police de New York a toutefois déclaré qu’il était « trop ​​tôt pour dire » si le terrorisme était un motif.

Lorsqu’il a été confronté à l’extérieur de la cathédrale, l’homme a déclaré aux policiers que son véhicule était à court de carburant et qu’il traversait la cathédrale pour s’y rendre. Il a été arrêté lorsque la police a vérifié la camionnette et a constaté que celle-ci n’était pas en panne d’essence.

« Nous ne savons pas quel était son état d’esprit », a déclaré M. Miller.

Les enquêteurs à Paris disent que les travaux de rénovation à Notre-Dame auraient pu déclencher accidentellement l’incendie de lundi.

La catastrophe a conduit à une montée en flèche de la collecte de fonds pour les églises noires détruites par un pyromane aux États-Unis plus tôt cette année.

Un homme de 21 ans accusé d’avoir brûlé trois églises afro-américaines en Louisiane a été accusé mardi de crimes haineux.

Lire la suite

Etats Unis

L’administration Trump désigne une partie de l’armée iranienne en tant que groupe terroriste étranger.

Avatar

Published

on

L’administration Trump a franchi une étape dans sa tentative de faire pression sur l’Iran. Elle a désigné une partie de l’armée iranienne, le corps des gardiens de la révolution iranien, comme une organisation terroriste étrangère

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré que c’était la première fois que les États-Unis inscrivent un membre d’un autre gouvernement sur la liste des entités terrorisme. Les États-Unis accusent le corps des gardes de la révolution iraniens de soutenir des militants terroristes à travers le monde – en soutenant les actions en Irak contre Daesh, le Hezbollah au Liban ou encore les opérations contre les opposants à Bachar al Assad en Syrie.

Le président Trump a précisé que cette décision était quelque chose qu’il souhaitait depuis longtemps et a insisté sur le fait que les Iraniens lui ont forcé la main, en raison de leur implication depuis des décennies dans des complots terroristes.

Les Gardiens de la révolution islamique est une organisation paramilitaire créée à la suite de la révolution islamique iranienne de 1979 pour défendre le gouvernement. Elle est supervisée par le chef suprême de l’Iran et ne relève que de lui seul. Par ailleurs elle opère indépendamment des forces armées régulières et possède de vastes intérêts économiques dans tout le pays.

Le département américain désigne actuellement 60 groupes, tels qu’Al-Qaida et l’État islamique et leurs divers alliés, le Hezbollah et de nombreuses factions militantes palestiniennes, en tant qu’ organisations terroristes étrangères. Mais aucun d’entre eux n’est une armée dirigée par un État. Cette étape sans précédent énonce clairement le fait que l’Iran n’est pas seulement un État qui sponsorise le terrorisme, mais que les Gardes de la Révolution participent, financent et subventionnent activement le terrorisme en tant qu’outil d’État.

Cette mesure vise donc à isoler davantage l’Iran. Dans les faits cette désignation se matérialise  par le gel des avoirs que le Corps des gardiens de la révolution islamique peut avoir dans les juridictions américaines et une interdiction faite aux Américains de faire affaire avec le pays. Cela va aussi permettre aux aux États-Unis de refuser l’entrée aux personnes qui auraient fourni un soutien matériel à la Garde ou de les poursuivre en justice pour violation des sanctions. Cela pourrait inclure des entreprises et des hommes d’affaires européens et asiatiques qui traitent avec les nombreuses filiales de la Garde. Désormais, quiconque soutient le CGRI pourra faire face à des poursuites pénales aux Etats Unis.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton ont clairement indiqué que la pression sur Téhéran ne fera qu’augmenter jusqu’à ce que les mollahs changent de comportement.

Pas plus tard que la semaine dernière, Brian Hook, représentant spécial de Pompeo pour l’Iran, a accusé l’Iran et ses mandataires d’être responsables de la mort de 608 soldats américains en Irak entre 2003 et 2011. Il a cité des informations récemment déclassifiées par le département de la Défense. « Le secrétaire général Pompeo continuera à utiliser tous les outils à sa disposition pour faire pression sur le régime afin qu’il modifie ses politiques destructrices dans l’intérêt de la paix dans la région et pour le bien du peuple iranien, qui souffre depuis trop longtemps” a précisé Brian Hook.

Pompeo a aussi demander à toutes les nations qui n’en peuvent plus du comportement destructeur de la République islamique de rejoindre sa campagne de pression. Cela vaut notamment pour les alliés au Moyen-Orient et en Europe qui ont eux-mêmes été terrorisés par les activités violentes du régime pendant des décennies.

Une position qui rejoint celle de Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, qui se félicite de l’aboutissement de sa demande de classer les Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’État.

Enfin, cette désignation des gardiens de la Révolution comme organisation terroriste intervient à un moment critique. En effet, les pasdaran font l’objet d’un sévère rejet de la population en Iran. La répression violente des pasdarans depuis fin 2017 associées aux récentes inondations qui ont mis en lumières les carences du régime dans l’aide apportée aux victimes ont décuplés la colère de la population contre les responsables dont la plupart sont d’anciens pasdaran.

Lire la suite

Etats Unis

Le Sénat américain accuse les entreprises de médias sociaux de suppression de la liberté d’expression

Avatar

Published

on

Les principales entreprises de technologie ont déjà été accusées de suppression discrète de certaines opinions politiques. Cette fois, les trois grands ont été accusés publiquement par les législateurs républicains.

Les sénateurs républicains ont accusé mercredi Facebook, Google et Twitter de partialité politique contre les vues conservatrices et de répression de la liberté d’expression, suggérant une action antitrust contre les géants de la technologie.

Le sénateur Ted Cruz (R-TX), qui préside également le sous-comité du Comité judiciaire du Sénat chargé de la Constitution, a souligné que de nombreux Américains partagent l’opinion selon laquelle les grandes plateformes de médias sociaux sont défavorables aux conservateurs. Selon Cruz, les entreprises de technologie abusent de leur monopole de facto pour exercer une censure et promouvoir les valeurs de gauche.

« Si des entreprises de technologie utilisent les pouvoirs de monopole pour censurer les discours politiques, je pense que cela soulève de véritables problèmes antitrust », a déclaré Cruz lors d’une audience devant le sous-comité.

« Nous avons un problème de partialité politique ici », a convenu le sénateur Mike Lee (R-UT).

Le sénateur Josh Hawley (R-MO) a également souligné que les sociétés de médias sociaux n’étaient pas transparentes dans leurs décisions de modération.

« C’est un énorme problème », a déclaré Hawley.

Sans surprise, Facebook et Twitter ont nié toutes les allégations, affirmant qu’ils n’avaient aucun parti pris politique.

Le directeur de la politique publique de Facebook, Neil Potts, a déclaré que la société « ne favorise pas un point de vue politique au détriment d’un autre, et Facebook ne réprime pas le discours conservateur », a rapporté Reuters.

Carlos Monje, directeur des politiques publiques de Twitter, a également déclaré que sa plate-forme « n’utilise pas de points de vue politiques, de points de vue ou d’appartenance à un parti politique pour prendre des décisions, que ce soit pour classer automatiquement le contenu sur notre service ou pour développer ou appliquer nos règles ».

Google était absent de l’audience en raison d’un différend sur le point de savoir si son représentant avait suffisamment d’ancienneté dans l’entreprise pour témoigner devant le Congrès, rapporte Reuters. Cependant, la société mère de Google, Alphabet, a également nié les allégations de partialité politique.

Dans une déclaration écrite soumise au comité, Google a assuré aux législateurs qu’il veillait à ce que « nos produits servent tous les points de vue et restent politiquement neutres », mais il a reconnu que « parfois nos systèmes de modération de contenu font des erreurs ».

La sénatrice Mazie Hirono (D-HI) a défendu les entreprises de technologie, affirmant que les allégations du parti républicain étaient fondées sur des « preuves anecdotiques », contenu dangereux et trompeur « .

Les algorithmes de tri et de recherche utilisés par Google et les plateformes de médias sociaux restent en grande partie une boîte noire, comme l’a souligné Hawley. En 2016, ce manque de détail avait déjà conduit à l’accusation de Google de supprimer les résultats de recherche favorisant Donald Trump au détriment de Hillary Clinton, ainsi que les accusations notoires « d’interdiction fictive » contre Twitter, selon lesquelles la plateforme de micro-blogging supprimait certains utilisateurs des résultats de recherche sans les bannir carrément.

Lire la suite




Derniers articles

Sports7 minutes ago

Tennis: la Next Gen au tapis à Monte-Carlo

Tsitsipas, Thiem, Zverev au tapis, la relève du tennis mondial a été décimée jeudi à Monte-Carlo où Djokovic et Nadal,...

Sports1 heure ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Herbert, dernier Français, éliminé

Pierre-Hugues Herbert, 49e mondial et dernier Français en lice au Masters 1000 de Monte-Carlo, a été éliminé jeudi en 8es...

Sports2 heures ago

Championnats de France de natation: Stravius fidèle au poste

Jérémy Stravius, pilier de la natation française, a profité du 50 m dos à la fois pour se qualifier pour...

Sports3 heures ago

Ligue Europa: Arsenal, sans l’ombre d’un doute

Meilleur à l’aller (2-0) et meilleur au retour, Arsenal s’est très tranquillement qualifié jeudi pour les demi-finales de la Ligue...

France3 heures ago

Almodovar, Loach, Malick… des pointures pour le 72e Festival de Cannes

Les vétérans Ken Loach, Terrence Malick, Pedro Almodovar ou encore les frères Dardenne seront en compétition lors du 72e Festival...

Business4 heures ago

Retraites: le Medef veut repousser l’âge légal à 64 ans d’ici 2028

Le Medef a proposé jeudi de relever l’âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d’ici 2028,...

Monde4 heures ago

Mis à l’index par Pyongyang, Mike Pompeo fait le dos rond

Face à l’impasse, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo fait le dos rond, et les Etats-Unis avec lui. Même si la...

Afrique4 heures ago

Nigeria: l’ex-président de la Cour suprême jugé coupable de corruption

L’ancien président de la Cour suprême du Nigeria a été reconnu coupable jeudi de corruption et condamné à dix ans...

Sports4 heures ago

Ligue Europa: des demies Arsenal-Valence et Francfort-Chelsea

L’Angleterre sera représentée par deux clubs dans le dernier carré de la Ligue Europa: Arsenal affrontera Valence pendant que Chelsea...

France4 heures ago

Hôpitaux de Paris: les urgences toujours mobilisées, avant une grève plus large

« Porte d’entrée » d’un milieu en souffrance, plusieurs services d’urgences de l’Assistance publique- Hôpitaux de Paris étaient toujours en grève illimitée...

Advertisement

Nous suivre sur facebook