Connect with us

Business

Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga

AFP

Publié le

Theresa May va présenter jeudi à Bruxelles sa demande d’un report de trois mois du Brexit, censé avoir lieu dans huit jours, face à des dirigeants européens lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions.

La Première ministre leur exposera en personne ce qu’elle leur a déjà écrit la veille: la requête d’un décalage jusqu’au 30 juin de la date du divorce entre le Royaume-Uni et l’UE, programmé jusqu’ici le 29 mars.

« Je crois qu’une courte extension sera possible », a déjà répondu mercredi le président du Conseil européen, Donald Tusk, maître de cérémonie du sommet qui réunit jeudi à Bruxelles les dirigeants des pays de l’UE.

Mais « elle sera conditionnée à un vote positif sur le traité de retrait à la Chambre des communes », a-t-il prévenu, alors que Mme May cherche à soumettre une nouvelle fois au vote l’accord de divorce qu’elle a conclu en novembre avec Bruxelles.

Les députés britanniques l’ont déjà rejeté massivement à deux reprises, mais la dirigeante conservatrice n’a pas perdu l’espoir de les voir changer d’avis et veut organiser un nouveau vote « aussi vite que possible ».

« J’espère passionnément que les députés soutiendront l’accord que j’ai négocié avec l’UE », a déclaré Mme May mercredi soir après s’être entretenue avec des membres de l’opposition, assurant que le report du Brexit était pour elle « un grand regret personnel ».

– « Illusoire » –

Le temps presse avant le 29 mars, avec le risque plus que jamais redouté d’un départ britannique brutal, sans l’accord et la période de transition que les deux parties ont âprement négociés pendant un an et demi, et que l’UE refuse de modifier.

« Même si l’espoir d’un succès final peut paraître fragile, voire illusoire, et bien que la fatigue du Brexit soit de plus en plus visible et justifiée, nous ne pouvons renoncer à rechercher jusqu’au tout dernier moment une solution positive », a lancé M. Tusk mercredi.

Lors du sommet, « on aura une indication de ce que les 27 sont prêts à accorder en cas de vote positif » au Royaume-Uni, a indiqué un diplomate, tandis qu’une « décision formelle » sera prise plus tard par les 27 en fonction des événements au Royaume-Uni.

Si Mme May n’est pas en mesure « de présenter au Conseil européen des garanties suffisantes sur la crédibilité de sa stratégie », sa demande de report sera « écartée » au profit du scénario d’une « sortie sans accord », a prévenu le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

« On a besoin d’avoir la certitude que la demande de report de Mme May a le soutien d’une majorité démocratique » au Royaume-Uni, a décrypté un diplomate.

Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni, est lui aussi à Bruxelles jeudi, pour rencontrer plusieurs reponsables européens. Il leur dira qu’il est confiant dans le fait « qu’une alternative à l’accord bâclé de Theresa May peut être acceptée au Parlement » britannique, a indiqué son entourage.

– « Graves risques » –

Outre les « garanties » demandées à Mme May, les Européens vont aussi débattre jeudi de cette date du 30 juin, qui pose problème à plusieurs pays, dont la France, et à la Commission européenne.

Un report de trois mois « entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l’UE », a ainsi prévenu l’exécutif européen. Il relève que le Royaume-Uni serait tenu d’organiser les élections européennes s’il était encore un pays de l’UE au moment du scrutin, prévu du 23 au 26 mai.

S’il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement européen avec le risque d’une paralysie durable du fonctionnement de l’UE, met en garde la Commission, favorable à une extension jusqu’au 23 mai en cas de court report.

Theresa May semble estimer de son côté que le scrutin européen n’aurait pas à être organisé si le divorce a lieu avant la première réunion des nouveaux eurodéputés, prévue le 2 juillet.

« Si on veut éviter tout risque, il vaut mieux qu’une extension technique n’aille pas au-delà de quelques semaines, avant le 23 mai en tous cas », a estimé un diplomate, jugeant que ce délai devrait suffire pour ratifier au Royaume-Uni un accord de Brexit enfin approuvé.

Mais si le parlement britannique rejetait à nouveau ce texte, l’UE serait-elle toujours prête à accorder un report du Brexit, forcément plus long? « Seulement s’il y a un changement politique majeur » au Royaume-Uni, comme de nouvelles élections ou un nouveau référendum, a prévenu un diplomate.

« Si la semaine prochaine il n’y a pas de vote ou pas de vote positif au parlement britannique, dans ce cas, il faudra voir s’il faut une nouvelle rencontre du Conseil européen » avant le 29 mars, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel jeudi matin devant le Bundestag.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Business

Retraites: le Medef veut repousser l’âge légal à 64 ans d’ici 2028

AFP

Published

on

By

Le Medef a proposé jeudi de relever l’âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d’ici 2028, afin d’assurer l’équilibre comptable du système et de financer la réforme de la dépendance.

« Nous proposons, à partir de 2020, de procéder au relèvement de l’âge légal de 62 à 64 ans, sur huit ans, à raison d’un trimestre par an », a déclaré son président Geoffroy Roux de Bézieux lors d’une conférence de presse.

Cette mesure générerait, selon l’organisation patronale, 17 milliards d’euros de « ressource nette », en tenant compte du surplus de cotisations, de pensions plus tardives mais plus élevées, ainsi que de la hausse prévisible des dépenses liées au chômage, à la maladie et à l’invalidité.

Une manne qui « permettrait de faire deux choses: la prise en charge de la dépendance et l’adaptation de l’offre de soins aux pathologies du vieillissement », a indiqué M. Roux de Bézieux.

Et qui éviterait en outre de creuser de nouveaux déficits. « L’équilibre des retraites est atteint si on arrive à une âge effectif de départ de 64 ans. L’important c’est d’y arriver », a expliqué son vice-président Claude Tendil.

Le Medef privilégie cependant un report de l’âge légal, plutôt qu’un mécanisme de décote-surcote dont « l’effet financier est beaucoup moins fort », a justifié M. Roux de Bézieux, affirmant que « si on ne fait rien, le régime tombera dans le rouge dès l’année prochaine ».

« Il faut qu’on dise la vérité aux Français », a-t-il insisté, appelant le gouvernement à « sortir de ce mensonge par omission qui consiste à dire +on ne touche pas à l’âge légal de la retraite+ ».

L’exécutif peine à afficher une position claire sur le sujet depuis un mois, plusieurs ministres ayant plaidé pour un allongement de la durée de travail, quand le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, est resté arc-bouté sur le maintien de l’âge légal à 62 ans, comme l’avait promis Emmanuel Macron.

Lire la suite

Business

Privatisation d’ADP: Philippe appelle à « éviter les caricatures »

AFP

Published

on

By

Edouard Philippe a appelé jeudi à « éviter les caricatures » sur le dossier polémique de la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), en inaugurant à Orly le nouveau bâtiment fusionnant les ex-terminaux Ouest et Sud en une aérogare unique.

« Je comprends parfaitement les inquiétudes. Mais je crois qu’on peut collectivement éviter les caricatures », a déclaré le Premier ministre, lors du discours d’inauguration.

Le chef du gouvernement s’est dit « persuadé » que ce « point de crispation » pourrait être « surmonté », alors qu’au même moment se tenait non loin une manifestation de salariés d’ADP opposés à la privatisation.

L’opposition de droite et de gauche a saisi le Conseil constitutionnel de la loi Pacte autorisant la privatisation d’ADP, adoptée par l’Assemblée nationale début avril. Elle a aussi enclenché pour la première fois une tentative de référendum d’initiative partagée, qui nécessite pour se concrétiser quelque 4,5 millions de signatures de citoyens.

Reprenant l’argumentaire de l’exécutif, Edouard Philippe a souligné jeudi que le contrôle de la frontière resterait géré par l’Etat via la police, et que l’essentiel des revenus d’ADP venaient de l’activité commerciale, « moins » stratégique.

« Qu’est-ce qui est stratégique s’agissant de ce lieu? C’est la frontière, parce que c’est un élément de souveraineté. Le caractère commercial de l’entreprise l’est moins », a plaidé le Premier ministre, soulignant qu' »ADP compte déjà 49% d’actionnaires privés et près de 75% de son activité relève du résultat commercial ».

« Il est donc évident que nous pouvons réfléchir ensemble et avancer sereinement », a-t-il estimé.

Selon la préfecture, la manifestation de salariés d’ADP contre la privatisation a réuni environ 400 personnes à Orly. Le personnel s’inquiète notamment du risque de suppressions de postes, selon Daniel Bertone, secrétaire général de la CGT d’ADP.

A la mi-journée à Paris, quelque 70 salariés d’ADP ont aussi manifesté près du Conseil constitutionnel, a constaté une journaliste de l’AFP. Vêtus de chasubles du groupe aéroportuaire ou de la CGT, les manifestants ont déployé une banderole disant « Non à la privatisation d’Aéroports de Paris ».

« Nous voulons que les membres du Conseil constitutionnel mesurent bien leur décision », a déclaré à l’AFP Floréal Marin, élu CGT. « Si ce projet de privatisation n’est pas annulé, la politique qui sera menée dans l’entreprise sera encore plus drastique en matière d’effectifs et de gains de productivité », a-t-il ajouté.

Parmi les manifestants, une militante CGT , « depuis 28 ans » chez ADP, s’inquiétait « des risques pour la sûreté » des installations si le groupe est privatisé. Et, à cause des suppressions d’emplois, « le savoir-faire disparaît. Un sous-traitant n’est pas aussi efficace », a-t-elle assuré.

En inaugurant « Orly 3 », le nouveau bâtiment reliant les ex-aérogares Sud et Ouest, Edouard Philippe a salué ce nouveau terminal unique qui « offre une nouvelle unité et une nouvelle envergure à l’aéroport ».

« Il augmente la capacité de l’aéroport. Il améliorera le parcours des passagers en correspondance », a-t-il souligné.

Né en 1918 à 10 km au sud de Paris, Orly entame une nouvelle vie avec cette ouverture, destinée à accompagner la croissance en flèche du nombre de passagers drainés par les compagnies low-cost qui l’ont sauvé du déclin.

sw-map-tll-er/bfa/eb

Lire la suite

Business

Wall Street hésite après des indicateurs américains et une nouvelle salve de résultats

AFP

Published

on

By

La Bourse de New York, qui avait débuté la séance dans le vert, hésitait finalement sur la direction à suivre après la diffusion d’indicateurs de bonne tenue sur la consommation et l’emploi aux Etats-Unis et d’une nouvelle série de résultats d’entreprises.

Vers 14H15 GMT, l’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,19% à 26.499,69 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait en revanche de 0,26% à 7.975,61 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,06% à 2.898,63 points.

Wall Street avait terminé en petite baisse mercredi, lestée par un accès de faiblesse du secteur de la santé dans un marché digérant une nouvelle salve de résultats et des signaux encourageants sur l’économie chinoise: le Dow Jones Industrial Average, s’était effrité de 0,01% et le Nasdaq de 0,05%.

Jeudi, le département du Commerce a indiqué que les ventes de détail aux Etats-Unis avaient fait un bond en mars (+1,6%), dépassant largement les attentes des analystes et signant leur plus forte hausse en un an et demi.

Ces chiffres « vont doper les anticipations sur la croissance du Produit intérieur brut au 1er trimestre (qui sera dévoilée le 26 avril, NDLR), alimentant l’idée que l’économie a touché un point bas et commence à s’améliorer », a commenté Chris Low de FTN Financial.

Toutefois, a-t-il ajouté, les ventes au détail sur l’ensemble du premier trimestre « affichent encore une croissance significativement plus lente qu’au quatrième trimestre ».

Les chiffres sur l’emploi diffusés jeudi étaient aussi encourageants, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux Etats-Unis ayant encore reculé. Le département du Travail a recensé 192.000 nouvelles inscriptions, le plus bas niveau depuis l’automne 1969.

Indicateur moins reluisant: la croissance de l’activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des Etats-Unis) a nettement ralenti en avril selon l’indice de l’antenne locale de la Réserve fédérale (Fed).

– Pinterest et Zoom à Wall Street –

Les résultats du jour étaient dans leur ensemble bien reçus.

American Express montait de 0,77% malgré des résultats inférieurs aux attentes, une contre-performance imputée par le groupe au règlement d’un litige.

Le groupe industriel Honeywell, qui a relevé ses prévisions annuelles après avoir dépassé les attentes au premier trimestre du fait d’une demande continue pour ses équipements destinés à l’industrie aéronautique, gagnait 3,25%.

L’assureur Travelers s’appréciait de 2,48% après des chiffres supérieurs aux attentes.

Le géant de l’aluminium Alcoa perdait en revanche 5,63% après la diffusion de ses chiffres trimestriels. Affecté par une charge liée à la fermeture de deux fonderies en Espagne, le groupe est tombé dans le rouge au premier trimestre.

La séance sera par ailleurs marquée par l’arrivée sur le New York Stock Exchange de l’application de partage de photos Pinterest, valorisée 11 milliards de dollars, et sur le Nasdaq du groupe spécialisé dans les conférences vidéos Zoom, valorisé 9,2 milliards de dollars.

JPMorgan, qui a annoncé mercredi la nomination de sa directrice financière Marianne Lake à la tête de sa division de prêts aux ménages comprenant les cartes bancaires, une décision qui la place en bonne position pour succéder un jour au PDG Jamie Dimon, montait de 0,13%.

Sur le marché obligataire, le taux d’intérêt à 10 ans sur la dette américaine reculait à 2,553% contre 2,594% mercredi à la clôture.

  1. Nasdaq
Lire la suite




Derniers articles

Sports19 minutes ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Herbert, dernier Français, éliminé

Pierre-Hugues Herbert, 49e mondial et dernier Français en lice au Masters 1000 de Monte-Carlo, a été éliminé jeudi en 8es...

Sports1 heure ago

Championnats de France de natation: Stravius fidèle au poste

Jérémy Stravius, pilier de la natation française, a profité du 50 m dos à la fois pour se qualifier pour...

Sports2 heures ago

Ligue Europa: Arsenal, sans l’ombre d’un doute

Meilleur à l’aller (2-0) et meilleur au retour, Arsenal s’est très tranquillement qualifié jeudi pour les demi-finales de la Ligue...

France2 heures ago

Almodovar, Loach, Malick… des pointures pour le 72e Festival de Cannes

Les vétérans Ken Loach, Terrence Malick, Pedro Almodovar ou encore les frères Dardenne seront en compétition lors du 72e Festival...

Business3 heures ago

Retraites: le Medef veut repousser l’âge légal à 64 ans d’ici 2028

Le Medef a proposé jeudi de relever l’âge légal de départ en retraite de 62 à 64 ans d’ici 2028,...

Monde3 heures ago

Mis à l’index par Pyongyang, Mike Pompeo fait le dos rond

Face à l’impasse, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo fait le dos rond, et les Etats-Unis avec lui. Même si la...

Afrique3 heures ago

Nigeria: l’ex-président de la Cour suprême jugé coupable de corruption

L’ancien président de la Cour suprême du Nigeria a été reconnu coupable jeudi de corruption et condamné à dix ans...

Sports3 heures ago

Ligue Europa: des demies Arsenal-Valence et Francfort-Chelsea

L’Angleterre sera représentée par deux clubs dans le dernier carré de la Ligue Europa: Arsenal affrontera Valence pendant que Chelsea...

France3 heures ago

Hôpitaux de Paris: les urgences toujours mobilisées, avant une grève plus large

« Porte d’entrée » d’un milieu en souffrance, plusieurs services d’urgences de l’Assistance publique- Hôpitaux de Paris étaient toujours en grève illimitée...

Business4 heures ago

Privatisation d’ADP: Philippe appelle à « éviter les caricatures »

Edouard Philippe a appelé jeudi à « éviter les caricatures » sur le dossier polémique de la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP),...

Advertisement

Nous suivre sur facebook